• 140

    TroubleMaker - Weezer ♪

     

    140

    Mets-moi dans une école spéciale
    Parce que j'suis con
    Mais je n'ai pas besoin d'un putride livre pour apprendre à lire
    Mais d'ailleurs qui a besoin de ces putrides livres??
    Ils ne servent qu'aux petits truands
    Moi j'apprendrais mes cours dans mes rêves
    Alors éteins la TV!

    140

    Parce que c'est ce que les autres voient (les apparences)
    Et regarder des films est aussi mauvais que de manger des glaces
    Ils me rendent malade

    140

    Ne me laissez pas jouer au foot
    Car sinon je vais pwn le quarterback et celui qui a la balle

    140

    J'suis un fouteur de merde
    Mais jamais un faussaire
    Je fais les choses par moi-même
    Et j'abandonne jamais

    140

    J'suis un fouteur de merde
    Mais jamais un opportuniste (celui qui reçoit/prend doublement)
    J'ai pas la patience de me maintenir en place

    140

    J'attrape une guitare
    Q'est-ce que cela signifie?
    Que je vais jouer quelques riffs, du Heavy Metal, et que vous allez crever

    140

    Vous vouliez de l'art et de l'artisanal??
    Et ça alors, ça se presente comment pour de l'art et de l'artisanal??

    140

    C'est vrai!
    Je laisse de plus en plus pousser mes cheveux
    J'vais devenir un Cherokee!

    140

    J'serai une rockstar
    Et vous allez devoir me garder
    Parce que j'peux pas travailler au taff
    Comme n'importe quel péon

    140

    J'cogne par ci, j'cogne par là, le péon
    J'suis marié avec une pute

    140

    J'ai sept putains d'gosses
    Qui grandissent, qui d'viennent plus vieux
    En souhaitant qu'il existe un dieu

    140

    J'deviendrai une star
    Et les gens hurleront par dessus les épaules
    Pour tenter de m'apercevoir
    Voir si je fais du sexe
    Étudiants mes mouvements
    Ils essaient de comprendre
    Pourquoi est-ce que je suis si mal-aimé?
    Des chanteurs des autres groupes

    140

    Je reste un mystère
    Comme tout le monde peut le voir
    Et il n'y a personne d'autre
    Exactement comme moi
    Et quand l'heure de la fête a sonné
    Comme en 1999
    Je ferais la fête tout seul, parce que j'suis un mec spécial!

    140

    Keep it on the up (I'm a troublemaker)


    Keep it on the up (UP!)


    (I'm a troublemaker)


    Keep it on the up (I'm a troublemaker)


    Keep it on the up (UP!)


    (I'm a troublemaker)


    Never giving up!


  • 141

    141

    - C'est énorme comme autobiographie ça, Wil!! se moque sans attendre -mais très amicalement- Terry, dès la fin de la chanson de son ami.

    141

    - Ça change de "So Cold", sourit Tobias avec satisfaction, - ça prouve que tu peux changer de style et c'est bon, ça.

    141

    - Hmmm, "Trouble Maker"? Intervient tranquillement Raphaël dans la conversation, - hmmm...

    - Quoi? lui font sans attendre ses amis, sceptiques.

    - Ça tue comme nom de groupe, ça!

    141

    Et c'est comme cela que les jeunes musiciens se sont finalement décidés et mit d'accord pour s'aligner, tous, derrière un seul et même nom de groupe..

    Une seule et unique appellation.

    141

    Trouble... Maker.

    Deux mots qui leur correspondent bien, finalement. Eux... ces amis qui se disputent sans arrêt pour de futiles et puériles raisons ; femmes, désir de surpasser l'autre, écétéra...

    141

     

     

    *

     

     

    141

    - Où étais-tu?? attaque vivement Eva en direction de son frère dès que celui-ci rentre enfin chez eux ; le jeune homme a apparemment découché et sa soeur était morte d'inquiétude. En plus, il a l'air de s'être battu, au vu de ce filet de sang séché qui s'affiche le long de son visage, de sa tempe droite à la moitié de sa joue...

    141

    - ♫ Invité par des potes à une teuu-fé, j'n'ai pas vu l'heure, qu'il était...♫

    - Je te parle sérieusement!!!! Tu découches maintenant??

    141

    - Maman et Erwan ne sont pas encore rentrés, alors y'a pas de mal!

    141

    - Si! Et moi dans tout ça?! Tu penses pas que tu me fous la flippe quand tu rentres pas??

    - Dixit celle qui passe sa vie dans l'appart de son mec...

    - Mytho ! Je ne reste jamais la nuit entière avec lui!

    - Et bien tu devrais! Profiter de l'absence des parents.. Parce que moi c'est-ce que je fais!

    - Eeeuh, nonnnn!!

    141

    - Oh, tu vires rouge pivoine, j'ai touché un point sensible!!! Tiens, et d'ailleurs, à ce sujet, comment il fait pour se payer un appart en centre-ville ton musicien pas connu? Je pensais qu'il n’avait pas trop les moyens moi! Vu qu'il donne des cours de zik a des péons...

    141

    - Il s'est réconcilié avec sa mère depuis un moment et elle l'a aidé a prendre ce nouvel appartement.

    - Ah, tout s'explique alors!

    - Non! Pas le fait que toi, tu découches sans me prévenir!! Car je m'inquiétais, moi!! En plus, explique-moi pourquoi tu es blessé!!

    141

    - Eva, t'es mignonne comme tout, mais... ça... Ce ne sont pas tes oignons. Alors tu continues de mener ta petite vie de roman avec ton Roméo, et tu me fous la paix avec la mienne. Ok?

    - Je.. Je..

    - Et sur ce, je te laisse et vais prendre ma douche.

    141

    - Mais tu ne fréquentes tout de même pas des...

    Clac.

    141

    Fait le bruit de la porte de la salle de bain en se refermant brutalement derrière le frère et interlocuteur de la jeune fille.


  • 142

     

    *

     

    142

    L'adresse de l'appartement du jeune Raphaël Bauer ne restera pas longtemps inconnue d'un vieux comparse de sa mère, puisque ce soir, celui-ci s'y rend discrètement pour repérer les lieux et en apprendre un peu plus sur le gamin qu'il fera disparaitre un jour.

    On parle là de Matthias Kayne, évidemment.

    142

    Cet homme qui n'a toujours pas abandonné l'idée de se venger de son ancienne amie, Jeyne Bauer. Être qu'il méprise plus que tout aujourd'hui. Et pour cause, à l'époque, lorsque la jeune femme n'était qu'une dépravée alcoolique, une moins que rien, un cas social sans amis ni famille, lui était là pour lui tendre la main.

    Oui, lui, Matthias Kayne, était là pour Jeyne Bauer, à l'époque. Tandis qu'elle, dès qu'elle a eu l'opportunité de se lier d'amitié avec un cocaïnomane débile - ce crétin de Kylian Gutter -, dans leur centre de désintoxication, l'a complètement sorti de sa vie. Allant même jusqu'a sortir du centre sans lui!

    Non mais quelle ironie...

    142

    Et pour ce qu'il juge être une sorte de trahison envers sa personne, il la fera payer. Là où il peut lui faire le plus mal : en s'en prenant à son fils adoré. Sa seule raison de vivre, il a bien compris. Son petit chérubin qu'elle a fait dans l'ombre sans même en avertir le père.

    « Ah ah ah! », qu'il rit ensuite intérieurement. Avant de se demander soudain comment pourrait réagir un adolescent normalement constitué à l'annonce de ses véritables origines?

    Origines qu'on lui a toujours cachées, il semble bien.

    142

    Parce que sinon, ce gosse, ce Raphaël, aurait au moins un minimum de contacts avec cette famille, les Gutter. Au lieu d'être apparemment complètement seul avec ses amis sur Berlin.

    Oui, désormais, Matthias Kayne n'a plus le moindre doute sur le sujet.

    142

    Le jeune Bauer ignore être le fils illégitime de Kylian Gutter.

     

     

    *

     

    142

    - Ana, qu'est-ce que c'est que ça? indique du regard l'une des amies prostituées de la concernée. Comme d'habitude, les trois filles de joie sont sur leur habituel trottoir pour commencer une nouvelle et bien désagréable nuit.

    142

    - Je, je n'en sais rien, en balbutie de gêne la blondinette aux cheveux longs, en remarquant rapidement la présence de Jeffrey à l'autre bout de la ruelle. 

    142

    Le jeune homme est en train de s'avancer vers elle et ses collègues de travail, provoquant ainsi de nombreux et soudains battements dans son petit coeur : au vu des dernières paroles qu'ils se sont échangés, elle ne s'attendait vraiment pas à le revoir un jour.

    142

    - Qu'est-ce qu'il fait là, Ana? Reprend la plus brune des prostituées, - tu joues un jeu dangereux, toi..

    142

    - Bonsoir, salue rapidement Jeffrey en arrivant vers les donzelles.

    Celle aux cheveux sombres réagit en premier,

    - Bonsoir mon chou. À ce que je vois, tu y as pris goût.. Eh eh.

    142

    - Euh non. En fait, je suis juste venu pour discuter avec Ana.

    ~ Somewhere over the rainbow
    Skies are blue,
    And the dreams that you dare to dream
    Really do come true... ~

    142

    Boum.

    Et un nouveau battement dans le coeur de la concernée, un. Jeune fille qui affiche cependant -et de manière impassible- un air désintéressé. Voir jemenfoutiste. Plutôt mourir que de laisser ses amies réaliser que ce garçon lui fait un effet monstre..

    142

    - Jamais deux fois avec le même client, intervient la blonde aux cheveux courts.

    142

    - J'ai dit "discuter". Vous êtes bouchées ou quoi?! a l'air de s'agacer d'un coup sec Jeffrey en s'avançant brusquement pour prendre la main de sa blonde, avant de lui faire tout bas et dans le creux de l'oreille, - s.t.p, deux minutes, en privé...

    - Ana... revient sermonner la prostituée brune avec des sourcils froncés et un air sceptique. Elle rappelle ainsi a la concernée que le petit jeu qu'elle semble avoir commencé avec leur jeune interlocuteur pourrait bien un jour, l'envoyer directement entre quatre planches.

    Oui, Sidonia Kruger tient beaucoup à sa blondinette et elle tente toujours de la protéger envers et contre tout ; la concernée et elle ayant fait un sacré bout de chemin ensemble dans la vie, elles sont aujourd'hui plus que des amies.

    - C'est bon, juste cinq minutes Sido, lui marmonnera tout bas son amie blonde en baissant les yeux, avant de s'éloigner sagement Jeffrey.

    142

    Et quelques mètres plus loin, elle osera enfin, l'air timide et honteux,

    - Que fais-tu là...?

    142

    - Je le tuerais un jour pour ce qu'il t'a fait, la prévient avec calme Jeffrey, les mains sagement enfoncées dans ses poches. Les quelques bleus de son interlocutrice ne lui ayant pas échappé.

    - De.. De quoi? est obligée de s'étonner Ana, plutôt perplexe ; de qui parle t-il? A quoi fait-il allusion?! Elle ne réalise pas sur le coup que son interlocuteur a été témoin de son accrochage avec son Mac, ce matin.

    - Passe la soirée avec moi. Et si tu as besoin de présenter une recette, je te paierai. Pas de souci, revient le jeune homme avec assurance.

    - Hmpff, non-merci. Je ne veux pas de ton argent.

    142

    - Ah bon? s'intéresse soudain le jeune homme en s'arrêtant brusquement pour la plaquer doucement contre le mur le plus proche, - et pourquoi donc?

    142

    - Parce que je.... je.. je suis désolée, mais c'est non. Jamais deux fois avec le même client.

    142

    - Qui t'a dit que c'était au sexe que je faisais allusion?!

    - Hein..? Mais..

    - Il est encore tôt et on a une heure pour attraper la dernière séance de cinéma, alors si ça te dis.... On passe vite fait chez toi pour que tu t'habilles chaudement et on y va!

    142

    - Tu es un très gentil garçon, Jeffrey, mais je ne comprends pas ce que tu recherches avec moi.. Je veux dire, pourquoi moi?N'y a pas d'autres filles de ton lycée avec qui tu souhaiterais aller au....

    - Non. C'est toi que je veux.

    142

    - D'accord, mais humm... C'est que je travaille moi, là. Et je ne sais pas comment te dire, sans risquer d'être méchante, mais nos mondes sont bien trop différents pour que tu puisses me considérer autrement que comme une pro..

    - Tais-toi. Car chacun modèle son monde à sa manière, Ana.

    142

    - Tu insinues que nous avons désiré faire ce métier? commence a perdre son sourire gêné et ému la jeune femme pour le mélanger avec un début de colère flagrant.

    - Je n'ai jamais dit ça, mais plutôt qu'il n'y a rien qui t'empêche de faire autre chose ce soir que de tapiner. Et puis tu es malade, en plus...

    - Mais tu n'as pas à t'inquiéter pour moi, voyons! Et pour info, ça va beaucoup mieux depuis quelques heures.

    - Ce n'est pas une raison pour rester dans le froid à moitié à poils! Alors tu vas prendre ma main, me suivre jusque chez toi, et accepter ma proposition pour ce soir!

    - Jeffrey.. Tu ne comprends rien, décidément...

    - S'il te plaît!!

    - Je n'arrive pas à comprendre ce qui te motives.. En baisse de nouveau les yeux la jeune fille, honteuse, désemparée, et visiblement au bord des larmes.

    142

    - Toi.. Lui murmure simplement Jeffrey du bout des lèvres, avant de la surprendre en l'embrassant le plus délicatement possible.

    142

    Un long, doux, et langoureux baiser. Le plus long qu'il n'ont encore jamais échangé d'ailleurs ; celui de la veille, lorsqu'ils faisaient l'amour, ne comptant pas aux yeux du jeune homme. Pas assez sincère et chargé d'émotions à son goût. 

    142

    Ana, sidérée par son incapacité à repousser cet adolescent - qui ne devrait pas représenter plus pour elle qu'un vulgaire client - se laisse doucement aller dans le cercle protecteur que forment ses bras musclés et chaleureux.

    142

    Cela faisait si longtemps.. Qu'elle ne s'était plus sentie ainsi. Merveilleusement bien. Femme... Et peut-être légèrement amoureuse aussi.

    142

    - Tu es infernal, Jeffrey... qu'elle va lui sourire affectueusement dès la fin de cet échange de baisers délicieux.

    142

    - C'est Jeff pour les intimes! 

    - Tu es infernal, Jeff, alors! qu'elle lui renvoie alors timidement, hésitante.

    - En plus Jeff et Ana ça sonne trop bien, tu trouves pas ?!

    Un clin d'oeil plein de sous-entendus accompagne la réplique.

    - Tsss! rougit la jeune fille, soudainement très heureuse.

    - Je peux te proposer mon pull aujourd'hui?! Sans risquer de me faire arracher les yeux?

    - Humm, si tu veux! Même si je te promets une nouvelle fois que je n'ai pas froid!

    - Oui oui, tu es surtout capable de me dire n'importe quoi pour ne pas avoir à me demander quelque chose... taquine Jeffrey en enlevant avec hâte son sweet-shirt afin pour forcer son interlocutrice à l'enfiler ; jeune femme qui glisse rapidement ses bras dans les longues et larges manches du vêtement : en effet, son petit bisounours a bien des bras qui font deux fois la taille des siens et cette nouvelle constatation la fait de nouveau sourire, d'amusement cette fois.

     

     

    *

     

     

    142

    - Qui est là?! grommelle Raphaël en arrivant vers sa porte d'entrée d'un pas rapide : quelqu'un vient de sonner et il espère sincèrement que ce ne soit pas son allumeuse de voisine.

    142

    - Hummm?! qu'il fait ensuite, sceptique, en découvrant un palier vide derrière sa porte.

    Une farce? Une très vilaine blague? Quelqu'un doté d'un sens de l'humour à deux balles?! qu'il se demande aussitôt avec agacement, avant de découvrir une feuille de papier abandonnée sur le sol.

    142

    Sans attendre, il se baisse alors pour la ramasser, l'inspecter, afin d'y découvrir une bien étrange question.

    142