• 023

     

    *

     

    Peu après, Jun est de retour dans le hall menant à sa chambre ; Keichi l’a laissé pour retourner vaquer à ses occupations de souverain. Ils iront voir les armées le lendemain, « — rien ne presse, de toute façon », lui a fait le blondinet avec un sourire.

    Evaï est allongée sur le lit du couple, lorsque Jun pénètre dans leur chambre ; vivement, elle ferme le livre qu’elle était en train de dévorer en attendant son retour, en s’exclamant ; — Aaaah enfin !! Je commençais à m’inquiéter moi, tu sais !!

     — Faut pas, mon cœur, lui sourit le jeune homme en la regardant s’extirper du lit, pour venir a sa rencontre.

    023

    — Tu as l’air fatigué, s’étonne la jeune fille en dévisageant son petit ami avec suspicion, — ça va toi ? Tu étais où ?

     Il va devoir mentir, vu que Keichi lui a formellement interdit de lui parler du « secret d’Octavia ».

    — Ça fait quelques nuits que je dors mal, trouve-t-il rapidement comme excuse.

     — Allonge-toi alors, lui sourit Evaï avec compréhension — moi je vais chercher la salle de bain, j’ai besoin de faire un brin de toilette !

     — Étage en dessous, lui apprend aussitôt Jun — porte du milieu à ta gauche quand tu descends !

    — Oh, mais c’est que tu connais ce palais comme ta poche dis moi, sourit Evaï avant de se mettre en chemin, pendant qu’il s’assoit sur leur lit, en lui souriant ; — reviens vite !! Tu me manques déjà et j’ai besoin d’un câlin...

     — J’en ai même pas pour dix minutes !! lui affirme-t-elle tout sourire, en disparaissant enfin dans le hall.

     

    Et c’est vrai.

     Il ne lui faudrait normalement pas plus de dix minutes pour descendre dans la salle d’eau afin de faire un brin de toilette.

     À condition bien sûre que rien ne la freine...

    Sur le coup, elle ne sait pas trop quoi penser de sa présence devant elle. Keichi est planté devant le téléporteur qui sert d'ascenseur pour joindre cet étage et celui d’en haut.

    À croire qu’il était en train d’attendre quelqu’un.

    Elle ?

    Aucun mot, aucun murmure ne s’échappent de sa bouche et son silence pétrifie rapidement la jeune fille. 

     Décidément, elle ne supporte pas cette espèce de roi manipulateur et vicelard.

    Elle prépare ses mots pour lui cingler une ou deux répliques afin de lui faire comprendre qu’il faut qu’il se pousse de son chemin, et vite... Il va comprendre à qui il a affaire, cet empaffé.

     Mais tout se passe si vite, sûrement pendant moins de dix secondes ; les mains de Keichi s’illuminent étrangement...

    Evaï n’a vraiment pas le temps de remarquer quoi que ce soit que le tout ce qui l’entoure s’obscurcit déjà...

    023

     Un coup.... Non, une violente attaque.

      Son corps est lourd, soudain très lourd.

    Il semble vouloir chuter sur le sol ; elle veut l’en empêcher en ordonnant à ses jambes de rester droites... En vain, elle est déjà à genoux sur le carrelage de ce hall glacé, devant cet être impitoyable.

    023

    Péniblement, elle lève la tête en clignant des yeux, pour dévisager avec mépris son ennemi, cette espèce de fourbe... Il est le mal incarné, elle le savait...

     

     

    *

     

     

    023

    Pendant ce temps, Jun se prélasse devant la télévision de sa chambre en attendant impatiemment le retour de sa petite amie ; qui est partie depuis maintenant plus de vingt minutes.

     s’ordonne-t-il en pensées.

    Mais il n’aura pas à se déplacer vu qu’il entend soudain la porte de la chambre s’ouvrir, poussée par sa rouquine préférée.

    Rapidement il tourne la tête vers elle pour lui offrir un doux sourire, tout en agitant les mains dans sa direction pour lui faire comprendre qu’il veut qu’elle lui saute dessus, maintenant et toute de suite !

    023

    Cependant, son adorable petite amie ne semble pas décidée à lui faire ce plaisir, vu qu’elle s’immobilise à côté du lit pour le dévisager étrangement, avant de se mettre à râler ;

    — Je veux rentrer à la maison, ça me gonfle d’être ici.

    023

    Évidemment, Jun ne comprend pas cette soudaine réaction ; il se redresse donc sur son lit pour se retrouver face à sa dulcinée et la questionner ; — Mais... mais pourquoi ? On s’était mis d’accord et....

    023

    Sans attendre, Evaï l’interrompt brutalement, stressée ; — Parce qu’on a rien à fiche ici ! Nous sommes Eterniens et les Octaviens sont nos ennemis ! Alors je veux rentrer.

    Bien sûr, Jun est blessé par cette réaction ; après tout ce qu’il a tenté pour la retrouver, la récupérer, la ramener ici afin de l’avoir à ses côtés...

    Il se sent vexé.

    023

    — Au revoir alors.... moi je t’ai dit que j’avais quelque chose a faire ici, alors je reste... J’ai encore rêvé de la scène bizarre pendant que je m’assoupissais devant la télé, tu sais... C’est bien un signe quand même ! 

    — Mais je m’en fiche de tes rêves et fantasmes idiots ! Le cingle Evaï, les mains sur les hanches et l'air agacé  je sais même pas pourquoi je t’ai suivi ici, car tu es fou à lier ! J’ai bien réfléchi Jun et j’ai décidé de ne plus te suivre dans tes bêtises.

     — Alors, va-t'en ! Lui ordonne maintenant Jun, presque dans un cri de désespoir, les dents serrées, la gorge nouée et les yeux humides. — Va t'en et bon vent!

    Immédiatement et sans dire un mot de plus, elle lui obéit ; faisant volte-face pour se retourner et reprendre la porte qui mène au hall.


  • 024

    Another You ~ Cascada ♪ 

    024

    Jun n’en revient pas. Sa petite amie a bel et bien décampé de la sorte. Comme si elle avait le feu aux fesses et qu'elle était pressé de décamper. Son coeur se serre en même temps que son estomac se noue.

    024

    Il ressent soudain une sensation de vide intersidéral. L'impression d'avoir perdu quelque chose de vital. Qu'allait-il bien pourvoir devenir sans elle ? Ils étaient ensemble depuis trop longtemps. Elle était sa source de rire et d'énergie. L'idée d'un monde sans sa rouquine l'effraie. L'idée de la réaliser loin de ses bras le panique.

    Ses yeux s'humidifient.

     Il a besoin d'elle. Tellement. Elle est son oxygène. Pour Elle, il serait prêt à tout donner et ce, jusqu'à la fin de ses jours.

    Ils étaient faits l'un pour l'autre. Très opposés sur de nombreux points, ils s'apportaient mutuellement ce qu'il fallait pour se compléter à la perfection. Il est inconcevable qu'ils se séparent ainsi...

    Jun ne comprend pas. 

    Pourquoi ?!

     Elle qui semblait avoir décidé de rester à ses côtés... Pourquoi avait-elle changé brusquement d'avis.

    024

    Souffrant le martyr, il tombe à genoux sur la moquette de la pièce en se répétant inlassablement cet unique et très simple petit mot. Cette interrogation à laquelle il ne peut pas répondre.

    " Pourquoi ? " 

    Ne l'aimait-il plus du tout ? S'était-elle lassée ? Peut-être l'avait-elle réalisé trop lâche et ridicule, avec ses envies de protection d'une inconnue... Jun en suffoque, se réalisant lui aussi pathétique.

    Mais bon dieu, pourquoi avait-il survécu à ce sombre jour qui avait emporté toute sa famille. Il aurait du se tuer à son tour après avoir porté le coup de grâce à son père. Ainsi, il n'aurait pas eu à endurer ces dix-sept années absurdes qui ont suivi le pire jour de sa vie.

    So many times, I was alone, I couldn't sleep
    You left me drowning in the tears of memory
    And ever since you've gone, I found it hard to breathe
    Cause there was so much that your heart just couldn't see
    A thousand wasted dreams rolling off my eyes
    But time's been healing me and I say goodbye

    Cause I can breathe again, dream again
    I'll be on the road again
    Like it used to be the other day
    Now I feel free again, so innocent
    Cause someone makes me whole again for sure
    I'll find another you

    Could you imagine someone else is by my side
    I've been afraid he couldn't keep myself from falling
    My heart was always searching for a place to hide
    Could not await the dawn to bring another day
    Your not the only one so hear me when I say
    The thoughts of you that just fade away

    Cause I can breathe again, dream again
    I'll be on the road again
    Like it used to be the other day
    Now I feel free again, so innocent
    Cause someone makes me whole again for sure
    I'll find another you

    Sometimes I see you when I close my eyes
    You're still apart of my life

    But I can breathe again, dream again
    I'll be on the road again
    Like it used to be the other day
    Now I feel free again, so innocent
    Cause someone makes me whole again for sure
    I'll find another you
    I'll find another you

     

     

    *

     

     

    024

    Au même moment, dans la chambre du roi d’Octavia, l’ambiance n’est vraiment pas a la déprime.

    024

    Oh que non, puisque Keichi ne fait que s’émerveiller de l’étendue de ses pouvoirs psychiques... 

    024

    C'est en esquissant un sourire narquois qu'il reprend forme originale, tout en retenant de rire alors qu'il se souvient de la tête de ce pauvre Jun qui semblait vraiment dépité devant le speech d'abandon de sa copine. Ce gringalet n'avait décidément rien d'un homme, pour s'exciter ainsi lorsqu'une femme souhaite le plaquer. Ne savait-il pas qu'un guerrier, un vrai, n'était pas censé avoir d'attaches auprès d'une femme ?

    024

    Et pendant ce temps, enchaînée par ses pires ennemis, Evaï ne fait que prier pour la sécurité de son petit ami qui est désormais seul dans cette antre de psychopathes. 

    024