• 172

    *    *

    *

     

    172

    Tatatatataa!! Tatalatataaa!!!.. Tatatata Tatataaaa!!

    Un nouveau message instantané vient de trouver refuge dans le téléphone portable de la jeune Beckers une nouvelle fois affalée sur son lit.

    172

    C'est avec indifférence et nonchalance qu'elle ouvre tout de même ce nouveau texto, en sachant très bien ce qu'il contient avant même de l'avoir fait : pour changer, il s'agit cette fois encore de Terry qui souhaite prendre de ses nouvelles. Reprendre contact. La revoir. Sois disant qu'elle lui manque, écétéra, écétéra ! Eva est si lasse...

    C'est donc d'un geste vif qu'elle referme le clapet de son téléphone pour le balancer au bout de son lit.

    172

    Elle n'a ni besoin de le revoir, ni de parler à quiconque, ni même d'avoir le moindre entourage aujourd'hui.  

    172

    Elle n'a plus besoin de personne sinon de lui...

    En qui elle s'est remise à croire. Pour qui elle a arrêté de se mutiler, sachant très bien qu'il l'insultera pour ça dès son réveil.

     

     

    *       *

    *

     

    172

    Sept journées de plus s'écoulent encore...

    172

    Une semaine de déprime, une semaine de douleur, une semaine de haine, une semaine de rancoeur.

    172

    Et Eva commence à ne plus vouloir pardonner. A ce frère qui ne se réveille plus. À ce petit ami qui n'est plus. Mais aussi à ce beau-père qui a fini par s'en aller...

    172

    Cet emplacement désormais vide, à l'endroit où elle est assise à même le sol et dans l'appartement où elle vit, était celui de son piano.

    Erwan Muller, l'un des plus grands pianistes allemands!

    Oh que la jeune fille pouvait être fière de son "Wa-Wane", dès l'enfance déjà.

    Dès l'âge de six ans, plus précisément, où c'était avec fierté qu'elle s'exclamait devant ses nombreuses copines d'école qu'il était "l'meilleur de tous!"

    172

    "C'est l'meilleur"!... "C'est l'meilleur"!... "C'est l'meill...."

    Mais aujourd'hui il est parti. Mais aujourd'hui, il s'en est allé. À plié bagages. Ne repasse dans cet appartement que rarement et jamais plus de quinze minutes d'affilée.

    172

    Et tout cela, par la faute d'une seule et unique femme.

    172

    L'adolescente en grommelle quelques jurons de rage. Sa mère... Sur le coup, elle la déteste. Cette idiote aurait dû savoir le retenir. Cette empôtée aurait dû savoir l'aimer. Elle aurait dû....

    172

    - L'empêcher de s'en aller!!!! crie subitement Eva en réalisant que l'accusée blonde vient de pousser la porte d'entrée de l'appartement.

    172

    - De.. De quoi? s'étonne rapidement et en retour la chanteuse blonde en sentant brusquement un pic lui transpercer le coeur lorsqu'elle constate son dernier enfant assis sur l'emplacement du piano de son ex-époux....

    - Ta faute.. Maugrée de nouveau Eva en détournant le regard pour ne pas croiser celui de sa mère.

    172

    - Jour à marquer d'une pierre blanche, tu m'as parlé! ironise sans attendre Vanessa en s'avançant vers son enfant : pour être honnête, sa main la démange désormais. Pour être honnête, elle attraperait bien sa progéniture par le bras pour la relever de force du sol en lui hurlant qu'elles ne sont aujourd'hui plus que deux et que pour cette raison, elles doivent plus se soutenir et s'épauler que se mépriser et s'ignorer.

    - Crève!! Crève!! Crèèèèvee!! lui braille aussitôt et en retourEva alors qu'elle tente de mettre son idée a exécution, - je te hais!! Je te hais!! Lâche moiiiii!!! NE ME TOUCHE PAS!

    172

    Cette gifle, elle ne l'aura pas volé! Et Vanessa ne la regrettera pour rien au monde.

    Même si juste après que la joue de sa fille ait accusé ce violent impact en rougissant aussitôt sous l'empreinte de la main de sa mère, l'adolescente prendra ses jambes à son cou pour courir vers la sortie de l'appartement en hurlant de plus belles,

    172

    - Je comprends qu'il soit parti!! PEAU DE VACHE!!!

    172

    - C'est ça, casse-toi!! Va le rejoindre, ton ERWAN!! Comme s'il en avait désormais quelque chose à faire de toi!! Comme s'il ne t'avait déjà pas sortie de sa vie!! MAIS QUE TU ES NAÏVE MA PAUVRE FILLE!!!

    172

    Courant à perdre haleine pour sortir au pas de course de sa résidence, furieuse, haineuse, et folle de rage, Eva se repassera en boucle les premières phrases de sa mère en les jugeant totalement abjectes et mensongères : comme si son beau-père, le troisième homme de sa vie, pouvait, du jour au lendemain, oublier son existence et ne plus l'aimer... FOUTAISES!! Elle n'y croit pas et c'est immédiatement qu'elle va s'en aller confirmer la loyauté et l'amour de son beau-père!

     

     

    *

     

     

    De son côté, et après avoir hurlé quelques ordres et jurons dans le vent, Vanessa perd très vite pied en sentant un désespoir infini la gagner : qu'a-t-elle fait? Que vient-elle de provoquer encore a l'instant?

    La goutte d'eau. Cette soirée est décidément la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Que lui reste- t-il désormais? Plus rien. Même plus sa fille. Cet abruti de Kurt Cobain avait décidément bien raison...

    Elle en éclate en sanglots et sort en courant de son appartement pour se précipiter vers sa voiture personnelle afin de filer à toute allure vers un certain endroit. Il faut qu'elle le voit. Qu'elle lui parle, surtout! Qu'elle lui demande conseil...Tout de suite.

    Et tant pis si un paparazzi chanceux surprend l'intrigante petite scène : la chanteuse des Memories qui conduit à plus de 100 km a l'heure en plein Berlin, ignorant tout feux et panneaux de signalisation et manquant par ce fait de mourir au moins une dizaine de fois en moins de dix minutes, pour finir par se garer telle une sauvage sur le parking le plus proche du "Greyten Cimetary"...

    172

    "L'impuissance est la forme la plus courante de la résignation" [Yvan Audouard]


  • 173

     

    *

     

    173

    Le voir, le voir, le voir et lui parler sont les uniques et actuels projets qu'à Eva Beckers pour le moment, arrivant enfin et toute haletante devant les portes tournantes du Ritz. Célèbre hôtel dans lequel elle sait que son beau-père, le célèbre Erwan Muller, est descendu depuis quelques semaines.

    173

    Une réception à l'air de se tenir actuellement en ces lieux ce soir qu'elle constate très vite au vu des nombreuses personnalités qu'elle aperçoit par-ci, par-là, toutes vêtues de leurs plus beaux apparats.

    - Puis-je vous aider, mademoiselle? viendra très vite l'attraper par le bras un type de la sécurité, un air sévère esquissé sur le visage. Évidemment, la jeune fille habillée en tee-shirt et jean troué, les cheveux en pagaille et pleins de noeuds, ne fait pas vraiment bonne impression dans un tel endroit et parmi tous ces gens célèbres qui feront surement la couverture de nombreux magazines le lendemain.

    - Je.. Je.. Je cherche Erwan Muller.

    - Ce n'est pas une soirée "autographes", mademoiselle. Je vais donc vous raccompagner.

    - Mais il me connait!! récupère fermement son bras la jeune fille alors que son interlocuteur se préparait à la jeter dehors, - je.. je..

    Je suis "September"!! Je suis la fille de Ness des Memories! se retient fermement de révéler l'adolescente pour avoir un accès immédiat à la soirée et à son beau-père, car faire la couverture de tous les People dans quelques heures est la dernière de ses intentions ; elle se contente donc de chuchoter à son interlocuteur, tout en lui faisant ses plus beaux yeux de biche, - s'il vous plait.. Il... il me connait en fait..! Dites-lui qu'Eva est là, s'il vous plait!!

    En temps normal, ce responsable de sécurité aurait sans doute envoyé bouler cette adolescente bien envahissante, mais ce soir son humeur est telle que l'on pourrait presque tout lui demander : en effet, à l'aube, lorsque son service prendra fin, ses congés annuels débuteront et il s'envolera pour Hawai avec sa douce pour fêter avec elle leurs dix ans de mariage.

    - Vous ne bougez pas d'ici? Ou ça va très mal aller! qu'il fera alors à sa jeune interlocutrice, - mais s'il ne vous reconnait pas, c'est avec mon pied dans votre derrière que vous sortirez d'ici, je vous préviens.

    - Oui, oui!! Merci monsieur!!

    Et alors que le gentil vigile s'éloigne vers l'immense salle où sont en train de discuter et boire un nombre plutôt impressionnant de célébrités, la jeune fille en profite pour s'avancer à son tour avec curiosité et discrétion.

    Quoi? Elle ne fait rien de mal et cherche juste à apercevoir de loin son beau-père.

    De toute manière, dès que son complice vigile lui aura parlé, il aura confirmation de l'attachement que l'homme lui porte et elle n'aura alors plus rien a craindre!

    Elle se rapproche donc tranquillement de la foule; tout en scrutant du regard les diverses convives de la soirée. Les Rammstein.. Les Tokio Hotel.. En passant par quelques Memories qu'elle reconnait bien, mais parmi lesquels elle n'aperçoit pas son beau-père.

    Étrange, étrange, vous avez dit étrange? Qu'elle en déglutit d'inquiétude. Mais où peut-il bien être?

    173

    Là!!! qu'elle sursaute très vite en reconnaissant le concerné en train d'enlacer affectueusement une fillette blonde, aux côtés d'une belle dame d'exactement de la même couleur de cheveux ; la mère de l'enfant, que l'adolescente déduit très vite, le coeur serré.

    173

    Mais que cela signifie-t-il donc?! Que son beau-père aurait déjà refait sa vie avec une star sur qui elle n'arrive même pas à placer un nom, en lui préférant cette affreuse petite chose blonde à couettes?!

    Le gentil vigile de tout à l'heure arrive enfin vers Erwan Muller pour commencer à lui prononcer quelques paroles. Ce qu'il était censé lui annoncer, en déduit à nouveau Eva en désirant subitement prendre ses jambes à son cou : elle n'a plus rien à faire ici, finalement. Il est clair que cet homme là-bas devant, n'est plus son "Wa-Wane"d'enfance.

    173

    Mais le regard du concerné se tourne soudain dans sa direction, tandis qu'au même moment, et alors que le célèbre pianiste se préparait à s'avancer vers elle, un homme lui attrape encore une fois le bras pour lui ordonner avec sévérité :

    - L'accès à cette salle est interdit sans carton d'invitation! Je vais vous demander de vous en aller!

    Et sur ce, le casse-pied -au vu de son uniforme, un autre agent de sécurité- la tire brutalement en arrière pour la faire aussitôt réagir et s'emporter avec rage, de manière complètement irréfléchie et désespérée, les yeux humides et le coeur en miettes,

    173

    - Lâche-moi, tocard!! C'est mon beau-père là-bas devant, Erwan Muller! Et je suis September! Alors ôte tes sales pattes de là, ou tu vas avoir à faire avec ma mère, Ness, des Memories!

    Une tirade vive et expressive qui provoque aussitôt un premier flash d'appareil photo.

    173

    Puis un deuxième.. Toisième... Quatrième.. Cinquième.. De la part de tous les paparazzis affamés de petits scandales du coin.

    173

    - September, pourquoi avoir caché votre visage si longtemps?"

    - Êtes-vous en train de préparer un nouveau titre?

    - September, pourriez vous nous en dire plus sur Printemps?!

    - Quels sont vos liens avec Erwan Muller?

    - Êtes-vous très attachée à lui?!

    173

    - Lachez-moi, bande de chacals!!! laissez-moi passer!! commence à rager avec violence la jeune fille paniquée en essayant de se frayer désespérément un chemin entre la dizaine de caméras et appareils photos qui tentent de l'en empêcher, formant désormais et devant elle un bloc compact pour que très vite elle abdique et accepte de répondre a leurs nombreuses questions.

    - Comment réagissez-vous face au rapprochement d'Erwan Muller avec Cascada?

    173

    - Je l'emmerde!! Je les emmerde tous!! Je vous emmerde, vous aussi!! qu'elle lâchera en dernier avant de s'échapper enfin hors de l'hôtel, forçant le passage telle une furie, en larmes, et avec une seule idée en tête : courir ! Courir ! Courir loin et très vite ! Fuir ! Fuir ! Fuir loin et très vite, sans s'arrêter !

     

     

    *

    *      *

     

    "Allo, papa, Bobo!" sera le titre le plus important et marquant du lendemain, présenté en caractère maximum par Berlin Match qui va se délecter des vies amoureuses et familiales du pianiste et de la chanteuse des Memories.

    Dans un autre registre, "September en chair et en os!", "September, hystérique?" fera aussi fureur dans de nombreux magazines musicaux pour public adolescent."

    Mais Eva n'en apercevra aucun car après une nuit blanche à errer dans tout Berlin, le coeur en miettes et l'esprit complètement retourné, elle finira par filer à l'hôpital où son frère est toujours dans le coma.

    173

    Parce que cette nuit, elle a finalement pris une décision.

    173

    Une décision murement réfléchie, pendant toute cette sombre et longue nuit. Parce que lorsqu'il n'y a plus d'échappatoire, il faut savoir rendre les armes...

    173

    Et c'est pour cette raison qu'elle s'est procuré, à la superette du coin, un cutter avant de se rendre ici.

    173

    Parce que à quoi bon lutter en espérant après lui, alors qu'elle se doute bien que c'est déjà fini.

    173

    Son frère est mort! C'est tout. Et jamais rien ne le ramènera à ses côtés. Ceux qui lui disent le contraire ne sont que d'infâmes manipulateurs qui ne souhaitent que lui imposer de nouvelles journées de supplice dans une vie sans intérêt, car sans lui à ses côtés!

    173

    Mais le suicide est le recours des lâches et la jeune fille a souvent blâmé son défunt père d'âvoir choisi cette option effroyable pour fuir ses problèmes et ses obligations. 

    173

    Mais aujourd'hui, voilà qu'elle se met enfin à le comprendre, ce père si torturé qui avait finalement compris que lorsque la vie ne fait plus de cadeaux à certains êtres, ce n'était finalement que pour les pousser vers la porte de sortie la plus proche. Il fallait juste accepter cela. 

    173

    Une injustice divine qui punissait toujours les meilleurs! Au détriment des pourris. Son frère ne méritait pas ce coma! Cette disparition brutale! Mais il fut pourtant foudroyé par la cruauté d'un destin injuste.

    Il ne fallait donc plus qu'elle lutte bêtement telle une naïve qui croit encore en la beauté probable d'un monde imparfait.

    173

    Parce que bonheur et épanouissement ne lui seront jamais permis. Pas sans lui... Et il est hors de question qu'elle continue de se débattre au milieu de cette vie mascarade et de cette vie incensée, sans ses bras pour la consoler.

    173

    Les jumeaux ne font qu'un... Dès l'âge dès leurs cinq ans, on le leur répétait déjà en riant. Alors il est grand temps qu'elle s'en aille le rejoindre, son double, son crétin de fragin qui lui, s'est déjà pressé de commencer son voyage pour l'éternité.

    173

    Alors, et d'un geste incroyablement calme, la jeune fille débranche la machine qui maintient encore son frère en vie, avant de porter doucement son cutter vers sa propre gorge en souriant une dernière fois à son jumeau, qu'ils seront bientôt de nouveau réunis. Rien que tous les deux... Pour toujours et même après.