• 166

    166

    - Que fais-tu là..? questionne aussitôt Eva dans un soupir tout en se dirigeant vers le lit de son frère. C'est à peine si elle calcule la présence de son pourtant petit ami...

    166

    Et cette réaction intrigue bien évidemment Raphaël.

    166

    Aurait-elle perdu la notion du temps? Oublié qu'elle ne l'a pas revu depuis plus d'une semaine? Son indifférence le blesse profondément. Il se réalise réellement insignifiant aux yeux de celle pour qui il a tant pleuré au cours de cette dernière semaine. Mais après tout, qu'espérait-il... Un avenir à ses côtés peut-être? La blague..

    166

    - Je constate que je t'ai manqué, qu'il ne peut tout de même s'empêcher de laisser échapper dans un râle, tout en observant son interlocutrice s'asseoir au chevet du jeune malade.

    166

    - Il se réveillera, j'en suis certaine, sourit affectueusement Eva à destination de son jumeau, tout en lui caressant la joue. Complètement insensible à la présence de celui qui est pourtant encore son petit ami aujourd'hui.

    166

    - Mouais... mais, je.. Bon.. Mouais.. En reste bouche bée Raphaël devant tant d'indifférence, déglutissant avec douleur et agacement ; tellement de douleur de réaliser qu'entre elle et lui, plus rien n'est possible, tellement d'agacement de découvrir qu'il est finalement le seul à aimer a la folie dans cette pièce...

    Quoique non.. Car elle aussi semble aimer à la folie!

    166

    Son frère jumeau, uniquement...

    166

    - Je suis sûre qu'il rêve! qu'elle continue, toujours avec ce sourire tendre et affectueux, en direction d'un seul jeune homme. Un seul uniquement. Un seul... Uniquement.

    166

    - Entre nous, ça va plus trop être possible.. Laisse brutalement tomber et d'un coup Raphaël en baissant les yeux, honteux. Honteux et le coeur en miettes. Honteux, mais cependant plein d'espoir. Espérant sincèrement que son interlocutrice se mette soudain a souffrir autant que lui a l'idée de le perdre... Égoïste! Tant d'égoïsme...

    166

    Oui, l'amour est égoïste.

    Les amants ne veulent jamais souffrir seuls.

    166

    - Ok.

    - Hein?

    C'est tout?! À son annonce de rupture, elle n'a su qu'acquiescer ainsi? Avec cet air aussi impassible et indifférent? Il n'en revient pas. Son coeur saigne et se déchire en lambeaux en moins de deux. Il n'en revient pas!!! Jamais il n'aurait pu imaginer avoir si peu d'importance à ses yeux.

    Joue-t-elle un jeu? Surement. Oui... Par fierté, surement! Il tient à s'en persuader.

    - Les visites sont interdites aussi tard, à part pour la famille.. Qu'elle reprend ensuite dans sa direction, avec un air doux et compréhensif. Comme si elle avait réalisé sa soudaine douleur sans ressentir la même, de son côté.

    166

    Mais je suis aussi de la famille!! qu'il pourrait bien brusquement lui rétorquer en retour en riant de dépit. Un énorme rire jaune et gras, voire des larmes de colère et désespoir plein les yeux.

    Dira? Dira pas?

    166

    Tsss... Comme si cela changerait quelque chose à l'histoire! Comme s'il avait une chance de représenter un jour quelque chose, lui, Raphael Bauër, aux yeux des célèbres Gutter. Tsss...!!!

    166

    - Je te laisse, alors.. Qu'il en marmonne alors simplement avec lassitude et dégoût, avant de sortir de cette chambre où il n'a pas vraiment sa place, ce soir. Las.. Il est si las.

    166

    Las de n'avoir aujourd'hui plus que ses larmes pour pleurer sur le vilain sort que lui a décidément joué le destin. Las de rire jaune en réalisant que parmi toutes les jeunes et jolies filles de Berlin, il n'a rien trouvé de mieux à faire que d'aller tomber amoureux de la seule qui se trouve être en réalité, sa demie soeur.

    166

    Il en éclate cette fois de rire. Désormais seul dans la rue, sous une pluie qui a commencé à tomber avec violence, il en éclate de rire. Fou de rage. Finalement amusé et sidéré par sa propre malchance.

    Des passants se retournent sur lui. Le jugent sans doute complètement atteint. Voir abattu par la vie. Ils le plaignent, surement. À raison! Parce qu'il y a de quoi, tout de même!

    166

    Un blaireau que le destin a amené à tomber amoureux de sa propre soeur!

    Qu'il rit encore intérieurement, s'appuyant ensuite sur ses genoux pour se maintenir dans son fou rire d'un jaune devenu presque fluo, tant il est désormais ardent!

    AH AH AH AH!! 

    Pendant ce temps, dans la chambre du jeune comateux, Eva Beckers s'est désormais allongée aux côtés de son frère jumeau. Son double.

    166

    Avec lui, elle se met à discuter de tout et de rien avant de lui raconter l'évènement qui vient de se produire à l'instant : Raphaël vient de rompre avec elle, mais elle ne sait pas vraiment comment prendre la chose ni comment y réagir.

    166

    Peut-être n'en a-t-elle plus la force, tout simplement. La force ou l'envie, elle n'en sait rien.

    166

    Parce qu'avec ou sans lui, le résultat restera toujours le même, de toute manière. Sa raison de vivre est couchée et inerte sur un lit d'hôpital... Plongée dans un coma profond. 

    166

    Pourtant, elle doit s'avouer que son petit ami lui a manqué durant cette longue et pénible semaine. Son absence ayant été un mal pour un bien, au final, car si celui-ci était resté auprès d'elle, elle n'aurait surement pas pu pleurer correctement le manque de son frère.

    166

    Cependant, et désormais qu'il n'est plus dans la pièce, elle commence soudainement à trembler de tout ses membres en laissant dévaler un flot de larmes sur ses joues blessées. Il.. Il lui a annoncé leur rupture. Elle ne le réalise que maintenant. 


  • 167

     

    *

    *    *

     

    167

    Dès le lendemain, Raphaël est de retour parmi les siens. Ses amis musiciens, bien entendu. Son groupe de musique. Ses amis d'enfance.

    167

    L'accueil est chaleureux et tous saluent son retour avec beaucoup d'enthousiasme : enfin, ils vont de nouveau pouvoir s'entrainer tous ensemble et ne plus se laisser freiner par les petits soucis de la vie quotidienne.

    Mais tenter de passer au-dessus ne signifie pas "ne pas avoir besoin d'en parler" et c'est pour cette raison que Raphaël attrapera son meilleur ami en privé dès qu'il en aura l'occasion.

    167

    Il a besoin de se confier. De tout lui révéler et qui sait, de peut-être dans ses bras pleurer. Car le jeune homme est harassé par toutes ces récentes révélations et décisions qu'il a du endurer.

    167

    - Tout ce qu'elle m'avait dit sur mon père était faux, qu'il énonce à son meilleur ami - tout...

    - Ah? Et quelle est donc la vérité alors?

    167

    - Tu ne vas même pas me croire...

    Envie de rire. Envie de pleurer. Envie de hurler. Le jeune Bauer se sent de nouveau happé dans un tourbillon de sentiments contradictoire impossible à maitriser.

    167

    - Dit toujours!

    Évidemment, dit toujours! La bonne vieille phrase clichée que vos amis vous sortent lorsqu'ils vous devinent sur le point de révéler quelque chose d'impressionnant.

    167

    - Kylian Gutter est mon père.

    - Hein? n'a pas l'air convaincu le jeune batteur à cette annonce, perplexe, surpris, peut-être amusé. Une mauvaise blague? Son meilleur ami est décidément très amusant en cette belle journée! Quoique belle.. Le jeune homme aux cheveux longs et lisses ne dirait pas cela aujourd'hui, puisqu'il pleut encore comme vache qui pisse. Tellement que Wilfrid s'est mangé une bien belle gamelle en courant un peu trop vite sur le trottoir trempé, ce matin. Un fou rire. C'est un vrai et pur fou rire que le jeune batteur s'est ensuite permit avec Terry devant cette scène. Mémorable! Ils s'en souviendront, de celle-là : Wilfrid, le surfer des trottoirs qui se réceptionne sur les fesses plus vite que son ombre en balançant une trentaine de jurons à tout les passants qui ont le malheur de poser le moindre regard sur lui!

    167

    - J'en étais sûr, tu ne me crois pas...

    - Je te crois, Raph'. Mais... enfin, c'est surprenant, disons! Mais pourquoi te l'a-t-elle caché? Pour te protéger des médias? Ça serait compréhensible, tu me diras... J'ose pas imaginer ce qu'une telle histoire ferait comme bruit... !! Et sinon, tu sais où est-ce qu'elle l'a connu, Gutter?

    - En désintox, mais c'est une longue histoire... et ce n'est pas le plus important..

    167

    - C'est sur! Car le résultat reste le même, tu es le fils de euh.. d'une star?! D'une putain de vraie star!! Gutter, quand même, mon salaud!!

    167

    - Mais tu ne comprends rien, ou quoi?! en laisse échapper une larme de rage Raphaël en se retournant contre le mur du couloir pour le cogner du poing avec violence, - Eva, Tob'! Eva!! Est-ce que tu réalises ce que tout cela signifie?!

    167

    - ... Euh.. Ouais.. m.. merde... Ouais.. En effet.. cela veut donc dire que...? Oh, putain de merde...!!

    167

    - Je.. J'ai rompu avec elle, hier soir... Mais je ne lui ai rien dit, sur tout ça...

    - C'est pas plus mal!

    167

    - Et elle.. Elle semblait indifférente... Mon annonce de rupture, pourtant assez froide, je pense, ne lui faisait à première vue ni chaud ni froid... Je me sens si con, Tob'.. Si con et pathétique, si con et détraqué, si con et anéanti... Je.. Je ne comprends pas pourquoi est-ce que le destin m'inflige tout ça! Sérieusement, pourquoi?! Merde!! Il y avait tant de filles à aimer dans tout Berlin, alors pourquoi elle?!

    167

    - Je n’en sais rien, se rapproche le jeune batteur de son meilleur ami pour lui passer un bras autour des épaules,

    167

    - Je n’en sais rien, Raph'... Vraiment rien... Et là, j'essaie encore de réaliser que je suis le meilleur ami du fils du grand Gutter et j'ai les yeux qui brillent. Sérieux! Flatté... Flatté, et uniquement flatté! Et toi aussi tu devrais ressentir exactement la même chose que moi, et uniquement cela... Tu devrais être simplement flatté, d'avoir un tel sang qui coule dans tes veines!!

    - Je ne vois pas ce qu'il y'a de flatteur dans le fait d'être le résultat d'un coup de bite sous l'effet de l'alcool!! Je.. Je ne suis qu'un résidu de soirée alcoolisée, Tob'!! Une chose non désirée, un machin inutile qui n'aurait jamais dû venir au monde!! Un bâtard de l'ombre!! Et en plus.. Et en plus.. Le fait de.. De.. D'être ce que je suis, donc... M'interdit désormais de l'aimer!! Et ça, et bien c'est le coup de grâce!!

    167

    - Tu as survécu à Jane, Raph'.. Tu survivras à Eva. Car une nouvelle fois, je serais là... Moi.

    - Et je ne pensais plus être capable d'aimer aussi fort après Jane... Mais avec Eva, c'était unique et je...

    - Toutes les histoires paraissent uniques, lorsqu'elles se terminent, Raph'. Toutes...

    167

    - Oui, mais là, ce n'est pas pareil, quand même! Avec Jane, j'avais fait une connerie et je n'attendais que son pardon! Or là, je l'aime comme un fou, aucun de nous deux n'a fait de connerie et je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie!! Mais je dois quand même rompre, en passant presque pour un salaud! Alors que tout ce dont je souhaite réellement, c'est de... c'est de....

    - De?

    167

    - De la prendre par la main et de m'exiler sur un autre continent, loin de tout... et de quiconque qui pourrait éventuellement nous séparer...

    - Ça serait con. À l'aube d'une grande carrière musicale, fuir pour tenter l'inceste coute que coute ça serait vraiment très con!

    - Je sais... Et c'est pour ça que j'ai rompu et que je suis devant toi, aujourd'hui...

    167

    - Et c'est pour ça que je t'ai toujours admiré... Tu sais t'accrocher et rester censé quand il le faut!33)


  • 168

    *    *    *

    168

    - Et bien.. Quelle histoire! se sidère a haute voix Vanessa devant ses invités-surprises ce soir, Tiphanie Foster et Kurt Cobain.

    168

    En effet, sa vieille amie -et accessoirement soeur de son  défunt fiancé- s'est permis de lui révéler aujourd'hui un grand secret : celui du retour miraculeux de son ancien amour d'adolescence.

    168

    - Personne ne sait que c'est lui, se dépêche t-elle ensuite de lui apprendre, avec un air plein de sous-entendus, évidemment : le secret, tu le garderas, n'est-ce pas? Je n'en doute pas.

    168

    - Je suis flattée de ta confiance, Tiph', avoue alors Vanessa avec sincérité à son interlocutrice, les yeux de temps en temps rivés sur l'unique homme de la pièce, Kurt Cobain.

    168

    Frère jumeau d'Hanz Cobain. Peut-être responsable du suicide de celui-ci. Légalement toujours marié à une autre femme, Lena Keller, qu'elle a aussi très bien assimilé au cours de cette conversation des plus enrichissantes.

    168

    Un homme plein de mystères, donc. Un homme au passé chargé et trouble, qui en dissimule vraiment plus qu'il n'en devrait aux autorités et aux siens...

    168

    Un homme menteur, manipulateur, hypocrite et faux! qu'elle a souvent songé, n'ayant jamais vraiment porté cet individu dans son coeur.

    168

    - Mais nous ne sommes pas là pour parler de nous, Ness, lui sourit maintenant Tiphanie, - mais plutôt pour nous occuper de toi. Car si tu as besoin de parler.. Tu peux, hein. Car je me doute que...

    - Et tu as divorcé de Peter, ça y'est? reprend la chanteuse en essayant d'esquiver le sujet douloureux et délicat que tente d'aborder son amie, - et tous les deux, là, vous allez vous re...marier, c'est ça?

    168

    - Sans doute, laisse froidement tomber Kurt Cobain, toujours adossé avec nonchalance contre la bibliothèque de la pièce. Cette femme? Cette blonde? Il ne l'a jamais appréciée, ni même tolérée. Il y a quelque chose de malsain en elle et il le sait. Il la déteste, en fait, s'il veut se montrer honnête.

    Elle l'a brisé... Ce pauvre Kylian Gutter. Il en est certain.

    168

    - C'est compliqué, avec Pete.. Tente d'expliquer avec difficulté Tiphanie à son interlocutrice, - on a un enfant.. Mais sinon, oui, avec Kurt on essaiera de... enfin, tu vois, quoi... même si c'est compliqué et que ça prend du temps...

    168

    - Et aux yeux de tous, enfin, des autres, tu es actuellement avec Hanz, c'est ça? continue la blondinette pour creuser un peu plus un secret apparemment bien gardé et assez flou.

    - Voilà.. En déglutit de honte Tiphanie en jetant ensuite un regard affectueux vers son amant à double identité.

    - Et bien... ne trouve rien d'autre à soupirer Vanessa en levant les yeux au plafond, lasse. Tout d'un coup très lasse : un couple se retrouve pour s'aimer à nouveau quand le sien part en lambeaux...

    D'une main fébrile, elle allume ensuite la grande télévision du salon pour que les images d'un clip lui apparaissent très vite sous les yeux. Facile. Elle l'avait enregistré pour le revoir en boucle dans ses moments noirs.

    168

    Un petit clip à la musique entrainante, mignonne, et rafraichissante.

     Le clip illustrant la chanson "Ensemble", de sa fille.

    168

    - On l'a vu plusieurs fois à la télé, celui-là! sourit de nouveau Tiphanie devant ces images en 3D qui s'agitent désormais sous ses yeux.

    - Oui, il a actuellement son petit succès. Beaucoup plus que "Comme des enfants", en fait, alors que celui-ci a été bouclé en une après-midi, informe Vanessa.

    - J'aime bien "Comme des enfants", moi, avoue Tiphanie, - c'est une adorable déclaration d'amour.

    - Les fans attendent plutôt le clip de "Printemps", en ce moment, continue encore la chanteuse blonde, - mais Eva ne veut pas en entendre parler et ne veut plus chanter... Alors moi j'hésite à autoriser la Virgin à laisser les graphistes le monter, ce clip... Après tout, ils ont fait du bon boulot pour celui-là !

    - Carrément! ne peux s'empêcher d'agresser froidement Kurt en dévisageant son hôte avec mépris, - ta fille est au plus bas, ton fils est dans le coma, mais toi tout ce qui te préoccupe c'est la sortie d'un clip? Tu restes fidèle à toi même...

    - Kurt!! le gronde soudain Tiphanie avec une honte grandissante, tandis que l'autre femme de la pièce baisse désormais les yeux pour marmonner avec douleur,

    - Je ne sais plus quoi faire pour Eva.. Elle ne me parle plus.. Alors je pensais que prendre les devants et illustrer sa chanson lui ferait plaisir quand elle irait mieux... Après tout, elle avait bien sourit en découvrant l'adaptation animée d"Ensemble"...

    Et pour cause... Puisque cette chanson rappellait à l'adolescente les raisons d'écriture de cette petite chanson..

    168

    Puisque ces lignes ne sont qu'un mélange des plumes de la jeune Eva Beckers et de son petit ami, Raphaël Bauer.

    168

    Un soir où les deux adolescents étaient allongés sur le lit du jeune homme dans l'appartement de celui-ci pour s'amuser à écrire une chanson d'amour. Ou plutôt de "fin d'amour". Pour contraster avec les deux titres précédents de la jeune fille, "Printemps" et "Comme des enfants". Histoire que les fans de la demoiselle ne rient pas en ne l'imaginant uniquement capable de composer pour dévoiler l'amour qui l'unit a son petit ami. Une chanson avec un fond assez triste qui signerait l'arrêt d'une histoire donc... mais qui serait tellement entrainante qu'elle serait obligée de faire sourire ceux qui l'écoutent.