• - Casanova, au rapport ?! Fait Paula avec un sérieux pas vraiment crédible, lorsque le concerné arrive enfin dans sa direction, à elle, et à Eva Beckers apparemment encore dans la lune.

    - Ca s'arrange pas tes soucis psychologiques, toi!! se défend Jeffrey en se riant de son amie.

    - Eva! Tu as vu ça? Comment il ose répondre à ses reines, ce mécréant?

    - Oh non! Ya Scrubs ce soir, putainnnnnn j'vais encore le louper!! 

    - Eva... tu sert vraiment à rien...

    - Gniii? Mais pourquoi?!

    - Parce que nous vivons un moment important, Eva! Parce que Jeffrey.. Oui, Jeffrey! LE, Jeffrey!...Le macaque de ces dames, est.. est..EST AMOUREUX!!!!!!! Sonnez cloches divines, retentissez, trompettes célestes, aujourd'hui est un grand jour!!!

    - GNEEEE!! MAIS CA VA, PAS LA TETE?? en bondit de surprise -et de honte- Jeffrey.

    - Regarde cet air niais, Eva! C'est l'air du Jeff « gêné ». Le Jeff qui sait plus où se foutre parce qu'il s'est fait percer à jour par les drôles de dames, gnihihihi!!

    - Si je choppe la rediff de 14h, demain, ça devrait le faire.

    - Vous êtes vraiment deux psychos, toutes les deux!!

    • Musique qui passe dans le lecteur MP3 de Raph :p - Tell Me •

    - Hey, Raphy! Alors, on observe les étoiles? questionne affectueusement le vieux Jakob en arrivant derrière l'interpellé perché sur l'un des piliers mousseux de la promenade du port.

    - Non. Il n'y n a pas une seule, ce soir.

    - Tu ne rentres pas te coucher? Ni ne sort avec tes amis?

    - Non. J'avais envie d'être seul. Et toi?

    - Je t'ai vu par la fenêtre, et comme tu le sais bien, Jakob la fripouille s'inquiète toujours pour son gaillard!

    - Est-ce que tu savais que les « Apologize », ont débuté de rien? Comme nous avec les gars?

    - Tu ne digères toujours pas la décision de ta mère, toi...

    - Oh si, t'inquiètes, je ne suis pas vraiment déçu.. Sa réaction était tellement prévisible que je l'attendais et donc m'y étais un peu préparé.

    - Et tes amis ? Est-ce que c'était vraiment sérieux, pour eux, cette histoire de...

    - Oui. Ils descendent sur Berlin dans cinq jours.

    - Ah merde.. Alors, ça nous laisse cinq jours pour convaincre ta mère.

    - C'est peut-être pas la peine, parce qu'on a peut-être pas les moyens de percer comme les Apologize, finalement.

    - Comment ça? Pourquoi dis-tu ça, voyons!

    - Parce qu'eux, il avaient un chanteur de fous. Ce type qui pondait titre sur titre, c'était un dieu!

    - Kylian Gutter.. Oui. C'était un sacré petit gars...

    - Tu déconnes ? C'était un dieu, un DIEU, oui! Il avait trop de talent. Peut-être l'un des plus grands artistes de notre siècle.

    - Ton idole, oui, oui je sais!

    - L'idole de tous les musiciens, Jakob! ....Qui s'est flingué la santé. Moi sa connerie me dépite. 

    - Il.. Il avait des soucis.

    - C'est pas une raison. Quand on est un dieu de la musique, je suis désolé, mais on se flingue pas à petit feu.

    - Tu devrais rentrer, Raph'. Ta mère est encore sur les nerfs, et ton absence doit commencer à l'enrager.

    - Ouais. Je vais y aller. Bonne nuit, Jakob.

    - Bonne nuit, moustique!


  • *

     

    007

    - Ça devient vraiment difficile de ne pas tout lui avouer.

    007

    - Pffft! Je le savais, s'agace avec rancoeur Jeyne Bauer à destination de son vieil ami, Jakob.

    - De quoi? Qu'est-ce que tu savais?

    - Que tu me trahirais! Que tu ne respecterais pas ta parole! Qui était de ne jamais rien lui révéler sur ses origines!!

    - Hey! Mais je ne t'ai jamais dit que j'allais tout lui dire! Je t'ai juste avoué que c'était difficile de le voir idolâtrer Kylian, sans pouvoir lui avouer qu'il est en fait, son fils!

    007

    - Ne me trahis pas Jakob, je t'en prie!! Il ne doit jamais savoir!!

    - Je t'ai donné ma parole à l'époque, Jeyne! Et je la respecterai jusqu'au jour de ma mort! Par contre, ce qui me chagrine, c'est que tu ne lui autorises même pas de partir avec ses amis. Je trouve ça vraiment égoïste.

    007

    - Mais Berlin est une grande ville! Ce n'est pas Klaudorf. Là-bas, il aura des fréquentations différentes. Sans doute pire que celles qu'il a ici. Sa bande idiote... Ecetera. Et j'ai bien peur qu'il soit tenté, un jour, de toucher à..

    - Non. Certainement pas. Raphaël est un enfant sérieux, et sain.

    007

    - Kylian aussi, avait l'air sain, à un moment. Tu te souviens? Il était d'une famille heureuse et épanouie. Il avait l'entourage rêvé. Sans doute meilleur même que celui qu'on offre à raphael..

    - Kylian était mal dans sa peau. Toute sa vie, il a été mal dans sa peau. Ce qui n'est pas le cas de Raphy, qui est un enfant stable et censé.

    - La musique les entraîne là-dedans, Jakob. Pour tenir, ils touchent tous à la cocaïne. Boivent, fument, et souvent même, se piquent. Alors non.. mon avis ne changera pas! Je ne peux pas, le laisser aller là-bas. Je ne veux pas, le laisser changer! Devenir un autre. Une star. Un musicien. Ou je ne sais quoi.

    - Égoïstement.

    - Égoïstement, oui. Sans doute. Mais je veux le garder tel qu'il est aujourd'hui. Car si cet enfant est sain et stable, comme tu le dis si bien, c'est grâce à l'éducation saine qu'on lui a toujours offert.

    - Tu es trop butée, je n'insiste plus.

    - Merci.


  •  

    *

     

    ~ So cold - Breaking Benjamin ~

    008

    - Et le plus beau, arriva! Salut, Raphaël!!

    - Salut, « Uhu ». Salut, tout le monde.

    008

    Lydia Schmitt. Une amie de lycée des jeunes musiciens. Une amie, et pot de colle ambulant. Même si ces jeunes hommes apprécient tout de même sa compagnie.

    008

    - 'Lu.. 'Raphaël.

    Le concerné ne comprend pas, sur le coup, ce salut glacé qu'ont prononcés -et en choeur- ses amis, Terry Dreher, et Wilfrid Mülher. À croire qu'ils n'apprécient pas de le voir ici, aujourd'hui.

    Comme s'ils ne s'attendaient déjà plus à le voir débarquer, dans leur habituel petit local de répétitions.

    008

    - Tu attrapes ta guitare? Et en selle?

    Là, c'est son meilleur ami Tobias, qui s'adresse a lui, le plus chaleureusement possible.

    008

    - Euh, non. J'ai à faire. Je passais juste dire « bonjour ».

    Car une seule voix en sa faveur n'est pas suffisante pour que le jeune homme se dirige au fond de la salle, attrape sa guitare électrique, pour se mette à jouer et chantonner avec ses comparses de toujours, comme d'habitude.

    Parce que quelque chose ici... a clairement changé.

    008

    - Hey! Raph'?! Où est-ce que tu vas?! Braille Tobias alors que son ami dévale déjà l'escalier en sens inverse.

    008

    - A plus, Raphaël... et bonne continuation à toi.

    Une dernière phrase que prononce Wilfrid Mulhër, sans même lever un regard vers son comparse, ami d'enfance pourtant.

    008

    - Bordel, mais c'est quoi votre problème à tous les deux?! s'emporte vivementTobias en direction de ses amis qui viennent de le décevoir au plus haut point.

    008

    - Woé, Tob', calme toi...  Mais puisque ce soir, on s'en va sans lui, vaux mieux qu'on l'esquive un peu, histoire d'éviter les au-revoirs déchirants et tout... 

    - Ta gueule, Terry.

    - Woéééé?!? De quoi?! De comment, que tu m'as parlé, lààà?!

    008

    - Je te parlerai autrement quand tu respecteras Raph'! Vous êtes vraiment que des connards!

    008

    - Woé!!! Mais tu resteras décidément et toujours qu'un boulet, Tob!! C'est pas parce qu'on veut éviter les gros adieux façons films américains qu'on ne le respecte pas!

    - Te justifie pas, Terry, en soupire d'agacement, Wilfrid, - et toi Tob' si t'es si malheureux que ça, bah barre toi et vas passer la journée avec lui et chiale bien ce soir en lui disant au revoir! Chacun ses problèmes, après tout.

    008

    - Carrément Wil'!!! Et il se pourrait même qu'en plus de passer la journée avec lui, je me décide aussi à ne plus partir avec vous! Comme ça vous partirez en duo de connard! Vous avez de quoi monter un groupe du tonnerre rien que tout les deux! Une basse et une guitare électrique, FEAR! J'ai hâte de voir vos prochains sons!!! Et vous nommerez votre groupe "Connards pathétiques!!!" Ca vous ira comme un gants!!! 

    - Woé, Tob'.. s'bon, t'énerves pas, va..

    008

    - A plus, bande de crevards!!!!!! Et pensez au suicide à l'occaze!! C'est pas possible d'être aussi con!!

    008

    - Tobias.. Allez, déconne pas, et remonte.

    008

    - Heeeeey Wil'!! C'est quoi ce bordel, tu me souhaites pas « bonne continuation », à moi aussi?! J'suis trop jaloux là!! ans cinq min j'en chiale et je me roule dans ma pisse!

    - On a besoin de toi, Tob'.. Alors ne nous fait pas ça, reprend Wilfrid de plus en plus faiblement, brusquement gagné par la honte

    - De mieux en mieux!!!! Alors, Raph', on n’a pas besoin de lui, si je comprends bien? Allez c'est bon, je vous ais assez vu!! Ciao!!

    008

    - Piouuuh!!! Y'a vraiment que de mecs, pour être aussi insensibles et aveugles, intervient soudain et en sifflotant, la jeune fille de la bande.

    008

    - Woé.. la miss, t'es mignonne, mais si tu..., commence froidement Terry, les nerfs à fleur de peau.

    - ... Mais si tu n'as pas encore compris que tu es de trop, là, complète nerveusement, Wilfrid, - On peut te faire un dessin. Si tu veux. DEHORS!