• 483

     (Version youtube ci-dessous si pas accès à Viméo!)

     

     

    *     *     *

     

     

    - 1041 -

    Aaaaaaaaaaaah! Raaaaaph ?!? Raaaaaaaaaaph !!!! Hurle brusquement Eva en pleine nuit, sortant ainsi et avec brutalité, d'un sommeil profond.

    — Il est quatre heures du matin... Gromelle en conséquences et immédiatement son Roméo, pas du tout fan du concept du hurlement strident en pleine nuit. 

    - 1041 -

    — Je, je.. Oh mon dieu, merci, tu es vivant!!! Tu es vivant!!!! Putain j'ai fait un cauchemar horrible, Raph !!! s'époumone Éva avec panique en se jetant de toutes ses forces sur son petit ami pour l'étreindre avec désespoir et terreur.

    — Ce sont des choses qui arrivent... soupire Raphaël en restant stoïque, pas vraiment perturbé par le mauvais rêve de sa moitié. Qui n'en fait pas, après tout !

    — Tu affrontais Jeff, pour je ne sais quelle raison, et puis il y avait Sam ! Et.. Et aussi ta mère ! justifie Éva en tremblant de toutes ses membres alors que les images de son cauchemar se redessinent lentement sous ses yeux. Il était réel.. Si réel.

    — Ben voyons... râle un peu Raphaël en baillant de fatigue, avant de reprendre un peu plus énergiquement, — Hey, mais qu'est-ce qui te prends ?! Tu ne vas pas pleurer pour un cauchemar Éva, m'enfin! Ce sont des bêtises tout ça, je ne vais pas affronter Jeff, ni ma mère, je te le promets !

    - 1041 -

    — Ne te moque pas de moi... Il, il t'arrivait malheur à la fin, et, j'ai... J'ai eu si peur... La plus grande peur de ma vie, j'ai cru te perdre, je t'ai vu mourir sous mes yeux ! geint la jeune femme en s'aggripant fermement à son homme.

    - 1041 -

    — On appelle ça un cauchemar! Le fruit de l'accumulation de tes angoisses. Et on sait tous que ce n'est pas réel, alors calme-toi...

    - 1041 -

    — Oui, mais ça m'a permis de vivre la scène de ta probable mort et de réaliser que je ne pourrais jamais y survivre, alors promets moi de ne jamais mourir, Raph, promets moi de ne jamais me laisser... commence à sangloter Eva, la voix tremblotante.

    - 1041 -

    — Je te promets de veiller à ne pas mourir, et je te renvoie la promesse.

    - 1041 -

    — Moui.. Mais...Et si... et si jamais pour me sauver tu devais mettre ta vie en danger, glisse Éva discrètement, — promets moi de ne jamais le faire...

    — Hein ? s'interloque Raphaël avec dépit, pour reprendre avec assurance et dans un soupir, - Éva, si jamais je devais mettre ma vie en danger pour te sauver, non seulement je le ferais carrément sans hésiter, mais ne n'en mourrait pas! Sois-en certaine! Alors, maintenant arrête de pleurer et rendors-toi. Le stress c'est pas bon pour Jojo.

    — Rien ne nous séparera jamais, hein...? Dis-moi que tout ira bien...

    — Tout ira toujours bien, car rien ne peut nous détruire. Nous sommes The Couple! Nous sommes indestructibles.


  • 484

    *      *      *

     

    - 1042 -

    — Comment t'es trop une sale crevarde ! T'aurais pu attendre la fin du concert avant de te barrer chez toi, au moins!!! boude Wilfrid, l'air renfrogné, sur le pas de la porte de son amie Aïsha, dès que celle-ci lui à ouvert l'accès à son domicile, où le jeune Troublemaker a couru dès la fin de sa représentation,

    - 1042 -

    — Je.. Ah ah ah! s'amuse avec une fausse indifférence la jeune fille, se justifiant ensuite plutôt maladroitement, — disons que, euh... J'avais des trucs à faire, et... Baaah je savais bien que tu passerais, de toute manière !!!!

    En effet, la jeune métisse s'enfonce un peu plus à chaque nouveau mot prononcé et cela la rend terriblement honteuse et très vite, rouge comme une tomate, de se trouver ainsi devant son ami qu'elle juge beau comme un dieu, ce soir. Le souvenir de sa déclaration de sentiments en chanson lui revient immédiatement en tête et pour cette raison, son coeur se remet aussitôt à battre la chamade. Et dire qu'elle avait réussi à le calmer en prenant une bonne douche froide dès son retour du concert, voilà que son chimpanzé préféré la ramène à l'état d'adolescente émoustillée. Elle en soupirerait bien de dépit, elle qui est pourtant généralement plus qu'agacée par les comportements trop fleur bleue.

    - 1042 -

    Elle fixe alors dans le blanc des yeux son interlocuteur et commence à se demander si l'un des deux ne devrait pas se décider à faire le premier pas. Ne serait-ce pas lui qui devrait se charger de cette besogne ? Qu'elle songe immédiatement, voulant se terrer dans un abri nommé timidité. Après tout, c'était bien lui qui avait su lui dédier publiquement une chanson d'amour, il était donc normal et logique que ce soit lui qui se charge de la suite des évènements... Mais peut-être que lui, de son côté, attendait un signe de sa part, qu'elle se montre intéressée ! Ce doute l'assaillait soudainement et elle commençait à craindre de le fatiguer. Voire de la lasser. Il serait bête qu'il ne l'imagine indifférente à ses charmes et se mette à rebrousser soudain chemin !

    - 1042 -

    Mais la paranoïa de la jeune femme n'avait pas lieu d'être, puisque quelques secondes après, Wilfrid faisait un pas en avant pour se rapprocher d'elle jusqu'à se retrouver collé contre sa poitrine, le regard dévorant et plongé dans le sien. Son souffle chaud s'écrasant contre son visage avec une douce odeur mentholée. Il est vrai qu'Aïsha le savait adepte de chewing-gum Hollywood et cela lui faisait plaisir de remarquer que cela avait un effet bénéfique sur son haleine.

    - 1042 -

    Mais elle se frappa mentalement très vite suite à cette réflexion, en se souvenant que rare sont les filles qui, dans pareils moments, se mettent à se chantonner intérieurement, "Fraicheur de vivre, Hollywood Chewing Gum..."

    - 1042 -

    Et alors qu'elle s'autoflagellait en pensées, Wilfrid se décidait soudain à prendre les devants en déposant doucement ses lèvres sur le cou de sa partenaire pour le lui embrasser avec toute la douceur et la sensualité dont il pouvait faire preuve. Et Dieu sait qu'il savait exceller dans ce domaine... Ce qui ne le rendait d'ailleurs que très rarement modeste ! Wilfrid se savait "Bon coup", sexuellement parlant, et ce soir, il avait décidé de la faire grimper aux rideaux, sa "Just the girl"...

    Se délectant de ces baisers délicieux, Aïsha songeait avec sagesse que ce petit jeu qui commençait entre ces deux amis avait ses chances de déboucher sur quelque chose de plus solide. Elle ne voulait pas se lancer dans quelque chose d'éphémère sans aucune signification, avec lui. Avec n'importe quel jeune homme, pourquoi pas, cela ne l'aurait pas dérangé, mais pas avec lui... Et en cet instant, entre deux soupirs de plaisir et de désir, elle se mettait à y croire réellement. Il y avait ce soir une aventure réelle à tenter ! Un début d'histoire à vivre à tout prix. Elle ne voulait pas de lui en tant que fuckin-friend insignifiant dont on a ensuite du mal à se souvenir. Non, ce moment magique qui débutait se devait d'être plus qu'une vulgaire sauterie entre amis pervers, il se devait de rester graver ensuite pour les semaines, les mois, voire les années à venir... Il s'engageait à symboliser quelque chose de vrai, de fort.

    Il fallait y croire, et la jeune femme ne voulait que s'imaginer cette option. Sa déception et sa douleur se révèleraient bien trop grandes si cette adorable chanson d'amour ne signifiait qu'une plaisanterie de mauvais goût pour celui qui la lui a dédiée...

    Pourtant, le souvenir de son départ imminent lui revient très vite en mémoire et son estomac se noue en conséquence. Lorsque cela se produira, elle en souffrira, énormément, elle n'en doute pas. Ne serait-il pas plus sage de tout arrêter là, dans ce cas ? Son habituelle sagesse lui dicte cette bonne conduite qu'elle devrait avoir, mais l'infâme petite voix de la déraison lui hurle d'agir d'amour et d'insouciance..

    Quitte à souffrir ensuite.

    - 1042 -

    — Il faut que tu saches que je suis très très jalouse, qu'elle lance, fière et imperturbable. Sûre d'elle. Ravie de se préparer à faire une bêtise qu'elle regrettera sans doute amèrement très vite.

    - 1042 -

    — Si j'arrive à dégrafer ton soutien-gorge en un coup, j'irais pas voir ailleurs, promis ! ris Wilfrid en passant délicatement ses mains dans le dos et sous le sweat-shirt de sa proie à la recherche du sous-vêtement qu'il juge de trop, ici.

    — Espèce de salaud! s'amuse Aïsha alors qu'elle réalise l'exploit réussi de son partenaire, fixant ensuite ses lèvres, folle de désir de s'en saisir, mais le coeur gros cependant, terriblement angoissée que ses nombreux sentiments ne soient pas partagés comme elle l'avait espéré à l'écoute de la chanson qu'elle se fredonne à nouveau en tête.

    - 1042 -

    — Tu es éblouissante, flattes Wilfrid en embrassant désormais les seins nus de sa métisse ; il n'a pas trainé pour lui retirer son sweat-shirt, et c'est bien ce qui inquiète Aïsha. Pourtant, elle ne le juge pas chaud lapin, séducteur insipide capable de se servir d'elle de façon malhonnête et se souvenir soudain de ses bons côtés, la rassure soudain. Il lui suffit de plonger dans ses yeux ébène pour lire une réelle affection pour sa personne. Elle s'en persuade, en tout cas.

    - 1042 -

    — Tu es trop beau, qu'elle lui susurre en se plaquant contre lui afin d'écraser délicatement sa voluptueuse poitrine contre son torse.

    - 1042 -

    — Je sais, et c'est pas toujours facile à vivre, crois-moi ! Toutes ces fans et groupies, pfiouh... réagit Wilfrid avec un faux air prétentieux, avant d'éclater de rire avec sa moitié.

    - 1042 -

    — Sale mégalo, je vais te violer, que celle-ci lui susurre en se trémoussant contre son bas-ventre afin de l'exciter, lui donner encore plus envie d'elle, sentir encore plus ses mains lui caresser les fesses, voire l'inciter toujours plus à la jeter contre un meuble pour la prendre sauvagement et avec passion.

    - 1042 -

    — Owi, viole moi, abuse de moi !!!! s'exclame Wilfrid le regard lubrique en s'emparant avec hâte et convoitise de la bouche de sa partenaire pour un long, interminable, et langoureux baiser.

    - 1042 -

    — Putain de blaireau qui fait de moi une fille facile! Une chanson, et je fini seins nus dans tes bras, seigneur! Un jour, tu paieras pour ça!!! ris Aïsha, rougissante et en reprenant son souffle après cette longue série de baisers passionnés, tandis que son guitariste la soulève du sol pour la diriger tranquillement vers sa chambre.

    — C'est le pawa du Wilou, ma belle !

    — Le pawa de rien du tout ! T'as de la chance d'être trop beau, oui !

    - 1042 -

    — Je sais, je sais, mais tu te défends à ce niveau, tu sais ! Et je te laisse le choix des armes, frêle petite fille : ta chambre, ou chaque meuble de ton appart !

    — C'est quoi cette question bête...Je t'ai connu plus perspicace !!

    — J'ai juste eu pitié de tes meubles, pendant une fraction de seconde, mais si tu y tiens, hinhinhin... LA NUIT VA ÊTRE COUUUURTE ! Bannnnzaiiiiiiiii !


  • 485

    *      *      *

     

    - 1043 -

    — Salut beau gosse, bien dormi... ? Murmure sensuellement Aïsha à son nouveau petit ami et au réveil de celui-ci, quelques heures plus tard et après un très court sommeil.

    — T'es levée depuis combien de temps ? Comment t'es trop une psychopathe à me regarder dormir, n'empêche!

    — Te regarder dormir en révèle un peu plus sur ta personnalité, tu sais !

    — Ne me dis pas que j'ai pété.. ?

    — Je ne révélerai pas ton secret, promis …

    — Merci.. Parce que ça compte pour moi.

    — J'en doute pas.

    — Connasse ! Comment tu te fous de moi !

    — Si peu !

    - 1043 -

    — Tant de vêtements sur un si petit corps, retirons tout ça au plus vite, hinhinhin !!!! fait Wilfrid d'un air pervers en ramenant ses deux mains sur les fesses de sa partenaire, le regard lubrique et un sourire provocateur esquissé sur le visage.

    — Hmmm.. On verra plus tard, Wil. Le refroidi aussitôt sa belle métisse en affichant une moue sérieuse. Expression du visage qui ne tarde pas à faire réagir le Troublemaker,

    — Pffft c'est toujours la même avec les filles, pour vous avoir elles font les chaudasses et ensuite, ceinture !!! Vie de merdeeeee !

    - 1043 -

    — Wil.. Si ça doit devenir sérieux entre nous, il..Il faut que je t'avoue quelque chose.. Mais tu dois me promettre de bien le prendre, et ..

    — T'es une criminelle en fuite parce que t'as chouré des haribos ? A assassiné ton prof de philo ? Aime pas les mashmallows ? Vends illégalement des Dinos ? Navigue sur un paquebot ? Boycotte les haricots ?

    — Dans une semaine je dois rentrer chez moi, en nouvelle Calédonie, pour une durée pour l'instant... Indéterminée.

    - 1043 -

    — Et bah détermine la, ta durée, et fais en sorte qu'elle n'excède pas deux semaines, thanks.

    — Hey, mais c'est pas aussi facile que ça !

    — Pourquoi ? Tu es la fille du chef du village et à la fois la réincarnation de la déesse de ton peuple, tu renfermes en toi l'animal magique qui pourrait sauver ton monde, ce qui t'empêche de quitter les terres familiales sinon il pourrait s'abattre sur elles une armée de sauterelles mutantes ?

    — Tu peux être sérieux deux minutes, oui ?!

    — Non, parce que c'est nul ce que tu me dis. Il n'y a pas de raison que tu ne puisses pas revenir ! Après si c'est un prétexte pour rompre, moi ça me va, je m'en branle, on a tiré notre coup, et c'était cool, alors on à qu'à dire basta, et on en reste là, si tu veux !

    - 1043 -

    — Ça n'a rien à voir ! Je ne veux pas rompre ! Mais tu sais, ma famille à moi, disons que.. Dès qu'ils me reverront, ils essaieront de me retenir pour ne pas que je reparte, et je sais que je ne saurais aller à l'encontre de leurs désirs. Mais ça, tu ne peux pas comprendre ! Tu n'as jamais eu d'obligations familiales, toi, alors tu ne réalises pas que très souvent, la famille impose des obligations morales! Enfin, je veux dire que.. Bref, je ne peux pas couper tout lien familial pour des futilités.

    - 1043 -

    — Des futilités ? souligne Wilfrid en grinçant des dents.

    — Ce.. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce n'est pas pour toi. Enfin...Je veux dire que la famille est censée passer avant l'amour.

    — Et bah alors qu'elle passe avant, je m'en tape. Barre-toi dans ton pays de merde, et voilà. tranche Wilfrid avec brutalité.

    — Parce que si je m'en vais, c'est terminé entre nous ? réagit Aïsha en faisant la moue, blessée de l'air glacial de son compagnon. Elle le savait cinglant mais n'avais jamais été habituée à ce qu'il le soit avec elle. Cette découverte la décevait aujourd'hui.

    - 1043 -

    — Je n’entretiens pas de relation à distance perso, donc oui. renvoie le brun avec impassibilité et une apparente lassitude. 

    — Ce n'est pas ce à quoi je faisais allusion... ose Aïsha avec timidité et gêne, rougissant très vite comme une pivoine. Elle s'accrochait. Que lui arrivait-il ? Il tenait les ficelles. Elle s'accrochait. Craignait terriblement de le perdre.

    — Hein ? Pas compris... bougonne Wilfrid, incrédule, haussant les sourcils en plongeant lentement dans l'incompréhension, avant d'avoir brusquement une lueur d'intelligence.

    - 1043 -

    — HEEEEEEEEEEY!! crisse convulsilvement Wilfrid dès qu'il pense enfin avoir comprit les attentes de sa petite amie, - Ne me dis pas que tu as osé imaginer rien qu'une seule seconde que.... ? Aaaaaaah non mais ça va pas la tête, lâche moi tout de suite, démon ! Tu as voulu me kidnapper dans ton pays de bachibouzouk c'est ça, avoue!!AAAHHHH LACHE MOI !I MUST RUN !!!RUN FOR MY LIFE !!! AAAHHHH !

    — Tu m'as dit que tu m'aimais, Wil !!! « Just the girl » !!

    — Ouais, mais « Just the girl » ICI, EN CAROLINE DU NORD ! PAS DANS UNE CASE !

    - 1043 -

    — Juste quelques jours, Wil !!! Une semaine, grand maximum ! Je t'en prie, si tu tiens un peu à moi, ne me laisse pas y aller seule ! Tu es mon seul moyen de pression pour espérer pouvoir revenir ici ! C'est rien une semaine dans une vie et tu fous rien actuellement ! Tu peux bien faire ça pour moi si je représente quelque chose à tes yeux quand même !!!

    - 1043 -

    — Manipulatrice !! Je.. je... RAAAAAAAAAAAAAH ! On reviendra vite ! Jure-le !

    — Je te le jure sur ma vie !!

    — Bon ok alors, ça roule ! Mais va falloir que tu sois très, très gentille avec moi !!!! Et si jamais ça dure plus qu'une semaine, j'te pètes les genoux !!! Je veux pas m'absenter plus longtemps !

    - 1043 -

    Merci merci merciiiiiiii ! T'es génial ! Et t'inquiètes, tu seras récompensé comme tu le mérites !!!

    — Et c'est comme à la télé, la nouvelle Calédonie ? On passe la journée en maillot de bain ? C'est comme dans Foudre les décors et tout et tout ?!

    - 1043 -

    — Presque. Tu vas aimer, tu vas voir ! Mais tu devrais éviter de faire comprendre aux lecteurs que tu as vu toutes les saisons de Foudre, ton image de marque en prend un sacré coup, tu sais ! Et je te remercie du fond du coeur, ça me touche vraiment que tu viennes avec moi.

    — C'est le minimum que je puisse faire pour ma petite amie !

    — Et tu réalises pas à quel point je surkiffe l'être, tu es vraiment le meilleur!

    - 1043 -