• 015

    *

     

    Au même moment, sur Octavia, il fait encore nuit et cela fait deux heures que l'altercation entre Jun et Isis a eu lieu.

    015

    Honteuse du comportement qu’elle a eu avec lui, qui est tout de même un invité de marque parmi eux, la jeune princesse se décide enfin à aller présenter ses excuses.

    Finalement, avec du recul et un peu de réflexion, elle réalise qu’elle ne sait pas vraiment pourquoi elle s’est emportée contre lui...

    Timidement, elle toque alors à la porte de sa chambre, en laissant échapper un timide

    C’est moi... Isis. Puis-je entrer ? s’il-vous-plaît ? 

    La voix de Jun résonne quelques secondes plus tard ; courte période pendant laquelle il se demande ce que cette petite peste peut bien lui vouloir maintenant ; — C’est ouvert.

    015

    Alors Isis pousse la porte et pénètre dans la pièce, en constatant immédiatement la tenue que Jun porte ; un uniforme qu’elle connait bien.

    — C’est... C’est... C’est la tenue de nos guerriers ? Ose-t-elle demander, en écarquillant les yeux.

    015

    — Oui, et ? lui répond Jun sur un ton plutôt froid, — mais ne vous inquiétez pas MAJESTÉ, je ne fais pas ça pour vous COLLER comme un petit toutou.

     — Je suis désolée pour tout à l’heure... se décide à laisser tomber tout bas la jeune fille — je devais être de mauvaise humeur. J’aimerai qu’on soit amis finalement...

     — Mouais... se contente de marmonner Jun sans convictions ;  il garde la manière dont elle lui a parlé dans les jardins en travers de la gorge. 

    — Vous avez l’intention de servir Octavia, c’est ça ? Questionne Isis en essayant d’ignorer les regards noirs que le jeune homme lui lance de temps en temps.

     — Oui, et ? souffle-t-il a nouveau, toujours sur le même ton glacé.

    — Rien, rien... Ça m’étonne juste... Votre peuple était bien le dernier que je pensais voir s’allier au nôtre, c’est tout... Ça me surprend...

    015

    — Je ne suis peut-être pas si Eternien que ça, lui fait Jun en faisant des flexions, imperturbable. — Et puis nos peuples ne sont pas en guerre alors on ne peut pas vraiment dire que je lutte contre les miens.

    015

     — Mais pourquoi faites-vous ça ? ose enfin Isis, — je veux dire.. Pourquoi chez nous.. Est-ce à cause de vos rêves étranges ? 

    — J’en sais rien. Peut-être que j’ai tout simplement besoin de bouger, d’agir et de remuer. Et puis oubliez mes rêves. Vous savez... Ils sont tellement éloignés de la réalité qu’il vaut mieux se dire que ce ne sont que des vulgaires visions sans importance.

     

     Isis voudrait bien répliquer et lui demander s’il a bien rêvé d’elle comme il le lui a révélé tout à l’heure, mais elle va préférer garder le silence, vu que leurs relations semblent s’être un peu abimées ; il ne faudrait pas qu’elle pousse le bouchon trop loin.

     Cependant, elle doit bien reconnaitre que la tenue des guerriers d’Octavia lui va à ravir et qu’elle le rend terriblement séduisant ; en plus, son œil au beurre noir s’étant complètement estompé, son visage enfantin, mais toutefois viril, la charme de plus en plus. Et puis ses yeux... Il a vraiment des yeux magnifiques qu’elle ne cesse d’observer ; ce ne sont pas des yeux Eterniens, mais humains ; il parait qu'ils sont ceux de son père.. L’étrange souverain Maxime.

     On dit que cet homme était impitoyable et vil ; pourtant, il avait une épouse à la douceur incomparable, avec trois enfants ; des triplés ; adorables et charmants... Parmi eux, il y’avait donc Jun, qui a, selon les cancans, porté le coup de grâce à son propre père, pour sauver son oncle, Aaron Daemon.

     

     — HEEEEEEY !! piaille soudain Jun en bondissant devant la blondinette avec de grands yeux bleus écarquillés ; — Ça rêvasse dur ici à ce que je vois !! 

    015

    — Crééétinnn !! sursaute la jeune fille sous la surprise ; immédiatement, ses sourcils se froncent et elle se remet à brailler ; — T’es pas bien de faire peur aux gens comme ça !! J’aurai pu faire une attaque !

    015

    — Hey, mais de quel droit tu me tutoies ?? se moque gentiment Jun pour la taquiner ; — aurais-tu oublié qui je suis ?!?

     Mais à la fin de sa phrase, seuls un silence et les deux yeux d’une Octavienne furieuse vont s’offrir a lui.

    — Je déconne, je déconne, se rattrape le jeune eternien — ami ?

     — Pffft....OK...., sera la seule réponse d’Isis, complètement noyée dans un cocktail d’incompréhension, d’affection et de colère... 

     

    Timide, la jeune octavienne se prépare à ressortir de cette chambre où une étrange ambiance commence à tomber..

     

    — Bonne nuit, dors bien.. marmonne-t-elle tout bas à Jun avant de déguerpir des lieux aussi vite que ses jambes le lui permettent ?

     

     — Bonne nuit, lui répond Jun avec un sourire.

    Il est content que leurs relations se soient un peu améliorées.

    Vraiment content.

    S’il doit rester à ses côtés pour « la protéger », autant qu’ils soient amis.

    Plus ? Il ne pense pas. Du moins pas tant qu’il n’aura pas la certitude qu’une certaine eternienne l’a complètement remplacé...

    Evaï... Que devient-elle ?

    Elle l’aimait tellement, ce n’est vraiment pas possible qu’elle l’ait sorti de sa vie aussi facilement ; il n’y croit vraiment pas.

    Keichi a dû se tromper


  • 016

    016

    Presque au pas de course, Isis se dirige vers la salle d’eau du palais pour se glisser dans un bain moussant ; cela va la relaxer et l'aider à réfléchir.

    016

    Elle se sent bizarre et perturbée ; désormais, elle pense à lui sans arrêt et son coeur semble jouer de la batterie dès qu'elle le revoit, dans sa tenue de guerriers qui le rendait si sexy...

    016

    Elle n'aurait pas dit non pour un baiser.

    L’aurai-il fait si elle l’avait osé le provoquer un petit peu...? Secouant la tête vivement, elle rougit et s'en veut d'avoir ainsi de telles pensées absurdes et fleur-bleu, avant d'enfouir sa tête dans l'eau du bain, plus honteuse que jamais. Elle n'est pas ainsi, d'habitude, elle ne veut pas l'être ou le devenir, non, elle refuse d'être ainsi obnubilée par un homme, aussi séduisant soit-il !!!

     

     

    *

     

     

    016

    Pendant ce temps, sur Eternia, Aaron vient d’avoir vent des dernières informations concernant son unique neveu ; évidemment, il est fou de rage et peste de toutes ses forces contre la seule oreille disponible, à l’heure actuelle, dans la maison : sa femme.

    016

    — Arrête chéri, tente Anne pour calmer son époux bien-aimé — je suis sûre que tu te trompes, c’est Jun quand même...

    016

    — Mais t’es stupide ou quoi ?? Là cingle vivement son interlocuteur, — t’as pas compris que toutes les pièces du puzzle viennent de se remettre en place là ???

     — Reste poli s’il te plaît... se contente de souffler Anne en évitant ce regard désagréable ; il est rare que cet homme se mette en colère, mais quand cela arrivait, il valait mieux se trouver loin.

    016

    — Je lui en foutrai des petites princesses d’Octavia àce con ! Putain il s’est bien foutu de nous hein ? Oh que oui qu’il s’est payé notre tête ! Je vais l’étriper... L’éventrer et l’énucléer ! Continue de pester seul Aaron, les yeux pleins de haine.

     — Essaie de comprendre comment il a pu connaitre cette fille au lieu de raconter des bêtises, soupire son épouse en haussant les épaules, blasée. 

    016

    — Mais on s’en branle de comment est-ce qu’il l’a connu ! Il en a rêvé, c’est ça ? C’est trop drôle ! C’est pathétique et ridicule ! Cette histoire, c’est un truc de fous et j’ai envie de tout envoyer valser tant j’ai la haine ! Il s’est foutu de notre gueule Jun !

     — Non...

     — SI !! Là, en ce moment, où est-ce qu’il est ??? Avec cette nana-là, qui est la sœur jumelle de ce Keichi Dakémo ! Ce type c’est un malade et il a des pouvoirs psychiques que personne n’a encore jamais compris ! On le dit fou, car il aspire au pouvoir avec un peuple faible et il ne rêve que d’une chose : de gloire !

     — Jun a peut-être été manipulé...? Tente tout bas Anne.

     — Sans doutes ! J’en sais rien ! Tout ce que je sais moi c’est que cet abruti est en train de se rallier à un souverain malfaisant !

     — Comme Maxime..

    Aaron se braque en dévisageant furieusement sa femme ;

    — Mon frère n’était pas malfaisant !! Ne compare pas Max à Dakémo ou je ne réponds plus de rien !! Dakémo est le mal incarné, or Max était bon !

     — Oui... Au fond.. Très, très au fond...

     — Où est mon fils au fait ? Commence à s’inquiéter Aaron — où est-il lui.. C’est bien le dernier qu’il me reste !! Arkan ne m’enculera jamais à sec comme Jun, lui, j’en suis sûr !

     — Arkan est allé voir des amis, lui sourit Anne en se rapprochant pour le prendre dans ses bras — je suis certaine que tu te trompes sur Jun, il ne nous abandonnerait jamais.. Je ne le vois pas lutter contre nous aux côtés d’un souverain idiot, non, ce n’est pas Jun ça...

     — Mais s’il est manipulé... marmonne Aaron en esquissant une grimace de dépit — Jun c’est une bonne pâte et on peut en faire ce qu’on veut alors..

     — Peut-être, l’interrompt son épouse — c’est vrai qu’il est gentil, mais il est loin d’être idiot... Jamais il ne se retournera contre Eternia. Si ce Dakémo veut aller trop loin, je pense que Jun lui apprendra la vie. Je lui fais confiance, c’est un bon petit ! 

     

     

    *

     

     

       Arkan ? Il est, comme prévu, retourné voir ses nouvelles « amies » octaviennes. 

    016

       C’est l’heure de la pause du midi ici et les jeunes adolescents peuvent donc se livrer, tous ensemble, à leurs habituelles discussions, tandis que Kalanam est en train de danser le smustle avec son nouveau camarade.

    Arkan est ici comme un prince, au sens propre comme au figuré. Quasiement toutes les jeunes filles de la bande n'ont d'yeux que pour lui et le flirt n'y va pas de main morte car chacune espère clairement réussir à être, au final, celle qui réussira à le conquérir.

    016

    Jalouses alors que leur amie Kalanam semble se rapprocher de plus en plus d'Arkan pendant leur danse, deux autres jeunes filles les observe en bougonnant entre elles. Leur amie séductrice lance alors en direction de son partenaire de danse, pour noyer le poisson,

    — Ark', Suis mes mouvements tu vas voir, je vais t’apprendre !!

     — Mais je veux pas danser comme vous ! pouffe Arkan, révulsé à l'idée de faire les mouvements sensuels - et gays - que veut lui faire exécuter sa comparse.

     — Allez, imite moi ! Il n'y a personne ici à part nous de toute manière, alors de quoi as-tu honte ?! !! insiste kalanam, — tu sais qu'un danseur homme n'est pas forcément gay ?! Je te promets que tu ne vas pas perdre tes couilles !

    016

    Blasé, Arkan décide alors de suivre son interlocutricee ; enfin, d’essayer de la suivre plutôt ; les mouvements qu’elle fait le perturbent, car il n’a vraiment pas l’habitude de danser de cette manière..

    016

    Tenma, Mango et Ombeline ont arrêté de jacasser pour constater la scène ; elles déglutissent toutes avec un air dépité, car il n’y a plus de doutes désormais : leur amie est en train de jouer le grand jeu au jeune Arkan... 


  • 017

    Et le pire c’est qu’il se laisse faire... songent-elles toutes vertes de rage.

    Tenma aussi est plus que déçue, même si elle avait donné l’air de se ficher complètement du jeune prince en le dévisageant toujours avec mépris.

    Mais désormais, elle ne sait plus trop ce qui lui arrive car son cœur bat à tout rompre comme s’il voulait lui déchirer la poitrine.

    Agacée, elle a hâte que leur pause arrive à son terme pour que cela mette fin à cette séance de flirt maquillée derrière une soi-disante envie de danser en duo...

    Mais malheureusement pour la jeune jalouse, il reste encore une heure et demie avant de reprendre les cours ; et qui sait ce qui peut se passer pendant une telle durée plutôt longue...

    017

    Les voir danser collé-serré devient de plus en plus douloureux car ils sont de plus en plus proches ; Kalanam se trémousse sensuellement contre Arkan et le pire, c’est qu’il ne semble pas détester ça...

    017

    — Je vais chercher à boire, quelqu’un veut quelque chose ? Propose soudain Tenma pour avoir une raison de quitter la pièce en échappant ainsi à ce spectacle des plus désagréables.

     — Nan ça ira.. Merci... lui répond Mango, la gorge nouée, elle aussi, 

      Et Tenma sait pourquoi ; qui pourrait avoir envie d'avaler quoique ce soit à l’heure actuelle, à part peut-être Kalanam, tant sa joie semble infinie, enlacée dans les bras d’Arkan.

    017

     La porte de la cuisine claque doucement et Arkan sursaute en tournant vivement la tête dans sa direction ; — qu’est-ce qu’il se passe ?

     — Elle va prendre à boire, lui répond Ombéline en haussant les épaules — t’as soif toi aussi ?

     — Non, non, lui répond poliment Arkan, en remarquant enfin l’ambiance glaciale qui règne ici. C’est la première fois, depuis qu’il connait ces jeunes filles, qu’il ne les entend pas jacasser et rire...

    Kalanam a aussi remarqué que ses meilleures amies semblent arborer des airs qui en disent long. Discrètement, elle s’éloigne alors d'Arkan pour aller s’asseoir en tailleur, aux côtés d’Ombeline et Mango. Elle a réalisé leur peine et ne veut pas les blesser davantage. 

    — Eeeuh excusez-moi les filles, mais finalement j’ai soif... se met soudain a balbutier Arkan en se grattant le cuir chevelu.

     À d’autres !

    Il les croit décidément aveugles...

    — Suis les pas de Tenma et tu es dans la cuisine, lui fait Ombeline avec un sourire.

    — OK merci, j’reviens dans cinq minutes !

    À d’autres !

    Décidément, elles vont bientôt éclater de rire, toutes les trois en chœur !  

    Apparemment, le jeune prince semble avoir fait son choix...

     

     

    *

     

     

    — Y’a quelqu’un ? Fais timidement Arkan en pénétrant dans la fameuse cuisine.

    — Prends ce que tu veux dans le frigp, lui répond Tenma, toujours sur place.

    Arkan se tourne légèrement vers la gauche pour constater la jeune fille plantée debout, les bras croisés, devant une fenêtre, à côté du réfrigérateur.

    — Bah, qu’est-ce que tu fous ici toute seule ? ose-t-il en se rapprochant, les yeux rivés sur ce dos nu qui descend gracieusement jusqu’à une paire de fesses qu'il ne peut pas s'empêcher de regarder attentivement.. 

    017

    — T’occupes ! Pis de quoi j’me même ?? tente-t-elle de le cingler, en vain ; elle est déjà en train de rougir..

    Il s’est arrêté dans son dos pour ne plus bouger, en restant aussi silencieux qu’une tombe.

    017

    Il est si proche qu’elle peut sentir son souffle sur sa peau ; une sensation terriblement exitante... Encore quelques millimètres de proximité et elle pourrait bien avoir ses lèvres sur son cou... Elle frémit à cette idée et se sent terriblement mal à l’aise ; vite, il faut qu’elle réagisse et le fasse décamper de là, au plus vite...

    — Tu prends pas quelque chose à boire, oui ou non ?? Qu’est-ce que tu fous planté là ?? T’as besoin d’aide pour ouvrir le frigo, c’est ça ??

    017

     — Respire quand tu parles, sinon tu risquerais de t’étouffer, ça serait ballot... lui souffle-t-il sensuellement en posant ses mains sur les hanches de la râleuse devant lui... 

    Tenma n'en revient pas et aimerait lui hurler de dégager hors de sa vue, mais elle n'arrive pas à trouver la force de réussir cet exploit ; ou plutôt, elle ne veut s't résigner, soyons honnêtes.

    Audacieux, Arkan commence discrètement à lui caresser les hanches en dirigeant peu à peu ses mains vers l’avant de ce corps délicieux... 

    N'en pouvant plus, Tenma se retourne brusquement pour se retrouver face à face avec son interlocuteur et infâme tripoteur qui a déjà les mains dans son dos pour l’enserrer avec passion. Sans hésiter, Tenma l'imite alors et l'enlace à son tour.

    Les yeux emplis de désirs, ils se dévisagent quelques instants en se dévorant mutuellement avec un désir non dissimulé.

    017

    Souhaitant faire durer l'instant, Arkan dirige ses lèvres contre le cou de sa partenaire pour lui déposer une pluie et doux et sensuels baisers...  

     Puis, ses mains deviennent un peu plus entreprenantes ; et Tenma en semble ravie vu qu’elle se tortille désormais contre lui en émettant de discrets petits gémissements.

    017

    Cependant, au fil des minutes, ces petits jeux coquins frustrent la jeune fille qui en veut désormais beaucoup plus ; pourquoi ne se décide-t-il pas à l’embrasser fougueusement ??

    017

    L’air coquin, elle ferme alors les yeux en ouvrant légèrement la bouche afin qu’il se décide à s'emparer de ses lèvres.

    017

    Flatté d’être autant désiré, Arkan se décide enfin à plaquer ses lèvres contre cette bouche qui n’attendait que lui et un jeu de langues passionné débute ensuite, dirigé par Tenma principalement car elle a faim de ce garçon comme elle n'en a jamais désiré aucun autre ! Ses bras musclés qui l’enserrent lui donnent des ailes et elle a l’impression de l'aimer depuis toujours. A cet instant, elle est la plus heureuse des jeunes filles au monde.

     Cette sensation de bien-être dans les bras d’un garçon, cela fait si longtemps que Tenma ne l’avait plus ressentie et même dans les meilleurs moments de sa relation avec son ex, la jeune fille n'a pas le souvenir d'avoir déjà savouré autant un baiser que maintenant ! Elle a l'impression d'avoir attendu cet idiot de Casanova toute sa vie...