• ~ Trouble ( Ou, Le cri de l'Ange ) ~

    ~ Trouble  [Sept 2007/Dec 2007]  ~

     Musique : Trouble - Pink ♪

     

    ~ Trouble ( Ou, Le cri de l'Ange ) ~

     

    Résumé

    Clio et Sacha se sont mariés. Ils découvrent les hauts et bas de la vie de famille, et leurs petits caractères ne se sont pas vraiment atténués avec le temps ! Clio est toujours fleur bleue. Sacha est toujours un peu con. Ils ont trois enfants ! Tiphanie est une jeune fille adorable. Kylian est un jeune garçon adorable, bien qu'un peu indécis. Quant à Ophélia, elle est l'ange de la famille.
    "Non le destin ne se subit pas.. Il s'affronte !" 

    ♣ Trouble ♣ [Histoire sims terminée]

     

    ~ Trouble ( Ou, Le cri de l'Ange ) ~

  • 001

     

    *      *

    *

     

     Jeudi 18 avril, 10 h 30


    Une famille arrive enfin sur Berlin, après de nombreuses heures de route. Le voyage été long et épuisant.

    Ils emménagent dans leur nouvelle maison qu’ils ont acheté du premier coup en faisant un gros crédit.

    — Youhouuuh on est à Berliiin, chantonne Sacha, apparemment fou de joie.

    Et pour cause, Berlin, c’est sa ville natale : il y a grandi, y a été élevé, et a toujours voulu y finir ses jours. Malheureusement pour lui, il y’a 12 ans, peu après la naissance de leur son deuxième enfant, on a proposé un poste plus qu’alléchant à son épouse, sur Mannheim, petite ville plus au sud.

    Sans se poser de questions, ils ont donc déménagé, mais ce fut un véritable déchirement pour ce Berlinois amoureux de sa ville.

     — Les affaires arrivent quand ? Maugrée Kylian, boudeur ; quitter son lycée, ses amis, en plein milieu d’année, ne fait plaisir à aucun adolescent de quinze ans normalement constitué.

     — Demain, répond Claire en soupirant.

    Elle non plus n’apprécie pas du tout de revenir sur Berlin : ils sont là, car il a été proposé à son époux une nouvelle place, dans une nouvelle boîte, ici. Il est infographiste, il gagnait déjà bien sa vie sur Mannheim, mais il a voulu à tout prix saisir cette nouvelle opportunité, prétextant qu’à l’époque, « ils avaient déjà bougé pour elle, alors maintenant, ils peuvent le faire aussi pour lui ».

    Sauf qu’à l’époque, il ne travaillait pas, alors ça ne lui dérangeait pas plus que ça de déménager.

    001

    — Hey, on va la faire construire quand, la troisième chambre ? Rappelle Tiphanie. Il ne faudrait pas qu’ils oublient ce qu’ils lui ont promis, car elle n’a pas l’intention de partager une chambre unique avec son petit frère, plus de deux semaines pour dépanner. Elle a dix-huit ans quand même.. À son âge, on a une chambre pour soi, normalement ! 

     — Dès qu’on a des sous ma chérie ! lui répond Sacha, toujours en chantonnant.

    — Ça veut dire qu’on becte des pâtes jusqu’à ce que vous ayez remboursé le crédit de la maison ? Boude Kylian.

    Il est de mauvaise humeur, il a envie de râler, et tout le monde doit le savoir. C’était un caprice ce déménagement, personne n’est dupe : son père était trop content de revenir sur Berlin, alors il a pris le prétexte du sois-disant salaire doublé qu’il aurait dans cette nouvelle boîte... 

     — Dépéchez-vous, on va voir tout ça de plus près, fait Claire en s’avançant vers la maison. 

    001

     — C’est déjà meublé en plus chérie !! signale Sacha pour essayer de faire sourire sa femme.

    — Moué... se contente-t-elle de grommeler celle-ci sans s’arrêter.

    Non, décidément, elle ne s’y fera jamais. Quitter son boulot génial de maquilleuse pour le suivre dans son caprice, elle n’arrivera jamais à l’accepter. Là-bas, ils avaient tout, des boulots, leurs amis, une grande maison a la campagne, d'excellents salaires...

    001

     — Tu viens ou tu continues à chanter ? Marmonne Kylian, parce que si à peine arrivés on se tape les plaintes des voisins, ça va ptèt pas l’faire ! 

    — Tu insinues que je chante mal fils indigne ??

     — Et je fais pas qu’insinuer... Mais dans la catégorie « casseroles », t’aurais quand même tes chances de briller ! 

     — Han, tu me fend le coeur !

    — Même l'emplacement de la maison pue, on est loin de la ville, grogne encore Kylian, dépité.

    Sacha soupire devant tant de mauvaise humeur. Ils ne sont décidément tous bons qu’à râler, tous autant qu’ils sont, alors que ses enfants seront bien, ici ; ils se feront de nouveaux amis et sa talentueuse épouse, elle se retrouvera un nouveau boulot surement sans la moindre difficulté. Mais non, malgré tout cela, il n'y en a pas un seul qui positive ! Alors qu’on lui double son salaire ici quand même ! Mais ça, personne n’y pense. Enfin si, son père, lui il est ravi de le voir revenir sur Berlin ! Mais c’est bien le seul !

    — Dans deux semaines maxi, papa ? lui demande sa fille, en se décidant à suivre le mouvement de la troupe.

    Ca y’est, elle revient a la charge avec sa chambre elle ! Ils ont décidément tous l’intention de lui gâcher sa joie aujourd’hui...

    — J’sais pas. Se contente-t-il de répondre froidement, on verra. Si t’es sage.

    — OK, alors ça veut dire non. Marmonne-t-elle. Et si on met Ophélia avec Kylian et moi j’prends sa chambre, ça le fait pas ?? Elle pourra pas râler de toute façon... termine-t-elle en soupirant.

    Et pour cause. Ophélia Gutter est sourde et muette depuis toujours, alors c’est sûr qu’elle ne pourra pas exprimer son mécontentement.

     — Encore une réflexion de ce type et tu en manges une Tif. La cingle sévèrement Sacha, n’appréciant pas qu’elle tente d’abuser du handicap de sa sœur pour obtenir ce qu’elle désire.

     — Alors ?? Verdict ?? demande Sacha, une fois que toute sa petite famille a pénétré à l’intérieur de leur nouvelle maison.  

     — Horrible, hideux, y’a pas d’autres mots, lui répond Claire. Sinon, c’est normal que sur les photos qu’on a vues, il n'y avait pas ce papier peint affreux... Ou plutôt.. Carrelage ?! Mon dieu, on nous a foutu des murs en carrelage... 

     — Bah on pourra refaire la tapisserie, fait Sacha, penaud.

    — Et comment... reprend sa femme, et la couleur, tu as vu la couleurs ? Rose... 

     — Heeeey maman regardes, fait soudain Kylian en se dirigeant vers une des fenêtres de la salle de séjour, comment le jardin il est trop petit et pourrave !! C’est même pas le quart de notre ancien, trop naze !

     — Je te le fais pas dire... confire sa mère en s’avançant a son tour dans la pièce.  

      — Sérieux vous avez acheté ça ? Elle est trop laide cette maison...

     — Mais non elle est pas laide ! rétorque Sacha, on va la remeubler et refaire la tapisserie et elle sera géniale ! Les plans sont super, alors le résultat final sera super !

    — Même la cuisine est rose... soupire Claire en levant les yeux au ciel, blasée. 

     — Hey, maman, c’est où les chambres ? interroge Kylian, pressé de découvrir son « antre ». — En haut je suppose, lui répond celle-ci.

      — Le salon, il est rose aussi maman, fait remarquer Tiphanie en riant, c’est la maison de Barbie en fait, je crois, c’est trop fort !

     — Fermez-la un peu maintenant, commence à s’agacer Sacha. Vous commencez a devenir pénibles, tous autant que vous êtes !

    — Et c’est nous qui sommes pénibles... marmonne Claire en haussant les épaules.  

     Quelques heures de découverte et de mauvaise humeur plus tard, il fait maintenant nuit sur Berlin et chacun s’occupe comme il peut dans cette maison bien... vide.

      — J’vais appeler Elo, annonce Tiphanie en sortant de la chambre qu’elle est censée occuper avec son frère. J’vais lui dire la taille de notre chambre, elle va trop rire.  

     — C’est clair que tu prends de la place avec ton gros cul toi, se moque Kylian sans lâcher son jeu vidéo : il est pas fou, il a emmené son précieux pc avec lui dans la voiture.  

    — La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe, lui répond l’adolescente sans s’offusquer.

     — Et avec la chance que j’ai, tu vas voir qu’il y’aura pas la ligne, poursuit-elle assez fort pour que son cadet entende ses lamentations. 

    — C’est même fort possible, répond celui-ci en riant à moitié. 

     — Parle pas de malheur... soupire-t-elle en composant le numéro de sa meilleure amie, qui est restée à Mannheim.  

    Les Kent, les meilleurs amis des Gutter, qui vivaient aussi dans cette ville qu’ils aimaient tant, en tant que voisins. Un caprice ! Son père n’a fait qu’un vulgaire caprice, sans penser à ce que pourrait ressentir sa famille. 

    001


     — Kylian ? marmonne soudain Tiphanie, en se préparant à raccrocher le téléphone.

     — Ouai ? Réponds le concerné, toujours dans sa chambre. 

    — Tu portes la poisse p'tain ! Y’a pas la tonalité ! 


  • 002

    Au même moment, au rez-de-chaussée, l’ambiance n’est pas plus joyeuse... 

    002

     — Mais on va tous se readapter ma chérie, t’en fais pas ! tente de convaincre désespérément Sacha.

     — Tif passe le bac cette année, et on la fait changer de lycée, à tous les coups ça va la perturber ! 

     — Mais non... Tif est une excellente élève... 

    — Même Cédric te l’a dit, que c’était pas une bonne idée d’accepter ce poste ! poursuit Claire afin d" enfoncer le clou et le faire culpabiliser au maximum.

    002

     — Oué, mais Cédric, il aurait dit n’importe quoi pour pas qu’on parte... manque de rire Sacha en haussant les épaules.  

     — Forcément, quand on est pas de ton avis, c’est n’importe quoi, fait remarquer Claire en fronçant les sourcils.

      — Mais tu as décidé de me faire la gueule combien de temps là ?... C’est ma fête pendant combien de jours ? Non parce que dis le-moi, car je peux prendre une chambre a l’hôtel le temps que ça se tasse... ironise-t-il en soupirant.

     — Je te ferai la gueule jusqu’à ce que je retrouve un boulot ! râle Claire en lui jetant son regard des mauvais jours.

    002

     — Allez mon amour, fait Sacha en se rapprochant sensuellement, on arrête de se prendre la tête, je m’excuse, et je ferai tout pour que l’aménagement de la maison se fasse vite et qu’on récupère vite la TV, le téléphone, et une tapisserie correcte ! 

    — Et des meubles corrects... 

    — Et des meubles corrects ! reprend-il en esquissant son plus beau et tendre sourire. Allez... viens dans mes bras pour fêter la réconciliation des amoureux transis que nous sommes.... 

    002

      — Non, lui répond-elle froidement en se levant d’un bond du canapé. Quand je suis au chômage, j’ai pas le moral pour faire des câlins et des cochonneries ! Sur ce, bonne nuit, je vais me coucher. 

     — Toute seule ? Cool.... D’hab » tu dis « on » va se coucher.... marmonne Sacha en regardant l’horrible moquette qui décore la pièce. 

     — D’hab » je suis pas chômeuse ! reprend froidement Claire en disparaissant dans le couloir. 

    002

     Et beh... Je sens que ça va être rigolo la vie ici... soupire Sacha une fois seul, avant de s’allonger sur le canapé pour y faire une sieste : vu la mauvaise humeur de sa femme ce soir, il préfère attendre qu’elle s’endorme pour rejoindre la chambre.

     

    *

     

     Une heure plus tard, et après avoir fait une toilette complète dans une salle de bain inconfortable et laide, deux adolescents se précipitent dans leur leurs lits respectifs : le voyage a été épuisant et ils sont fourbus ce soir.

     — Ronfl, ronfl, mime Kylian pour faire croire à sa sœur qu’il dort. 

     — Prie plutôt pour qu’on récupère vite le téléphone, au lieu de faire le teubé avec tes fakes ronflements ! lui rappelle Tiphanie en se glissant sous ses draps.

    — Ronfl, ronfl...

    — Oui Kylian, t’es mignon.. Mais les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures ! Bonne nuit !

     

    *

     

    002

     Pendant ce temps, dans le salon, Sacha semble s’être endormi profondément sur son canapé, pourtant presque aussi dur que du béton armé.

    002

     — Mmmmh, marmonne-t-il soudain lorsqu’une main semble venir lui caresser les cheveux. Ophélia..?

     En guise de réponse, elle lui sourit. Elle a bien compris qu’il est malheureux ; il ne dort jamais tout seul normalement, et même si on n’entend pas les sons qui nous entourent, on peut percevoir la souffrance des siens autour de nous. Peut-être mieux que les gens « normaux » d’ailleurs... 

    002

     — Je vais te ramener dans ton lit, grommelle Sacha en se frottant les yeux,

    002

    — il est tard pour les petites filles et je sais pas ce qui t’a pris de descendre..

    Cette phrase, elle ne l’a bien sûr pas entendu, mais il va la lui « traduire » immédiatement après avoir fini de la prononcer, en lui dessinant des lettres sur la main. Des lettres, des symboles, un langage qu’ils ont tous appris pour communiquer avec elle. 

    002

     — Je me demande combien de temps je me suis assoupi tiens.. Se demande-t-il. Maudite montre qui s’est arrêtée en plus, décidément aujourd’hui c’était ma journée... termine-t-il en soupirant avec un haussement d’épaules qui en dit long. 

    002

    — Allez, viens me faire un câlin pour me consoler, fait-il en direction de la benjamine des enfants, toi au moins tu es gentille, pas comme ta maman et les monstres !

    Comme a son habitude, elle esquisse un large sourire affectueux et se précipite contre lui pour se blottir dans ses bras. 

     Ressentant le besoin de parler à quelqu’un, Sacha prend la main droite de sa fille pour lui dessiner dans la paume, à l’aide de ses doigts.


    — Toi.. Penser..Moi.. Méchant.. ?

    Immédiatement, l’enfant le dévisage bizarrement, avec un air d’incompréhension, avant de lui dessiner dans la main à son tour,

    — Non..Toi..Le.. Plus..Gentil..Du... monde.

    Il en aurait presque les larmes aux yeux, parce qu’il sait que c’est faux, vu qu’il a agi en égoïste en forçant ce déménagement que personne ne désirait réellement. Même son meilleur ami, Cedric Kent, lui a répété mille et une fois que c’était idiot de faire ainsi bouger toute sa petite famille...

    Mais il se ressaisit. Le passé, c’est le passé, et on ne revient pas dessus. Il reprend la main de la fillette, pour lui dire cette fois,

    — On.. Va... aller... dodo..D’accord..Petit... ange ? En réponse, elle lui offre son plus beau sourire ; un vrai sourire d’ange, que seule elle sait esquisser dans cette maison...

    À croire qu’être sourd et muet nous offre une sensibilité supplémentaire pour comprendre notre entourage mieux que quiconque.

    002

     Quelques minutes plus tard, Sacha raccompagne donc doucement Ophélia dans sa chambre rose pour l'enlacer une dernière fois, avant de la regarder tendrement se glisser dans son petit lit. 

     Il la veille jusqu’à ce qu’elle s’endorme, puis rejoint la salle de bain pour se prendre une bonne douche bien méritée. 

    002

     Après avoir donc fait une agréable toilette, il rejoint alors sa chambre, où il constate que Claire bouquine, allongée sur le lit, au lieu de dormir, comme elle l’avait prévu. 

    — Insomnie ? hésite-t-il a questionner, par peur de se faire envoyer paître violemment. 

    002

     — Du tout, lui répond son interlocutrice. Tu sais très bien que je ne m’endors pas tant que tu es pas couché... 

     — Même ce soir ? Taquine Sacha.

     — Oui, même ce soir, soupire Claire, le nez toujours plongé dans son bouquin. 


  • 003

    003

     — Je m’excuse Clio, se décide à laisser tomber Sacha, j’ai beaucoup réfléchi à tout ça et je réalise que j’ai été horriblement égoïste...

    — C’est pas grave, tout passe et se tasse, alors laisse-moi bouder et maugréer quelques jours et ensuite je l’accepterai, notre nouvelle maison rose Barbie...

    Là, il ne peut s’empêcher de laisser échapper un éclat de rire, avant d’ajouter,

    — On va la refaire intégralement la tapisserie, t’en fais pas ! 

    003

     — Et comment ! s’exclame-t-elle en fermant d’un coup sec son livre, je vais aller me démaquiller, j’ai complètement oublié et un peu plus je me couchais  la tronche enfarinée !

     — Tututututu, l’interrompt Sacha en se rapprochant sensuellement, tu crois que je t’ai pas captée ? Tu as pas du tout oublié de te démaquiller.. Tu m’attendais, c’est tout !

    — Qu... quoi... bafouille Claire, honteuse d’avoir été si facilement percée à jour. C’est même plus drôle, tu me connais trop... fait-elle semblant de bouder.

    003

     En un mouvement, il se rapproche plus près et lui passe un bras autour des épaules, la ramenant ainsi contre lui, le plus tendrement et sensuellement possible..

    003

    Elle frémit et rougit déjà ; elle le connait tellement qu’elle sait que cette main, qu’il tient en l’air, va venir jouer avec ses seins dans moins de dix secondes.

     Et bingo ; c’est exactement ce qu’il fait ; il la glisse sensuellement entre ces deux seins dont il raffole. A chaque fois qu’il les contemple, il n’en revient pas, d'avoir épousé la plus sublimes des femmes qui sait le rester même après trois grossesses.

    Les yeux pleins de malices, Claire se rapproche un peu plus de lui, ondulant son corps contre lui afin de l’exciter au maximum ; rapprochant ses lèvres des siennes, pour lui déposer des petits baisers humides et sensuels ; ce soir, elle le veut, et c’est réciproque, vu qu’il a désormais plongé sa tête entre ses seins, pour lui lécher le bout des tétons, tournant sa langue autour d’eux, afin de les faire durcir un peu plus.

    Claire en gémit de plaisir et savoure l'instant ;

    003

    — Tu es chaude comme la braise ce soir mon cœur, taquine-t-il de sa voix la plus coquine, en faisant délicatement descendre ses doigts jusqu’à ses cuisses, en passant sur ses hanches délicieuses qu’il caresse en chemin, 

    003

    N'en pouvant plus, Claire cherche ses lèvres pour s’en emparer, en écartant doucement les cuisses,

    003

     Tous ces messages codés, Sacha les connait ; il n’y a pas un millimètre de ce corps parfait que ses lèvres n’ont pas effleuré : il connait tous ses points sensibles,  sans exception.

    Mais ce moment délicieux est soudain perturbé par la sonnerie d’un téléphone portable. 

    003

     — C’est le tien, grommelle Sacha. Et c’est sûrement Sonia, mais elle fait chier à t’appeler à 22 h ! Tant pis, tu décroches pas ! On a mieux à faire, termine-t-il en glissant ses grands doigts entre les cuisses de sa femme, avant de remonter délicatement au niveau de son intimité.

    — C’est..Peut-être pas elle, réussit a répondre Claire entre deux gémissements. Faut que je décroche, arrêtes deux secondes mon cœur, essaie-t-elle d’ordonner, tout en se délectant toutefois de ses petits jeux érotiques. 

    003

      — Ça ne peut être que Sonia à cette heure-ci ma chérie, s’obstine Sacha, et elle n’a pas à nous appeler la nuit comme ça ! Qu’elle aille voir Cèd pour faire des cochonneries au lieu d’embêter les bêtes de sexe que nous sommes ! 

    003

    Folle de son homme, Claire lui rapproche la tête d’une tendre pression sur le cou, pour l’embrasser avec passion tout en continuant de gémir discrètement, en écartant toujours plus les cuisses à cause de ces doigts plus que coquins qui jouent sans retenue entre ses cuisses. 

    003

     — On lui raccroche au nez ? Propose soudain Sacha, excédé par cette sonnerie qui revient sans cesse. C’est dingue, elle se mange le répondeur en boucle et elle rappelle tout le temps ! La vieille acharnée quoi... manque-t-il de rire. 

    003

     — Je vais décrocher, parce que là je me pose des questions, lui sourit Claire, on reprend dans deux minutes !

    003

     — Naaaaaan ! s’obstine Sacha en la forçant a s’allonger sur le lit de tout son long, sur le dos, en position de soumission totale. Tu es à moi, frêle femmeeeeeeee !  

    003

     Gourmande, elle lui arrache un dernier baiser, avant de le repousser doucement   

    003

     — Soyons sérieux, mon cœur !

    — Naaaaaaaaaaan !!

    Plus obstiné que jamais, il plonge sa tête entre ses seins pour s’enfermer dans ce moelleux et désirable cocon, avant de descendre peu à peu son visage vers l’endroit magique, tout en laissant ses mains sur ces deux magnifiques choses aux tétons rosés et durs.

    — Saa...chaaa.. Gémit Claire en attrapant son portable, rangé dans son tiroir de table de nuit, pour décrocher.

    — Allo ? Tente-t-elle de répondre en restant calme, malgré ce qui se passe entre ses cuisses. Sachaaa !! murmure-t-elle hors combiné, en lui tapotant sur la tête pour qu’il arrête ses jeux érotiques, car si ça continue elle va lâcher un gémissement dans son téléphone, et ça ne sera pas forcément bien perçu par l’interlocutrice !

    — Salut ma poulette ! C’est ton maître qui te parle ! s’exclame une voix enjouée dans le téléphone ; une voix qu’elle reconnait immédiatement.

    — J.. Jo ! répond-elle en se retenant de gémir, ça va ?

    — Pardon ?!? Fais soudain Sacha en retirant sa tête des cuisses de sa proie. Raccroche-lui au nez à ce bouffon ! Non, mais pour qui il se prend d’appeler chez les gens a cette heure-ci ?!

    — Oulà, il beugle l’autre ! rit Jonathan dans le combiné ; il entend très bien ce qui se passe de l’autre côté du téléphone, et pour cause, Sacha est tout sauf silencieux quand il s’agace, voir s’énerve.

    — Je vais te laisser Jo, fait Claire, gênée par le regard furieux que lui lance son époux.

    — Je te rappelle demain ma puce ? Demain matin, ça te va ? Poursuis Jonathan sans faire attention aux braillements de Sacha qu’il arrive à percevoir de l’autre côté du fil.

    — Hmmmm... hésite Claire, bon OK, a demain, bonne nuit Jo.

    — Bonne nuit beauté fatale, lui répond-il de sa voix la plus sensuelle, avant de raccrocher.

    — J’ai entendu « bottée » dans le combiné, non ? demande Sacha en fronçant sévèrement les sourcils.

    — Non, non.. Lui répond calmement Claire en reposant son téléphone sur sa table de nuit.

    003

     — Te fous pas de moi ! J’ai entendu le mot « beauté » ! J’suis pas sourd !! 

     — Oui tu as bien entendu, mais c’est un mot amical, il m’appelle souvent comme ça pour me flatter, c’est tout, tente de justifier Claire ; ça ne sert à rien de lui mentir, il est tout sauf idiot et il le sentirait immédiatement si elle tentait le mensonge.

    — Il t’appelle souvent...

    — Par pure amitié ! l’interrompt-elle pour l’empêcher de continuer sa phrase, qui va le faire fulminer davantage. Arrêtes chéri, tu es ridicule là, Jo c’est un pote, tu vas pas me refaire tes vieilles crises hein ?

    — Qu’est-ce qu’il voulait ce soir ce gros con ?

    — Je sais pas, sûrement prendre des nouvelles.

    — Il vient pas à la maison ! Non, mais faut pas déconner hein ! Déjà qu’on se l’est coltiné y’a deux semaines, ça suffit maintenant ! Bientôt il viendra crécher chez nous à ce rythme !

     Claire ne peut empêcher un petit rire taquin,

    — Jo travaille mon cœur, quand il est venu à la maison c’était pendant ses congés. Tu n’as donc rien à craindre !

    — J’ai pas envie de rire alors arrêtes de te foutre de ma gueule ! s’agace de plus en plus Sacha. Me prends pas pour un con hein, j’ai bien remarqué qu’il te mate toujours, et à chaque fois un peu plus ! Un jour, le coup de boule il va partir et il va perdre des dents, je te préviens ! Déjà qu’à l’époque t’étais a deux doigts de te faire sauter par lui.. 

    Ça lui a échappé. D’un coup, Sacha réalise ses paroles et se sent soudain très bête, mais avant qu’il n’ait le temps de faire des excuses rapides, Claire l’attaque immédiatement ;

    003

     — Tu es en train de me traiter de pute ?

    Ah, les femmes, ça réagit toujours au quart de tour.. Songe-t-il avec effroi. Comment va-t-il se sortir de cette impasse maintenant : il faut qu’il trouve les mots justes et sages.

    — C’est pas ce que je voulais dire, réussit-il à justifier.

    — Sisi, c’est ce que tu voulais dire Sacha, que je voulais me faire sauter par Jo a l’époque, c’est bien ça.fulmine t-elle désormais. Je te comprends pas, tu as le don pour tout gâcher décidément ! Et pourquoi Jo d’ailleurs ?? Pourquoi Jo ?? Je ne suis jamais sortie avec, mais tu lui voues une haine incontrôlée ! Merde ! Gaétan àl’inverse, tu l’adores, alors qu’on a été ensemble un long moment ! Tu m’expliques ? Tu es dingue Sacha ! Voilà la raison ! Tu es dingue !

    — Gaèt est marié, père et amoureux, répond sagement Sacha, alors que ton Jo est célibataire, coureur, et il ne rêve que te sauter !

    Un bruit de gifle retentit dans la pièce. C’en est trop.

    — Heeeeeeey ?? sursaute-t-il en s’attrapant la joue, plus que surpris. Non, mais pour qui tu te prends ???!!! crie-t-il, furieux.

    003

    — Ca va te remettre les idées en place, parce que t’es trop con ! cingle-t-elle méchamment en se levant du lit brusquement pour sortir de la pièce en pestant tout ce qu’elle peut.

    003

     — Connasse !!!!! insulte violemment Sacha.

     003

     — Abruti ! Tu vas voir, je vais lui dire de venir nous voir à Jo, et je vais me faire prendre ici même, dans ce lit !!!! hurle Claire en claquant la porte de leur chambre. 

    003

      — M’en fous, maugrée Sacha, une fois seul, s’il met un seul pied chez moi ce fils de pute, je dépoussière ma carabine ! 

     

     

    *

     

     

    003

     Le lendemain matin, très tôt, à l’heure où on se réveille pour engloutir un rapide petit déjeuner, avant d’entamer une longue journée de travail...

    Enfin, quand on en a. 

     À cette pensée, Claire soupire en préparant des bols de Nesquik pour toute sa marmaille qui attend avec impatience. Hier soir, après la dispute, elle s’est isolée environ une heure, puis elle est revenue se coucher auprès de Sacha, qui dormait déjà. Ou qui faisait semblant de dormir, elle n’en sait rien ; elle s’est allongée et endormie en se mettant le plus loin possible de lui et en lui tournant le dos.

    Ce matin, elle s’est réveillée avant lui et s’est levée sans lui faire signe. D’habitude, elle le réveille tendrement avec un câlin et des bisous, mais aujourd’hui, c’est sûr qu’il peut se brosser.

     — Vous êtes inscrits tous les deux au lycée « Victor Hugo » les jeunes, annonce Claire à ses deux aînés, par contre je dois vous signaler qu’il y’a des uniformes dans cet établissement, ça va vous changer un peu de votre ancienne école de campagne, rit-elle. 

     

    003

     — Noooooon, sérieux ? demande Kylian en écarquillant les yeux, des uniformes ? Et de quels types ?! Dans le genre sac à patates ? Tiph sera dans son élément !!!

     — J’en sais rien, répond Claire, j’irai les chercher cet après-midi, pour que vous les ayez pour rentrer demain.

     — C’est pas si mal les uniformes, ça évite de chercher quoi mettre le matin pendant une demi-heure ! fait remarquer sagement Tiphanie, moi ça me va, s’ils sont pas trop horribles bien sûr..

     — Ce lycée c’est pas de la nioniotte, affirme Claire en s’avançant avec son plat de céréales, donc a mon avis, les uniformes seront potables.

    003


     — Salut tout le monde.. Fais Sacha en pénétrant dans la pièce, penaud.

    — Lu' pa', lui fait Kylian, suivi de Tiphanie qui ajoute,

     — Coucou papa !.

    Claire, rien. Elle continue de servir ses enfants en l’ignorant totalement ; ce qui le met terriblement mal a l’aise.