• 149

     

     

    *

     

     

    Puis, les heures défilant, le malaise décide de se vouloir croissant. En effet, Vanessa a de plus en plus de mal à rester forte et impassible devant le spectacle de l’homme qu’elle aime, sans arrêt accroché aux bras d’une autre femme.

    Pourtant elle avait promis à sa meilleure amie de tenir le coup ce soir. Qu’elle pourrait désormais accepter le fait qu’il ait refait sa vie avec une autre. Puisque de toute manière, entre eux tout est bel et bien terminé.

    Mais il faut croire que cette promesse avait été lancée en l’air sans réflexion préalable, puisque la voilà maintenant en train de s’isoler dans les toilettes des femmes. Pour constater, dans les nombreux miroirs de l’endroit, qu’elle a décidément un visage qui ne dégage que désespoir et malheur.

    Non. Elle ne s’en sortira pas. Non. Elle ne l’oubliera jamais.

    Maintenant, elle en est persuadée.

    Parce qu’elle ne peut pas. Ne veux pas. N’en a pas la force.

    Parce qu’elle est faible. Parce qu’il était tout pour elle. Tout ce qu’elle avait toujours souhaité et désiré. Parce qu’elle ne sait pas le voir autrement que comme un amant. Un amour. Un amour unique.

    Alors elle finit par craquer. Ici, seule dans ces toilettes bleues. Jusqu’à se laisser glisser le long du mur pour s’asseoir à même le sol, les genoux repliés jusqu’au menton.

    Ce Nouvel An est décidément un désastre. Un début d’année horrible et douloureux, qui ne présage rien de bon pour les 365 jours à venir.

    En silence, elle sanglote à nouveau. Il ne manquerait plus que quelqu’un l’entende...

    Oh et puis zut. Que quelqu’un l’entende après tout. Elle s’en fiche. Que ce soit « cheveux plaqués », ou une autre femme, elle n’en a plus rien a faire.

    Parce que plus rien n’a d’importance désormais...

    You are everything, everything, that i wanted...

    La porte s’ouvre doucement. Une tête brune apparaît dans l’ouverture.

    Tania.

    — Hey ! Mais qu’est-ce que tu fais là ? Je te cherchais partout ! Et Ulrich aussi. Ça va ?

    — Petit coup de blues. Mais je m’en remets dans cinq minutes. T’inquiètes pas..

    — Je comprends. Et je te félicite d’avoir tenu aussi longtemps. À le regarder avec l’autre trainée, et tout... J’aurai craqué bien avant, moi. Alors je te dis chapeau !

    — J’ai envie de m’en aller, finit par soupirer la blondinette abattue en se relevant du sol, aidée par la main de son amie, — tu penses qu’on m’en voudra si je rentre maintenant ?

    — Non, bien sûr que non.. Mais il n’est qu’une heure..

    — Oui mais j’en peux plus. Et aux douze coups, tu as vu ce qu’il s’est passé ?

    — Je crois. Il s’est approché de toi et elle l’a tiré par le bras pour l’en empêcher, non ?

    — Voilà. Ce qui fait qu’il ne m’a même pas souhaité la bonne année... C’est con, mais ça me fait mal.

    — Un point positif dans tout ça, je t’ai vue rire avec Erwan tout à l’heure ! Non ?

    — On a papoté de tout et de rien, oui. Un petit peu comme dans la vieille époque... Je suis d’ailleurs surprise qu’il ait réussi à tourner la page si facilement. Il m’impressionne..

    — Pardon, je te coupe, mais ils sont en train de se faire des chansons solos là, tous, pour le fun, alors je me disais que..

    — Hmmm ? Tu as une idée derrière la tête, et ça me fait peur.

    — Prends le micro et chante un truc !

    — Hein ?

    — Chante lui un truc ! Bien fort ! Improvise, n’importe quoi. Un truc qui lui foutra la honte, parce que ça va lui faire réaliser qu’il kiffe t’entendre lui crier « je t’aime » !

    — Tu es complètement folle ?? C’est moi qui vais me payer la honte oui !

    — Je suis sûre que non ! Attends Ness, il a passé la soirée à te mater, alors si ça c’est pas un signe, moi je sais pas ce que c’est !

    — Tu as trop bu pour me proposer une telle connerie !

    — Peut-être, mais toi aussi t’es raide défoncée ! Alors, sers-toi du prétexte de l’alcool pour lui hurler que tu l’aimes !!!

    — Non ! J’ai dit NON ! Je vais pas aller me ridiculiser pour te faire plaisir, MERDE ! Ma situation est déjà assez difficile à vivre comme ça sans que j’aille passer pour une idiote qui est toujours folle de son ex. À SENS UNIQUE !!!

    — Mais ce n’est pas à SENS UNIQUE ! Tente de la contredire férocement la brunette, en la suivant hors des toilettes.

    Les deux jeunes femmes vont devoir reprendre leur conversation au bar, puisque Vanessa semble souhaiter boire à nouveau. Pour essayer de s’amuser et oublier la folie de cette soirée. La folie d’avoir accepté de venir passer le réveillon du 31 dans le même lieu que lui.

    — Une vodka orange, merci, commande à son tour Tania pour suivre sa meilleure amie, tout en jetant un œil vers l’estrade de la piste de danse — tout le monde chante tout et n’importe quoi... Ils sont tous aussi défoncés les uns que les autres Ness..

    — J’ai dit non !!

     

    Pour que tu m'aimes encore - Celine Dion ♪

     

    — Raah mais t’es vraiment idiote quand tu refuses en bloc des idées géniales quoi !!! Et puis regarde, cheveux plaqués va chanter aussi !! Regardeee !! Ouliii, on va rigoler. Je parie qu’elle a une vieille voix de sorcières !!

     

    J’ai compris tous les mots, j’ai bien compris, merci..
    Raisonnable et nouveau, c’est ainsi par ici...
    Que les choses ont changé, que les fleurs ont fané..
    Que le temps d’avant, c’était le temps d’avant...
    Que si tout zappe et lasse, les amours aussi passent...

    Il faut que tu saches

    [...]

     

    — Ça va, elle se défend.. Soupire finalement en réponse Vanessa en finissant son nouveau verre de whisky coca.

    — Elle a peur. Et c’est bon pour toi ça. Elle aurait plus chanté n’importe quoi, mais si elle fait pour que tu m’aimes encore, c’est que vraiment...

     C’est que c’est une chanson facile pour une novice Tania, c’est tout. Alors, arrête d’y croire, je t’en prie..

    — Non, c’est moi qui vais t’en prier maintenant !! D’y aller juste après elle. S’il te plaît !! Regarde la tête de Kyle, il sait plus où se foutre, c’est quand même une preuve, non ?? Y’aurai un trou de souris dans la salle qu’il s’enfuirait dedans !!

    — Et si tu te trompes... ? Déglutit entre deux sanglots étouffés un cœur de nouveau en miettes, — je vais passer pour..

    — Je ne me trompe pas.. Mais si jamais c’était le cas, je suis persuadée que personne n’oserait rire. Et puis qui l’aime « cheveux plaqués » ? Qui la connait ? Personne des mecs en tout cas !

    — Il a dû la leur présenter, et si ça se trouve c’est une chouette fille..

    — Toi aussi, t’es une chouette fille ! Et ils te préfèrent cent fois à elle ! Je te le promets !

    — Mytho !

    — Elle a fini sa chanson Ness !! Elle a fini !! Allez, c’est à toi !! Vas-y !!!

    — Je.. Je...

    — Allezzzzzzzz !!

    — Mais qu’est-ce que tu veux que je chante ???

    — Je t’aime !! Juste « Je t’aime » !! « Je t’aime, caca prout » tout ce que tu veux, du moment qu’il y’a « Je t’aime » dedans !!

    — Je.. Je.. Bon, OK..

    C’est donc en titubant à moitié que la jeune femme décide de se jeter dans la gueule du loup en traversant la foule épaisse pour rejoindre l’estrade, juste après avoir récupéré tranquillement le micro des mains du DJ de l’endroit, tout en lui souriant simplement — Je n’ai pas besoin de musique. C’est une impro...

    — Intéressant, ne manque pas de l’approuver celui-ci, rarement habitué à ce que les gens veuillent faire du karaoké sans musique.

     

    Stay with me - Cat's eyes opening ♪

     

    149

     

    I Turn Around And There You Are
    You Seem So Close But Very Far Away
    I Can Not Find The Words I Want To Say
    But Only Want To Hold You Just To Only Hold You

     

    149

     

    To Me It Seems Just Like A Dream
    I Thought You Had Lost Your Love For Me

     

    — Elle est bourrée là Vanessa, non ? S’étonne rapidement Yann en direction de sa petite amie qui est venue le rejoindre dans l’un des petits salons qu’il partageait avec Zell — parce qu’elle va foutre la merde là !

     

    149

     

    My Prayers Were Answered Bringing You To Me
    Never Let Me Go Never Let Me Go Forever

     

    — Tant mieux, lui répondra simplement sa belle, les yeux rivés sur sa meilleure amie ; et sur le destinataire de ces quelques paroles chantonnées.

     

    149


    So Stay With Me Stay With Me
    And Never Let Me Go

     

    149

     

    Just Take Me In Your Arms Again
    And Say You Love Me So

     

    149


    So Stay With Me Stay With Me
    And Never Let Me Go

     

    149


    Just Say The Words I Want To Hear
    Oh Baby Please Don't You Go

    149


    I Turn Aroud And There You Are
    You Seem So Close But Very Far Away

     

    149

     

    I Can Not Find The Words I Want To Say

     

    149

     

    Never Let Me Go Never Let Me Go Forever

     

    Dès la fin de cette chanson des plus intrigantes, un silence glacial s’échoue sur la salle tout entière.

    Parce que tout le monde ici a comprit à qui pouvait bien s’adresser ce doux message. Parce que tout le monde ici dirige maintenant ; et le plus discrètement possible ; son regard vers une jeune rockstar, qui ne sait désormais plus où se mettre.

    Mais si Kylian aimerait désormais disparaître dans un trou de souris, tant sa gêne semble insupportable, Vanessa elle, préfèrerait carrément s’envoler vers une nouvelle planète. Désir malheureusement irréalisable, a moins d’être astronaute ; et encore.

    Alors elle décidera simplement de descendre de l’estrade, en essayant de rester la plus calme et impassible possible, dans l’espoir de conserver un minimum de dignité.

    Mais Tania constate rapidement la tentative de fuite de sa meilleure amie ; en effet, celle-ci est en train de se frayer un chemin dans la foule pour se diriger vers la sortie de la salle. Malheur ! Elle va s’en aller. Vite. Il faut agir !

    Elle se dirige donc rapidement vers un Kylian qui commence à se faire incendier par sa petite amie du moment, pour lui lancer avec vivacité,

     — Qu’est-ce que t’attends toi ??

     

    Tu ne bouges pas ?

    Tu ne cours pas derrière elle pour la rattraper ?

    Parce qu’elle va s’en aller !

    Parce qu’elle t’aime !

    Tu ne le réalises pas ?

    Qu’elle t’aime ?

    Et que toi tu l'aimes, plus que le pot de gel à ta gauche ?

     

    — Kyle ! Appelle avec douleur Nicky en attrapant le bras du concerné pour l’empêcher de se relever. Elle ne veut pas qu’il s’en aille. Pas qu’il se mette a lui courir après. Parce qu’il est avec elle. Parce qu’il lui a promis. Parce qu’elle l’aime. Déjà. Oui... et malheureusement. Parce qu’il est déjà en train de marcher d’un pas rapide vers la sortie. Vers elle.

    Pour ? Sans doute, faire un choix.

    C’est donc dès maintenant qu’elle peut commencer à prier le ciel pour être l’heureuse élue. 

     

     

     

    *

     

     

     

    149

     

    — Vanessa ? Se dépêche d’appeler Kylian en jaillissant hors de la salle des fêtes, loin de la foule et de la cohue.

     

    — Je.. Je.. Lui balbutie aussitôt celle-ci, dès que ses yeux se sont posés sur sa personne : elle est a moins de trois mètres de la porte d’entrée, adossée contre le mur, avec une expression du visage qui en dit long sur ses sentiments du moment : une gêne immense, voir une honte indescriptible..

    — Pourquoi t’es-tu enfuie ? Préfère feinter Kylian ; comme s’il ignorait la réponse — il fait trop chaud à l’intérieur ? 

    — Je suis désolée, s’excuse alors Vanessa, les yeux rivés sur le carrelage — vraiment désolée.. Je sais pas ce qui m’a pris.. 

    — Menteuse. Tu n’es pas désolée, n’hésite pas la contredire Kylian en arrivant vers elle à grandes enjambées. 

    — J’ai trop bu, c’est tout.. Décide de nier la jeune femme, le cœur battant a tout rompre à cause de la soudaine proximité que Kylian vient de créer en se rapprochant autant.


  • 150

    150

     

    — Tu n'es qu'une effroyable menteuse, l'accuse t-il en retour de sa voix la plus sensuelle, avant de la ramener délicatement contre lui.

     

    150

     

    — Cette scène me rappelle quelque chose, tente alors d’ironiser Vanessa, tandis que les deux mains de son interlocuteur commencent déjà à faire des va-et-vient entre son dos et ses fesses, — le hall de l’immeuble, non ?

    — Non, se contente-t-il de lui souffler réponse, tout en lui déposant d’humides et provocants baisers dans le cou, avant de lui murmurer dans le creux de l’oreille que ce soir, il ne s’enfuira pas en courant.

    Vanessa écarquille immédiatement les yeux à cette affirmation. Avant de le forcer à reculer son visage du sien, pour le fixer avec suspicion — répète ça, Kyle ! Répète-le ! 

    — Le !

    — Idiot !

    — J’ai plus envie de jouer au chat et à la souris avec toi Vanessa. Parce qu’à force... tu finiras par tomber dans les bras d’Ulrich, et moi je vas devoir le tuer, alors...

    — Oh, que c’est chevaleresque ! L’amour de ma vie qui irait tuer pour mes beaux yeux. Hmmm... Rien que pour voir ça, j’irai bien lui sauter tout de suite dessus !

     

    150

     

    — Jamais de la vie !! la contredit aussitôt Kylian en s’emparant de ses lèvres avec une passion croissante au fil des secondes ; normale, ce soir elle n’est vêtue que d’une fine robe très ouverte et il en faut moins pour le rendre dingue. Surtout lorsqu’il n’a fait que rêver de ses courbes pendant de nombreuses semaines.

     

    150

     

    Oui, il doit se rendre à l’évidence : il est fou d’elle et prêt à tout pour continuer de la tenir dans ses bras de la sorte. Quitte à passer de nouveau pour une enflure finie, auprès d’une autre jeune femme...

     

    150

     

    ... D’une autre jeune femme ? Qui vient d’ailleurs de se figer a quelques mètres de lui, le cœur volant brusquement en éclats devant un tel spectacle.

     

    150

     

    Pourtant, elle ne pourra pas nier qu’elle ne s’y attendait pas. Puisqu’il a commencé à se montrer de plus en plus distant avec elle, depuis le jour où il a quitté le centre de désintoxication.

    Il avait dû la croire suffisamment idiote pour ne pas se douter qu’il n’y avait brusquement plus anguille sous roche, mais carrément baleine sous caillou.

     

    150

     

    Mais le pire dans toute cette ignoble mascarade, c’est bien le fait que leurs regards viennent de se croiser à l’instant.

    En effet, entre deux baisers avides, il semblerait que Kylian ait aperçu l’espionne qui le dévisage maintenant avec haine et dépit. 

    Et pourtant, malgré cette découverte, il ne freine en rien ses caresses et baisers ; préférant même les intensifier.

     

    Un message à faire passer sans doutes.

     

    D'un pas rapide, la jeune femme bafouée et humiliée décampe de cet endroit.

     

    150

     

     

    Pour s’effondrer dans un endroit calme et isolé, afin de pleurer toutes les larmes de son corps.

    Parce qu’il ne manquerait plus que ça. Qu’elle s’effondre devant lui. 

    Ce salaud.. Ce monstre. Cet enfoiré. 

    Ce menteur. Ce vil et pitoyable menteur.

     

     

    *

     

     

    — Y’a un peu trop de passage ici à mon goût, murmure Kylian à sa compagne retrouvée, une fois que « l’autre femme » a enfin disparu de sa vue — et j’ai la voiture garée à quelques mètres, alors...

    — On fonce!!!!

     

     

     

    *

     

     

    Le coeur en miettes, passant le pire réveillon du Nouvel An de sa vie, Nikole pleure de toutes les larmes de son corps, dehors, sous son abribus.

     

    — Vous allez attraper la mort, la fait soudain sursauter une voix masculine et chaleureuse. Elle tourne aussitôt la tête en direction de l'intrus, 

     

    — Romuald ? C’est bien ça, votre nom ?

    — Oui. Allez... Revenez à l’intérieur avec moi. Sinon à ce rythme, vous allez débuter l’année avec une belle grippe.

    — Je vais rentrer chez moi dans pas longtemps, donc cela ne sera pas nécessaire. Mais merci encore de vous préoccuper de mon sort.

    — J’ai déjà été dans votre situation, alors je sais que ça peut faire très, très mal de se voir préférer quelqu’un d’autre. Alors si ça peut vous consoler, ce soir, vous n’êtes pas seule. Et puis de toute manière, ça serait vraiment honteux de vous abandonner ici.

    — Vous êtes quelqu’un de gentil. Vraiment..

    — Et vous, vos lèvres sont en train de virer au bleu... Alors je vous propose ma voiture quelques minutes, pour vous réchauffer. Et puis ensuite, je vous ramènerai, si ça vous dit. Parce qu’il me semble qu’à part le p’tit boulet, vous n’avez personne dans la salle, non ?

    — En effet...

    — Alors venez. Je suis garé juste là, devant.


  • 151

    À quelques voitures de celle de Romuald, est soigneusement garée celle de l’un de ses amis, Kylian.

     

    Et c’est dans cette grande Vectra noire que le jeune homme se réconcilie avec la femme de sa vie, entre longs baisers langoureux et caresses osées.

      

    Cela fait si longtemps qu’il n’a plus goûté à ses lèvres que ce soir il a bien l’impression de revivre. Tout en elle lui avait décidément manqué ; ses yeux, son corps, ses baisers, son sourire, ses murmures... ainsi que ces petits gémissements, qu’elle sait parfois laisser échapper quand il sait titiller habilement certains endroits clefs de son anatomie.

     

     

    *

     

     

     

    — Tu devrais éteindre le chauffage. Pense à ta batterie, conseille sagement Nikole au blondinet qui l’a invitée dans sa voiture afin de la réchauffer du temps ingrat qui sévit à l’extérieur.

    — Hmmm, la santé d’une jolie jeune femme m’importe plus qu’une simple batterie. Je la rechargerai en rentrant ce soir. 

    — Waouh, quel homme. On en voit plus beaucoup des comme ça de nos jours, ne peut s’empêcher de s’étonner la jeune femme, avec un zeste d’amusement.  

    — C’est ce qu’elles me disent toutes. L’homme parfait ! Même si a la fin, elles finissent par choisir mon meilleur ami !  

    — Vraiment ? Et votre meilleur ami, c’est le brun ?

    — Non, c’est le châtain. Yann.

    — Excusez-moi. Je dois vous paraître idiote de ne pas savoir reconnaître les visages des célèbres Apologize. 

    — Nous ne sommes pas le groupe mondialement connu non plus, alors, ne t’excuse pas. Hmm... Mais tu me permets de te tutoyer au moins ? Parce que ça fait un peu prout-ma-chère le vouvoiement, et ça me met mal à l’aise.

    — Y’a pas de soucis.

    — Alors tu l’aimais vraiment, Kyle ? 

    — Aimer est un bien grand mot.. Disons que j’étais attachée à lui... Et surtout, je tenais à me prouver que cette histoire ne finirait pas comme la précédente...

    — Comment ça ?

    — Cela fait juste la deuxième fois qu’on me largue pour une ex Romuald, si tu vois ce que je veux dire... Alors mon égo accuse le coup.

    — Laisse-moi deviner, le premier c’était aussi un patient du centre de désintoxication ?

    — Oui..

    — Tu es une femme tellement dévouée que tu t’entiches de ceux qui tu désires sauver. Je trouve ça magnifique, seulement...

    — Hmm.. Seulement.. ? Commence à craindre d’entendre la jeune femme, en déglutissant d’un air sceptique. 

    — Seulement Nicky, les gens sont, et resteront toujours, ingrats... Si tu me permets de t’appeler Nicky ?

    — Oui, pas de problèmes.. Et pour Kyle, je.. Je ne le pensais pas ingrat. Il semblait différent des autres. 

    — Arrête de parler de Kylian maintenant. Parce qu’en ce moment, lui il a déjà complètement oublié ton existence...

    — Merci de me le rappeler ! Commence à rougir la jeune femme en constatant l’étrange avancée de son interlocuteur vers elle.

     

    Qu’a-t-il l’intention de faire ?

    Pourquoi se tourne-t-il autant dans sa direction désormais ?

     

    — Vis pour toi Nicky... Pour ton bonheur..., lui souffle-t-il doucement, tout en lui attrapant l’épaule pour la forcer a rapprocher son visage du sien — et pas uniquement pour sauver les autres..

     

    Un baiser ? C’est bien un baiser qu’il se prépare à lui offrir ? Peut-être. Cela expliquerait ses pupilles désormais dilatées et ces deux lèvres qui se rapprochent dangereusement des siennes. Il faudrait peut-être qu’elle se décide enfin à le freiner. L’arrêter. Lui rappeler qu’elle n’est pas une fille facile et qu’elle n’a pas pour habitude de collectionner les aventures sans lendemains.

     

    Pourtant, elle n’en fera rien. Préférant le laisser prendre possession de ses lèvres, pour un long et langoureux baiser.

     

    Il embrasse à merveilles. Peut-être mieux que Kylian.

     

    Peut-être même mieux que tous les hommes qu’elle a connus jusqu’ici, d’ailleurs.

     

    Sans parler de ces douces caresses qu’il sait lui offrir discrètement, sans la brusquer ni la choquer. Pourtant, elle pourrait s’outrer face à cette main qui se glisse maintenant, et sans aucune retenue, dans son décolleté. Mais non. Bien au contraire. Elle en désirerait même plus et se décide donc à l’encourager dans ses courageuses avances. Ses bras l’enlacent alors tendrement. S’enroulant autour de son cou pour le serrer contre-t-elle. Cet homme lui plaît et est célibataire. Que pourrait-elle demander de plus après tout ? Finalement, ce Nouvel An ne lui apparaît plus comme le pire qu'elle ait vécu, bien au contraire ! 

     

    Sous le charme, elle lui murmure un,  encore..., lorsqu'il se décide à lui rendre enfin ses lèvres.

     

    — Hmmm.. Avec plaisir, se contente alors de lui murmurer Romuald en réponse, avant de revenir l’embrasser a nouveau, avec une dose d’audace décuplée.