• - Eva! On a plus de beurre! Surgit soudain dans la pièce le sujet de la conversation, - Ah tiens, salut Pao'! qu'il reprend très vite, l'air nonchalant.

    ~ On l'appel retour de flamme, ou théorie des dominos ~
    ~ Un murmure devient vacarme, comme dit le proverbe à propos ~

    - Oui, et? répond sans attendre la soeur jumelle du jeune homme, les yeux toujours rivés sur sa meilleure amie qui, elle, se contente de marmonner un timide « bonjour Jeff » à peine audible.

    - Beh.. Tu as besoin d'aller à la superette, je crois, non? Puisque j'ai vu, dans la salle de bain, que ta boîte de tampax est vide, alors je me disais que...

    - JEFF!!

    - Mais quoi?!?

    - On doit discuter entre filles! Alors, tu es mignon, mais.. if u see what i mean!!

    ~ C'est l'effet papillon petites causes, grandes conséquences ~
    ~ Pourtant jolie comme expression, petites choses dégâts immenses ~

    - Gniii, vous m'excluez des discussions, maintenant??

    Au vu de la réaction du jeune homme, les deux amies en déduisent très vite qu'il a tout oublié de son aventure semi-amoureuse de la veille. Un grand désespoir ; mais aussi un soulagement immense ; pour Paula Lehnard.

     

     

    *

     

     

     

    Pendant les trois jours qui vont suivre, Eva Beckers va insister lourdement auprès de ses amis pour retourner, chaque soir, dans le nightclub où elle a rencontré son dieu vivant, aussi surnommé son "Roméo d'amour surprachoupinoufine"

    Elle n'a pas dit son dernier mot et souhaite tout mettre en oeuvre pour le retrouver! 

    - Eva.. Il ne viendra pas ce soir non plus, finit par lui soupirer Paula, blasée de revenir sans arrêt dans le couloir de l'entrée -pour être sûre de pouvoir surprendre- l 'éventuelle arrivée du prince charmant et divin-.

    - Il n'est pas tard! Il peut encore arriver! Surgir par la porte, pépère! Et à ce moment là, on fait comme on a dit! On fait semblant de ne pas l'avoir remarqué! Et dès qu'il vient enfin nous accoster, enfin... M'accoster, plutôt! Parce que toi tu auras déjà décampé d'ici faire un besoin urgent, ou autre, hin hin!

    - Eva.. Il est quatre heures du matin. Et on n’arrive pas en boîte.. À quatre heures du matin.

    - Ça dépend. Si tu commences la soirée dans un bar, tu peux te finir en...

    - Eva! Tu m'as très bien comprise. Ce que je voulais dire c'est que ce qu'on fait là est pathétique! Tout comme cette pose que tu prends, là!

    - Je sais. Mais elle est terriblement sexy!!!

    - Et la rose dans les cheveux, c'est d'un cliché! Mon Dieu!

    - C'est pour qu'il me reconnaisse au premier regard!!! Je suis sa Juliette!!!

    - Allez, on va rejoindre Jeff, pitié, Eva! Je m'ennuie!

    - Il discutait avec une fille, tout à l'heure, je crois! Alors ce n'est pas vraiment le moment d'aller l'embêter si tu veux mon avis, il va nous assassiner!!

    - Siiii! Justement! Siiiii! en fronce astucieusement les sourcils, Paula.

    - Rahhh, bon, allez, d'accord! On va aller ruiner le coup de mon frère! Espèce de jalouse!

    - De... De quoi?!? Mais nonnn, qu'est-ce que tu vas m'inventer là!!! Pffft! Comme si c'était mon genre!! C'est n'importe quoi, m'enfin, je t'ai dis que c'était mieux qu'on reste amis!! Que j'étais soulagée et tout et tout!!

    - À d'autres, Pinocchio! 


  •  

    *



    Quelques jours plus tard et deux seulement après la nouvelle rentrée scolaire, Paula et Eva sont toujours aussi ravies d'être, une fois de plus, dans la même classe. Malgré le fait que cette fois-ci, elles soient séparées de leur comparse Jeffrey.

    - Mon dieu, dis-moi que je rêve, ou? Chuchote discrètement Paula, à l'oreille de sa meilleure amie.

    Les deux jeunes filles sont -et comme à leur habitude- assises côte à côte, au fond de la salle. À la célèbre place « chauffage » : la place des « branleurs ». Celle de ceux qui recherchent désespérément -dans leurs salles de cours- un moyen de terminer confortablement leur nuit. Bien au chaud.

    - Tu.. Tu.. Tu ne rêves pas, déglutit Eva avec surprise.

    En effet, Paula n'est pas victime d'hallucinations aujourd'hui. Puisque c'est bien le fameux « prince » charmant de sa meilleure amie, qui se trouve là, planté devant elles, en compagnie d'un autre jeune homme ; et aux côtés de leur professeur de mathématiques ; qui est en train de les introduire dans un discours de bienvenue.

    Et il parait que ces deux nouveaux finiront l'année dans cette classe là. 

    - Putain de merde, chuchote Paula à sa meilleure amie en essayant de ne pas trop fixer le concerné, - T'as vraiment le cul bordé de nouilles ma chérie! Ton beau gosse qui se retrouve soudain, comme par magie, dans notre classe! C'est un truc de tarés mentaux! Je vais te faire jouer au loto, tu vas me rapporter gros!!

    Le coeur d'Eva s'emballe alors que son regard ne se détache plus de son Roméo qu'elle a tant souhaité retrouver. Pas un son ne sort de sa bouche mais ses joues déjà terriblement empourprées trahissent son émoustillement.

    Timidement, elle lui sourit, mais ne se vexe pas du fait qu'il l'ignore totalement. Le pauvre est nouveau dans ce lycée, il est donc normal qu'il affiche une certaine pudeur! A la pause, elle se pressera de courir lui échanger deux mots. 


  • ~ 019 ~

    - Bon on ne va pas y passer la nuit, alors allez vous asseoir, les garçons, se dépêche d'ordonner la vieille professeur de mathématiques à ses deux nouveaux élèves.

    ~ 019 ~

    Le brun du duo, Wilfrid Mulher, le roquet volage au caractère de cochon si réputé au sein de son cercle d'amis, se dirige avec hâte vers la table d'une jeune fille très à son goût. Il avait le choix entre cette place-là, ou celle juste derrière auprès du rasta endormie et pour tout vous dire, Wilfrid n'est pas du genre à préférer une paire de couilles à une de seins! Quitte à choisir, autant se faire plaisir.

    ~ 019 ~

    Raphaël, quant à lui, n'est absolument pas compliqué en ce qui concerne son positionnement au sein d'une salle de classe. Il se dirige donc auprès du comateux sans la moindre hésitation. Jeffrey serait ravi de constater cela, il hurlerait à l'homosexuel, c'est certain.

    ~ 019 ~

    - Il ne m'a pas reconnu, marmonne Eva avec dépit à sa meilleure amie, - je suis vraiment si moche que ça, en plein jour?!

    ~ 019 ~

    - Ne dit pas n'importe quoi. Lui répond tout bas celle-ci, en jetant de furtifs coups d'oeil en direction de leur unique sujet de conversation qui est en train de tirer une chaise pour s'asseoir à sa future table. Celle aux côtés de...

    - Jerty Joppe. Que celui-ci se présente, tout bas, à son nouveau voisin, avant de le questionner, - Tu es de Berlin?

    ~ 019 ~

    - Non. Klaudorf. répond poliment Raphaël.

    - 'Connais pas. avoue Jerty.

    ~ 019 ~

    - Est-ce qu'il me regarde? chuchote à nouveau Eva à sa meilleure amie en fixant nerveusement ses feuilles de cours.

    - Non.

    - Alors c'est soit qu'il ne me reconnaît pas, soit qu'il m'en veut à mort de l'avoir planté.. Arg, la poisse... C'est mort!

    ~ 019 ~

    - C'est la pause dans 38 minutes, Eva... If you see what i mean!

    ~ 019 ~

    - Et donc sans doute l'humiliation de ma vie... déglutit Eva avec terreur en fixant son Apollon de façon totalement indiscrète.

    - N'importe quoi! contredit Paula en haussant les épaules, riant au passage de deux élèves qui se pincent à la table devant. - ce cours c'est vraiment du n'importe quoi!

    ~ 019 ~

    - Il ne me calcule pas, Pao, maugrée Eva, l'estomac retourné et le coeur gros, - et c'est compréhensible, tu as vu ce beau-gosse ?! ça fréquentes des bombasses, ça, et rien d'autre...

    - Ca tombe bien, parce que tu es une bombasse! certifie Paula en donnant un coup de coup de coude amical à son amie.

    - Tu parles... J'ai juste été idiote et trop naïve cette fois encore.. Je hais les mecs!! Need virer lesbo, soupire la brunette en levant les yeux en direction de l'horloge murale. - Pffft.. Encore vingt minutes! 

    - Avant le grand moment de vérité! persiste Paula dans ses encouragements.

    ~ 019 ~

    - Moi, c'est Liloo, se présente discrètement la jolie voisine de Wilfrid Mulher pendant ce temps, pour subtilement engager la conversation.

    - Wilfrid, mais je n'ai pas besoin de te le rappeller, je suppose que la paire d'oreilles qui te pendouille sur les côtés du visage ne te sers pas qu'à porter des boucles! 

    Un clin d'oeil accompagne la petite remarque du jeune homme.

    ~ 019 ~

    - Il est trop sexyyy, celui de derrière, fait tout bas la jeune Soucky Keller, à destination de son voisin, Toto Cacao, pour groupiser devant le beau, le merveilleux, l'Apollon Raphaël Bauer.

    - M'en fous. Que lui répond simplement son interlocuteur au nom chocolaté, déjà blasé de l'arrivée de cet espèce de branquignole sur pattes qui émoustille toute la population féminine de la classe!