• 174

    Mais entre le fait de désirer le suicide et celui d'arriver au bout de l'acte, il y a un fossé.

    174

    Et c'est pour cela que la jeune fille n'arrive à pas à presser cette lame contre sa gorge pour réussir à s'ôter elle même cette cruelle existence qui la dégoûte désormais.

    174

    "Beaucoup de suicidés se sont arrêtés sur le seuil de la mort par le souvenir du café où ils vont jouer tout les soirs leurs parties de dominos" [Honoré de Balzac]

    174

    Une larme roule le long de la joue de la jeune fille. Y a-t-il rien de plus pathétique au monde? Un être qui soi-disant aimerait mourir alors qu'au fond il est mort de trouille rien qu'à l'idée de quitter la vie.

    Une tentative de suicide n'est qu'un appel à l'aide.

    174

    "Il n'y a pas de suicide, il n'y a que des meurtres" [Elsa Triolet]

    174

    Tout doucement, la porte de la chambre du jeune Beckers s'ouvre soudain.

    174

    Un jeune homme apparait dans l'entrebâillement de celle-ci, questionnant très vite avec angoisse et suspicion,

    - Eva..?

    174

    "Peu de gens ont le courage d'être lâche devant témoins" [Théophile Gautier]

    174

    Eva sursaute de surprise suite à l'arrivée de Raphaël, les yeux encore trempés de larmes et les bras le long du corps. Poings serrés  avec toujours son cutter entre les doigts, tenu par une main qui n'arrête désormais plus de trembler.

    174

    - Je.. Je..

    Qu'elle tente avec désespoir, sans vraiment savoir les raisons de cette tentative. Honte. Frustration. Tristesse. Panique...

    174

    - Qu'est-ce que.. s'étonne très vite Raphaël en remarquant une certaine machine arrêtée et une arme blanche dans la main de son interlocutrice...,

    174

    - Non?! NON, bordel!! Dis moi que ce n'est pas ce à quoi je pense!!!

    D'un bond et avec terreur, le jeune homme rallume avec hâte la seule chose qui tenait encore en vie Jeffrey Beckers, avant de se retourner pour secouer énergiquement la soeur jumelle de celui-ci,

    - Bordel, mais qu'est-ce qui t'as pris, idiote?! P.. Pourquoi?! Et ce.. Ce cutter, ne me dis pas que c'était pour..?!?

    174

    - Lâche moi!! qu'il se fait brutalement repousser par la jeune fille, avec rage et colère, - cela ne te regarde pas!! 

    174

    - Bien sûr que si, que cela me regarde!! Mais je n'arrive pas à croire que tu aies pu tenter une telle folie!! Toi qui critiquais tant ton père pour son acte, sois-disant lâche et pathétique, c'est du joli!!

    174

    - Je.. Je.. En déglutit brusquement de honte l'adolescente en baissant les yeux et en triturant son cutter entre ses doigts, - je... je.. Ouais, j'avoue... J'avais tort. Il n'était... pas lâche...

    174

    - Mais p.. pourquoi, Eva.. ? se sent soudain très mal Raphaël en serrant les dents, - pourquoi est-ce que tu allais faire ça..?. Enfin, je veux dire que... est-ce que c'est à cause de.... de moi?

    174

    - Très drôle! Tu es toujours aussi prétentieux à ce que je vois! s'en agace la jeune fille avec ironie,

    174

    - mais sache que je survivrais sans difficulté à 1000 ruptures avec toi ! Mais qu'a l'inverse je n'envisage pas une vie entière sans LUI! qu'elle vocifère ensuite en indiquant son jumeau du regard.

    174

    Ouch. Coup dur. Le jeune Bauer en reste figé sur place, accusant douloureusement l'annonce de son interlocutrice qui elle, détourne simplement le regard du sien, avec une impassibilité et une froideur qu'il ne l'aurait jamais imaginer posséder un jour.

    174

    - E.. Eva..?

    Une petite voix faible et fatiguée se mêle doucement à la conversation.

    L'interpelée en pousse aussitôt un hurlement de surprise, en se jetant vivement sur celui qui vient à l'instant d'ouvrir un oeil.

    174

    - HIYAAAAAAAAAAAAAAH JEEFFFFFFFFF!!!!! en hurle aussitôt de joie et d'exicitation la concerné en se jetant sur celui qui vient de se réveiller à l'instant.

    174

    A quelques mètres derrière cette scène des plus miraculeuses, Raphaël lui aussi n'en revient pas et c'est encore sous le choc qu'il assiste à cet évènement incroyable, complètement immobile et inexistant devant les retrouvailles des deux jumeaux.

    174

    Cette scène relève du miracle, au vu des dires de certains médecins qui jugeaient le jeune beckers parti pour un coma très long, voir définitif.

    174

    "Nous oublions souvent de sentir la magie du moment présent et pourtant, c'est elle qui bâtit le scènario de nos vies" [Michel Bouthot]

    174

    "L'univers est rempli de magie, mais il attend que notre intelligence s'affine" [Eden Phillpotts]

    174

    "Le monde est sa propre magie" [Seijun Suzuki]

    174

    "Tant que l'on peut donner, l'on ne peut pas mourir!" [Marceline Desbordes Valmores]

    174

    "La patience est la plus grande des prière" [Bouddha]

    174

    "Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes" [Joanne K.Rowling]

    174

    "Quelle expression stupide : "cela explique tout". Je pense qu'à notre époque, rien n'explique rien." [John Irving]

    - Y'avait pas ton mec, là, tout à l'heure? s'intrigue Jeffrey d'une voix pâteuse et faible quelques minutes de calins plus tard, en direction de sa sangsue de soeur qui lui a presque dévoré les joues à coups de baisers affectueux!

    174

    - Hein, de quoi? est bien obligée de réagir l'adolescente en scrutant la pièce à son tour, avant de reprendre avec désintérêt, - ah bah, il a du s'en aller!

    En effet, le jeune Bauer a bien jugé qu'il n'avait plus vraiment sa place en ces lieux, puisque le grand malade était enfin sorti dans le coma et que c'était lui, la raison de vivre de sa soeur adorée. Sur le coup, le jeune homme a bien eu l'impression de recevoir ce qu'on appelle communément "un couteau en plein coeur". Prétentieux? Oui, il l'était sans doute en s'imaginant aussi important aux yeux de son ex pour qu'elle ait des envies de suicide suite à leur rupture, mais... enfin. Toute cette histoire est désormais terminée et tout rentrera surement très vite dans l'ordre, qu'il s'est forçé à très vite songer. Il doit désormais passer au-dessus de tout et tenter d'avancer seul sur les sentiers sinueux de la vie, en réalisant qu'il n'est aujourd'hui plus rien pour cette jeune fille qu'il a pourtant aimé comme un fou, jusqu'à manquer d'en perdre la raison.

    174

    - Quel jour on est? Et est-ce que je suis resté longtemps dans le coma? questionne Jeffrey avec inquiétude après que sa soeur lui ait expliqué les conséquences du coup de couteau que son amie Angelika lui a offert.

    - On est le 24 mars.

    - P.. Pardon?! Déjà?! s'en sidère d'effroi le ressuscité en devenant très vite blanc comme un linge.

    - D'autres restent dans le coma plusieurs années Jeff... Considère-toi comme un miraculé... soupire Eva avant de reprendre d'un air boudeur et blasé, - dis donc elles en mettent du temps à arriver les infirmières ! C'est à se demander si le bidule au dessus des lits d'hôpitaux sert vraiment à quelque chose ! C'est dingue qu'il n'y ait personne pour venir réaliser ton réveil !!

    174

    - Ouais,si tu le dis.. Mais ça craint tout ça car j'ai perdu beaucoup de temps...

    174

    - Comment ça?

    174

    - Ben, tu ne te souviens pas.. ? Ana...

    174

    - Je.. Je rêve.. Tu te réveilles d'un profond coma, par un miracle, et la première personne à laquelle tu penses, c'est ta blondasse...?

    - Ooooh!!! La jalouuu...

    174

    - La ferme! Mais c'est cool, finalement.. Ce n'est pas ce maudit coma qui a changé le Jeffrey que l'on connait tous, puisque tu restes fidèle à toi même... Toujours aussi aveugle et égoïste que d'habitude! en grommelle de dépit l'adolescente en se relevant du lit de son frère d'un bond, avant de reprendre en haussant les épaules, - je vais chercher une infirmière moi-même. Recouche-toi et repose-toi, en attendant...

    - Vilaine jalouse, pas la peine d'être aussi désa...

    *Clac*

    174

    - ...gréable. Pourra finir de maugréer le jeune Jeffrey, mais uniquement a la porte de sa chambre qui vient d'être claquée avec violence.

    174

    Il restera trois jours de plus à l'hôpital pour terminer de subir quelques batteries de tests, tout en se faisant sans arrêt choyer tel un petit prince par sa mère et sa soeur, avant d'avoir enfin le droit de rentrer chez lui pour tenter de reprendre une vie normale.


  • 175

     

    *

    *      *

     

    175

    Rentrer chez lui.. Pour tenter de reprendre... une vie normale.

    ...Ou ses bonnes vieilles habitudes.

    175

    Ne vivre que pour la retrouver...

    175

    Dès qu'il retrouvera la chambre qu'il partage habituellement avec sa soeur jumelle, et surtout en l'absence de cette dernière, Jeffrey se précipitera vérifier si tout au fond de son tiroir à chaussettes, enfermée dans une vielle boite de ferraille qui lui faisait à l'époque office de tirelire secrète, son arme est toujours sagement rangée..

    175

    Une chance que pendant ces semaines de coma, personne n'ait songé à fouiller dans ses affaires.

    Une chance... Une aubaine. Qu'il se dit très vite en refermant avec hâte sa boite-cachette, puis son tiroir, désormais rassuré sur un fait : il est toujours armé, et presque prêt à se défendre contre d'éventuels agresseurs.

    Presque prêt, parce qu'il a bien conscience qu'une arme à feu sans balles a l'utilité d'un pistolet à eau face au danger.

    175

    Un détail qu'il va devoir très vite régler en se procurant au plus vite une boite de balles.

    175

    Il en trouvera bien. Chez un revendeur au noir, qu'il avait pensé déjà bien avant son coma. Ainsi, il ne laissera pas la moindre trace d'une telle transaction douteuse. 

    Il fera donc des recherches sur internet à l'aide de son ami Google. De simples et fructueuses recherches... Avec des tags et mots clefs bien définis... 

    - Qu'est-ce que tu fais? le questionnera de temps en temps sa petite curieuse de frangine en passant derrière lui, observant par-dessus son épaule, tandis qu'il pianote encore sur l'ordinateur du salon.

    175

    - Bah des recherches pour le lycée! J'ai du retard sur les cours avec ces conneries, moi! qu'il lui répondra alors le plus naturellement possible ; en prenant évidemment bien soin de rétrécir la fenêtre internet qu'il était en train de parcourir, avant de se retourner vers son interlocutrice avec un grand sourire.

    175

    Quel bon élève! Quel garçon studieux! félicitera sans attendre Vanessa avec émotion et naïveté en passant d'un pas rapide dans le coin.

    175

    Mouais.. Quelle perte de temps.. En haussera les épaules Eva en retour, avec une déception palpable dans la voix : maintenant que son frère est sur pieds, en forme, complètement remit et à la maison, l'adolescente préfèrerait passer du temps avec lui plutôt que de le laisser "faire le geek" sur l'ordinateur familial...

    Surtout que le lycée, pour elle, n'est désormais plus que le cadet de ses soucis : elle ne veut plus y mettre un pied, et ce, malgré les obligations que tente de lui imposer sa mère...

    175

    En vain. Parce qu'il est hors de questions que la jeune fille remette un pied dans cet établissement.

    175

    Dans sa classe.. Qui est aussi la sienne.

     

     

    *

    *      *

     

     

    175

    - Demande à maman de changer de classe, voire de lycée! propose gentillement Jeffrey à sa soeur, une fois que les jumeaux se retrouvent dans leur chambre.

    175

    - C'est ça! Pour me retrouver toute seule...

    Bien sûr, la jeune fille fait ici allusion au fait que pour une fois, elle ne serait plus ni dans le même établissement que son frère jumeau, ou alors plus dans la même classe que sa meilleure amie.

    175

    - Eva, cette année c'est le bac, je te rappelles. Et toi, tu vas le passer, ce fuckin' diplôme, alors on rigole pas avec tes études.

    175

    - Gné?! Depuis quand est-ce que ce sont mes études, à moi? Tu n'es plus en terminale toi, c'est nouveau, ça vient de sortir?

    - Moi je dois retrouver Ana et que je ne sais pas de quoi seront ensuite faits mes lendemains! Alors le bac, on va dire que j'ai comme qui dirait un peu fait une croix dessus.. Pour l'instant du moins. Je ne sais pas de quoi sera fait mon avenir, mais une chose est sûre, le tien sera toujours beaucoup stable et rangé que le mien. Alors ne foire pas ta scolarité, car toi, tu en as besoin.

    175

    - T'es vraiment un connard, des fois! insulte soudain l'adolescente en serrant les dents, les yeux brusquement humides, - après tout ça... après tout ce qui t'es arrivé, tu as encore l'intention de faire des conneries pour cette pétasse...! J'hallucine...! Tu vas de nouveau faire le con, jusqu'a sans doute m'a.. m’abandonner encore une fois...! T'es vraiment qu'un sale égoïste de merde.. Tu.. Tu penses qu'à ta gueule et à celle de cette.. de cette pu...

    175

    - Bordel, mais que t'es gamine toi, des fois! Tu ne te rends pas compte que nos vies à tous les deux ne pourront jamais être identiques?! Que tu es une fille rangée avec une probable grande carrière musicale devant elle, quand moi je ne suis qu'un pauvre type a la recherche d'une fille et uniquement destiné a faire le premier taff du coin?! Je ne suis pas un "Raphaël"! Je ne suis pas un "Wilfrid"! Ou un "Tobias", écétéra, hein! Tous ces petits gars pépères avec leurs cours et leurs passions! Et je pensais que tu l'avais analysé, ça!

    175

    - Mais il n'y a pas si longtemps de ça, tu étais pourtant exactement comme eux!

    - C'était avant! Aujourd'hui, tout a changé. Depuis ce match, tout a changé. Mais le pire, c'est que tu le sais, tout ça! Enfin, je l'espère.. Du moins. Car sinon, ça voudrait dire que ma propre soeur ne me connait même pas!

    175

    - Arrête ton char, je te connais! Mais je ne veux pas te perdre!!

    - Tu ne me perdras jamais, m'enfin!

    175

    - Dixit celui qui est resté presque deux mois dans le coma!

    - Deux mois, c'est rien! Tu l'as dit toi même! C'est bien la preuve que je suis un roc immortel!

    - Ne plaisante pas avec ça, Jeff!! Tu ne te rends pas compte de ce que j'ai pu endurer pendant...

    - Je sais! Mais aujourd'hui c'est fini. Tout est bien qui finit bien, car je suis de retour! Tu n'es plus seule! D'ailleurs, en parlant de ça... La cicatrice sur ton bras gauche, qui en est le responsable? Raphaël? Que j'aille le descendre...

    - De.. De quoi?! en balbutie brusquement de honte l'adolescente en cachant d'un geste vif le membre que son frère a repéré de son oeil de lynx, - ce.. ce n'est rien. Je suis tombée en boîte un soir et me suis éraflée.

    - Fous-toi de ma gueule, je te dirais rien.

    - Je...

    - Tu?

    175

    - ... Ok.. C'est.. C’est moi, crache alors le morceau la jeune fille en baissant les yeux ; elle serait bien idiote de tenter de cacher quelque chose à ce double qui la connait mieux que quiquonque. Elle abdique alors pour en finir au plus vite avec ce sujet douloureux, - c'est moi, mais... Mais c'est fini, mainte.. nant.

    - J'espère bien, en déglutit de douleur Jeffrey tout en resserrant son étreinte autour de sa soeur, réalisant doucement l'enfer qu'elle a du vivre en son absence, - idiote.. Je ne veux plus jamais que tu recommences... Il est beau ton bras, avec ces conneries..

    - Ça se résorbe vite, t'inquiète!

    - Plus jamais tu ne recommenceras. Plus jamais tu ne redeviendras cette Eva aux cheveux gras et moches qui m'a foutu la flippe à mon réveil. Jure-le tout de suite!

    175

    - Je te le jure.. Mais c'est aussi de ta faute aussi... Fallait pas m'abandonner... Car moi.. moi.. Je ne peux survivre, sans toi..

    175

    - Ouch, mazette, si l'autre troufion de Raphaël entendait ça, il s'en suiciderait avec des Actimels périmés! s'exclame joyeusement Jeffrey pour tenter de faire sourire la mine toujours abattue de son interlocutrice.

    - Ne cite plus jamais ce prénom, s.t.p..

    - Bah.. À ce point? Bon yep, d'accord! Pour une nouvelle vie, de laquelle on exclut les boulets!

    - Pas vraiment d'accord avec cette amnistie, car certains mériteraient quand même de...

    175

    - Tututu! Tu t'arrêtes tout de suite, car je sais ce que tu vas dire!

    - Mais il n'y a pas de raison que cette folle vive tranquille dans son centre de psychopathes!! Elle doit payer pour ce qu'elle t'a fait, cette salope!

    - Elle est en train de pourrir seule dans son coin, Eva. Il n'y a pas pire comme punition. Alors laissons là où elle est et oublions jusqu'à son existence. Aujourd'hui, une nouvelle vie s'offre à moi, à nous, alors tournons la page définitivement sur ces gens qui n'en valent pas la peine.

    - Hmpff.. Si tu le dis.... acquiesce la jeune fille, pas vraiment désireuse de jouer au jeu des divergences d'opinion avec son frangin ; mais avec cependant certains désirs de vengeance qu'elle gardera secrètement pour elle.

    - Sinon, reprend joyeusement Jeffrey pour changer de sujet, - demain soir je passe chez un revendeur de balles et je vais m'entrainer dans un champ à quelques kilomètres de la ville, ça te dis de venir?!

    - Qu.. Quoi?! Mais tu sais que je me retiens de hurler quand tu me sors des choses pareilles?!

    - Eh eh eh!! On dira à maman qu'on se fait un ciné entre nous. Elle ne pourra pas refuser!

    - Et là, je me retiens férocement de t'étrangler quand tu feins de ne pas m'entendre!!

    - Moi aussi je t'aime, Evachou!


  • 176

     

    *      *

    *

      

    176

    Le retour miraculeux du jeune Beckers fait du bien à ses proches, c'est certain.

    176

    Depuis son retour, la joie de vivre semble être revenue dans le grand appartement familial et les tensions entre Vanessa et sa fille s'atténuent doucement au fil des jours.

    176

    Seulement, il est certain qu'il manque encore quelqu'un entre ces murs et nul ne peut le nier... que l'absence du pianiste de la maison manque cruellement à la famille.

    "C'est lorsque l'on perd quelqu'un que l'on réalise à quel point l'on pouvait tenir à lui..."

    176

    Pourtant, la mère de famille au coeur brisé tente toujours de faire bonne figure, devant ses rejetons. Jamais elle ne verse la moindre larme ou ne parle du passé, de son ex-mari... Pas encore ex, d'ailleurs. Le divorce n'étant pas encore prononcé.

    176

    Une séparation peut-être provisoire, alors, s'efforce de croire Eva Beckers avec certitude. Malgré le fait que l'homme concerné soit déjà presque officiellement en couple avec la célèbre "Cascada", à cause des médias qui affichent sans arrêt et sans pudeur leur répugnante histoire, selon Eva.

    176

    "Et s'il ne revenait pas..." songe parfois Vanessa avec détresse et avant de se faire consoler par son fils qui essaie de tenir tant bien que mal le rôle d'homme de la maison.

    176

    Un rôle qui n'est pas le sien et Jeffrey le pense aussi, même s'il se refuse à l'admettre.

    "Tu t'en fous de lui. Puisqu'on est là, nous..." qu'il tente parfois de consoler sa mère quand il lui découvre une mine bien trop abattue, tout en espérant secrètement que l'autre "tâche de pianiste" finisse par recouvrer un semblant de raison pour se décider à rentrer au bercail, auprès des siens.

     

     

    *

    *      *

     

     

    Mais si Jeffrey est plus insensible que jamais sur le sujet "Erwan" car il sait se montrer patient et se doute bien que ce "blaireau" finira par revenir auprès d'eux, ce n'est pas le cas d'Eva qui vit toujours très mal le fait que ce beau-père qu'elle aime tant ait aujourd'hui refait sa vie.

    Cette Cascada, elle ne l'a décidément jamais autant haïe qu'aujourd'hui et elle la pousserait bien sous un train, sans la moindre hésitation.

    Alors, pour cette raison, et parce qu'elle est prête à tout pour forcer le retour du deuxième homme de sa vie, elle écrira très vite une nouvelle chanson au lyric assez simple, porteur d'un très expressif message... qu'elle fera illustrer le plus vite possible par un clip en 3D, -sa marque de fabrique-, où elle intervient elle-même et en chair et en os, pour accompagner une petite danseuse colorée.

    176

    Son beau-père ne ratant jamais l'émission quotidienne sur MCM qui diffuse les toutes dernières sorties musicales, elle n'a aucun doute sur le fait que ce soir, ce 14 avril, il tombera nez à nez avec sa toute nouvelle exclusivité.

     

    176

    En présence de sa poufiasse de Cascada, qu'elle espère même secrètement!

     

    *

     

    Au même moment, et alors qu'Erwan Muller ne sait désormais plus à quel saint se vouer, l'estomac noué, la gorge serrée et le coeur en vrac, Jeffrey Beckers, lui...

    176

    ...fait une bien intéressante découverte en sillonnant un certain quartier de Berlin.