• 298

    298

    — Je vaiiiis te tueeeeer!!! hurle Jeffrey à plein poumon en agrippant avec force son frère par la taille, essayant clairement ainsi de le faire tomber au sol sous sa puissance et son poids.

    298

    — C'est ce que tu es devenu??C'est pour ça que tu as quitté Berlin?? grogne avec colère Raphaël en se maintenant tant bien que mal pour résister à son attaquant.

    — Tu t'es sacrément foutu de nous!!! balance Jeffrey en jetant enfin son adversaire au sol, le grondant ensuite avec haine, — putain d'enculé de merde!!!

    298

    — Je ne te permets pas! se relève d'un bond Raphaël en frappant au visage son agresseur,

    298

    — ESPECE DE GROS DEGUEULASSE !!! lui donne un gros coup de poing dans l'abdomen Jeffrey en lui criant ensuite avec rage, — putain de sale manipulateur!!! Je t'interdis d'approcher de nouveau ma soeur !! Tu t'es bien joué d'elle, hein??

    298

    Réalisant ces mots, Raphaël se relève lentement du sol en serrant les poings, tremblant de rage, — je.. j'ignorais tout... lorsque.. Lorsque...

    298

    — Tu te fous de moiiiii?? lui fonce de nouveau dessus Jeffrey, tandis qu'il l'arrête de ses deux mains en lui coinçant ensuite la tête sous le bras droit pour le maintenir avec force,

    298

    — NON! Ce n'est qu'il y a quelques mois que j'ai appris pour mes origines, abruti!!

    Rageant cela, il pousse en avant son jeune frère et se remet en position de garde pour reprendre nerveusement, marmonnant avec douleur et colère, le coeur serré,

    298

    — Ne me juge pas... ne me juge pas.. Car tu ne sais pas ce que j'éprouve.. Tu ne sais pas à quel point ce que l'on vit nous fait mal !!! Je l'aime à en crever !!

    298

    — Rien à brannnler, crève-en si tu veux, mais tu ne t'approches plus d'elle ! C'est compris ??? reprend Jeffrey avec virulence en se jetant une nouvelle fois sur son adversaire pour lui asséner un vif coup de poing en pleine mâchoire ; coup qui fait d'ailleurs tituber Raphaël, porter sa main droite à son visage, grimacer de douleur, puis grogner ensuite un, — putain de petit con..., avant de l'obliger à répliquer par...

    298

    ...une attaque en plein entrejambes qui surprend et fait tomber en avant, sur les genoux, son adversaire,

    298

    — putainnnn, t'as pas le droit, c'est lâche, ça!!! Entre mecs on se tape pas dans les couilles, ça se fait pas!!! que celui-ci beugle aussitôt en se relevant péniblement, plié en deux à cause de la douleur.

    298

    — Au grand mot, les grands moyens... répond simplement Raphaël d'une voix glacée, les sourcils froncés — viens, relève-toi et viens!!!! qu'il l'incite ensuite furieusement.

    Et c'est ce que Jeffrey va faire pour relancer le combat d'une dizaine de minutes de plus, avant que tout d'un coup, un homme n'arrive en courant, paniqué et effrayé ; un salarié de la supérette contre laquelle les deux frangins se battent...

     

    — C'est rien, juste une dispute entre frère!!! lui fera immédiatement Raphaël en anglais et en maintenant son frère par le cou, sous le bras droit -son attaque favorite face à un monstre de muscle tel que son jeune frère!-.

    — Je, je.. Vous êtes sur? n'a pas l'air de vouloir vraiment insister le salarié apparemment pressé, — bon et bien si vous le dites..je vous laisse, cya les jeunes!!!

    298

    — Putaiiiiiiiiiiiiiiiin, mais tu te bats vraiment comme une femmelette toi!! grogne Jeffrey en s'asseyant sur le sol en tailleur, boudeur : dès que son frère a libéré son emprise, il a du s'agenouiller pour reprendre son souffle, avant de se laisser tomber sur les fesses afin de grommeler son mécontentement.

    298

    — Aux grands maux les grands moyens, comme je te l'ai dit! rappelle Raphaël en s'allongeant lui aussi au sol, l'air amusé, - Tu connais le  crédo? Quand t'es pas costaud, utilise ton cerveau ! 

    298

    — Comment est-ce que cela s'est produit? Quand...Et pourquoi?.. Et qu'attends-tu de notre famille.. d'Eva? n'attend pas Jeffrey pour enchainer, toujours assis, tournant le dos à son interlocuteur et frère.

    298

    — Cet homme n'est pas mon père, Jeffrey... lui déglutit simplement Raphaël, le regard porté vers le ciel nuageux de paris, — je, je.. Toute ma vie, on m'a raconté qu'il était mort et ensuite, on m'a apprit qu'il avait mis ma mère enceinte, mais sans le savoir. Alors je... je n'ai strictement aucun lien avec lui et ne me sens en rien concerné par ses.. ses... vos... origines.

    — Alors tu n'attends rien de nous...? Reste sceptique Jeffrey, perplexe, anxieux, perturbé, angoissé.

    — Rien d'autre que la paix!!! lance avec désespoir Raphaël, — tout ce que je demande c'est le droit d'avoir la paix... et de.. et de.. Et de l'aimer.

    — Tu te rends compte de ce que tu viens de dire, là?!? Tu réalises un peu ce qu'est Eva pour.. Pour toi?!! Au fond, est-ce que tu réalises?!? s'emporte Jeffrey avec dégoût.

    — Non. Je suis désolé, mais elle n'est pas ce que tu dis, pour moi...mais je comprends qu'il soit si difficile de me comprendre.

    — Lorsque l'on était à l'hôpital, est-ce que tu.. Est-ce que le savais, ce que tu étais pour...? grommelle Jeffrey, un peu perdu.

    — Bien sur! Je le sais depuis un moment, maintenant, tu sais... Mais comme je te le dis, je ne pense pas comme vous tous... Enfin, j'ai essayé.. Seul, j'ai essayé. Mais lorsque j'ai découvert qu'Eva pensait comme moi, au final...

    298

    — Tu réalises au moins que je devrais te tuer? Qu'il serait logique que je te massacre pour tout ce que tu viens de m'apprendre, là..? soupire maintenant Jeffrey en s'appuyant sur ses mains pour s'installer plus confortablement,

    298

    — je ne réalise pas, mais.. Mais je pense que je devrais te tuer, là, tout de suite. Avant d'aller nourrir la poiscaille parisienne avec ton cadavre ! reprend encore Jeffrey, blasé, complètement sous le choc et sidéré par l'assurance de son interlocuteur : Il aime sa soeur de sang, mais cela ne le dérange pas !

    "— Eva.. Eva... Mon Dieu, Eva..!! Cas social, va!!" songe ensuite Jeffrey intérieurement en envoyant sa soeur adorée rôtir elle aussi, dans les flammes de l'enfer. Elle lui aura tout fait !

    298

    — Viens, je t'attends, n'attends pas pour titiller Raphaël avec un petit sourire, — mais comme tu as pu le voir, je ne me laisse pas si faire si facilement !

    298

    — Arrête de faire le malin, si t'es encore entier c'est parce que je veux pas te rendre à Eva en pièces, je pense à elle avant tout, grommelle Jeffrey, avant de reprendre l'air plus sérieux, — Avec Eva, on n'était que deux, on n'a toujours été que deux...

    298

    — Et vous n'êtes toujours que deux, l'interrompt Raphaël, — je ne suis pas ce que l'on veut que je sois.. Je suis ce que je désire être.

    — Dur tout ça quand même... Petit, j'aurai tué pour avoir un frère, avoue Jeffrey, — mais aujourd'hui... 

    — Idem, avoue à son tour Raphaël avec amusement, — mais je pense que c'est le rêve de tout les petits garçons uniques ou seulement entourés d'une fille !

    — Mouais... Mais t'es plus grand que nous sinon... je crois?

    — De presque un an, oui, alors respect, microbe ! retrouve le sourire Raphaël, ragaillardi par une nouvelle fierté.

    — Mais pourtant tu sais pas te battre... C'est triste!

    — Dixit celui qui s'est pris la branlée de sa vie, hein ! Par une femmelette, soi-disant!

    — Quedalle, c'était pour faire plaisir aux lecteurs, ça... humpf! 

    — C'est moche d'être aigri !

    298

    — Bon allez je te paies à boire, bouge ton cul flasque de musicien et vient découvrir Paris by night ! impose soudain Jeffrey en se relevant d'un bond du sol, étrangement de très bonne humeur.

    — Mouais ... Mais en évitant d'aller dans les excès, alors, redevient très sérieux Raphaël en se relevant à son tour, les sourcils froncés. Une réaction qui fait très vite réagir Jeffrey,

    298

    — Qu'est-ce que tu veux dire par là?

    298

    — Tu sais très bien de quoi je parle.. Reprends Raphaël en inspectant son demi-frère de la tête aux pieds, l'air sceptique.

    298

    — Écoute, il y a des choses dont tu n'as pas le droit de te mêler, donc... le gronde Jeffrey d'une voix sombre et en baissant les yeux, — alors... soit tu restes comme un con dans ta ruelle, soit tu bouges tes fesses et me suis.

    Et sur ce, le jeune Beckers tourne les talons et commence à s'éloigner d'un pas rapide.

    Et sur ce, le jeune Bauer le suit évidemment et le rattrape pour lui grommeler, une fois arrivé à son niveau, — t'as un putain de caractère de merde,quand même!! Vraiment Eva au masculin, quoi!!

    — Tant que tu me sautes pas dessus, ça me va! lui répond Jeffrey avec un clin d'oeil, les mains dans les poches.

    — Aucun risque!! rit en retour Raphaël en donnant une tape amicale dans le dos de son frère, lui proposant ensuite timidement, — euh, on pourrait peut-être se nettoyer la gueule un peu quelque part avant de faire quoique ce soit, non ?

    — Ouais, je loue une chambre pas très loin, on va y faire escale, t'inquiètes, tu vas pouvoir laver ta petite gueule de playboy!!!

    — Mais je t'emmerde!!! rit à nouveau Raphaël en haussant les épaules, — j'ai une image à tenir, moi, qu'est-ce tu crois, qu'il continue dans la plaisanterie.

    — Mais ici personne n'en a rien à branler des groupes allemands, donc t'attends pas à ce qu'on t'accoste dans la rue!

    Sérieux ? Oh putain, j'emménage dès demain alors ! s'exclame joyeusement et avec ironie Raphael, faisant le V de la victoire de la main droite.

     

     

    *

     

      

    298

    Pendant ce temps, Silvia est venue passer un peu de temps avec sa nouvelle amie, Eva, et les deux jeunes filles discutent devant un épisode de la saison 2 de Dexter.

    298

    Puis, et peu après que les deux demoiselles aient balisé tout ce qu'elle pouvait en imaginant déjà ce sexy blond tueur derrière les barreaux, Silvia s'est décidé à tenter timidement, en direction de sa nouvelle amie,

    298

    — Dis, Eva...

    — Oui?

    298

    — C'est délicat à demander, mais je crois que tu m'avais fait comprendre que toi et Raphaël, euhh... Enfin, je veux dire que, euhh... Enfin, tu vois, quoi!! Et je me disais, en repensant à ce qui a été révélé sur lui, que.. Euh...

    298

    Aie. La question que tue. Qui fait mal. La question que la blondinette s'attendait bien à entendre un jour. La question qui fait rougir. Tétanise...

    La question à cent mille. La question qui brule évidemment les lèvres de tous ceux qui ont su un jour, qu'Eva et Raphaël ont été ensemble.

    Eh oui. Évidemment, la question... La grande question. L'inceste!

    Bouh, l'inceste, c'est mal.

    298

    — Non non non non! réagit immédiatement Eva pour défense, niant dans la seconde, secouant la tête avec énergie, — on est plus ensemble! Depuis qu'on sait.

    298

    — C'est vrai? semble sceptique Silvia, insistant tout de même, — pourtant quand je suis venue t'aborder en te promettant que désormais tu n'avais "plus rien à craindre pour Raphael, car j'avais un copain", tu ne semblais pas contredire ce que j'insinuais...

    — Tu me faisais rire, c'est tout. Laisse tomber Eva, lasse de se justifier. Pas vraiment certaine de devoir le faire, en plus.

    "Elle l'aime, son Roméo, et alors?" Mais si ça peut les rassurer, tous, alors qu'ils s'imaginent qu'ils ne sont plus qu'amis et demi frères...

    De toute manière, les on-dit et cancans ne sont plus la préoccupation première du vilain couple hors-norme.

    "Les vilains incestueux?!" Que les gens pensent ce qu'ils veulent, après tout... Au final, cela sera ça, le plus amusant : jouer avec leurs interrogations et angoisses.

    298

    — Ca a du te faire un gros choc, quand tu as su... change discrètement de sujet Silvia en se réalisant pénible, — et... est-ce que cela serait "ça", qui vous aurait fait... rompre? qu'elle ose timidement.

    — Oui, avoue franchement Eva, bifurquant immédiatement après, — on peut regarder la série maintenant ?

    — Oui, bien sur.. Se sent honteuse Silvia, — désolée.

    — Y a pas de quoi. Évite juste de me parler de ce sujet, sensible... soupire Eva, lasse, - stp. Et puis si un jour, à la limite, tu avais de réels doutes sur ce que tu sais, eh bien... rappelle-toi à ce moment-là que cela ne t'empêchera pas de vivre ta vie. Que cela ne te regardes pas, au fond.

    298

    — Oui, bien sûr, désolée encore. Je ne te savais pas aussi blasée par tout ça... Je dois être une énième personne qui te saoules avec cette histoire, alors...

    — Tu ne me saoules pas, t'inquiètes. Mais j'anticipe un peu, c'est vrai.


  • 299

     

    *

     

    Quelques heures plus tard, dans un petit bar sur Paris, Jeffrey se prend une nouvelle cuite magistrale et commence à chanter à tue-tête, soutenu par les épaules par son frère ainé, Raphaël.

    299

    — ♪ ♫ Ooooooh ça c'est mon frèèèreuuuh, et il aimeeeee notre soeuuuur-euUuUuhhh!! ♪ ♫ qu'il crie d'une voix forte en plein milieu du bar, en allemand heureusement, alors que Raphaël le ramenait avec lui vers la sortie ; oui le plus mature des deux frères avait bien entendu compris, depuis maintenant plus d'une heure, qu'il était temps d'écourter la soirée pour aller "au dodo"!

    299

    — Excusez-nous! rit Raphaël avec honte et en anglais en direction de la foule qui le regarde désormais lui et son frère avec d'étranges regards sceptiques, parfois moqueurs. Des rires s'échappent même de certaines lèvres.

    — Naaaaaaaaan mais c'est vraiii quoiii, tu l'aimeeeuhh trop Eva, heinnn!! Moi j'l'ai sentiii, au premiiiier coup d'oeil, ouaiiis! J'te jure! T'es trop un mec bien!!! enchaine Jeffrey, en allemand toujours, complètement saoul, en se détachant soudain des bras de son frère pour tenter de s'avancer seul vers la sortie, continuant toutefois de beugler à ceux qui l'observent encore,

    299

    — J'vous jure, l'amouuuur n'a pas d'frontières! L'amouuuur, c'est là qu'il se passe!! qu'il informe à la foule en se cognant le coeur de la main droite.

    — Ca suffit maintenant, en est cramoisi de honte Raphaël, tout en l'attrapant vivement par le bras pour le trainer avec lui à l'extérieur, lui grognant ensuite tandis que tous deux marchent sur les trottoirs usés de cette petite rue parisienne,

    — Putainnn la honte!! T'es pas sortable, putainn!!

    — Maiiiis je dis que la vériiitéééé!! J'te jure, votre amour il est trooop beauuuuu!! Sans frontiiièèreeeeuuuh, digneee d'un romannn ouh-ouh-ouuuuuhhhhhhh!! ♫ ♪ ROMEOOOO ET JULIETTE-EUUHHHHH!!! ♪ ♫

    — Ok tais toi, tant que tu n'auras pas cuvé, tais-toi!!!!!! Ou jte bâillonnes! en a le feu aux joues Raphaël, plus honteux que jamais.

    — J'connais une teu-boiiis pas trèès loinnn, tu vas voir, Paris by night ça déchire sa raaaceee!!

    — Quedalle, là, on rentre chez toi et je te mets au lit avec une fessée, c'est tout ce que méritent les gamins dans ton genre qui tiennent pas l'alcool!!

    — Oooooohhh comment tu mennnns, et piis je tiens plus que toi d'aboord, toi t'as rien buuu, femmellette, pidaaaay qui sait pas s'battreee, bouh, bouuuuuh!!!!

    — Tais-toi, tu paies la zone! Y a un couple qui s'est retourné sur nous, humpf!! grommelle Raphaël en se souvenant ensuite, dans un long soupir de soulagement, — seigneur Dieu, heureusement que je vis pas ici toute l'année, au moins, mon nom est sauf!

    — On s'en fouuut, ils comprennent riennn, ils prennent tous espagnol à l'écoooleeeeeee ces bullzzzzzzzzz's!!!!

    — C'est pas une raison!

    — Bennn siii, tu peux leuuur dire n'importe quoi, comprennent jamaiiiis rien! Ils disent que l'allemand c'est une languuue de barbareee mais ils se sonnt pas vus, ces mangeuuurs de grenouilleeees, CROOOAAAACCC!!

    — On est arrivé, sors tes clefs, alcolo!

    — Haaa ouuaiiis, mes clefffs, attennnds voiiir, se met a fouiller maladroitement Jeffrey dans les poches de son jean, s'exclamant ensuite en agitant enfin dans les airs le trousseau retrouvé, - youhouuuuh les voilààààà, ces petites coquiiiiness!

    — Oh putain, seigneur.. Ne peut s'empêcher de rire Raphaël en suivant son interlocuteur et frère qui commence à grimper maladroitement les escaliers du petit immeuble qu'il habite, en chantant à plein poumon "Capitaine Fam".

     


  • 448

    *       *
    *

     


    Quelques jours plus tard, l''ambiance n'est pas aux rires ni à la bonne humeur, chez les Troublemaker où une petite réunion exceptionnelle est en train de se dérouler en plein après-midi. En effet, leur pianiste, Erwan Muller, les quitte... Définitivement.


    Il prétend ne plus avoir le temps de rester à leurs côtés et les remercie pour tous ces agréables moments qu'il a eu la chance de passer à leurs côtés. Il a vraiment adoré être un TroubleMaker au cours de ces dernières semaines, mois. L'expérience a été enrichissante, amusante, elle l'a replongé dans un passé délicieux et il ne remerciera jamais assez les jeunes musiciens pour lui avoir offert une place importante et géniale, au sein de leur groupe.


    Il leur souhaite désormais et avec sincérité, de continuer de gravir la rampe du succès, il les encourage dans ce sens et pour le leur prouver, il leur a même organisé quelques auditions qui commenceront dès le lendemain. Ainsi, ils pourront tester le talent d'une dizaine de candidats susceptibles de pouvoir le remplacer à son ancien poste.


    Raphaël ne bronche pas, mais se maudit intérieurement de ne pas avoir su tenir sa langue, ce jour-là. Il n'est en effet pas assez idiot pour ne pas se douter que leur mentor -et sans aucun doute, actuel leader, au vu de tout ce qu'il entreprend pour les cinq bras cassés qu'ils sont- s'en va retrouver son ex-femme ; alors qu'il est actuellement en instance de divorce avec une autre restée sur Berlin.


    Tout d'un coup, Tobias, avec un immense sourire enjoué affiché sur le visage -et peut-être aussi un peu niais- fait brusquement une grande annonce a ses amis Troublemaker, alors qu'Erwan se prépare déjà à repartir de l'appartement sans demander son reste.


    Le jeune batteur aimerait que sa jeune amie Katrine participe aux auditions de son groupe, elle aussi.


    Wilfrid en pouffe aussitôt de rire, l'air mauvais. Il n'acceptera jamais cette « petite pute » à ses côtés sur une estrade ! Il préfèrerait coucher immédiatement avec une retraitée à la peau flasque que de devoir considérer cette idée absurde rien qu'une seule seconde.

    Tobias le gronde sans attendre. Sa réaction est ridicule! En plus, son amie Katrine est très douée, sous ses petits airs de jeune fille fragile.

    Terry plusseois. Peut-être devraient-ils lui laisser une chance de participer à l'audition, à elle aussi. Après tout, leur but est bien de trouver le meilleur pianiste possible pour remplacer leur ancien!
    Wilfrid rumine. Il est outré par le comportement de son ami Tobias qui n'a pas rompu tout contact avec la garce qui a détruit son couple. Erwan intervient alors pour lui rappeler que de toute manière, cette jeune fille qu'il déteste devra se révéler meilleure que tous les autres postulants qui désirent la place à prendre... Wilfrid grommelle en retour et accepte finalement de lui laisser sa chance, à cette trainée, tandis qu'Erwan quitte enfin les lieux, un peu inquiets cependant de laisser, livrés à eux-mêmes et sans la moindre once de maturité, une bande de gamins instables.


    Il leur souhaite vraiment le meilleur, tout en craignant toutefois le pire, mais en essayant de se rassurer en se rappelant que des âmes de leader se cachent tout de même sous certains traits TroubleMaker... Le jeune Tobias, en effet, qui, toujours très calme et prévenant, est un atout pour le groupe, il est en effet le sparadrap psychologique TroubleMaker, toujours là pour panser les plaies des coeurs des uns et des autres, et le jeune Terry, qui part son habituelle sagesse et maturité est sans doute celui qui apporte un côté « adulte », au groupe. Ces deux piliers-là sauront sans doute, et cela, Erwan l'espère profondément, savoir canaliser leurs deux coqs de compétitions, Wilfrid et Raphaël.