• 116

     

    *

     

     Mais cette nouvelle réception sera l'épreuve de trop pour ses ligaments déjà trop malmenés et son hurlement de douleur fera pâlir d'effroi tout ses équipiers et son entraineur ; ainsi que l'arbitre qui hurlera sans attendre qu'ils ont immédiatement besoin d'un brancardier sur le terrain!

    116

    Et c'est aux urgences de l'hôpital le plus proche qu'il finira le match. Entre hurlements de douleur et rage de laisser ainsi son équipe, sans avoir la certitude qu'ils tiendront leurs points jusqu'au coup de sifflet final.

     

     

    *

     

     

    116

    - Oui, allo? décroche Vanessa avec hâte, lorsque son téléphone portable se met à vibrer dans son sac à main.

    -  Bonjour madame Beckers, je suis l'entraineur de Jeffrey...

    - Oui, qu'y a-t-il ? Est-ce que ça va?! S'il veut jouer, empêchez-le!!

    - Madame, nous sommes en ce moment aux urgences de l'hôpital Treiilhtenberg, et ça ne va pas, du tout, non. Si vous pouviez venir..?

    116

    - Je.. Je suis sur place dans un quart d'heure.

     

     

    *

     

     

    « Et ça ne va pas, non... », avait prononcé l'entraineur du jeune Jeffrey à la mère de celui-ci.

    Totalement à raison d'ailleurs, puisque peu après l'arrivée de la chanteuse à l'hôpital ou a été emmené son rejeton, on lui apprend sans attendre que la cheville du jeune basketteur est désormais dans un état critique et qu'il n'y a plus la moindre chance que l'adolescent puisse retourner un jour sur un terrain de basket.

    En plus, pour couronner le tout, pendant ce temps là, au gymnase Berlinocht, l'équipe du jeune blessé vient de perdre le match pour lequel son capitaine venait de tout donner aujourd'hui.

    116

    Cela fera beaucoup à digérer pour Jeffrey Beckers, qui est pour l'instant occupé à hurler dans sa chambre d'hôpital que les médecins doivent absolument touver une solution!

    Pour qu'il puisse continuer de jouer! Parce qu'il doit tout de même y avoir un moyen!

     

     

    *

    *      *

     

     

    116

    Un plâtre pendant un mois et une certitude de ne plus pouvoir faire de basket-ball à haut niveau, voilà quelle sera la sentence finale du jeune homme.

    116

    Une sentence bien indigeste que l'adolescent va tenter d'assimiler douloureusement une fois rentré chez lui puis enfermé dans sa chambre. Plâtre au pied. Béquilles en main.

    116

    Plâtre au pied. Béquilles en main...

    116

    « Mais il n'a pas mérité ça!!! »

    Qu'il hurle à nouveau et avec désespoir dans la pièce, quand sa soeur jumelle pousse soudain la porte de leur chambre...

    116

    ...pour le retrouver après qu'on l'ait avertie de la catastrophe qui vient de dégringoler sur les épaules de son frère jumeau.

    116

    Sans attendre, elle le prend alors dans ses bras pour lui rappeler qu'il n'est pas seul dans cette épreuve.

    116

    - Je suis fini Eva.. Le Basket c'est fini.. Ce.. Ce n'est pas possible.. Je.. Je vais me réveiller.. Hein, que je vais me réveiller...?


  • 117

     

    *

    *      *

     

     

    117

    Le lendemain, c'est déjà la reprise des cours après ces vacances de Noël bien méritées et Jeffrey fait tout ce qu'il peut pour éviter la présence d'une certaine jeune fille dans les couloirs du lycée.

    117

    Cette petite conne qui lui fait tout perdre!

    Ce démon sur lequel il rejette toute la faute de la tragédie qui lui est tombée dessus la veille. Parce qu'il lui faut un coupable...

     

     

     

    *

     

     

    117

    Quelques heures plus tard, toujours dans ce même lycée, Eva coince furtivement Raphaël dans le couloir qui mène à leur classe pour discuter avec lui de la conversation qu'elle a entretenue avec son beau-père.

    117

    Que celui-ci pourrait peut-être, lui donner un coup de main pour avancer... Seul.

    - Comment ça, "seul"? ne va pas manquer de s'intriguer le jeune guitariste.

    117

    - Tu m'as dit que tu n'étais rien sans eux. Alors moi j'essaie de te prouver le contraire.

    117

    - Mais c'est adorable, Eva. Seulement, je ne peux rien faire, seul! Et puis tu me vois, les quitter? Ça me semble loufoque!

    117

    - Moi je suis bien seule, alors pourquoi pas toi? Je ne vois pas ce qu'il y'a de loufoque là-dedans..

    - Je ne suis pas un chanteur de variétés Eva, mais le membre d'un groupe de rock! Je ne me vois pas seul!

    117

    - Mais je voulais que tu t'en sortes sans eux, moi.. Que tu n'ais plus besoin d'eux..

    - Pourquoi?

    117

    - P.. Parce que...

    - Si c'est pour nous...

    - Ce n'est pas spécialement pour ça! Mais surtout pour pouvoir rompre avec Terry sans la crainte qu'il ne t'en tiennes rigueur.

    117

    - En effet, attends un peu pour rompre, car dans l'immédiat je serais visé, c'est certain...

    - Voilà..

    117

    - Urm.. Bon bon bon... Il va falloir que je te laisse.. On a rendez-vous avec la Mastersun dans une demi-heure!!

    - Sérieux??

    - Ouaip!!

    - C'est génial alors..

    117

    - Hum... Là tu me fais ta petite mine et je déteste ça, Eva!!

    - Tss, mais non! Allez, file!!! Tu vas être en retard!

    - Non! Dis moi ce qu'il y a!

    - Tss, ne fais pas l'ignorant s.t.p... Tu.. tu es trop intelligent pour ça..

    - Eva... déglutit Raphaël en se retenant de prendre tendrement son interlocutrice dans ses bras. 

    - Tu t'en fiches que je sois avec Terry, n'est-ce pas... Ta jalousie s'est envolée, n'est-ce p..

    - N'importe quoi!! Ca me rend fou de l'imaginer t'embrasser, ou pire, l'imaginer poser ses sales pattes sur toi! Mais qu'est-ce que tu veux que je fasses? On s'était mit d'accord pour jouer les indifférents afin qu'ils ne s'imaginent plus rien sur nous! Et tu m'avais promis de ne jamais me demander l'impossible...

    - C'est vrai, mais... 

    - Eva.. s.t.p... Je peux te jurer que notre heure viendra, alors en attendant, sois patiente, s.t.p... et repousses ses caresses, si tu peux!

    - Si tu veux..

    117

    - Eva? appelle timidement Angelika, peu après que Raphaël se soit éloigné.

    - Euh, oui? la salue en retour son interlocutrice, avant d'enchainer avec assurance,

    - Laisse-lui du temps, Angel.

    Évidemment que la jeune fille avait compris ce dont sa voisine allait lui parler - ou plutôt lui bégayer à moitié - avant même que celle-ci n'ouvre la bouche.

    - Mais.. Mais tu penses qu'il saura me pardonner..?

    - Je n'en sais...

    117

    - Halte aux parasites qui adressent la parole aux gens qui ne sont pas leurs amis!!! piaille soudain et avec vivacité Paula en arrivant vers les deux jeunes filles, - pour un monde meilleur, halte aux putasses aux gueules d'ange!

    117

    - Oh my god! ne peux s'empêcher de rire Eva, avant d'attraper vivement sa meilleure amie par le bras pour s'en aller avec. Laissant ainsi, derrière elle, une autre adolescente complètement abattue et désespérée.

    117

    - Je.. je ne suis pas une pu..putasse..

     

     

    *

     

     

    117

    Quelques heures plus tard, Vanessa Beckers décroche le téléphone fixe de la maison familiale pour s'intriguer assez rapidement sur l'identité de son interlocuteur,

    - Euh oui.. Et c'est pour?

    - Jeffrey Beckers. Nous n'avons pas reçu sa réponse définitive au sujet de son l'intégration dans notre équipe nationale.

    117

    - Dans.. Dans.. Dans quelle équipe, vous dites?! écarquille en grand les yeux Vanessa, plus surprise que jamais, le coeur battant.

    - Dans notre équipe nationale, madame. Pourriez-vous alors lui dire de nous contacter au plus vite au 06.54.95.75.65, s.v.p?

    - O.. Oui, bien sûr!

    - Eh bien, madame! Bonne soirée alors!

     

     

    *

     

     

    117

    - J.. Jeffrey...? Va donc se dépêcher d'aller balbutier cette mère de famille en ouvrant la porte de la chambre de ses enfants d'une main tremblante : elle sait qu'elle trouvera son fils en ces lieux, une nouvelle fois recroquevillé sur lui-même ; comme toujours désormais depuis son accident.

    - Quoi? lui grommele aussitôt celui-ci.

    117

    - Un responsable de.. de l'équipe nationale de basket vient d'appeler pour toi.. Tu.. Tu dois les contacter...

    - ... Ah ah ah, quelle ironie!.. C'est cool...

    - Non, ce n'est pas cool!! manque d'éclater furieusement en sanglots Vanessa, le coeur gros, - tu revais de basketball??? Tu avais des projets dans ce milieu?? C'est quelque chose de merveilleux, mais jamais, tu ne nous l'as dit! Je ne comprends pas! Pourquoi?! Pourquoi est-ce que l'on ne mérite pas que tu nous parles, à nous?! Pourquoi ce n'est qu'aujourd'hui que moi, ta mère, je découvre tes rêves?? POURQUOI??? Et je suis certaine qu'Eva le sait, ça! Elle doit savoir que son frère est un prodige du basket qui a les moyens de postuler en équipe nationale, non???

    - Non.

    - Sale menteur!

    117

    - Ne me saoule pas, man'! Je ne pensais pas que ça pouvait t'intéresser, alors je n'ai pas jugé nécessaire de te le dire, c'est tout. Je n'ai fais qu'une demande d'insertion dans une pauvre équipe, c'est tout.. N'importe quel blaireau peux en faire autant.

    117

    - Une pauvre équipe ?! L'équipe nationale de basketball ?! Et puis d'abord pourquoi est-ce que cela ne m'intéresserait pas?? C'est nouveau, ces conneries que tu débites, là?? Je ne suis plus ta mère à tes yeux et ne suis plus censée m'intéresser à ta vie?! Ou plutôt non, a tes exploits plutôt, vu ce dont il est question!!

    117

    - Tu as déjà bien assez à faire avec la carrière d'Eva pour commencer à t'intéresser à la mienne. Et cela ne m'a jamais dérangé.

    117

    - "À la tienne"?! De carrière?! Mais depuis quand ne veux-tu plus être chirurgien, toi?! commence à exploser la chanteuse blonde dans une détresse palpable.

    - Je voulais être chirurgien en seconde, maman... Ça a changé depuis bien longtemps. Mais je ne t'en veux pas de ne pas l'avoir calculé.

    - Je, je...

    117

    S'en est désormais trop pour Vanessa qui s'effondre soudain au sol, en larmes et le coeur en miettes de se découvrir si minable dans son rôle de mère.

    117

    - Je, je... Je ne comprends pas pourquoi est-ce que tu ne nous parles pas plus.. Je, je... Je ne me suis jamais sentie aussi ridicule.. Qu'est-ce qui a bien pu changer entre nous pour que tu ne te tournes jamais vers moi, Jeff?...

    117

    - Il n'y a rien qui a changé. Tout a toujours été comme cela dans cette famille. Jeff le rebelle, celui qui est désagréable avec Erwan au point de donner envie a ses parents de faire un nouvel enfant, et Eva le petit ange adorable qui aime tout le monde ; et que tout le monde aime. Non?

    - C.. Comment oses-tu?!

    - En regardant ma vie.

    - Je te hai pour avoir osé sortir de telles sornettes, Jeff!! se défend soudain avec désespoir Vanessa, en se relevant du sol pour rouvrir cette porte de communication qu'elle s'apprête a claquer pour revenir avec hâte dans le salon, - c'est toi qui cherches a t'isoler de nous, beaucoup plus qu'Eva, alors ne me sors plus jamais de telles horreurs!! Car la prochaine fois, plâtre ou pas plâtre, c'est mon pied dans ton petit cul que tu prends! Parce que ce syndrome du "je suis seul et malheureux, dans ma solitude je m'enferme pour mieux souffrir", il ne me rappelle qu'une seule et unique personne!

    - Ouais, et d'après les photos il parait que je suis sa copie crachée!! se plait à narguer froidement Jeffrey, en ne bougeant toujours pas d'un millimètre du lit sur lequel il est vautré.

    - Oui, mon chéri, tu es en effet sa pâle reproduction, respire un grand coup Vanessa pour garder son calme, avant de reprendre avec plus d'assurance, - mais tu vois, vu que j'ai déjà connu un énergumène de ce genre, je ne te laisserais pas, toi, atteindre la phase suivante du syndrome.

    - Phase suivante qui est?! Hey, mais dis-le-moi, ça devient marrant ce que tu me sors là, maman!!

    - Je n'ai pas besoin de te le préciser mon chéri. Mais lorsque tu te mettras à y penser, dis toi que tu me trouveras sur ton chemin pour t'empêcher d'arriver à tes fins. Réponds simplement la mère a son rejeton, en ressortant tranquillement de la chambre de la pièce.

    « Car non, l'auto-destruction n'emportera pas un autre Gutter... » tente t-elle de se promettre furieusement, en allant rejoindre, le visage ravagés par les larmes, son époux qu'elle entend pianoter d'ici sur son instrument de prédilection.


  • 118

     

    *

    *      *

     

    118

     

    Trois nouvelles semaines s'écoulent encore et aujourd'hui, une petite bande de musiciens découvre avec surprise et sur MCM, un petit clip sans prétention de leur amie Eva. 

    118

    Elle ne leur en avait pas parlé, comme elle ne parle jamais de tout ce qu'elle fait et qui a un rapport avec la musique, et pour cette raison, le petit groupe adolescent est sur fesses désormais, au sens propre du terme.

    118

    Terry n'est pas dupe et commence à se demander quand est-ce que cette chanson avait pu être écrite par sa petite amie. Peut-être aux alentours de du réveillon du 31? Ce qui voudrait dire qu'elle aurait fignolé pendant trois semaines, la sortie d'un clip en studio, pour parler de son infidélité au monde entier? Le dégoût du jeune blond monte en flèche.

    118

    Quand certains triment pour tenter de faire quelque chose de leur exceptionnelle musique, d'autres sont propulsés en avant pour chanter des niaiseries sans queue ni tête. Il devient acerbe en pensée, en effet. Et commence à être impatient de voir le moment de sa rupture arriver! 

    118

    Cela sera tellement amusant de la voir arriver vers lui, avec ses grand yeux de biche, pour lui minauder bêtement qu'elle souhaite rompre pour vivre une idylle avec son Raphaaaël! Quoique non. Qu'il est bête! Puisque cette idiote ne souhaite pas rompreeee! 

    118

    Pour le bien de Raphaël. Évidemment.

    118

    Qui ne l'avait pas encore comprit. Que pour le bien de l'ami hypocrite, elle serait prête à tout, même à baffouer l'honnêteté et la loyauté.

    118

    Elle s'était tout simplement bien moquée de lui. du début, à la fin, elle n'avait fait que se moquer de lui! Jusqu'à tenter de le briser au maximum pour lui donner une raison de rompre. Ainsi, elle pourrait alors accourir auprès de son Raphaël...

    Et pour cette raison, Terry ne rompra pas. Il ne lui fera jamais ce plaisir! A cette garce...

    118

    - Bon, qu'est-ce qu'on fait, pour la Matersun et la CM? questionne paisiblement Tobias, plus que gêné par le clip qu'il vient d'écouter dans son intégralité. Il souhaite lancer un sujet de conversation banal et bateau, évidemment, histoire de détendre une atmosphère qui commence à se tendre de plus en plus au fil des secondes.

    - Mastersun, je dirai, lui répond aussitôt Wilfrid, pas du tout désireux de voir les deux coqs de la basse-cour, amoureux de la même fille, se jeter l'un sur l'autre pour s'éventrer.

    - Et pourquoi, Mastersun? Quand la CM est beaucoup plus connue..

    - Oui, mais c'est la Mastersun qui nous a rappelé en premier! Ce sont donc les tout premiers à s'être intéressés à nous. So... Valeur sentimentale!

    - Mignon ça, Wiwil'! Je ne te savais pas si choubachou! Mais bon il faut qu'on pense à nous aussi, et la Mastersun n'a pas été la maison de disque des plus grands, il faut l'avouer!

    118

    - Où est-ce que tu vas?! se presse de questionner le concerné en direction de Raphaël qu'il voit se diriger discrètement vers la porte d'entrée de leur appartement, - on va bientôt répéter, je te signale! Et en plus, on est en plein milieu d'une discussion très importante qui nous concerne tous!

    - Je, je... Il faut que je prenne l'air. Je reviens vite, lui répond à peine le jeune guitariste, l'air abattu et désemparé, en sortant vivement de la pièce.

    118

    - Je vais fumer une clope, se presse d'annoncer Tobias en se mettant immédiatement sur les traces de son meilleur ami ; une excuse parfaite pour quitter le reste du groupe, puisque les jeunes hommes se sont toujours mis d'accord pour éviter au maximum de fumer dans le petit local/appartement.

    Enfin, parfaite.. Sur le papier, du moins. Parce qu'en réalité, il se doute bien que ses deux autres amis ont compris qu'il allait chercher à discuter avec le fuyard bourreau des coeurs.

     

     

    *

     

     

    118

    - Raahhh, on peut pas rester seul deux minutes décidément?? bougonne Raphaël en voyant son meilleur ami le suivre dans le couloir.

    - Tu fous quoi recroquevillé dans un coin du couloir? se moque Tobias, - t'as plus l'âge de faire le cloporte qui boude !

    - Tu sais ce qu'il te dis le cloporte ?? Je voulais juste bouquiner peinard dans un coin, et je suis bien là !

    - Bouquiner, bien sur ! Allez Raph ça suffit la comédie maintenant, va la rejoindre, allez !

    118

    - Tu ne crois pas que j'en meurs d'envie?! Mais qui va accepter sans broncher que je fasse ça, qui ??

    - On s'en branle ! Lève ton cul et va la rejoindre !! Tu assumeras ensuite les éventuelles conséquences de cet acte, si conséquences il y a !

    - M.. Mais...

    - Tu as cinq secondes pour te relever, avant que je vienne te faire bouger par la force, Raph'!!! C'est clair que cette fille tu l'as dans la peau depuis le premier jour, alors va le lui dire tout de suite!! Au lieu de la laisser crever d'amour seule dans son coin!

    - Hum.... Oui.. Mais.. Euh.. Hum.. Bon.. Ok!! ne peux que déglutir Raphael en se relevant d'un bond pour s'avancer vers son meilleur ami, l'air anxieux,

    118

    - Mais.. Mais j'ai peur que tout ça ne finisse par flinguer ce qu'il y a entre nous.. J'ai vraiment peur de tout perdre..

    118

    - Rien ne flinguera ce qu'il y'a entre nous, Raph', tu ne perdras personne. Notre amitié en a vu de pire, quand même ! Elle a souvent plié, mais ne s'est jamais brisé.. Souviens t'en ! Et en tant que meilleur ami, je te donnes le conseil du coeur, va la rejoindre ! Car s'il doit y avoir un coeur qui doit se briser, je préfère finalement que ce soit celui de Terry plutôt que le tien. Après tout, l'amour ne se commande pas et tu m'as bien l'air accro.

    - Merci Tob... Merci d'être de mon côté. Je vais donc aller la voir, et au retour j'emballerai mes affaires, car les autres ne seront pas aussi compréhensifs que toi, c'est certain.

    - Ca t'en sais rien. Repense à ce que je t'ai dis pour le roseau !