• 489

    *      *

    *

     

     

     ♪ Ce soir - Kyo ♪

     

     

    Alors qu'il a tout ce qu'il désire aujourd'hui et bien plus encore puisqu'il ne voulait son avenir que musical, Tobias se meurt lentement et à petit feu. Mais cela, personne ne le réalise vraiment. Devant tous, il affiche en permanence ce sourire arrogant, confiant, fier, et heureux. Car il possède aujourd'hui ce que tout musicien ambitieux qui se respecte pourrait espérer et convoiter ! Une place dans un groupe à renommée, un nom souvent cité dans les gros titres, des paparazzis prêts à le filmer à tous les coins de rue, des groupies mendiantes d'autographes qui gonflent son égo à chaque nouvelle représentation, des posters dans beaucoup trop de chambres d'adolescentes en chaleur... Tobias a réellement tout ce qu'il a toujours désiré aujourd'hui. Un début de célébrité plutôt terrifiant. Et pourtant... Il reste ancré dans ses souvenirs et surtout dans ceux qu'il a emmagasinés avec elle. Cette fille qu'il a tant malmené, sentimentalement parlant, cette ex-petite amie qu'il avait pourtant su quitter sans vraiment de difficulté ; sur le coup... Mais désormais que son absence lui devient de plus en plus insoutenable, il ne sait plus réparer les conséquences de ses actes. Il en avait trop fait. Il avait commis l'impardonnable ! Et pour cette raison, il l'avait définitivement perdue. Elle était partie, son Ellie. Elle était rentrée chez ses parents depuis un petit moment déjà et elle avait repris tranquillement sa vie en main. Amoureusement parlant, aussi... En effet Tobias l'avait fait suivre récemment afin qu'on lui rapporte la moindre miette de sa vie actuelle.

    Et ce qu'on était venu lui rapporter lui avait confirmé qu'entre eux, tout était bel et bien terminé. Elle l'avait déjà remplacé... par quelqu'un qui prenait soin d'elle, par quelqu'un qui lui apportait ce qu'elle avait toujours attendu et espéré chez un homme. La gifle était brutale et lancinante, pour Tobias.

     Sans elle à ses côtés, il n'était décidément et réellement qu'un pantin sans goût à la vie et ce n'est que ce soir, dans sa chambre d'hôtel, qu'il le réalisait, entre deux cadavres de bouteilles d'alcool. Que les lumières de la scène et la célébrité n'étaient finalement pas ce qu'il avait toujours recherché et souhaité dans la vie.

    Alors, dans un coup de folie et de désespoir, il composa son numéro en anonyme et laissa sonner longuement, la laissant décrocher, piailler quelques allôs dans le vide... Avant de lui raccrocher au nez sans lui prononcer le moindre mot.

    Il renouvela la tentative une dizaine de fois, bêtement et dans un état second. Il s'amusait à l'agacer. Jusqu'à ce qu'elle finisse par éteindre son téléphone et qu'il se retrouve finalement seul avec sa messagerie.

    « Je t'aime tellement.. »

    Qu'il laissa comme message entre deux sanglots et d'une voix à peine audible, avant de raccrocher en tremblant de tout ses membres, le visage ravagé par les larmes et la détresse. En chemin vers la salle de bain, il composa plusieurs autres numéros, ceux mémorisés sous les touches une, deux, et trois, de son téléphone...

    - 1047 -

    Mais à ces trois personnes là, il n'eut ni la force ni le courage de prononcer le moindre mot, la moindre parole... il leur raccrochait simplement au nez, dès qu'il entendait un « Allo, Tob ? »

    - 1047 -

    À l'autre bout du fil. Il avait tellement honte. Il mourrait de honte. Devant eux, il avait tellement de mal à s'abaisser à être ainsi. Il ne voulait pas être le risible à leurs yeux, une fois de plus ; être celui du lot qui n'avait pas réussi... être le seul qui s'effondrait. Il avait tellement besoin d'eux et uniquement d'eux, mais en même temps tellement peur de devoir les appeler à l'aide...

    - 1047 -

    Alors, c'est finalement en poussant un long soupir de soulagement qu'il se laissera glisser dans son bain, se tailladant ensuite et d'un seul coup sec, ses deux poignets.

    - 1047 -

    Il avait choisi la solution de facilité, la plus lâche de toutes il paraît, et l'alcool l'y avait aidé.

    - 1047 -

    Mais alors qu'il fermait tranquillement les yeux en souriant légèrement afin de profiter paisiblement de ses derniers moments, il ressentait soudain une incroyable sérénité. Tout allait bientôt être terminé ! Dans quelques minutes, il perdrait connaissance et ne le réaliserait sans doute même pas. Il ne ressentait pas la moindre douleur, en plus ! Il était juste bien, serein et paisible.

    - 1047 -

    Il attendait même les célèbres flashs. Il paraît qu'au moment de mourir, l'on voit sa vie entière défiler devant soi. Il attendait de voir cela. Il s'imaginait admirer ces images sous forme de diaporama, sur le mur carrelé en face de lui. Que lui afficheraient-elles ? Sûrement un énorme flashback qui débuterait vers un certain moment de son enfance, jusqu'au jour d'aujourd'hui ! On lui présenterait une succession d'événements, les péripéties diverses qui ont rempli sa vie pendant une vingtaine d'années.

    - 1047 -

    Il se surprenait soudain à rire. Se visualisant des scènes de gosses où Wilfrid tentait d'escalader une gouttière en se vantant devant ses amis qu'il atteindrait le toit en moins de dix minutes ! Tandis que Terry restait plongée dans sa lecture des Misérables et que Raphaël l'encourageait et tentait même de l'imiter, quelques minutes plus tard... Wilfrid était clairement le casse-cou de la bande, toujours secondé par Raphaël qui, sous ses airs sages et réfléchis, n'en loupait jamais une non plus. Cela dit, Tobias se souvenait d'avoir grimpé lui aussi, à cette gouttière. Oui ! La mémoire lui revenait.. Peu après que ses deux amis eussent terminé leur ascension, il voulut se dépêcher de les rejoindre là-haut ! Mais à mi-chemin vers son objectif, il glissa et manqua de peu de faire une vilaine chute grâce à la main tendue de Raphaël qui était redescendu en quatrième vitesse pour le sauver. Ce jour-là, Tobias avait pleuré toutes les larmes de son corps pendant au moins une demi-heure. Et Wilfrid n'avait pas arrêté de se moquer de lui, en lui tapant dans le dos, amicalement parlant cependant ; Wilfrid avait en effet un humour assez douteux qui n'était pas toujours très bien perçu par ses amis! Alors, Tobias l'avait boudé jusqu'à la nuit tombée. Car il l'avait humilié! En lui disant ainsi, et si fièrement, que grimper, ce n'était pas pour fillettes!


  • 490

    ♪ Footprints in the sand ~ Leona Lewis ♪

     

     

    - 1048 -

    — AAAAAHHHHH !!! Le suicide, c'est pour les fillettes, Tob !! Qu'est-ce que tu avais l'intention de faire, là ?!? T'en veux une?! ALLEZ WAKE UP !! PUTAIN DE BORDEL, DIS MOI QUE CE QUE JE VOIS SUR LE REBORD DE TA BAIGNOIRE ETAIT DESTINE AU RASAGE DE TES COUILLES ET A RIEN D'AUTRES !

    - 1048 -

    - 1048 -

    — De.. De quoi.. Bafouille maladroitement Tobias en émergeant lentement de ses songes embués, les yeux encore rougis, pour réaliser la présence de ses amis auprès de lui, alors que lui baigne encore dans son bain, nu comme un ver, et une lame de rasoir neuve posée sur le rebord de la baignoire.

    - 1048 -

    Son regard se dirige en moins de deux vers l'eau du bain qu'il espère constater rouge sang, car obligatoirement mélangée à sa propre hémoglobine, mais ce n'est qu'une eau limpide et légèrement mousseuse qui s'offrira devant son regard abattu et déçu. Il ne s'était donc contenté que d'imaginer et rêver la scène de son départ...De sa libération.

    — Allez debout, lui fait amicalement Raphaël en déglutissant douloureusement et en se rapprochant pour lui attraper les bras et le tirer légèrement vers lui, — J'espère que ce rasoir n'avait pas pour but ce à quoi je pense.. Et encore heureux que tu n'aies pas fais cette folie. Qu'avais-tu donc en tête pour pouvoir oublier tes meilleurs amis ainsi....

    - 1048 -

    - 1048 -

    - 1048 -

    - 1048 -

    — Tu parles !! On n’est plus rien les uns pour les autres !! Chacun vit sa vie dans son coin et en solitaire !! Plus personne ne se calcule !!! On n’est plus rien les uns pour les autres !! Et je, je suis le seul à regretter le groupe, moi!!! vocifère Tobias avec détresse en sautant désespérément sur son interlocuteur et ami pour s'accrocher à lui et pleurer à chaudes larmes dans ses bras.

    - 1048 -

    — Ce, ce n'est pas vrai... marmonne Terry avec douleur avant de se rapprocher de ses deux amis enlacés pour suivre le mouvement à son tour et les serrer fort dans ses bras lui aussi, — nous avons toujours été les meilleurs amis du monde, avant même d'avoir été un groupe génial, Tob... Et ça, ça changera jamais...Comment as-tu pu l'oublier...

    - 1048 -

    - 1048 -

    — Bouaaah mes coupaaainnnns !!! lance Wilfrid en chouinant d'émotion et en se jetant ensuite affectueusement sur ses amis en leur piaillant,

    - 1048 -

    — Le blond gay a totalement raison, on est les meilleurs coupains du monde et on s'aime plus que tout ! Alors Tob tu nous refais plus jamais un coup pareil !!! espèce de salaud !! t'as pas le droit d'abandonner comme ça ta famille !!! Tu ne te rends pas compte de la peur que tu nous as fait avec tes appels chelous et t'as vu comme on a rappliqué en quatrième vitesse ?!? Tu crois que c'est pourquoi, toi ?? c'est parce qu'on le sent quand l'un d'entre nous est mal !!!! alors maintenant, avant de penser à toi, TU PENSES A NOUS ! Couillon !!!

    - 1048 -

    - 1048 -

    - 1048 -

    — Meeeuuuuuuuuhhhhh, larmoie encore Tobias mais en souriant niaisement cette fois, la tête enfouie dans le torse de Terry, — je suis désolé, pardonnez moi...  

    - 1048 -

    - 1048 -

    — Bon les copains faut arrêter maintenant, parce que je vais pleurer si on continue et c'est indigne de mon rang social, intervient Terry avec une touche d'humour, les yeux déjà très humides cela dit.

    - 1048 -

    - 1048 -

    — À d'autre Terry, t'essaies de faire le costaud devant qui, là ? C'est à nous que tu essaies de faire croire que t'es solide ?!! taquine Raphaël avec fourberie et amusement.

    — Mais, mais, mais !! Rougit immédiatement Terry en baissant les yeux, mais en se reprenant cependant très vite et avec fierté, — n'empêche, c'est dans ces moments-là qu'on réalise à quel point toi et Wilou... VOUS ÊTES DES NAINS !!!! il a même pas les pieds qui touchent le sol quoi !!! Wil t'es un fuckin razmoket !!!

    - 1048 -

    - 1048 -

    — Gloire aux nainnnnnnnnnnns !!! piaillent en choeur Wilfrid et Raphaël dans un éclat de rire sincère et expansif.

    - 1048 -


  • 491

    *      *

    *

     

     

    - 1049 -

    — Éva, mais qu'est-ce que je t'ai fait à la fin ?! S'emporte Jeyne, exaspérée par le comportement de sa belle-fille après que celle-ci lui ait ouvert froidement sa porte en lui annonçant que Raphaël n'était pas là et que si elle désirait le voir, elle pouvait lui téléphoner et lui donner rendez-vous en tête à tête en ville.

    - 1049 -

    — Je.. Je suis désolée, culpabilise honteusement Éva en bafouillant maladroitement — ce n'est pas contre toi. C'est juste que j'aimerais rester seule, ou avec Raph, en ce moment, qu'elle justifie ensuite maladroitement pour tenter de faire comprendre sans méchanceté à son interlocutrice qu'elle ne souhaite plus la voir rôder auprès d'elle.. ; voire d'elle et de son bébé.

    — Tu m'excuses... qu'elle lui soupire ensuite timidement en extirpant son téléphone portable du le fond de sa poche pour y répondre avec empressement,

    — Oui, allô ?

    — Allô ? Éva ? C'est Ana.

    — Coucou Ana ! Ça va ?

    — Nickel ! Mais j'ai besoin de ton aide pour m'aider à monter à l'appart une étagère que je viens d'acheter chez Ikea. Ne t'inquiètes pas elle n'est pas lourde du tout! Juste assez encombrante et j'ai...

    — Y a pas de soucis, j'arrive. Où es-tu ? Au garage, je suppose ?

    — Oui ! Merci alors, je t'attends !

    — À de suite, confirme Éva avec hâte en raccrochant son téléphone portable.

    — Que voulait-elle ? Questionne Jeyne avec curiosité alors que son interlocutrice lui soupire que cela n'est pas ses affaires et qu'il est préférable qu'elle s'en aille en attendant le retour de Raphaël.

    Après avoir débité cette recommandation avec une lassitude non dissimulée, Éva laisse sa belle-mère derrière elle, un peu désorientée, pour se presser d'attraper son trousseau de clefs sur lequel est accrochée celle qui déverrouille les boutons d'accès du sous-sol via l'ascenseur de l'immeuble ; en effet, le garage est uniquement réservé aux habitants des appartements.

     

     

     

    *      *      *

     

    Pendant ce temps, dans une rue non loin de là, Raphaël décroche son téléphone portable, lui aussi, 

    — Aaaaaaaaaaaah enfin, tu décroches ! Comment j'ai galéré pour t'avoir, Roméo de pacotille !

    — Excuse Jeff ! Je faisais deux trois courses pour Éva, je veux lui faire une surprise ce soir ! Tu avais quelque chose d'important à me dire ?

    — Juste que je suis le meilleur et que je rocks un truc de malade ! Et aussi que j'ai quelqu'un à te présenter au plus vite pour que tu fixes avec lui la date fatidique de la fin de ta liberté !

    — Euh, je ne te suis pas.

    — En clair, suite à notre discussion que tu n'as pas oubliée, j'espère ! J'ai réussi à vous avoir un prêtre pour célébrer un mariage, comme tu le voulais. Tu n'as rien à craindre, il est au courant de tout et il apparemment habitué à faire ça. Par contre ouais, il n'y aura rien d'officiel, légalement parlant, désolé pour ça, mais à ce niveau je pense pas qu'on puisse faire réellement grand chose.. Mais ça, tu t'en doutais de toute manière... mais l'essentiel pour toi est toujours de marquer le coup à coup de smokings, robe blanche, et riz, non...?

    — Oh mon dieu...

    — Quoi ? Je suis désolé Raph, mais on pourra pas vous avoir plus que ça... J'ai bataillé, pourtant tu sais !

    — "Oh mon dieu", parce que tu te moques surement de moi ! Parce que ce n'est pas possible que.. Qu'un prêtre accepte de.. de..

    — J'ai l'air d'un bouffon qui plaisanterait sur un sujet pareil ? Quand je remue la tête, tu vois des grelots qui s'agitent ?

    BORDEL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! On va se marier, alors ???

    — Apparemment, ouais... Et si ça se trouve avant Ana et moi, même ! Bande d'enfoirés.

    — PUTAIN PUTAIN PUTAAAAAAAAAIN ! Merde faut que je cours le dire à Éva !!!

    — Nan rejoins moi avant, on doit voir l'autre pour fixer la date, c'est important et il m'a demandé de te dire de le faire au plus vite afin qu'il s'arrange, s'organise ! Enfin, tu vois quoi ! Les magouilles de prêtres douteux qui marient les Roméo et Ju... Hey, Raph ?! Ranafout' tu me chiales pas dans les oreilles, tarlouze va, c'est quoi ce fake mec !!!

    — Je suis là dans dix minutes pétantes !!! Merci, merci, Jeff !! MERCIIIIIIIIIIIIIIIII !

    — Cours, gonzesse !

    — Je cours, je vole, je me téléporte, YATAAAAAAAAAAAAAAAA !

     

      

     

    - 1049 -