• 146

    ...Qu’il va presque immédiatement apercevoir, en train de boire de l’eau à la bouteille, devant le bar de la pièce.

     

    — Salut gamin, le salut sans attendre celui-ci, avec un clin d’œil qui en dit long que ce qu’il sait de l’adolescent déjà honteux de sa folle nuit.

    — Tu es au courant ? Tu nous as entendus.. ? Ou pire, vus ?

    — Entendu, oui, avoue avec franchise l’ex-boxeur professionnel — mais ne te blâme pas trop. Tu as mélangé de nombreux alcools, alors forcément.. 

    — Tu as tout nettoyé à ce que je vois... Merci...

    — Y’a pas de quoi. 

    — Le pire, c’est qu’on ne s’est même pas protégés...

    — Ça, c’est très con. On ne t’a jamais dit qu’on se protège toujours lorsque l’on fait joujou avec notre matos ?

    — Je ne suis pas un chaud lapin et ne sors qu’avec des filles de confiance habituellement, alors...

    — Et Jeyne n’en est pas une de confiance ?

    — C’est pas ce que je voulais dire, mais..

    — J’ai compris. Ne t’inquiète pas, je te faisais marcher. 

    — Je vais lui acheter un test de grossesse. Et si jamais elle est enceinte, je la ferai avorter. Y’a pas de soucis, finit par soupirer de dépit Kylian en s’asseyant sur l’un des bancs qui entourent le bar, avant de reprendre d’un air accusateur — par contre Jakob, ce qui m’intrigue, c’est que tu aies laissé faire ça...

    — Qu’est-ce que tu veux dire ? Semble s’étonner le concerné en sondant le regard de son jeune interlocuteur.

    — Tu nous as entendus, alors pourquoi n’as-tu rien tenté pour m’arrêter ?? Je t’en aurai été éternellement reconnaissant si tu étais venu me foutre une baffe pour m’interdire de faire cette connerie !

    — J’ai appelé ta sœur lorsque tu as commencé à vider le bar. Parce que tu venais de m’envoyer me faire foutre.

    — Oh... Je.. Je suis désolé...

    — C’est pas grave.

    — Ma sœur..? Et que... que.. Que t’a-t-elle dit ?

    — Que tu étais assez grand pour faire tes choix désormais et que cela ne la concernait plus.

    — Ah... Bah je m’en doutais en fait...

     

     

     

    *      *

    *

     

     

    — Je pense que c’est Gégé qui doit le faire, propose finalement Romuald à ses amis, après que ceux-ci aient longuement débattu du moyen de faire revenir leur ancien pianiste parmi eux.

    — Hey ! Mais pourquoi moi ?? se dépêche de protester le rouquin, un peu gêné par le fait de devoir affronter, seul, cet homme qu’ils ont tous rayé de leurs vies sans le moindre remord. 

    — Parce que tu es Hamtaro. Le petit hamster aux grandes aventures lui rappelle alors sagement le blondinet des Apologize — et puis on ne peut rien refuser à un gentil hamster.. 

    — Moi, j’aurai plutôt pensé à Kylian pour le rappeler, hausse alors les épaules Zell, tout en continuant de gratter sur sa basse — après tout..

    — Après tout, tout est de ma faute ? C’est ça ? Se dépêche de l’interrompre le probable accusé en faisant la moue.

    — Ce n’est pas à Kyle de lui téléphoner, défend alors Romuald avec sagesse, — vu que ce n’est pas lui qui a tenu a le faire partir. 

    — Romu a raison, vient confirmer Yann dans un soupir — les plus grands coupables là-dedans, c’est lui et moi. Tandis que Gégé... Erwan n’aura rien à lui reprocher. Il est clean. Alors autant que ce soit lui qui le rappelle, l’air de rien, pépère... Ça te va Gégé ?

    — Parce que j’ai le choix ? Grommelle en réponse le concerné, pour faire réagir a nouveau son interlocuteur,

    — En effet, non !

    — Kyle ? Je peux te parler deux minutes, s’il te plaît ? se décide à demander Tania en intervenant discrètement dans la conversation.

    — Bah vas-y, lui répond alors celui-ci — je suis devant toi..

    — En privé, boulet !

    — Heeey ! Ne manque pas de s’étonner Yann en écarquillant les yeux.

    — On en a pour deux minutes, lui sourit alors la jeune fille avant de relever du canapé qu’elle occupait avec lui, pour se diriger vers la sortie du local, en faisant signe à Kylian de la suivre.

    — Mon petit doigt me dit que ce que tu vas me dire va me saoûler, ne peux s’empêcher de grogner le convoqué, avant de se mettre sur les pas de son interlocutrice.

     

     

     

    *

     

      

     

    — Vas-y, accouche, Tania, j’ai pas toute la nuit, prévient Kylian à la jeune fille qui l’a fait venir ici, une fois qu’il se retrouve seul avec elle dans le hall de l’immeuble.

    — Tu ne te doutes pas de ma question ? Semble rapidement s’étonner celle-ci en haussant les épaules — Bizarre... Le Kylian que je connaissais m’avait habitué à plus de logique..

    — Pourquoi est-ce que je suis venu ce soir-là ? C’est bien ça que tu cherches à savoir ?

    — Bah tu vois, quand tu veux, tu peux...

    — Parce que je suis un connard. Mais ça, tu le sais déjà, non ? 

    — Tu avais un but en venant Kyle ! Alors pourquoi n’es-tu pas allé jusqu’au bout ? C’est la présence d’Ulrich qui t’a refroidi, c’est ça ?

    — Même pas. Mais puisque tu en parles.. Vous aviez l’air mignons tous les trois !

    — C’est devenu un type bien. Tu sais qu’il a arrêté de boire pour elle ?

    — Tu m’en vois ravi !

    — Mais c’est toi qu’elle aime ! 

    — Et elle a tort ! Alors, sois gentille, et arrange le coup à Ulrich ! Pour qu’il la rende heureuse ! 

    — Le cœur d’une femme est beaucoup plus compliqué que ça malheureusement... Car on a pour habitude de rester amoureuses des plus crétins...

    — Regarde-moi Tania. Tu.. Tu penses que moi, je saurai la rendre heureuse ? Allez, regarde-moi bien dans les yeux, et ose me le dire encore une fois, que moi, je saurai la rendre heureuse... 

    — Plus qu’Ulrich ? Non, tu ne le saurais pas, en effet. Parce que lui pourrait lui apporter la nouvelle stabilité qu’il a désormais, c’est sûr. Quand toi, tu saurais lui apporterait... Eeeuhh..

    — Voilà. Merci d’argumenter ma propre thèse !

    — Mais c’est toi qu’elle aime. Et tu le sais !

    — J’ai rencontré quelqu’un au centre Tania. Une fille chouette, qui a eu une histoire avant moi, avec un gars qui l’a larguée pour revenir vers son ex... Alors..

    — Et ?

    — C’est aussi ça qui m’a fait rebrousser chemin ce soir-là.

    — Mais tu ne l’aimes pas, non ?

    — Et hier soir, je me suis défoncé la tronche, jusqu’à finir par sauter sur la fille qui vit avec moi. Et on a fait l’amour toute la nuit, comme des bêtes.

    — Tu...

    — Tu n’es qu’un salaud ? C’est bien ça que tu cherches à me dire ? Merci. Je le sais. Et c’est pour ça que Vanessa mérite mieux. Maintenant si tu veux bien m’excuser, faut que j’aille répéter... Alors je te dis à pluche.

     

    C’est l’air abattu que la jeune fille regarde son vieil ami retourner dans son local de répétitions. Il a changé. Terriblement. À tel point qu’elle a bien du mal à le reconnaître aujourd’hui.

    Pourtant, elle devrait travailler à réussir cet effort. Accepter le fait qu’il n’est plus le gentil garçon du passé. Accepter le fait que les gens changent avec le temps. En bien. En mal. Cela dépend. De leurs choix. De leurs opinions. Voir de leurs actes... 

    Ainsi va la vie..

     

     

     

    *

     

     

     

    — Quoi ? Tu viens de me dire d’aller manger des graines en Alaska là ?? S'offusque Gérald dans le combiné de son téléphone portable.

     

    Il était en pleine conversation avec Erwan qui lui raccroche soudain au nez.

     

    — Vous inquiétez pas, il bluffe. Il veut juste se faire désirer. Rien de plus, rassure Romuald à ses compagnons. 

    — Reuh les moisis, se signale enfin Kylian en revenant vers ses amis — Hmmm... Tu nous fais la danseuse classique Yann ?

    — Hein ? Euh, non, non. Je teste juste la nouvelle boite à poses de Rosesims !

    — Ah... 

    — Erwan vient d’envoyer Gégé se faire foutre, annonce Romuald pour informer Kylian — mais on pense qu’il bluffe ! 

    — Et pourquoi est-ce qu’il blufferait ? Lui répond alors Kylian en venant se placer juste devant lui — parce que tu crois qu’on est le meilleur groupe du monde et qu’il meurt d’envie de revenir parmi nous ?

    — Non, mais... tente de rependre le blondinet en déglutissant — enfin..

    — Erwan est quelqu’un de fièr Romu, ya pas moyen qu'il accepte quelque chose du premier coup. 

    — Et sinon, qu’est-ce qu’on fait tous, pour le Nouvel An ? Fait soudain Gérald, comme pour changer littéralement de sujet de conversation — parce que Noël approche, d’accord, mais encore mieux, le Nouvel An... Vous vous rendez compte qu’on va fêter nos « un an » d’amitié ? De groupe ? De délires ? 

    — Il nous faut Erwan pour ce Nouvel An, arrive à en déduire brusquement Yann, — je vais l’appeler moi aussi. Et je vais m’excuser. 

    — Pareil, ajoute alors Romuald — et puis on louera une salle de fêtes pour le 31. Plus grande que celle de Suche Nacht... OK.. ? Kyle ? 

    — Y’a pas de soucis. Je l’appellerai moi aussi. 

    — Et moi, je vais vraiment aller acheter des graines de hamster pour les lui lancer à la gueule ! Ne peut s’empêcher de conclure Gérald en faisant la moue.

     

     

     

    *      *

    *

     

     

     

    — Alors ? Tu as fait le nécessaire ? N’attends pas pour demander Jakob à sa colocataire rousse qui rentre à peine à l’appartement.

    146

    — Je ne vois de quoi tu veux parler, feins d’ignorer la jeune fille en poursuivant son chemin vers sa propre chambre — et puis ma vie ne te regarde pas.. 

    — Depuis qu’on crèche sous le même toit, si, un petit peu quand même ! Alors ? Ce nécessaire ? La pilule du lendemain ! Si tu vois ce que je veux dire.. 

    — Kylian m’a juste dit de faire un test de grossesse... Et pour ça je dois attendre d’avoir du retard dans mes règles.

    — Que Kyle n’ait pas pensé à la pilule du lendemain s’explique par le fait que ce n’est un gamin qui n’a sans doute jamais été confronté à ce genre d’évènements. Mais toi, Jeyne..

    — Et en quoi serais-je différente de lui ?

    — Tu es une femme !

    — Oh, merci de me l’apprendre. Je te jure que je l’ignorais encore ! 

    — Espèce d’idiote ! Tu ne t’es pas précipitée à la pharmacie pour te prendre la pilule du lendemain, car tu espères réellement être enceinte !

    — Évidemment. Tu lis dans mes pensées Jakob ! Waouh ! T’es le meilleur !

    — Mais tu ne te rends pas compte qu’il n’y a pas de place pour toi dans sa vie ?? Alors, ne sois pas stupide, et n’essaie pas de lui faire un enfant dans le dos ! Parce qu’il le prendrait très mal et le renierait sans doute ! Une mère célibataire, qui mettra au monde un enfant que son père ne voudra même pas reconnaître, c’est bien ça que tu cherches à devenir ? 

    — Putain t’es pénible quand tu te mets a faire la morale toi ! Mais tu te trompes complètement, parce que je ne cherche pas à lui faire un enfant dans le dos !

    — Je ne te crois pas, Jeyne. Parce que tu es amoureuse ! Et les femmes en amour... C’est vil ! 

    — Si jamais je remarque du retard dans mes règles, je ferai un test et le lui dirai. Puis on fera le nécessaire... Je te le promets !

    — Mouais... J’attends de voir, rouquine.


  • 147

     

     

    *       *

    *

     

    Blue christmas — The Platters ♪

     

     

    Le soir de Noël est habituellement une nuit inoubliable, car souvent saupoudrée d’une forte dose de bonheur.

    Pourtant, cette année là, Kylian n’a pas vraiment le cœur à s’amuser avec sa famille, à l’intérieur... Parce qu’il se sent toujours coupable pour l’arrêt prématuré de sa cure, même si ses parents ne semblent déjà plus lui en tenir rigueur. Ce qui l’étonne terriblement d’ailleurs : il ne fait que décevoir les gens qui tiennent a lui, mais malgré tout, ceux-ci continuent de l’aimer, encore et encore...

     

    Bref.. Si cette nuit est des plus douloureuses pour ce jeune homme stationné sous la neige, devant la maison familiale, ce n’est pas uniquement à cause de ce qu’il se reproche d’avoir fait subir à sa famille bien-aimée ; mais aussi de se souvenir qu’il y’a un an tout juste, il passait Noël chez son ex-petite amie.

     

    Elle lui manque tellement...

     

    Que fait-elle en ce moment précis ? C’est ce qu’il n’arrête plus de se demander. 

    Peut-être est-elle en train de passer à table, auprès de ses parents, et d'Ulrich.

     

    Le coeur gros et chargé de regrets, il souffle tout bas, d’une voix à peine audible, en levant les yeux vers un ciel où tombent de fins flocons, 

    Joyeux Noel, mon amour...

     

    — YOUHOUUUUUUHHHHH C’EST LE KIKIII, LE KIKIIII DE TOUS LES KIKIIIIS !!! le fait brusquement sursauter ; et frôler la crise cardiaque ; une voix qu’il a immédiatement replacée sur le visage de sa sœur aînée. Des confettis lui dégringolent doucement sur le visage entre deux flocons de neige ; il en déduit aussitôt que cette tête de linotte est sortie précipitamment pour s’amuser, sans penser à se couvrir un minimum ; 

    Tu vas choper la mort, crétine qui vient d’essayer de me tuer ! 

    — Alors, dépêche-toi de rentrer si tu veux pas avoir ma future pneumonie sur la conscience ! lui ordonne-t-elle en réponse. 

    — Je t’aime Tiph', va-t-il alors lui sourire affectueusement sans attendre, — même si je suis le plus putride des frères du monde, ne doutes jamais que je t’aime...

    — Je le sais banane. Et moi aussi je t’aime, même si tu es, en effet, le plus naze des frangins du monde ! 

    — Oh putain, j’vais t’buter toi !!! feint-il alors de la menacer, en se retournant pour grimper les marches de la maison, — t’es une femme morte !

    — Tue-moi à l’intérieur alors, parce qu’ici ça meule !! Mais attention, parce que je me défendrai, et je pense pas que tu puisses avoir le dessus !

     

     

     

    *

     

     

    Ainsi, la soirée peut reprendre de plus belle dans la petite maison du bonheur, à la grande joie de Sacha et Claire qui ne peuvent qu’être ravis de voir leurs enfants aussi heureux. 

    Le fait que Kylian ne leur ait pas présenté sa petite amie du moment, la sois-disant Nikole, ne les perturbe finalement pas tant que ça, même si l’an dernier il leur avait présenté, à l’occasion de cette même fête, sa Vanessa.

    Leur fils est pudique en amour et ils ne l’ignorent pas. En plus, sa relation avec sa psychiatre est plus que récente, alors il ne doit pas avoir envie de mettre la charrue avec les bœufs. 

    Ou alors, il se pourrait qu’il y ait une autre raison à ce désir de cacher sa nouvelle petite amie à ses parents bien-aimés.

     

    Peut-être l’aime- t-il encore, sa Vanessa, tout simplement.

    Et cela n’étonnerait absolument pas ces deux parents comblés, malgré le nombre de cheveux blancs que leur fils leur fait pousser !

     

    Soit, le temps fera son affaire. Peut-être rencontreront-ils un jour la fameuse Nicky.

    Ou, peut-être, reverront-ils la jeune chanteuse de variétés.

     

    Dans les deux cas, ils seront heureux qu’une femme participe à l’épanouissement de leur rejeton, puisqu’ils savent bien qu’un Kylian qui sombre, c’est un Kylian qui replonge dans la drogue.

     

    Et ça, c’est bien le plus grand de leurs soucis... et la plus grosse ombre au tableau de leur idyllique famille.

     

      

     

    *

     

     

     

    — Nous sommes là pour t’aider a tourner la page, ma chérie, réconforte affectueusement une mère vers sa fille, redevenue récemment célibataire, — Ne l’oublie jamais ! Et si tu veux revenir vivre à la maison, tu sais que tu peux récupérer ta chambre au premier...

    — Ça ira maman, sourit en réponse Vanessa, émue par tant de sollicitude.

     

    Avec le temps, la jeune femme avait fini par s’imaginer être orpheline de parents ; a tort, apparemment. Comme quoi... Il semblerait qu’il ne suffit que d’une nuit de Noël pour resserrer les liens et consolider les sentiments.

     

    — Et puis penses à Lulu, reprend la jeune mère avec sérieux, — tu te rends compte de tout ce qu’il a fait pour toi ? Cette cure, tous ces efforts... Et bien je peux t’assurer que peu d’hommes sur terre feront tout cela pour tes beaux yeux ma chérie ! Ulrich est une perle rare !

    — Oui maman, oui. Je te promets d’y penser...

     

     

     

    *

     

     

     

    — Je t’avais prévenue, ne manque pas de rouspéter un père furieux de voir le cœur de sa fille réduit en miettes par une rockstar en couches-culottes.

    — Ah, le sermon du papa ! Je l’attendais, tente de sourire Vanessa à son paternel, tout en triturant son anti-stress.

    — Et le pire, c’est que tu l’aimes encore, ce gros nul !

    — Mais non, mais non. 

    — Pense à Lulu princesse, pense à Lulu ! Je sais que tu peux lui en reprocher des millions, mais aujourd’hui il a changé ! Tellement changé !!!

    — Il faut croire que je n’arrête pas d’éloigner les princes charmants à force de penser au gros nul... Oui, je suis irrécupérable ! N’est-ce pas ?

    — Un autre prince charmant ? Qui est-ce ? Et pourquoi ne me l’as-tu jamais présenté ? À moi ? Ton pèèèère ??

    — Tu le connais. C’était le pianiste des Apologize.

    — Seigneur dieu !

    — N’invoque pas le seigneur aussi facilement voyons, papa.

    — Tu nous auras tout fait décidément !

    — Je crois bien que oui !

    — Tsss, allez file, vilaine fille ! Va tenir compagnie à Lolo tandis que je vais aider ta mère à la cuisine !

    — Chef, oui, chef !

     

     

     

    *

     

     

     

    — Hey, toi ! Obtempère alors la jeune chanteuse en direction d’un interlocuteur qu’elle a si souvent détesté, mais toujours profondément respecté. Lothar.

    — Ouais, quoi, qu’est-ce qu’il y’a, la Castafiore ?

    — Merci pour tout Lolo. 

    — Merci ? Mais de quoi ? Et depuis quand est-ce que tu te permets de m’appeler « Lolo » ??

    — Merci de m’avoir mis tous ces coups de pied au cul. Car ce n’est que grâce à toi que j’ai avancé. 

    — Oh.. Mais non, idiote va. Tu as du talent et tu aurais aussi bien avancé avec un autre manager, tsss !

    — Ah bon ? J’ai du talent moi maintenant ?

    — Oui, tu en as énormément. Mais je déteste te l’avouer !

    — Pour que je donne toujours le meilleur de moi-même.

    — Et ça marche.

    — J’espère que ça continuera..

     — Puisqu’on en est aux remerciements.. Je dois te dire « merci » à toi aussi.

    — Ah bon ? Mais pour quoi ?

    — Pour ne jamais avoir changé de manager, malgré tout ce que j’ai pu te mettre dans la gueule. 

    — Sans toi je ne suis rien voyons. C’est toi même qui me l’as dit.

    — Comme si tu ignorais que ce n’était qu’un mensonge !

    — Mais ça me plaît d’y croire !

    — Je suis touché. Et tu as vu Ness ? C’est la magie de Noël !! On a une conversation, rien que tous les deux, sans s’engueuler !!

    — Ta magie s’appèle « ouvrir son cœur », idiot va !

    — Comment tu parles à ton manager toi ?? T’es pas folle !! Tu ignores ce dont je pourrais être capable maintenant !! Par exemple, modifier tous tes futurs clips pour te faire une voix de vieille grand-mère aigrie !

     

    Et le voilà qui part dans mille et un délires, en parsemant le tout de rires et bonne humeur. Vanessa ne peut s’empêcher de l’accompagner de quelques sourires amicaux, tout en se perdant dans ses propres pensées.

     

    Parce qu’il y’a quelques minutes, elle s’est souvenue qu’elle ne le lui a pas encore souhaité...

     

    Joyeux Noel... Mon Kylian...


  • 148

     

     

    *      *

    *

     


     

    Quelques jours plus tard, c’est dans une grande salle de fêtes ; louée par les Apologize ; que celle du Nouvel An bat son plein.

     

    Chaque membre du groupe avait pour mission d’inviter ce soir une ou plusieurs personnes de son entourage. Sans complexe ni crainte. Vu que tous s’étaient d’abord entretenus pour se promettre de ne pas juger, ni critiquer, les choix de chacun.

    Celui de Yann n’a pas été des plus difficiles, vu qu’il n’a invité que sa petite amie, Tania. Comme Erwan qui n’a ramené avec lui que sa jeune sœur ; puisqu’il a finalement cédé à ses anciens amis, en acceptant de revenir au sein de ce groupe qu’il ne peut pas nier aimer plus que tout. 

     

    Gérald, tout comme Yann, ne fait pas dans l’originalité, puisqu’il ne met dans l’urne des invités que le prénom de sa petite amie, Lisa. Qui elle ramènera a son tour deux amies, plus pipelettes qu’intelligentes. Mais cela, le rouquin doit bien se garder de le rappeler ; au risque de devoir passer les nuits futures sur le canapé de l’appartement qu’ils occupent ensemble : il est peut-être roux a fortes bajoues, mais pas complètement fou non plus.

     

    Romuald, quant à lui, n’a invité personne ce soir. Puisqu’il est célibataire et que ses amis les plus chèrs sont déjà présents.

    Zell, de son côté, a glissé dans l’urne les prénoms de quelques fans ; qui lui courent souvent après, quand il descend prendre son courrier par exemple ; la plus tenace et persistante, de mémoire, il pourrait citer une certaine Blake... 

     

    À côté de certains de ses amis asociaux, Kylian lui, a remplit l’urne des convives de divers prénoms. Son mentor Jakob. Son amie, Jeyne. Sa jolie et gentille infirmière, Nikole. Ses deux sœurs chéries, Tiphanie et Ophélia...

     

    148

     

    Tiphanie, elle, n’a pas attendu pour annoncer qu’elle ne passerait pas ce 31 sans son ami Peter ; vu qu’Hanz a dû lui faire faux-bond, à cause de son travail ; la restauration étant un métier bien ingrat les soirs de fêtes.

     

    Ainsi, et malgré tous ces visages réunis dans une seule, grande et même pièce, la soirée bat son plein. Entre danses, divers alcools... et rires.

      

    Évidemment, les femmes restant ce qu’elles sont ; de grandes bavardes aux langues bien pendues ; Tania et Vanessa ne peuvent s’empêcher d’observer la piste de danse, de loin, assises dans leur petit salon, pour critiquer cette trainée aux cheveux plaqués qui danse avec Kylian.

     

    — On a l’air cruches à rester assises, se décide à soupirer Vanessa, entre deux paroles acerbes de Tania contre l’infirmière aux cheveux gras.

    — Elle a un gros cul flasque, non ?

    — Et on voit des boulets sous sa robe.

    — À fond, beurk. Kyky doit être défoncé pour draguer un thon pareil.

    — Mouais.. Enfin en même temps je le retiens, il l’a emmené en sachant que je venais..

    — Il savait pas que tu serais invitée, vu qu’ils ont ouvert l’urne aujourd’hui pour avoir la surprise.

    — Il se doutait que tu m’inviterais Tania. Enfin, bref...

    — En effet, il devait s’en douter. Mais en même temps s’il doit se la taper, comment il aurait pu faire ? Ça craint s’il l’invite pas a la soirée du 31.

    — Il m’a dit qu’il ne l’aimerait jamais plus qu’il ne m’aime, moi. Hmm... Tu y crois, toi ?

    — Oui. Et puis ça se voit. Regarde-les par exemple, tu ne vois pas comme il est distant avec elle ?

    — Ah bon ? Moi je les vois se coller pourtant. 

    — Mais non, c’est elle qui le colle. Lui il arrête pas de reculer. D’ailleurs à force il va se casser la gueule de l’estrade ! Putain ça sera fendard ça. Allez Kyky, allez !! Reculeee !!

    — N’importe quoi !

    — Oh merde, il regarde dans notre direction, vite, tourne les yeux Ness !!

    — Tiens, Erwan nous a souri. Mais j’hésite sur la signification réelle du geste, « Coucou », ou « Burn in hell, connasse qui m’a jeté pour ton ex »

    — « Coucou », bien sûr. Il ne te détestera jamais, Erwan.

    — Hmm.. Il ne m’a pas encore adressé la parole. Même ce soir...

    — Mais il te regarde, alors c’est bon signe ! Parce que s’il te haïssais, il ne poserait même pas les yeux sur toi !

    — C’est le Nouvel An qui te rends si utopiste toi ?

    — Nan, c’est mon macaque. Rooh regarde le !! Il fait quoi là ??

    — Le singe, comme d’hab !

    — Avec Erwan !! Oléééé, Erwan qui fait la danse des canards, seigneur. Je regarde pas ça !! Comment discrèditer un gars qui a la classe en deux minutes!! Macaque, t’abuses !!!

    — On les rejoint ?

    — Ouais, OK ! Goo ! ♫ C’est la danse des canards, qui en sortant de la mareeee !! ♫

     

    Bien sûr, dans ce genre de soirées entre amis, les moments les plus appréciés des couples ; et détestés des célibataires ; sont sans aucun doute ceux des slows.

     

    C’est donc pour quelques minutes de romance, avec son homme, que Tania s’échappe de la compagnie de sa meilleure amie. Tandis que celle-ci part se laisser tomber aux côtés de Romuald, qui se prélasse maintenant dans un petit salon avec Erwan.

    Une fine stratégie de la jeune femme pour revenir tranquillement dans les cœurs des Apologize ; puisqu’elle sait bien qu’elle ne fait désormais plus vraiment l’unanimité parmi ces garçons.

     

    — Tu l’invites à danser ? Ou je m’y colle, fais naturellement le blondinet en direction de son ami pianiste, qui se met immédiatement à faire la moue, en grommelant un hésitant, 

    — Eeeuh.. Je.. Ben.. C’est que...

    — Merci, Romu, mais je n’ai pas envie de danser, intervient alors en rougissant Vanessa, un peu honteuse de n’être ici que la pièce de trop que l’on essaie de refiler au premier venu. 

    — Et avec moi, tu veux bien ? La fait brusquement sursauter Ulrich en arrivant a ses côtés.

    — Eeeuh.. D’a.. D’accord, réussit-elle à peine à lui balbutier avec un sourire timide, avant de se relever pour l’accompagner sur la piste.

    Une piste ou de nombreux couples se trémoussent, l’un contre l’autre.

     

    Une piste ou Kylian force de nombreux sourires en direction de sa petite amie du moment, Nikole. Une piste où il a bien du mal à rester impassible a la présence de son ex-compagne. Surtout lorsque celle-ci semble arriver, main dans la main, avec un autre homme. Cet Ulrich ! Dieu que ce moment l’agace. Que cette soirée l’énerve. Que toute cette folie le rend dingue !

     

    — Tu veux qu’on aille s’asseoir ? Le ramène brusquement à la réalité sa partenaire de slows, en affichant un air triste et désemparé. La jeune femme est loin d’être idiote et elle a bien remarqué les regards furtifs que son compagnon ne cesse de diriger vers une autre femme.

    — Non. Pourquoi ? Tu en as déjà marre de danser avec ton chéri ? Tente de la rassurer Kylian, touché par son mal-être.

    — Non, mais toi, tu as l’air d’en avoir marre de..

    — Non, quedalle. Je suis bien avec toi. Je te le promets.

     

    ..Je te le promets... Je te le promets...

    Menteur ! Menteur !

    ...

     

    Dieu que les hommes sont menteurs, finit par se dépiter la jeune femme, déjà blasée d’un combat qu’elle ne pense plus gagner à long terme. 

     

    — Ta robe va me tuer Ness, sourit affectueusement Ulrich a sa partenaire qu’il tient maintenant sensuellement contre lui, — tu te rends pas compte que te regarder dans les yeux devient un effort surhumain !

    — Pervers, le taquine la jeune femme d’un air coquin, en lui rendant son sourire.