• 018

     

    *

     

    La journée se poursuit lentement au lycée Victor Hugo... 

    018

     Kylian ne peut s’empêcher de regarder discrètement la jolie Emma, assise à sa droite, aux côtés côté du fameux... Kain. 

    018

     Elle l’envoute. 

    018

     Et ce n’est pas uniquement la finesse de son minois et la pureté de ses yeux qui surprennent le plus Kylian lorsqu’il l’admire, mais plutôt cet air terriblement malheureux qu’elle arbore en permanence. 

    C’est bien simple, il ne l’a encore jamais vu sourire. 

    018

     Pourquoi ? Aurait-elle des problèmes familiaux ? Ou de couple ? Ce « Kain », serait-il désagréable avec elle ?

    018

     En fait, cela ne surprenait pas Kylian, vu la froideur qu’il dégage.

    Ce type n’a rien vraiment rien de chaleureux. 

    018

     Devant, au premier rang, si l’adolescent Gutter a bien retenu les paroles de son amie Lorelei, il peut apercevoir Franz et Hugo ; qui font donc partie de la bande de Mister Freeze ; c’est le nouveau surnom qu’il vient de trouver pour définir Kain. 

     Non, sérieusement, ceux-là, c’est un groupe qui a résidé longtemps dans un bac à glaçons ; ils tirent tous une tête terrifiante, à croire qu’ils vont vous assassiner froidement si vous leur tournez le dos ! 

    C’est un chuchotement sur sa gauche qui le fera finalement arrêter d’observer la fameuse bande ; le regard suspicieux de Lorelei, assise à côté de lui. 

     C’est vrai qu’il est tout sauf discrèt et il en a un peu honte ; discrètement il se remet droit et arrête de fixer ses voisins croisés statues de glace. 

     

     

    *

     

     

    À quelques couloirs de là se déroule un autre cours, pour une autre classe....

     — Mademoiselle Gutter, prononce sèchement le professeur de mathématique de cette terminale, vous cumulez décidément !

      — D’abord, vous perdez le livre que je vous ai gentiment prêté, en attendant que vous ayez le vôtre, ajoute-t-il, d’une voix posée, mais terriblement agacée — et ensuite, vous vous permettez de m’insulter. 

     — Parce que le mot que j’ai retrouvé dans mon casier ce midi, avec « Fuck les maths, gros tas, va t’acheter une vie », signée par « Tiphanie Gutter », c’était le level supérieur de la connerie, poursuit calmement le professeur. — mais soit, jeune fille, tu n’aimes pas ma matière, mais...

     — C’est peut-être pas elle qui l’a écrit, ce mot, intervient subitement Anja, avec un air des plus accusateurs. 

    018

      — Pourtant moi je l’ai vue trainer vers votre casier, ce midi, monsieur, lance vivement Elsa pour enfoncer le clou, sachant qu’elle est la meilleure élève ici et que son professeur l’apprécie énormément ; entre sa parole et celle d’Anja, voire de cette paysanne de Tiphanie, il n’hésitera pas une seule seconde...

     — Mais je n’en ai jamais douté ! répond le professeur en commençant a froncé tellement fort les sourcils que son front se met a dévoiler de nombreuses rides de caractère, -- allez, la nouvelle, lève-toi va me faire un saut chez le proviseur, vous allez discuter de ton comportement ! 

     Les dents serrées, Tiphanie se lève de sa chaise pour rejoindre la sortie ; en chemin, elle perçoit sans difficulté des rires étouffés et elle sait très bien à qui ils appartiennent. 

     — Les autres, sortez vos livres, ordonne le professeur, une fois que le vilain petit canard est sorti de la pièce, avec la rage au ventre de se faire sans cesse ridiculiser dans cette classe de hyènes.

     

     

    *

     

     

    Quelques heures plus tard, la sonnerie annonçant la fin des cours retentit pour libérer les élèves de l’établissement.

    Tous les adolescents se lèvent dans un brouhaha monstre pour fuir le plus vite possible cet endroit où ils viennent de passer huit longues heures.

     Tous se lèvent rapidement, tous.

     Et même la jolie Emma, songe Kylian, a deux mètres derrière elle.  

     Mais malheureusement pour lui, elle est toujours entourée d’une clique de garçons, sa bande. Il pourra donc rêver pour lui adresser la parole seul à seul... Surtout avec Lorelei qui est scotchée a lui en permanence.

    Et justement, à peine a-t-il franchi la porte de sa classe que celle-ci l’appelle vivement ;

    — Kylian !! avant de se mettre a bégayer comme une idiote, — tu... tu... 

     — Je, je quoi ? lui répond Kylian sur un air taquin, en revenant vers elle. 

     — Ben demain on a cours qu’à 9heures alors... Je me disais que... hésite-t-elle à proposer en devant rouge comme une pivoine — que.. Qu’on pourrait sortir en ville...?!

     — Hummmm... lui sourit tendrement Kylian en se rapprochant subtilement pour tenter de l’enlacer — ça dépend mademoiselle.... 

    018

     Ses mains sur ses hanches, ses doigts qui la caressent délicatement, Lorelei frémit, tremble et panique.

     Quelle idiote décidément, dès qu’il se montre entreprenant, elle panique, le repousse et une fois encore, le force doucement à reculer. C’est incontrôlable... Elle perd tous ses moyens dès qu’il s’approche un peu trop.  

    Blasé, Kylian lui soupire quand même gentiment, avant de se retourner

    — Allez viens, on y va. On se fera un ciné un de ces quatre, mais pas ce soir.

     Il ne sait pas vraiment à quoi s’en tenir avec elle. 

     Elle se montre jalouse et possessive s’il regarde une autre fille, alors qu’elle le repousse sans cesse s’il tente de passer à la vitesse supèrieure pour devenir officiellement son petit ami. Certes il est patient et compréhensif, mais jusqu’à un certain point tout de même. Et là, le point, il est bientôt atteint !!!


  • 019

    *

     

     Cette nuit, le repas a été des plus calmes chez les Gutter.

     Un calme terrifiant, presque glacial, qui a bien prouvé que ce n’était plus vraiment l’euphorie dans cette maison.

    019

     — Hey mon kiki, fait Tiphanie a son petit frère, je me demandais si... 

     — Nan !! l’interrompt rapidement celui-ci, tu vas me demander un truc fou encore ! « te connais ! 

    — Mais non ! Je voulais juste te proposer de sortir avec moi ce soir... reprends Tiphanie avec une petite voix triste. 

     — Maman voudra jamais, oublie. 

    019


     — Oui, mais elle va pas tarder à aller se coucher alors je me disais que... 

    — Hummm...? commence a s’étonner Kylian ; sa sœur est tout sauf une adolescente rebelle qui fait le mur, normalement... 

     — Je veux aller au Bricks, ce soir. Annonce-t-elle, l’air apparemment très sûre d’elle. 

    019


     — Admettons, soupire Kylian, mais........ pourquoi est-ce que tu as besoin de moi pour aller là-bas ?

     — Parce que j’ai personne d’autre ! Et il est hors de question que j’y aille seule... marmonne t-elle en se souvenant de sa conversation téléphonique avec Anja, qui a refusé catégoriquement d’aller dans un endroit où elle croiserait à coup sûr une bande qu’elle méprise. 

     — De toute façon c’est vrai que j’ai pas cours moi demain ! se souvient Kylian, allez ma foi, ça peut être marrant, c’est une boîte le Bricks au fait ? Ils acceptent les mineurs ? Parce que j’ai pas envie de me faire jeter comme un vieux déchet de la société !!!

     — On va se débrouiller, ai confiance en ta génialissime grande sœur mon petit ! 

    — Pourquoi tu veux y aller au fait ? Réellement ? C’est pour Casper, c’est ça ?  

    019

     — Tout à fait... En fait, ce type me saoule, il m’énerve, me sort par les yeux et me stresse... Mais j’ai terriblement envie de voir sa tête ce soir. J’ai envie de le saouler a me pointer dans son bar fétiche, parce qu’il ne voulait pas m’y voir. 

    — Waouh... se retient de rire Kylian, je sens que ça va être une soirée marrante alors ! 

     

     

    *

     

     

    019


     Pendant ce temps, au rez-de-chaussée, Claire fait les cent pas dans le salon, en attendant que son cousin préféré daigne répondre au téléphone. 

    — Ouaaaaaiiii ? se décide-t-il enfin a piaillé, je suis a poils là Clio !! J’sors de la douche !!

    019

     — Cèdric, j’ai besoin de toi... C’est le chaos ici... 

     — Vous vous êtes disputé à propos de quoi encore ? soupire Cédric, blasé par le comportement plus qu’enfantin de ce couple. 

     Elle tente de lui expliquer, en retenant ses larmes, la sortie secrète, la dispute, le fameux « Break », et enfin, le partage de la maison. 

    — Tu rigoles ? manque-t-il de rire dans le combiné, vous avez partagés la maison ? Il a le salon et toi ta chambre ? Excellent ! J’aurai jamais pensé que vous puissiez tomber si bas mes lapins ! Sonia va halluciner quand je vais lui raconter ! 

    019


     — Cédric arrête, gémit Claire, c’est pas drôle, là il est sorti... Après manger il a passé une demi-heure dans la salle de bain et il en est ressorti tout pomponné et parfumé....  

    — Parce que d’habitude il pue ? 

    — Idiot ! s’agace Claire, avant d’ajouter, — il va aller faire le con ce soir, j’en suis sûre !!!

    — Et toi, tu as pas fait la conne avec Jonathan par hasard ? 

    — Non !!!!!!! Jamais !! Par contre, lui, il va faire le con, je le sais !!

    — C’est pas parce que vous faites chambre à part qu’il va aller se les vider aux putes Clio hein, Sacha est con certes, mais pas à ce point !

    019

     — Cédric... On est à Berlin ici... Il a des amis partout. Féminins et masculins....

    019

     — Arrête de stresser Clio, tu dis n’importe quoi. À mon avis, il va juste picoler pour oublier, c’est tout. Mais il ne va pas te tromper.  

     — J’aimerai tellement que tu aies raison... 

     — Ton Jonathan là, zappe le Clio. Il te fout une merde phénoménale dans ton couple, si tu l’as pas encore remarqué...

    019

     — Oui... Je l’ai remarqué... Soupire Claire, la gorge nouée, je sais que j’aurai du l’éloigner dès que j’ai épousé Sacha, mais bon... Jo c’est Jo.. Un foufou marrant, et quand tu l’as en ami, tu as vraiment du mal à le virer de ta vie, c’est l’ami qu’on rêve tous d’avoir... 

    — C’est pas qu’un ami pour toi, l’interrompt Cédric, et tu le sais. C’est ton fantasme d’ado.  

    — Tu es dur Cèdric.... 

    — Éloignes-le et Sacha crisera moins, faut que tu choisisses, un bouffon pour une partie de jambes en l’air, ou le mari de tes enfants, mais tu pourras jamais avoir les deux. 

     — Le pire c’est que tu as raison... laisse-t-elle tomber en soufflant un grand coup. J’espère seulement qu’il va pas faire de conneries ce soir... 

    — Le connaissant, je pense pas. Rassure Cédric, des amis sur Berlin, il en a plus beaucoup en plus tu sais, il en a perdu énormément quand vous êtes venus a Mannheim. 

     

     

    *

     

     

    019

     Quelques heures plus tard, deux adolescents ont donc fait discrètement le mur afin de se rendre dans un minibar Karaoké qui fait aussi boîte de nuit et salle de jeux. 

    019


     — J’espère qu’il va être là ton chéri fantomatique, taquine Kylian, parce que tu nous as sorti l’artillerie lourde là !

    019

      — Ces talons me tuent les pieds, marmonne Tiphanie en essayant de ne pas boiter, maman a vraiment des pieds minuscules... 

     — Et elle doit aussi être plus mince que toi, car j’ai l’impression que sa robe est vachement serrée sur toi, non ?

     — C’est une robe moulante !! se vexe Tiphanie ; quel nul !!

    Il insinue qu’elle est plus grosse que sa mère, qui a donné naissance à trois enfants !! Elle va le tuer !!!!

     — Il est avec moi, annonce Tiphanie au videur, qui hoche la tête en les laissant pénétrer, tous les deux, dans l’enceinte de l’établissement. 

     

     

    *

     

     

      — Hey, on se fait des fléchettes, ou un billard ?! demande Kylian en avançant tranquillement, alors que sa sœur est occupée a scruter les alentours pour tenter d’apercevoir un certain visage...

     — C’est triste, reprend Kylian en haussant les épaules, mais je crois qu’il est pas là ton Casper ! 

     — Allez viens, on va pas se laisser abattre, on se fait un billard avant de rentrer !! insiste Kylian en contournant une table de poker.

     — Moui... soupire Tiphanie, plus que déçue. 

      — Il va peut-être venir plus tard remarque ! tente de rassurer Kylian.

    019

     — Et là-haut ? Désigne Tiphanie d’un mouvement de tête, pour indiquer un escalier, on a pas été voir...

     — Me laisses Pas !! marmonne Kylian, je fais quoi moi si tu pars retrouver tes potes ?! 

    — Lâche ton billard et viens avec moi, idiot !! 

     — J’arrive, j’arrive, grommelle-t-il en rangeant sa queue de billard. 

     

     

    Quelques marches plus tard, Tiphanie arrive enfin au premier étage du Bricks, et une jolie musique vient lui titiller désormais les oreilles...

     

     

    019

    Ils sont là. Kurt et Dirk. Le brun divin et le blond adorable. 

    019

     Les deux meilleurs amis assis à sa gauche en classe. Ils sont là. En train de chanter en duo « Affirmation », de Savage Garden.. Ils sont là ! 

      Apparemment, aucun des deux ne l’a reconnue, caché sous sa tonne de maquillage. Et encore heureux ; car elle est pétrifiée de honte. 

     019


      Il est magnifique, ce soir, habillé ainsi, en veste marron et en baggy blanc...

    Déjà en costume de lycéen, il est à tomber, mais alors là, Tiphanie ne peut plus le quitter des yeux et à force de tenter de le déshabiller du regard, elle se met à rougir, puis se retourne, honteuse.

     Mais que fait-elle là d’abord ? À le poursuivre alors qu’il l’a envoyée bouler comme un vulgaire déchet ? 

    019

     — Ah, c’est une boîte en haut alors ! remarque Kylian en arrivant en haut des marches. 

    — Retourne-toi !! Regardes le mur !!! lui ordonne immédiatement sa sœur, le visage paniqué. Ils vont te reconnaître toi !! 

    — Gné ? De quoi ? De qui ? De ou ? De kézako ? s’interloque-t-il en jetant un vif regard aux deux jeunes qui se déchainent sur le karaoké de l’endroit.

    — Oh, et il chante en plus Casper ! La classe ! 

    — Vite, on va s’asseoir Kyky ! Leur montre pas ton visage, toi tu as pas un pot de peinture sur la gueule, alors ils vont te capter direct ! 

     — Eeeuh.. Marmonne Kylian en obéissant à son aînée qui va s’asseoir sur un petit fauteuil, tu peux me dire qu’est-ce qu’on fout là s’ils sont pas censés te voir ? 

     La vérité sort de la bouche des enfants... Qu’est-ce qu’elle fout là ? Aucune idée... 

     — J’en sais rien Kyky.. Se décide-t-elle à laisser tomber en se massant les tempes.

     — T’es franchement une ouf Tif tu sais ! se moque son frère, on peut redescendre se faire un billard alors ? Comme ça il te verra pas au moins !... À moins que tu espères secrètement qu’il te remarque... N’est-ce pas ? termine-t-il sur un air des plus taquins et suspicieux. 


  • 020

    020

     — Hey, y’a une bombe qui est allée s’asseoir en face, chuchote Dirk à son ami en se préparant à aller la rejoindre. — On y va ?

     Trop concentré dans sa chanson, Kurt préfère ignorer sa proposition. 

     — Relou va ! lui fait Dirk en commençant à s’éloigner.

     Il s’avance pour traverser la piste de danse, en direction de la jolie brune qu’il a repérée et qu’il n’a pas l’intention de laisser filer ! 

    020

     — C’est la fin du monde !!! sursaute vivement Tiphanie, les yeux écarquillés et terrifiés, Dirk arrive !! Dirk arrive !! J’suis foutue !! J’suis foutue !!! 

     — J’fais quoi moi ? Hésite Kylian, il va me reconnaître non ?

     — Bouge Kyky !! Bouge !!!! lui piaille Tiphanie en lui faisant des signes de main pour lui indiquer clairement de décamper loin, loin, loin. 

    — Ho comment tu me gicles, j’hallucine !! fait semblant de bouder Kylian, — bon j’vais jouer aux fléchettes alors, j’te laisse espèce d’ingrate ! 

    Pétrifiée de honte, Tiphanie tente de rester calme ; elle respire un grand coup en regardant son frère disparaître et Dirk arriver vers elle. 

     Après tout, c’est lui qui lui a dit de venir, alors elle n’a pas de raison de paniquer finalement ! S’il lui dit « mais qu’est-ce que tu fiches là ? », elle répond très calmement, « ben c’est toi qui m’as invitée cet aprèm ! » 

    020

     — Bonsoir, sourit alors Dirk avec un air des plus charmeur et naturel, en se rapprochant pour s’asseoir a sa droite, — tu es seule ici ? ajoute-t-il en la dévisageant avec son plus beau sourire.

     Oh oh......Mais il n’a pas l’air de l’avoir reconnue !! songe-t-elle, plutôt satisfaite. 

      — Hummm.. Oui, on peut dire ça, lui sourit-elle alors. 

    020

     — C’est la première fois que je te vois ici, poursuit Dirk, toujours avec son plus beau sourire — pourtant je viens tous les soirs...

     — Je viens d’arriver dans la région en fait ! répond immédiatement Tiphanie, avec une aisance digne des plus grands mythomanes. Et toi ?

     — Moi j’ai grandi ici à Berlin, lui sourit-il. 

    — Toi, et ton ami, celui qui chante là-bas ? se met-elle instinctivement à demander.

    020

     Incroyable, même en parlant seule à seule avec Dirk, elle ne peut s’empêcher de regarder sans cesse sur sa droite pour l’apercevoir..  

    020

    — Lui, c’est Kurt, annonce Dirk ; comme toutes les filles, elle tombe sous le charme de son meilleur ami. C’est normal. Quand on les regarde tous les deux, on voit Kurt en premier. Toujours Kurt.. Qu’est-ce que ça l’agace parfois !! 

    020

     — Il bosse ici certains les soirs, du lundi au jeudi, poursuit-il, comme s’il voulait faire sa biographie à une parfaite étrangère.  

    020

     - Ah..Hum... merci de l’info.. !!

    — Et toi sinon ? Comment est-ce que tu t’appelles ? 

    — Dirk. Et toi ?

    Vite, un prénom, il faut qu’un trouve un prénom mitonné !

     — Salut Gutter ! fait soudaine une voix qui la fait sursauter dans sa réflexion intense.

    020

    — De quoi ? sursaute aussi Dirk en écarquillant les yeux pour dévisager Kurt, qui vient d’arriver près d’eux aussi vite qu’une fusée.

    020

     — Me dis pas que tu l’as pas reconnue ? se moque Kurt avec une ironie non dissimulée. 

    020

     — Ooooh... Fuck.. Tiphanie ? Arrive à peine à prononcer Dirk, complètement abasourdi.

     Oui, c’est bien cela qu’on appèle, « le moment de solitude »...

     — T’es franchement pas doué, taquines Kurt pour enfoncer son ami — des yeux comme ça c’est pas commun quand même !

    020

     — Oh ça va hein, marmonne Dirk, bougon.

     — T’es venue toute seule sinon ? se décide à demander Kurt à la jeune fille mortifiée sur son fauteuil.

     — Euh... hésite à répondre Tiphanie en se rappelant qu’elle a envoyé bouler son petit frère comme un malpropre.  

     

     

      *

     

     

    Soudain, la musique du Disc-Jockey change, perturbant ainsi les conversations en cours...

     

     ~ Musique ~  

     

    020


     Dirk se prépare à ouvrir la bouche pour prononcer quelque chose, mais Kurt le devance rapidement, en s’adressant à Tiphanie

    — Tu danses ?  

    De quoi ? se paralyse-la concernée. Elle se fait inviter à danser par... Par lui ? Dirk se mord les lèvres de rage : encore une fois devancé.


     — Alors ? Je vais pas attendre ta réponse toute la soirée, insiste Kurt en soutenant le regard de la jeune fille hésitante. 

    020

    Sans réfléchir, elle se lève d’un bond : un moment pareil, ça ne se reproduira sûrement plus jamais, alors elle serait bien idiote de s’en priver.

     

    Intérieurement, elle remercie les néons de la boîte de cacher son trouble, car elle doit être bien écarlate en ce moment, tant elle est gênée. Timidement, elle tente quand même de te soutenir son regard, même si tout en lui l’obsède.

     

    020

    Constatant sa gêne, Kurt lui prend alors tendrement la main, entrecroisant ses doigts entre les siens, avant de l’entraîner avec lui vers la piste.   

    020

    Pendant que Dirk les regarde, blasé.

    020

     Sans un mot, les deux adolescents se dirigent vers le milieu de la piste, avant de se retrouver face à face pour se dévisager mutuellement...

    020

     Oui, il a été fourbe avec son meilleur ami, songe Kurt, mais il était hors de question qu’il la lui laisse. C’est tout. Et puis de toute manière, c’est lui qu’elle poursuit sans arrêt au lycée ! Il a de bons yeux et une sacrée intuition, alors Dirk n’avait aucune chance ! 

    020

     Finalement, il n’a rien fait de mal.. Tente-t-il de se convaincre lui-même en attrapant sensuellement la jeune fille avec qui il va danser un slow très langoureux. 

    — La chanson est finie... marmonne Tiphanie en tirant la grimace. 

     — Tant pis ! On fait la suivante ! annonce très sérieusement Kurt en la ramenant plus près de lui, jusqu’à ce que sa généreuse poitrine se plaque contre son torse.

     

     

     ~ Musique ~

     

     


      020

    Après quelques secondes de silence, où aucun des deux danseurs n’a sans doute pas osé dire un mot, Kurt se lance, en utilisant sa voix la plus tendre ;

    — Tu es magnifique ce soir, paysanne ! 

    020

    Au lieu de se vexer, Tiphanie le dévisage quelques secondes, avant d’éclater de rire sans aucune retenue. 

    020

     Un rire frais et léger. Un rire simple sans faux-semblant ni hypocrisie.

    Quelque chose qu'il n'a jamais l'habitude de voir, dans son entourage..

    Cette moqueuse le taquine ensuite, avant de lui dire qu'il est aussi très séduisant, loin de son uniforme du lycée..

    Puis elle rit de nouveau.

    020

    Toujours avec ce rire délicieux qui fait entrouvrir ces petites lèvres rouges dont Kurt a envie de s’emparer, là, tout de suite, immédiatement.

    020

      Pourtant, au lieu d’être un animal trop pressé, il va simplement la rapprocher encore plus de lui ; sans doute déjà satisfait de l’avoir dans ses bras. Il ne veut pas prendre de risques avec une fille pareille, qui semble bien différente de toutes celles qu’il fréquente d’habitude.

     Agacé par tant de salamalecs, Dirk prend le chemin de l’escalier pour disparaître loin de ces danseurs énervants. Si elle savait tout ce que son Kurt chéri a craché sur son compte, elle n’afficherait pas un sourire pareil !

      Quel hypocrite quand même... Dans ces moments-là, il le déteste, son meilleur ami.

    Égoïste et sans vergogne, il ne fait que ce qui lui plaît, sans jamais se soucier de ce que ressent son entourage.  

     Sur la piste, la chanson arrive à son terme et Tiphanie tire à nouveau la grimace. Pourvu qu’un autre slow démarre.. Souhaite-t-elle secrètement. Dans ses bras, elle est si bien qu’elle lui appuie délicatement sur la nuque pour le forcer à rapprocher son visage du sien... Oui elle a une envie folle et l’embrasser.