• 486

    *      *

    *

     

    Ana Beckers est dubitative ce soir, alors qu'elle raccroche avec suspicion le téléphone fixe de l'appartement familial. En effet, cela fait quelques jours déjà que la jeune femme cherche à reprendre contact, sans succès cependant, avec son ancien ami Samuel, ce jeune homme avec qui elle avait pourtant lié des liens amicaux qu'elle pensait solides.

    Hier encore, la blondinette ne faisait que tomber constamment sur la messagerie du portable de son ex-ami à chaque tentative d'appel, mais aujourd'hui, les choses évoluent et c'est directement un « ce numéro n'est plus attribué », qu'elle reçoit dans le creux de l'oreille. Une réponse automatique. Un abonnement désactivé. La fiancée Beckers ne comprend évidemment pas ce que tout cela signifie. Son ami aurait-il des ennuis aujourd'hui? Serait-il en danger? D'après Éva, sa vie n'avait pas toujours été rose et son passé était plus torturé et douloureux, qu'épanoui et heureux. Ana commençait alors à se ronger les sangs d'inquiétude en mettant très vite Jeffrey au courant de ses doutes et angoisses,

    — Dis Jeff, comment pourrais-tu expliquer, toi, que le téléphone de Sam soit coupé ?

    — Il s'est peut-être enfin réalisé pathétique et a finalement décidé à sauter du haut d'un pont, dans un lac asséché ?

    — Jeff.. Je te parle sérieusement, là. Je m'inquiète. Il était gentil Sam...

    — Pique-assiette, complètement cinglé, c'est certain! Mais « gentil », j'en doute... Opportuniste, j'aurais plutôt dit !

    — Mon chéri, je ne te demandais pas ton avis sur sa personne, là tu vois, mais qu'est-ce que tu pensais du fait qu'il soit injoignable ! Je m'en fiche que tu ne l'apprécies pas, mais tu pourrais au moins respecter le fait qu'il y ait des gens qui le trouvent agréable à vivre et s'inquiètent pour lui.

    — Il a peut-être brutalement décidé de changer de vie, tirer un trait sur les amis qu'il ne reverra plus, redevient sérieux Jeffrey, - Le coup classique, après tout.

    — Mais avant aujourd'hui son portable était certes toujours éteint, mais le numéro existait! S'il vivait tranquillement sa vie et voulait nous ignorer, Éva et moi, il aurait son téléphone allumé et nous raccrocherait les appels au nez, voire il nous dirait ce qu'il pense de nous, en face ! Samuel est franc.

    — Il s'est peut-être coupé volontairement du monde en éteignant son portable et en le rallumant, il a réalisé qu'il ne voulait pas vous répondre, mais tirer un trait sur..

    — Tu vas arrêter avec ça ? Il nous adorait ! Non, moi je pense qu'il a du lui arriver quelque chose.

    — Il a peut-être assassiné quelques enfants en bas âge et maintenant il se trouve en fuite pour échapper aux autorités, j'ai toujours dit qu'il était louche !

    — Tu es pénible quand tu t'y mets, Jeff...

    — Oublie le, sincèrement, Ana, oublie ce type. Il n'avait rien de sain et de « gentil ».

    — Ta mère n'est pas ce qu'il y a de plus sain et « gentil » aussi, mais pourtant tu lui as pardonné.

    — Et comme tu l'as souligné, elle, c'est ma mère ! C'est différent. Elle, ce n'est pas une psychopathe. Et puis t'inquiètes, va, tu en auras des nouvelles du pique-assiette débile. On n'est jamais débarrassés de ces gens-là, crois-moi. Un jour il aura besoin d'argent, ou d'un toit ou crécher, et tu le verras réapparaître comme par magie dans nos vies ! Faut d'ailleurs que je prévoie le coup en m'achetant dès maintenant une batte de baseball pour préparer ce jour !

     

     

     

    *      *

    *

     

     

    === Juillet ===

     

    - 1044 -

    Les jours les plus ensoleillés de l'année ; période estivale oblige ; arrivent à vive allure et c'est une belle surprise qui va surprendre Raphaël pour commencer la saison. En effet, sa mère aura lourdement insisté pour venir passer toutes les vacances d'été auprès de lui et de sa belle : la rouquine prendrait une chambre à l'hôtel et ne dérangerait en rien le petit couple, elle le promettait. Mais Raphaël refusait immédiatement cela, préférant que sa mère s'approprie le confortable canapé clic-clac du salon de l'appartement Bauer/Gutter. Jeyne acceptait alors et sans se faire prier la proposition de son fils et atterrissait une semaine plus tard, sur le sol américain, après un long voyage en avion. Au fil des jours, Jeyne était aux anges, car grâce à son séjour en Caroline du Nord, elle découvrait un pays qu'elle ne connaissait que grâce à la télévision, tout en passant du temps avec le chérubin de sa vie et la femme qu'il avait choisie. Sa demi-soeur... Mais Jeyne prenait sur elle et tentait d'être compréhensive face à cela. Il en allait de sa relation avec son fils et elle ne prendrait le risque de l'abîmer pour rien au monde.

    - 1044 -

    Pleine de bonne volonté, elle allait même jusqu'à réfléchir, au fil des jours, à l'éventualité de vendre le petit appartement familial sur Klausdorf afin de se prendre un pied-à-terre, ici, en Caroline du Nord. Ainsi, elle continuerait de couler des jours heureux auprès de son enfant et de sa... belle-fille, jusqu'à voir naître son futur petit-fils. Cette vision-là de l'avenir commençait à la tenter de plus en plus, même si s'imaginer mettre en vente le domicile Bauer où elle a élevé son fils et vécu les plus beaux jours de sa vie lui fendait véritablement le coeur. Mais il faut savoir avancer, dans la vie, n'est-ce pas...

    - 1044 -

    Éva, de son côté et entre deux contractions douloureuses, se satisfaisait plutôt du retour de sa belle-mère dans sa vie, même si ses angoisses au sujet de son affreux cauchemar restaient toujours présentes et bien vivaces. Prémonitoires peut-être, qu'elle craignaient toujours un peu, mais sans en parler de nouveau à Raphaël cependant. Elle l'agacerait, c'est certain, et le pauvre n'avait pas besoin de ça en ce moment, avec les journées harassantes que sa formation lui infligeait... 

    Pourtant, le détail de la coiffure de sa belle-mère qui est la même que celle que la concernée portait dans son rêve terrifie la future mère au plus haut point. En effet, comment ce rêve, qui s'est produit bien avant l'arrivée de la rouquine avec cette nouvelle coupe de cheveux, a pu l'imager avec une telle exactitude? Éva se souvient bien que la mère de son fiancé n'était pas coiffée ainsi, à l'époque ; et elle ne l'avait plus revue réellement depuis l'Allemagne... mais la magie n'existant pas, elle ne devait plus s'arrêter sur ces puérilités et se concentrer sur sa grossesse... Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de craindre un éventuel signe du destin qui lui serait transmis par l'intermédiaire de ce rêve insipide et cruel.

    - 1044 -

    Et si ce cauchemar n'était en fait qu'un message de la morale infâme qui voudrait prévenir les amants maudits que le bonheur éternel ne leur serait jamais accordé. Que cette grossesse qui se prolonge après neuf mois dépassé n'est pas le fruit du hasard... Ôh certes, les médecins affirment tous et sans exception qu'il ne faut pas s'inquiéter de la situation, car ce petit bébé finira bien par sortir, tôt ou tard! Qu'il est en pleine santé, mais juste pas vraiment pressé, confortablement installé au creux de sa mère. Ôh oui, tous sont utopistes et ne voient le mal nulle part, tous.. Sauf elle. À tort ou à raison...

     

     

     

    *      *

    *

     

     

    - 1044 -

    Lorsque les armes sont baissées, elles ne le sont pas qu'à moitié en Caroline du Nord! Car petit à petit, Vanessa et Jeyne apprennent lentement à se connaître et à s'apprécier, tout d'abord sous la contrainte de leurs enfants qui ne les désirent pas ennemies, mais ensuite c'est d'elles-mêmes que les deux mères commencent à se lancer mutuellement des conversations via des logiciels de messagerie internet ; ce qui a pour effet d'éloigner lentement mais sûrement, les rancoeurs diverses du passé. Ainsi, et petit à petit, les deux mères qui ne pouvaient pourtant pas se voir en peinture apprennent à s'apprécier. Il faut dire que Vanessa, tous les jours au chevet de son Erwan, s'ennuie à mourir et déprime tellement qu'elle serait bien prête à se créer une fiche profil sur J'ai-besoin-d'amis.com. Et Jeyne de son côté n'est pas mieux lotie que sa nouvelle comparse, socialement parlant, au vu de la longue descente aux enfers que lui a fait endurer la mort plutôt récente de son compagnon Jakob.

    - 1044 -

    — Je te jure, il fait vraiment bon ici ! J'ai d'ailleurs été fais quelque courses cet après-midi et je me suis pris une petite robe d'été ! S'exclame la rouquine en gesticulant devant l'ordinateur portable connecté à Skype  -Tu veux la voir ? Qu'elle propose ensuite à son amie - Il faudrait qu'on passe sur MSN pour avoir la webcam ! Ça te dit ??

    Je te crois sur parole, certifie Vanessa à sa comparse - Ici aussi il fait drôlement chaud, cette année, mais la chambre d'Erwan étant surclimatisée, et vu que je n'en sors pas, je m'en fiche un peu, ah ah ah ! Au fait, ma fille n'est toujours pas réveillée ? Il commence à se faire tard, j'aurais aimé lui parler un peu.

    — J'entends bouger dans la chambre, alors je pense que si, elle a dû émerger ! Attends, je te l'appelle ! EVAAAAAA ! TA MEEEEEERE SUR SKYPE SI TU VEUX !

    - 1044 -

    Hiyaaaaaaaaah !!!!!!!!!!! Non c'est pas possible, non ! Non ! Non ! Nonnn ! Hurle Éva à plein poumons en arrivant justement dans la pièce principale de l'appartement,

    - 1044 -

    — E.. Éva.. ? Mais enfin, qu'est-ce qu'il t'arrive.. ? Tu, tu as mal quelques part.. ? S'interloque évidemment Jeyne, choquée de déclencher de tels hurlements ; l'on ne peut pas dire que ce soit une réaction des plus flatteuses !

    - 1044 -

    — Je veux Raph, vite, où est Raph.. OU EST RAAAPH ????

    — Il.. Il n'est pas encore rentré, mais je peux l'appeler si tu veux.. en bafouille Jeyne d'incompréhension,

    - 1044 -

    — Ne t'approche pas de moi, MONSTRE !! Je le dirais à Raph ! Si tu me fais quoi que ce soit, il te tuera ! Mère ou pas mère !!!!

    - 1044 -

    — Euh ouais, OK ! Et en effet je crois que je vais l'appeler pour le laisser régler cette histoire, parce que les hormones chez les Beckers c'est quelque chose d'assez impressionnant !

    - 1044 -

    Jeyne ??? EVAAA ??? Qu'est-ce qu'il se passe iciiii ? Expliquez-moi ! Jeyne si tu touches à un seul cheveu de ma fille, je t'arrache les poils pubiens un à un et je m'en fais un paillasson, sale Portugaise !!! Evaaaaaaaaaa, ma chériiiie, réponds moi, dis moi que la sorcière rousse n'es pas en train de manger ton cerveau, j'ai toujours qu'elle avait un grain, mais personne n'a jamais voulu m'écouter !!!

    - 1044 -

    — Mouais... Bah en fait, y a pas que les hormones qui sont impressionnantes chez ces gens....Famille de cinglés !


  • 487

    *      *      *

     

    - 1045 -

    — Éva.. Qu'est-ce qu?il se passe ? Questionne Raphaël avec appréhension en revenant chez lui trente minutes après que sa fiancée l'ai appelé sur son téléphone portable, en larmes et l'air apparemment terrifié - Ma mère n'est pas là ? Qu'il questionne avec agacement - je lui avais demandé de veiller sur toi la journée, elle va m'entendre, putain !

    - 1045 -

    — Elle était là. C'est moi qui lui ai demandé de partir...

    — Hein ? Mais pourquoi? Et qu'est-ce que tu fais toute seule dans le noir comme une recluse ? Raaaah! Ronchonne Raphaël en se pressant d'allumer la petite lampe de chevet de la chambre,

    — Je n'y arriverais pas, tout se passera mal, un danger nous guette, je le sais, Raph, et, et... recommence à sangloter Éva alors que Raphaël s'accroupit déjà pour se mettre à son niveau et l'entourer de ses bras protecteurs,

    - 1045 -

    — De quoi ? Qu'est-ce que tu n'arriveras pas à faire ? Si c'est pour Joakim que tu t'inquiètes, tu sais bien qu'il est en pleine santé..

    — C'est un signe ! Ça fais plus de neuf mois Raph !! ce n'est pas normal !!!

    — Ce n'est pas fréquent, mais pas impossible, Éva, alors arrête de te mettre dans tout ces états parce que Joakim n'est pas pressé de te quitter, voyons.

    — Ce n’est pas toi qui le portes depuis tout ce temps, ça se voit ! J'en ai marre, j'en peux plus, et je sais que ce n'est pas normal, quelque chose nous guette, je le sens ! On ne sera jamais en paix, jamais !

    - 1045 -

    — Je comprends que tu n'en puisses plus à ce stade de la grossesse, mais arrête avec ces délires de dangers qui nous guettent Éva.. Tu te fais stresser pour rien,alors que tu ne dois que te reposer.

    - 1045 -

    — Ta mère était dans mon rêve, et je sais que..

    — Arrête avec ça Éva, tu deviens ridicule, mais si tu veux, je lui demanderais de prendre une chambre à l'hôtel le temps que tu accouches, tu es d'accord ? Si elle n'est plus aux alentours, te sentiras-tu mieux ? Puisqu'apparemment elle est la cause de tout, la pauvre !

    — Je... Je crois que ça irait... oui...

    — Alors, on fait comme ça. Elle ira à l'hôtel, tu n'as donc plus à te soucier de ça.

    Excuse-moi....

    — Tu n'as pas à t'excuser, reposes toi simplement et répètes toi sans arrêt que tout va bien, que je suis là et que je le serais toujours ! Je vais prendre quelques jours de congé pour ne plus avoir à te quitter, comme ça demain on ira à ton cours de gymnastique prénatale ensemble et ensuite on flânera en amoureux ! Toute la journée, rien que tous les deux ! Ça te va ?

    — Mais tu es en période d'essai... non, tu n'as pas le droit de prendre déjà un congé.. Je peux me débrouiller seule, j'ai Ana à côté.

    — Je sais qu'Ana est là, mais c'est à mon tour de l'être maintenant ! On est au bout du calvaire, Éva, tu es à 41 semaines et Joakim peut décider de sortir nous faire coucou d'un moment à l'autre, quand on y pense ! Je serais donc là, jour et nuit, avec toi. Ca te rassurera un peu plus ! Puisque le fait que tout le monde clame la forme parfaite de Jojo ne te suffit pas pour être la plus heureuse des femmes !

    — Tu penses vraiment que.. Qu'il va bien, toi ? Et si, et si..

    — Éva... on te fais des tests toutes les 48 heures maintenant et à chaque fois on te répète que sa santé est parfaite, que son état cardiaque est nickel, que veux-tu de plus ? Alors, rassure-toi une bonne fois pour toutes, je t'en prie ! Car au final c'est toi et tes crises d'anxiété qui pourrait lui faire du mal, et le médecin te l'a dit en plus...

    — D'a..D'accord, pardon, c'est vrai, tu as raison... je vais faire des efforts.

    - 1045 -

    — Tu n'auras pas à en faire, j'en ferais pour deux et tu ne verras plus passer ces pénibles moments d'attente..

    — Rien n'est pénible à vivre dès que tu es près de moi, mais j'espère que notre petit con va se dépêcher de sortir, parce que j'en peux plus.

    - 1045 -

    — Hey, je rêve où il vient de me caler un coup de pieds dans le bide ?! Rit joyeusement Raphaël pour détendre l'atmosphère, - Je crois qu'il t'a entendu et c'est sur moi qu'il se venge ! Si jeune et déjà rebelle !

    - 1045 -

    — Bah il participe à la conversation à sa manière ! Et je peux te dire qu'il est très bavard !

    — Tu parles, il est jaloux, c'est tout ! Mais Jojo, crois moi qu'on va se battre tous les deux, parce que j'étais là avant, sale rat !


  • 488

    ♪ KSM - Best friend forever ♪

     

      

    *      *      *

     

       

    À des milliers de kilomètres de là et au même instant, Paula réceptionne par colis postal un CD qui est en vérité la démo officielle du prochain titre d'une chanteuse qu'elle connait bien... 

    Un petit mot est glissé dans le paquet et elle se presse d'en déchiffrer les termes. 

     - 1046 -

     La jeune Lehnard ne s'attendait bien évidemment pas une telle surprise, elle en sursaute même sur le coup. Et pour cause... Elle avait l'impression de ne plus avoir eu de nouvelles de la jeune Beckers depuis une éternité... À ses yeux, leur amitié passée et autrefois si solide semblait tombée aux oubliettes et elle tentait, chaque nouveau jour que dieu faisait, de se faire à l'idée. Mais dès lors que la jeune femme eut allumé sa chaine hifi pour écouter ce titre exclusif qui lui était apparemment et clairement dédié, elle fondait aussitôt en larmes, prête à s'écrouler au sol. Mais de bonheur... Cette fois.

    - 1046 -

    - 1046 - 

    Ces larmes que tu caches avec tant de difficulté 

    En prétendant que cela ne fait rien, que tu survis 

    Pourquoi tout garder pour toi ainsi ? 

    Quand tu sais que tu as quelqu'un qui est là pour toi... 

    Quand tu sais que ce quelqu'un peut te rendre la vie meilleure.   

    - 1046 - 

    Tu essaies toujours d'être si forte 

    Mais moi je sais quand quelque chose ne va pas 

    Je le sais, quand tu es au plus bas. 

     

    - 1046 -

    - 1046 -

    - 1046 - 

    Hey, n'était-ce pas toi qui as toujours été là pour moi ? 

    N'oublie jamais que nous avons toujours été ensemble ! 

    Hey, pas vrai que nous nous étions promis de toujours rester les meilleures amies du monde.

    - 1046 -

    - 1046 -

    - 1046 - 

    Les mots que tu n'oses plus me prononcer 

    Cet air triste esquissé sur le visage 

    Il est aisé de lire au travers 

    J'ai déjà été plus d'une fois à tes côtés

    Et c'était toujours toi qui rendait les choses faciles

    C'est mon tour d'être là pour toi aujourd'hui..  

    - 1046 -

    - 1046 -

    - 1046 -

    - 1046 -- 1046 -- 1046 - 

    Quand la pluie tombera 

    Je serais là, toujours près de toi 

    Je serais toujours celle qui te rattrapera quand tu t'effondreras.

    - 1046 -

    - 1046 -

    - 1046 -- 1046 -

    - 1046 -

    Elle ne l'avait donc pas abandonnée... La jeune Paula sautille sur place en conséquence et en souriant bêtement, la boite du CD de sa meilleure amie collée contre son coeur. Ses doutes et angoisses face à l'avenir s'envolent soudain et brusquement ; elle a retrouvé son binôme de toujours.