• ~ 003 ~

    - Alors, on disait? Qu'on sort, ce soir? Yesss!! et ou est-ce qu'on va? Au « Tarroco »?

    ~ 003 ~

    - Pffft, tu sers à rien , Eva! Va te pendre!

    - Après toi, mon chou!

    ~ 003 ~

    - J'en ai marre, du « Tarroco », moi!! Cette boîte pue la sueur, je manque l'asphyxie à chaque fois!!! Pourquoi pas le « Bailey's », à la place? Si tu tiens à ma vie...

    - Ça roule, ma poule, je voudrais pas te perdre!!!! Qui me sortirais une connerie à la seconde si tu disparaissais...

    - Mais meurs, quoi?

     

    *

     

    ~ 003 ~

    - Ça va être bon, pour toi? S'inquiète Terry Dreher en faisant un bout de chemin avec son camarade, Raphaël. Leur petite répétition s'est légèrement éternisée ce soir et c'est sous la lumière des lampadaires -désormais tous illuminés- que les deux comparses rentrent sereinement chez eux.

    ~ 003 ~

    - Je vais faire mon possible, mais je peux vraiment rien promettre, malheureusement...

    ~ 003 ~

    - Woé.. Déconne pas, Raph'! Elle va pas s'y opposer, tout de même...

    ~ 003 ~

    - Je vais faire mon possible pour la cuisiner avec l'attaque du chiot battu, du musicien prometteur et de l'enfant modèle et sage comme une image, et on verra bien!

    - Woé, j'espère vraiment. Parce que ça serait trop con, que tu...

    - Allez hop, à demain, Terry!

    ~ 003 ~

    - Wo.. Woé mec! A demain!!! Et courage!! 

    ~ 003 ~

    Mais les encoruagements de son ami ne rassurent pas vraiment le jeune Raphaël qui redoute déjà la réaction de sa mère surprotectrice.

    Parce qu'il connait déjà sa réponse...

    Tsss.. Voilà qu'il se sent soudain terriblement idiot. D'avoir annoncé ainsi, avec tant de certitude, à l'un de ses plus proches amis, qu'il avait une chance réelle de la convaincre..


  • ~ 004 ~

    - Bonsoir, soupire Raphaël en poussant la porte d'entrée de la maison qu'il habite avec sa mère, pour constater rapidement que Jakob Eiche est présent, confortablement installé dans le canapé du salon.

    Un vieil ami de la famille, -et presque un père adoptif, pour l'adolescent orphelin, qui n'a jamais connu le sien-,

    ~ 004 ~

    - Coucou, Raphaël! Salut poliment l'invité -qui n'en est pas vraiment un ici, puisqu'il vient tellement souvent en ces lieux que l'on pourrait finir par se demander s'il n'y réside pas complètement.

    - Raphy! S'exclame joyeusement la maîtresse de maison -et mère du concerné-, en arrivant aussitôt vers lui, - On t'attendait pour préparer à manger! Tu as envie de quelque chose de particulier ?!

    Poisson.. Poisson.. Ou encore poisson? Pourrait ironiser le jeune homme, puisque ce met constitue leur principal repas. Et pour cause, leur petite maison se situe devant un port de pêche.

    ~ 004 ~

    - Maman, je pourrais te parler d'un truc, s'il te plaît?

    - Mais bien sûr, chou. Qu'il y a-t-il donc?! Tu n'as pas de soucis à l'école, j'espère?!

    ~ 004 ~

    - En privé.. Si c'est possible.

    Évidemment, cette nouvelle phrase ne vise que Jakob Eiche, qui le réalise aussitôt, - Oh, pas de soucis, Raph'. J'allais m'en aller, de toute manière.

    ~ 004 ~

    - Depuis quand est-ce que l'on cache des choses à notre bon vieux Jakob? Reprend Jeyne Bauer, pour faire comprendre a son invité et ami de toujours, qu'il doit laisser ses fesses là où elles sont.

    - Ok, si tu veux, ne cherche pas a lutter le jeune homme, avant de reprendre, dans une profonde inspiration,

    - Mes potes vont sans doute descendre sur Berlin, pour l'année qui va bientôt débuter. Alors, je me disais que...

    - Tu.. Tu..? Tu, quoi? réagit aussitôt Jeyne sur un ton aussi glacial qu'un ouragan d'Alaska.

    - Mais maman... C'est pour le groupe, cela pourrait nous ouvrir des portes.

    - Le.. Le groupe? Tu veux dire, tes trois branquignoles d'amis qui font plus de bruit que de musique?! C'est ça, que tu appelles, « le groupe »??

    - Je savais que tu réagirais comme cela.

    - Alors pourquoi as-tu osé me proposer de telles inepties???

    ~ 004 ~

    - Je vais monter. Tu commences à t'énerver. Bonne nuit!

    - Non! TU RESTES ICI!

    ~ 004 ~

    - Je redescendrai quand tu seras capable de réflexion.

    ~ 004 ~

    - RAPHAEL BAUER!! JE VOUS ORDONNE DE REVENIR IMMEDIAAAAATEMENT!!

    ~ 004 ~

    - Jeyne.. Laisse-le, et viens t'asseoir, intervient calmement le vieux Jakob, toujours dans son canapé, pour tempérer son amie.

    ~ 004 ~

    - B.. Berlin, Jakob.. Berlin.. Il.. Il veut aller à.. Berlin...

    ~ 004 ~

    - Arrête de pleurer tout de suite. Tu deviens complètement paranoïaque à son sujet, j'ai l'impression.

    - P.. Pas Berlin, Jakob. Je ne le laisserai jamais aller là-bas. Jamais!!

    ~ 004 ~

    - Tu..Tu..Il va te haïr, si tu l'empêches de suivre ses amis, tu sais...

    ~ 004 ~

    - Eh bien, qu'il me haïsse! De toute manière, quel ado ne déteste pas ses parents? 

    - Raph' n'est pas de ceux-là. Et tu le sais bien, en plus.

    ~ 004 ~

    - Pas Berlin! J'ai dit! Qu'il aille où il veut, mais pas Berlin!

    - Tu veux te souvenir de la population totale de cette ville, Jeyne? Peut-être que cela te fera réaliser que ta crise de paranoïa est complètement ridicule!

    - Il y'a la famille de machin, là-bas... Et.. Et..

    - Kylian.. Jeyne. Kylian.. Un peu de respect, s'il te plaît... Et Raph' n'a pas le moindre lien avec ces gens. Pas le moindre! Alors arrête tout de suite de te faire des films de psychopathe, parce que tu ne le le tiendras pas éloigné de la capitale toute sa vie. Surtout s'il veut faire de la musique son métier.

    - Et en parlant de ça, justement! Cela ne te rappelles pas quelque chose? Quelqu'un?? Que Raphaël est en train de suivre les traces de qui tu sais?? Il, il va.. Il va..

    - Raph' ne se droguera jamais, Jeyne. Vu que c'est déjà à peine s'il boit une goutte d'alcool aux grandes occasions...

    - J'ai pas confiance! Avec ses amis, là... cette bande de... non, décidément, j'ai vraiment pas confiance!!

    - À t'entendre, on dirait que tu ne connais pas ton propre enfant, Jeyne.. Ça me dépite.

    ~ 004 ~

    - Mais c'est mon bébé, Jakob.. Et je ne le laisserai pas suivre les traces de son père. Oh que non.. Alors il n'ira pas là-bas. Quitte à ce qu'il me haïsse ensuite, je m'en contrefiche! Je fais cela pour son bien. Que ses amis y aillent, eux! C'est parfait. Il n'aura alors plus de camarades musiciens, et se trouvera une passion bien différente de celle de son drogué de père!

    - Tu es méchante, sur ce coup-là.

    - Je m'en fiche, je le protègerais coûte que coûte, quitte à passer pour une mégère! 


  • - Hey, Casanova! Tu ramènes tes fesses, ou faut qu'on vienne te déloger avec un treuil?!

    Paula Lehnard. La grande amie d'enfance des jumeaux Beckers.

    Une amie, complice, presque soeur, pas de sang mais de coeur en tout cas, qui partage tout avec le duo Beckers. Une fille des plus extraverties et amusante, en société. Le genre de petit boute-en-train jamais à court d'idées pour mettre le feu, l'ambiance, au sein de sa bande.

    - Sans les mainns, sans les mainns!! T'as vu?!

    Ce n'est que le jeune Jeffrey qui fait ainsi le pitre devant sa voisine -et amie d'enfance- d'immeuble.

    La petite Angelika Ritter. Une très adorable demoiselle, au minois aussi angélique que le laisse supposer son prénom. Une bouille à croquer, qui lui vaut d'ailleurs bien souvent le surnom d'Angel.

    - Tes amis t'appellent, je crois.

    Mais à peine sa phrase est-elle achevée, que son interlocuteur -et pitre ambulant- se dirige déjà vers ses autres amies.

    Sans rien lui dire d'autre. Ni un salut. Ni un bonsoir. Voir, ni un « a demain, bisous ». Comme il le ferait très bien avec toutes ses autres camarades. Toutes ces autres filles.

    Et c'est peut-être cela qui fait le plus mal à la petite Angelika.

    À cette pitchounette, éperdument amoureuse. En secret et complètement à sens unique... Vu qu'à ses yeux, et elle le sait bien, elle ne restera jamais que la mignonne petite voisine d'en face avec qui il échange trois mots et deux éclats de rires, juste pour meubler les rares moments où il n'est pas avec ses deux habituelles comparses.