• 017

    Et le pire c’est qu’il se laisse faire... songent-elles toutes vertes de rage.

    Tenma aussi est plus que déçue, même si elle avait donné l’air de se ficher complètement du jeune prince en le dévisageant toujours avec mépris.

    Mais désormais, elle ne sait plus trop ce qui lui arrive car son cœur bat à tout rompre comme s’il voulait lui déchirer la poitrine.

    Agacée, elle a hâte que leur pause arrive à son terme pour que cela mette fin à cette séance de flirt maquillée derrière une soi-disante envie de danser en duo...

    Mais malheureusement pour la jeune jalouse, il reste encore une heure et demie avant de reprendre les cours ; et qui sait ce qui peut se passer pendant une telle durée plutôt longue...

    017

    Les voir danser collé-serré devient de plus en plus douloureux car ils sont de plus en plus proches ; Kalanam se trémousse sensuellement contre Arkan et le pire, c’est qu’il ne semble pas détester ça...

    017

    — Je vais chercher à boire, quelqu’un veut quelque chose ? Propose soudain Tenma pour avoir une raison de quitter la pièce en échappant ainsi à ce spectacle des plus désagréables.

     — Nan ça ira.. Merci... lui répond Mango, la gorge nouée, elle aussi, 

      Et Tenma sait pourquoi ; qui pourrait avoir envie d'avaler quoique ce soit à l’heure actuelle, à part peut-être Kalanam, tant sa joie semble infinie, enlacée dans les bras d’Arkan.

    017

     La porte de la cuisine claque doucement et Arkan sursaute en tournant vivement la tête dans sa direction ; — qu’est-ce qu’il se passe ?

     — Elle va prendre à boire, lui répond Ombéline en haussant les épaules — t’as soif toi aussi ?

     — Non, non, lui répond poliment Arkan, en remarquant enfin l’ambiance glaciale qui règne ici. C’est la première fois, depuis qu’il connait ces jeunes filles, qu’il ne les entend pas jacasser et rire...

    Kalanam a aussi remarqué que ses meilleures amies semblent arborer des airs qui en disent long. Discrètement, elle s’éloigne alors d'Arkan pour aller s’asseoir en tailleur, aux côtés d’Ombeline et Mango. Elle a réalisé leur peine et ne veut pas les blesser davantage. 

    — Eeeuh excusez-moi les filles, mais finalement j’ai soif... se met soudain a balbutier Arkan en se grattant le cuir chevelu.

     À d’autres !

    Il les croit décidément aveugles...

    — Suis les pas de Tenma et tu es dans la cuisine, lui fait Ombeline avec un sourire.

    — OK merci, j’reviens dans cinq minutes !

    À d’autres !

    Décidément, elles vont bientôt éclater de rire, toutes les trois en chœur !  

    Apparemment, le jeune prince semble avoir fait son choix...

     

     

    *

     

     

    — Y’a quelqu’un ? Fais timidement Arkan en pénétrant dans la fameuse cuisine.

    — Prends ce que tu veux dans le frigp, lui répond Tenma, toujours sur place.

    Arkan se tourne légèrement vers la gauche pour constater la jeune fille plantée debout, les bras croisés, devant une fenêtre, à côté du réfrigérateur.

    — Bah, qu’est-ce que tu fous ici toute seule ? ose-t-il en se rapprochant, les yeux rivés sur ce dos nu qui descend gracieusement jusqu’à une paire de fesses qu'il ne peut pas s'empêcher de regarder attentivement.. 

    017

    — T’occupes ! Pis de quoi j’me même ?? tente-t-elle de le cingler, en vain ; elle est déjà en train de rougir..

    Il s’est arrêté dans son dos pour ne plus bouger, en restant aussi silencieux qu’une tombe.

    017

    Il est si proche qu’elle peut sentir son souffle sur sa peau ; une sensation terriblement exitante... Encore quelques millimètres de proximité et elle pourrait bien avoir ses lèvres sur son cou... Elle frémit à cette idée et se sent terriblement mal à l’aise ; vite, il faut qu’elle réagisse et le fasse décamper de là, au plus vite...

    — Tu prends pas quelque chose à boire, oui ou non ?? Qu’est-ce que tu fous planté là ?? T’as besoin d’aide pour ouvrir le frigo, c’est ça ??

    017

     — Respire quand tu parles, sinon tu risquerais de t’étouffer, ça serait ballot... lui souffle-t-il sensuellement en posant ses mains sur les hanches de la râleuse devant lui... 

    Tenma n'en revient pas et aimerait lui hurler de dégager hors de sa vue, mais elle n'arrive pas à trouver la force de réussir cet exploit ; ou plutôt, elle ne veut s't résigner, soyons honnêtes.

    Audacieux, Arkan commence discrètement à lui caresser les hanches en dirigeant peu à peu ses mains vers l’avant de ce corps délicieux... 

    N'en pouvant plus, Tenma se retourne brusquement pour se retrouver face à face avec son interlocuteur et infâme tripoteur qui a déjà les mains dans son dos pour l’enserrer avec passion. Sans hésiter, Tenma l'imite alors et l'enlace à son tour.

    Les yeux emplis de désirs, ils se dévisagent quelques instants en se dévorant mutuellement avec un désir non dissimulé.

    017

    Souhaitant faire durer l'instant, Arkan dirige ses lèvres contre le cou de sa partenaire pour lui déposer une pluie et doux et sensuels baisers...  

     Puis, ses mains deviennent un peu plus entreprenantes ; et Tenma en semble ravie vu qu’elle se tortille désormais contre lui en émettant de discrets petits gémissements.

    017

    Cependant, au fil des minutes, ces petits jeux coquins frustrent la jeune fille qui en veut désormais beaucoup plus ; pourquoi ne se décide-t-il pas à l’embrasser fougueusement ??

    017

    L’air coquin, elle ferme alors les yeux en ouvrant légèrement la bouche afin qu’il se décide à s'emparer de ses lèvres.

    017

    Flatté d’être autant désiré, Arkan se décide enfin à plaquer ses lèvres contre cette bouche qui n’attendait que lui et un jeu de langues passionné débute ensuite, dirigé par Tenma principalement car elle a faim de ce garçon comme elle n'en a jamais désiré aucun autre ! Ses bras musclés qui l’enserrent lui donnent des ailes et elle a l’impression de l'aimer depuis toujours. A cet instant, elle est la plus heureuse des jeunes filles au monde.

     Cette sensation de bien-être dans les bras d’un garçon, cela fait si longtemps que Tenma ne l’avait plus ressentie et même dans les meilleurs moments de sa relation avec son ex, la jeune fille n'a pas le souvenir d'avoir déjà savouré autant un baiser que maintenant ! Elle a l'impression d'avoir attendu cet idiot de Casanova toute sa vie...

    « 016018 »