• 125

    125

    - Oui, parce que vous êtes jumeaux, bien sûr, réagit vite avec amusement Tiphanie, tandis que son interlocuteur reprend déjà,

    125

    - Mais aussi parce que c'est moi.

    Une affirmation accompagnée d'un sourire, d'un regard, d'un air qui ne peut appartenir qu'à lui ; même lorsque l'on se force à se persuader que lui est aujourd'hui mort et enterré.

    - Ah ah.. Petit plaisantin... tente de bougonner Tiphanie en fuyant subitement le regard de cet homme qui ne peut être lui. Qui ne peut être, lui.. Qui ne peut être... Lui!!! - ce n'est pas sympa ce que tu fais là, Hanz..

    - Et toi, tu n'es vraiment pas sympa de ne pas me reconnaitre.

    Boum.

    S'en est trop pour cette mère de famille ; ancienne veuve, aujourd'hui remariée ; qui s'en évanouit de stupeur, tombant en avant, sur les genoux d'abord, puis dans les bras de son interlocuteur - qui s'est pressé de la rattraper.

    125

    - Hey, Tiph'!! Toujours aussi émotive toi décidément!! sourit affectueusement Kurt en gardant chaleureusement dans ses bras avant de s'en aller s'asseoir avec elle sur le canapé derrière.

    125

     

    125

    Dévisageant le seul et unique amour de sa vie, Kurt sourit avec émotions et soupire,

     

    125

    - Le bon sens voudrait que je m'en aille en courant pour que tu penses avoir rêvé cette scène à ton réveil, mais ....

    125

    - Coucou, je suis rentré!

    « Zut, il manquait plus que lui.. » s'interrompt avec dépit Kurt en réalisant que l'homme de cette maison vient de mettre un pied dans son chez-lui. Peter Foster, évidemment...

    Ce bon à rien qui travaillait dans la même crèche que sa Tiphanie, son épouse, à l'époque.... Ce crétin qui se battait jour et nuit pour tenter de la séduire... Cette pourriture finie qui est enfin arrivée à ses fins lorsque lui a finalement été déclaré mort. Quel pathétique crevard, décidément, songe Kurt, plus amer et haineux que jamais.

    125

    - Hanz? Hum, salut.. reprend Peter en arrivant vers son interlocuteur qui tient sa femme dans ses bras, assis avec elle sur son propre divan, - euuuh...

    125

    - ....Tiphanie ?! Qu'est-ce qu'elle a?!

    - Rien de grave, elle s'est juste évanouie tout à l'heure dans la cuisine. Elle a surement dû sauter un repas..

    - Ah! Bon et bien merci de t'être occupé d'elle, Hanz. Mais je prends la relève.

    Le ton de cette affirmation est presque autoritaire et le voleur d'identité se sent soudain obligé - à contrecœur - de déposer sa belle sur le sofa pour s'en éloigner.

    - Voilà, au revoir, Hanz, lui fait de nouveau Peter en allant prendre son épouse dans ses bras, - je vais la mettre au lit.

    - Hum.. Ok, acquiesce simplement Kurt en retour, en se dirigeant d'un pas tranquille vers la sortie.

    Tranquille, car à son réveil, Tiphanie se souviendra de leur petite discussion.

    Tranquille, car à son réveil, Tiphanie n'ignorera pas sa résurrection.

    Du moins il l'espère...

     

     

    *

     

     

    125

    - Il faudrait vraiment qu'on se décide à en parler, maugrée Wilfrid alors qu'il est seul ce matin au local avec deux de ses amis, Terry et Tobias. Il cherche évidemment à ramener le sujet "Raphaël" sur le tapis, afin que le jeune homme subisse enfin les conséquences de ses actes : voler la petite amie du blondinet de leur groupe, tout de même! Aux yeux de Wilfrid, la faute du jeune Bauer est grâve. Très, très, grave.

    125

    - Vite fait, je te rappelles que le premier titre que la Mastersun nous a proposé de sortir est The Diary Of Jane! lui rétorque immédiatement Tobias avec une ironie plus que palpable, - et je suppose que je n'ai pas besoin de te rappeler qui est l'auteur/interprète de cette chanson!

    125

    - Blahblahblah, "So Cold" aussi les a impressionnés, grommelle en retour le jeune brun, brusquement très vexé de réaliser sa chanson beaucoup moins populaire que celle de celui qui ne mérite pas la moindre éloges.

    125

    - Je pense qu'on peut largement se débrouiller sans lui, voire le remplacer, soupire Terry, - mais bien entendu, tu n'ose même pas envisager l'existence de notre groupe sans ce blaireau. Parce que pour être honnête, So Cold vaut largement The Diary Of Jane...

    125

    - J'avoue! Je n'envisage pas notre groupe sans Raph'! ne cherche même pas à nier Tobias en ramenant son regard vers le blondinet, - je sais qu'entre vous c'est pas la joie, Terry. Mais il faut grandir des fois, en sachant mettre de l'eau dans son vin. On est quoi à la base, tu crois? Une bande d'amis, non?! Et les amis, ça pardonne...

    125

    - Y a pardonner et pardonner, et Raph' se fout vraiment de ma gueule. Et y a pas si longtemps de ça, tu étais de mon côté, toi, grommelle Terry en dévisageant son interlocuteur avec dégoût.

    - Je suis de ton côté terry, car je déteste ce qu'il a fait, il a été carrément fourbe et déguelasse. Mais je sais être aussi réaliste pour réaliser qu'entre toi et Eva, c'était de toute manière mort parce que justement, entre elle et Raph', il y'a toujours eu quelque chose. Alors il faudrait aller de l'avant maintenant, et pardonner. Raphaël est ton ami, Terry ! Alors pardonne le d'être tombé amoureux d'une fille, ces choses là ne se contrôlent pas... Et Raph' a toujours été un ami génial, vous le savez. Il est très loin d'être une pute...

    125

    - Mouais, revient grommeler Wilfrid dans le débat, juste pour le fait de participer, même s'il se retrouve brusquement un peu à court d'arguments, - mouais, mouais, mouais...

    - Allez, je pose ma bière et on joue en attendant que l'autre mochu arrive! annonce paisiblement le jeune batteur pour clore enfin ce débat des plus houleux.

     

    *

     

    125

    - Hanz..? Questionne Tiphanie avec hésitations dans son téléphone portable, dès le lendemain matin. Elle tremble de tout ses membres. 

    - Bonjour. Et non.. Ce n'est pas Hanz, lui répond poliment et avec calme, Kurt.

    - Mais oui, bien sur ! Que fais-tu avec le téléphone d'Hanz, alors ? Bref, passons, je suis passée chez toi tout à l'heure, et..

    - J'ai déménagé depuis quelques jours, oui. L'appartement de mon frère ne me convenait plus!

    - Arrête! Arrête de jouer ce rôle! Arrête! À quoi joues-tu?! Et qui es-tu à la fin? Cela t'amuse donc tant de me torturer ainsi?!

    - Tu connais le Starbucks Coffee? Si oui, je t'y donne rendez-vous dans une heure. Si tu te sens apte à affronter la vérité, bien sûr...

    - Je....

    - À tout à l'heure... Je t'embrasse.

    125

    Et sur ce, il raccroche. Comme ça. Aussi facilement et simplement. Pour laisser ainsi, une femme, une interlocutrice, un amour de toujours, complètement désemparé, terrifié, hanté et rongé par la curiosité. Elle doit absolument en savoir plus!


  • 126

    *   *   *

     

    126

    - Je trouve qu'il est vachement bien situé!! commente joyeusement Eva en chemin vers le nouvel appartement que son petit ami vient de se louer : le jeune homme ramène aujourd'hui ses affaires personnelles sur place pour prendre enfin possession des lieux.

    - À part ce grand axe-là derrière, oui! Y a une supérette juste en bas et rien que ça, ça gère! ajoute Raphaël en observant tout ce qui l'entoure.

    126

    - Et puis tu as un terrain de foot en plein air, derrière, tu as vu?!

    - Trop, c'est justement ce qu'il me manquait, ça!! Un terrain de foot, wah! J'vais aller en pisser de joie contre un arbre, tiens!!

    - Aaah je savais bien que tu aimerais!! Tu vois, je commence à te connaitre!! Et puis en plein air, surtout, oh la la, que tu vas te régaler en cette saison!!

    126

    - Et puis quand tu seras chiante, je pourrais aller me bourrer la gueule au Starbucks Coffee, non vraiment, cet appart' est génial !!!

    126

    - Tu sais que la vie c'est précieux et qu'un accident est trop vite arrivé de nos jours ?

    126

    -Tu m'aimes trop pour ça, dommage !

    - Je t'aiiii déjààààà dis d'arrêêêêêêter de te prendre pour le cennnntre du monnnde !! fait Eva en riant, ce qui a pour conséquence de faire éclater de rire son compagnon lui aussi.

     

     

    *

     

     

    126

    Peu après son retour de l'hôpital pour qu'on lui retire enfin son plâtre, Jeffrey Beckers se morfond seul dans le jardin de sa résidence tout en s'amusant à faire rebondir un ballon de basket sur le sol.

    126

    Enfin, si le terme "s'amuser" peut être employé pour définir l'état d'esprit actuel du jeune homme, quand il est plus en train de se miner le moral qu'autre chose.

    126

    Et malheureusement, c'est pile-poil ce moment-là que va choisir sa petite voisine Angelika pour sortir timidement de son immeuble.

    126

    La réaction de Jeffrey face a l'arrivée de la jeune fille ne se fera donc pas attendre : des sourcils qui se froncent, un lot d'injures qui claque avec violence dans l'air -entre les flocons de neige qui tombent encore- et des talons qui se tournent vivement pour fuir une présence jugée plus qu'indésirable aujourd'hui.