• 144

     

     

    *        *

    *

     

     

     

    — Comment avez-vous eu mon numéro ? 

    — J’ai fouillé dans le répertoire de son téléphone. Et vu qu’il avait déjà mentionné votre prénom lors d’une conversation...

    — Et où est-il en ce moment ?

    — Avachi sur le canapé du salon, en train de vider le bar, tout en se passant en boucle une seule et même chanson.

     

     

    Staind - So far away ♪

     

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144

     

    144



  • 145

    145

     

    — Aaaaaaah, sera le premier cri que Kylian poussera en se réveillant ce matin, peu après avoir découvert qu’il n’est pas seul dans son grand lit aujourd’hui. 

     

    Sa bouche encore pâteuse lui révèle rapidement qu’il a plus qu’abusé de l’alcool la veille ; et cette tête rousse qui dépasse à peine de ses draps, finit de lui faire tirer des conclusions : il avec fait l’amour toute la nuit avec sa colocataire. 

     

    — Mon dieu de bordel de merde ! Fuck ! Fuck, et re-Fuck ! Ne pourra-t-il s’empêcher de se grogner à lui-même, jusqu’à réveiller la belle aux bois dormants devant lui.

    — Je.. Je.. Bonjour.

     

    Évidemment, la jeune femme ne sait pas vraiment à quoi s’en tenir avec son amant de la nuit, puisqu’elle sait très bien qu’il n’était pas dans son état normal lorsqu’elle est venue s’asseoir à ses côtés, en petite tenue.

     

    — Dis-moi qu’on s’est protégé Jeyne, commence à prendre peur Kylian en se redressant doucement pour se relever de ce lit qui en a trop vu la nuit dernière — dis-moi que tu prends la pilule, par exemple...

    — Non, je ne la prends pas. 

     

    145

     

    — Et moi, j’avais plus de capotes ! Donc c’est clair que... La la la la ! Putain de bordel de merde, je cumule décidément ! Je cumule ! Je cumule !!!! 

    — Je suis désolée Kyle.. C’est moi qui t’ai chauffé, et... et... c’est... c’est de ma faute, se retient-elle de lui sangloter par fierté, tout en se relevant doucement pour le voir taper du pied en se tenant rageusement la tête entre les mains.

    — J’ai autant de torts que toi, voir plus, car moi j’étais défoncé ! Alors c’est moi qui m’excuse ! 

    — Où est-ce que tu vas ? finit-elle par lui demander d’une voix tremblante, lorsqu’elle le voit commencer à enfiler le premier Jean qui lui tombe sous la main.

    — Rhabille-toi, lui ordonne-t-il simplement en réponse, avant de disparaître de la chambre pour rejoindre le salon ; où il va chercher rapidement du regard Jakob.