• 155

     

    *

     

     

    — Fais voir ? Ordonne Jakob avec sévérité à sa désormais unique colocataire, lorsque celle-ci ressort enfin de la salle de bains ; après avoir fait un test de grossesse, qu’il lui a lui-même acheté. 

    — C’est négatif, lui répond-elle simplement en arrivant vers lui d’un pas léger, avec un visage radieux ne plaît pas du tout a un interlocuteur bien trop sceptique pour se laisser berner par cette habile manipulatrice.

    — Fais voir, j’ai dit. 

    — Je l’ai jeté. Et moi je t’ai dit que c’est néga.. 

    — PETITE CONNE ! S’emporte immédiatement et avec une violence rare l’ex-boxeur professionnel — tu es enceinte !

    — Je.. Je.. Prend soudain peur la jeune femme en arborant son plus doux minois ; rien de tel qu’un air angélique pour émouvoir une brute épaisse prête à cogner.

    — Et tu as osé ? L’appeler, pour tenter de le berner, lui aussi ? 

    — Je veux garder mon bébé Jakob !! révèle soudain Jeyne en baissant les yeux de honte — je.. Je.. J’y tiens vraiment. Même si je n’ai pas la moindre chance avec lui, je veux cet enfant.. Et je l’élèverai bien. Pour lui, je vais changer, et.. 

    — Et rien du tout. Regarde-toi merde ! Regarde-toi bien dans une glace ! Tu n’es rien aujourd’hui, tu ne travailles pas, tu n’as ni diplôme ni argent, et tu n’as un toit au-dessus de ta tête que grâce à cet appartement qu’on a pris à trois !

    — Je.. Je vais me trouver un petit boulot Jakob. Caissière, n’importe quoi.. Et en attendant, je te demande de me garder avec toi.. Et.. 

    — J’ai décroché un nouveau contrat Jeyne. Ce qui veut dire que dans les jours qui viennent, je ne serai plus devant la télé à me branler... Et ensuite, j’ai l’intention de me prendre un appartement à part, comme Kylian. Refaire ma vie. Si tu vois ce que je veux dire... 

    — Ne m’abandonne pas tout de suite Jakob, je t’en prie.. Enfin, je sais que c’est beaucoup demander, mais..

    — C’est énormément me demander ! Oui ! Et le pire est sans doute d’essayer de mettre un enfant au monde, sans que son père n’ait la moindre idée de son existence ! 

    — OK, je sais que ma décision peut être jugée égoïste, mais sans ce bébé je n’ai rien. Sans cet enfant, je ne suis rien ! Alors je pense qu’il, ou elle, me donnera un but !

    — Mais tu n’as rien d’une mère Jeyne.. Et puis tu bois encore. Ce gosse n’arrivera jamais à terme avec tes conneries, c’est certain !

    — Je n’avais besoin que d’une bonne raison pour arrêter de boire, et mon futur poussin sera la meilleure que je pourrais jamais avoir !

    — Admettons.. Et Kylian dans tout ça ? 

    — Il n’en saura jamais rien.

    — Et le bébé ? Le futur enfant ?

    — Je devrais mentir. Pour son bien. Je me débrouillerai.. Son père aura été tué dans un accident, ou d’une maladie, je sais pas trop encore.. Mais il n’y a là rien d’extraordinaire, des enfants qui perdent un parent très jeune, ça se voit tout les jours, alors..

    — Tu es dégueulasse Jeyne... Et vraiment désespérante..

    — J’essaie de m’en sortir moi aussi Jakob.. Tout comme Kyle le fait en se raccrochant à sa fiancée, et comme toi tu le fais avec la boxe...

    —... Trouve-toi un boulot alors.. Et vite. Dès demain, je veux te voir déposer des curriculum vitae dans tout ce qui s’apparente à un centre commercial...

    — Oui. Y’a pas de soucis !

    — Et mens. Lors de tes futurs entretiens d’embauche.. Parce que les employeurs n’apprécient pas de signer de contrats aux femmes déjà enceintes.

    — Oui ! Oui ! C’est promis !


  • 156

     

    *      *

    *

     

     

    Désormais rassuré sur la non-grossesse d’une certaine jeune femme, Kylian est désormais aux anges et bien entreprenant ce soir, dans l’appartement qu’il occupe avec sa belle.

     

    En effet, peu après un repas aux chandelles, les amoureux se sont hâtés de se déshabiller mutuellement, en entrecoupant leurs gestes avides de caresses et baisers langoureux, jusqu’à ce que Kylian récupère soudain la plaquette de pilules des mains de sa douce, en lui murmurant un doux

    — Non...

    Évidemment, la réaction ne se fait pas attendre ; la jeune femme est plus que surprise,

     — Je ne l’ai pas prise encore aujourd’hui.. Et tu sais bien que je déteste les capotes..

    — Alors, ne la prends pas..

    — Kyle.. ? Ne semble pas comprendre Vanessa, entre deux gémissements de plaisir provoqués par les érotiques et sensuelles caresses de son compagnon.

    — Je veux te faire un enfant.. Redevient alors sérieux Kylian en interrompant un provoquant cunnilingus pour revenir fixer les grands yeux de sa belle.

    — C’est.. c’est une blague ? Tombe décidément des nues Vanessa en tentant l’ironie.

    — Non... Mais pourquoi est-ce que tu le prends comme ça, toi ?

    — P.. Parce que.. Nos carrières Kyle ! Et puis on n’est pas prêts.. Enfin, je ne pense pas.. Tu.. Tu..

    — Je ne vois pas en quoi un ventre arrondi pourrait t’empêcher de chanter... À moins qu’il y’ait autre chose. Tu ne m’aimes pas suffisamment pour..

    — Ne dis pas de bêtises ! C’est juste que c’est si soudain.. Tu ne m’en avais encore jamais parlé..

    — Et bien maintenant je t’en parle.. Parce que je t’aime Vanessa. Et je suis certain de vouloir passer le restant de mes jours à tes côtés.

    — Et la drogue ?

    — Dont j’ai déjà tellement diminué la consommation... Et que j’ai neuf mois pour arrêter complètement. Neuf. Pas un de plus !

    — Hmmmm, ça a l’air de tenir la route tout ça... Mais il nous faudrait déménager... Qu’elle ait une chambre, au moins...

    — « Elle » ?? Hey mais je t’interdis ! Parce que ce sera « Il » !

    — Tu veux parier ?

    — Et comment !

    — Alors, mettons-nous vite au travail, pour que je te fasse mentir le plus tôt possible !

     

     

     

    *      *

    *

     

      

    Depuis le départ plutôt précipité de son ex-petite amie, Yann n’arrive plus à reprendre goût à la vie. 

    Plus rien ne semble avoir d’importance à ses yeux. Le monde qui l’entoure restant fade et insipide sans « sa » présence.

    Les SMS, il continue de les envoyer. Tous les jours. Parfois même, en grand nombre dans une seule et même journée. Toujours les mêmes mots.

     

    « Je t’aime. “Pardonne-moi”. “Tania, je t’aime”.

    “Reviens”. “Je t’en prie. Ne me laisse pas”.

     

    Une loque. Une larve qui continue de ramper désespérément aux pieds d’une fille qui l’a jeté sans le moindre remord. Voilà comment on pourrait désormais le définir.

     

    Mais il se contrefiche des jugements négatifs.

    Parce que sans elle, il n’est rien.

     

    Alors pour elle, il sera prêt à tenter l’insensé, l’impensable, voir l’impossible.

    Pour lui prouver qu’il l’aime plus que tout. Pour l’obliger à se souvenir de leur histoire. Qui était quand même des plus magnifique ! Un couple parfait. Avec des hauts et des bas, certes, mais cependant tellement bien assortis..

     

    Non. Vraiment. La fin de leur histoire ? Il n’arrive pas encore à y croire.

    Cette rupture est provisoire. Il s’en persuade avec hargne.

    Parce qu’elle l’aime toujours. Aussi fort que lui la désire encore.

    Et il ne peut en être autrement.

     

     

     

    *    *

    *

     

     

      

    156

     

    De son côté, Nikole est aujourd’hui aux anges. En effet, finir la soirée du Nouvel An dans les bras du blondinet des Apologize a décidément été l’un des meilleurs choix de sa vie !

    Cette nouvelle histoire qu’elle vit désormais avec lui est idyllique et tout pourrait lui faire penser qu’il lui était destiné, puisque tous deux possèdent les mêmes qualités ; tendresse, compréhension, et maturité.

    Des âmes sœurs en quelque sorte. 

    Une surdose de bonheur donc, que la jeune femme ne doit finalement qu’à la brutale trahison de Kylian !

     

     

     

    *      *

    *

     

      

     

    — Alors ? Trépigne d’impatience Kylian devant la porte de la salle de bain, ou s’est isolée sa petite amie pour faire un test de grossesse.

    — Négatif, lui marmonne tristement celle-ci en réponse, tout en revenant vers lui pour se blottir dans ses bras, — encore et toujours, négatif.. 

    — C’est pas grave mon cœur.. On continuera de faire les lapins, jusqu’à ce que ça marche !

    — On devrait peut-être consulter, non ? Vu que ça fait déjà un mois qu’on essaie.. 

    — Mais il n’y a aucune raison qu’on soit stériles !

    — Dans ce cas-là, c’est qu’on est très malchanceux...

     

     

    *     *

    *

     

     

    — Hey ! Ca va toi ? Fais affectueusement Tiphanie en pénétrant dans la chambre d’hôpital de l’un de ses meilleurs amis, Peter. Celui-ci a été agressé la veille par un petit groupe de voyous et elle a bien eu la peur de sa vie, ayant récemment perdu son époux dans une scène similaire.

    — Oui, oui, la rassure-t-il immédiatement — j’ai juste trois petites côtes cassées, rien de plus ! Et toi ? Ça va ? Les monstres ne sont pas trop insupportables à la crèche ?

    — Tu leur manques déjà ! Ce matin, Cam arrêtait pas de demander, “— l’es ou Pete ??”, a tout bout de champs !

    — Cam c’est mon amoureuse, a moi, alors pas touche ! Et fais gaffe, parce que je suis très jaloux !

    — Oh, mais je me fiche de votre idylle, bande d’idiots ! Parce que moi j’ai Romz, et tous les deux on vit le parfait amour, nah !

     

     

     

    *      *

     

     

    — Toi aussi, tu m’as manqué, écrit Kylian du bout de l’index, dans la paume de la main de sa sœur cadette, Ophélia. Aujourd’hui, il est venu lui rendre une petite visite. Parce que souvent, et malgré la vie épanouie et bien remplie qu’il a désormais, son ange lui manque


  • 157

     

     

    *      *

    *

     

     

    157

     

    — Kyle !! crie d’effroi Vanessa en constatant que son petit ami revient à la maison ce soir, le visage ensanglanté.

    — C’est rien, la rassure simplement celui-ci en arrivant vers elle pour lui déposer un chaste baiser sur le bout des lèvres. 

    — Explique moi !! lui réagit-elle alors en inspectant attentivement ses quelques plaies, — si tu t’es fait agresser, il faut qu’on aille porter plainte !

    — Ça sera pas la peine. C’est juste ce troufion d’Iwan. Je t’avais dit que tous les deux, c’était pas la grande amitié, si tu vois ce que je veux dire..

     

    157

     

    — On va aller le dénoncer au flic ce fils de pute !

    — Trop pas. Ça ferait du tort à Franz, et ça je veux pas.

    — Franz, Franz, Franz ! Arrête de vouloir le protéger lui, et prends un peu tes distances avec sa bande de malades mentaux ! Ou il finira vraiment par t’arriver malheur à force de trainer dans ce repaire à rats !

    — Ils me saquent tous là-dedans, oui. Mais ils ont trop peur de Franz pour tenter de me faire quoi que ce soit qui mettrais ma vie en danger.

    — Merde Kyle ! Laisse échapper Vanessa en bouillonnant de rage — on.. On essaie de faire un enfant, on essaie de fonder une famille, et toi, toi tu traines encore avec tes merdeux !

     

    157

     

    — J’ai neuf mois pour arrêter mon cœur, et tu sais bien que j’ai besoin de Franz pour me fournir. Il me fait des prix et tout.. Et puis c’est mon ami en plus..

    — La bonne excuse des neuf mois ! Et tant que je ne suis pas enceinte, le décompte ne commence pas ! La bonne affaire pour toi ! Sachant que ça fait déjà deux mois qu’on essaie !

    — Ne dis pas de bêtises, tu sais bien que ça me fout autant la rage que toi de ne pas réussir a le faire, ce bébé ! 

    — J’en ai marre Kyle, tu te fous de ma gueule ! Et je suis certaine que tu n’as jamais vraiment eu l’intention d’arrêter. Et.. Et même si je tombe enceinte demain, dans neuf mois tu te drogueras encore ! J’en suis persuadée !

    — Tu m’avais dit que tu me faisais confiance. Qu’est-ce qui a changé entre-temps ?

    — Rien, mais tu te fous de ma gueule et j’en ai marre de fermer les yeux sur tout en disant « amen » !

    — OK. Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Que je ne revois plus jamais Franz ? 

    — Je veux que tu arrêtes la drogue ! Et Franz, c’est la drogue. Son existence, c’est la drogue. Son hangar tout pourri, c’est la drogue. Ses amis, sa bande de merde, ce sont la drogue ! Je veux que tu prennes une énorme distance avec tout ça ! Pour moi ! Pour le futur bébé qu’on essaie de faire ! Pour notre futur ! 

    — OK.

    — Quoi, OK ? 

    — OK. C’est noté.

    — De quoi, qui est noté ?

    — Raaah, mais t’es blonde quand tu t’y mets !! J’ai dit, OK. C’est noté. Je vais le faire.

    — Et tu penses vraiment t’en tirer avec un « OK » ?

    — C’est fini. Je n’irai plus à l’entrepôt. Ni les voir. Je t’en fais la promesse.

    Sur la tête de mon ange.