• 377

     

    *

     

    377

    C'est vers la fin de matinée que la jeune September se décide enfin à s'extirper du lit qu'elle partage avec sa comparse Paula, après une courte de nuit de sommeil, à cause d'une soirée plutôt arrosée la veille...; en effet, la jeune fille a depuis toujours eu beaucoup de mal à émerger après des nuits de fiestas et cela ne va pas en s'améliorant au fil des mois, bien au contraire! Il arrivait même à son frère de la traiter de « petite mémé », à l'époque...

    377

    Ainsi donc, sitôt arrivée dans la pièce principale de l'appartement, la brunette aussi appelée « Mamie Nova » par quelques protagonistes moqueurs, se dirige tel un zombie, un bâillement accroché aux lèvres, vers ses deux amies, et colocataires, qui prennent déjà leur petit déjeuner, tranquillement installées autour de la table à manger.

    377

    - Bien dormi? Se dépêche de faire la première Silvia, aussitôt suivie par une petite taquinerie de sa comparse Paula,

    377

    - Alors petite coquine, tu es décidé à nous en dire un peu plus sur Gabriel? Hin hin hin!!!

    377

    En effet, la veille, la jeune Beckers a fait la connaissance de Gabriel Räder, un talentueux musicien qui excelle sur un synthétiseur, aux côtés d'un petit groupe montant, les « Maëlstrom » .

    377

    Alors, l'insinuation ironique de la jeune Paula se situe clairement sur le fait que son amie ait passé la presque totalité de la soirée de la veille avec le charmant damoiseau, galant séducteur qui a ensuite souhaité la raccompagner à leur appartement!

    377

    « Je vais rentrer avec mes amies, on a des choses à se dire! » que la brunette avait osé sortir à ce moment-là, à l'extérieur de la boite de nuit, devant le pauvre musicien et à quelques mètres à peine de ses amies qui elles étaient plus que choquées et surprises. Cela était un comble de ne pas accepter d'être raccompagnée par un beau jeune homme! « Hummm.. Pas aussi beau que Raphaël », s'était empressée d'ajouter Silvia dans un chuchotement discret et en haussant les épaules. « Mais apparemment très sympathique et si ça se trouve génial! » argumentait Paula de son côté en reluquant le concerné à l'entrée du night-club, toujours désireuse de faire des nouvelles rencontres, comme à son habitude.

    377

    - Et c'est reparti! Soupire Eva en s'étalant tel un gros mollusque sur la table, auprès de ses comparses, étouffant au passage un petit rire et ironisant juste après un subtil et taquin - mais s'il t'intéresse à ce point, ma Pao, tu sais que je peux faire quelque chose pour toi?

    377

    - Allez fais pas ta crevarde et parle de nous un peu de lui, roooh! N'attends plus pour ajouter Silvia, tout aussi curieuse et indiscrète que sa collègue châtain clair, 

    377

    - Si j'ai bien compris, il est membre des Maëlstrom, c'est la grande classe, mais parle-nous de lui, est-ce qu'il est sympa? Qu'elle poursuit dans une traite rapide, attendant des réponses reprenant aussitôt avant même d'en avoir reçu, - Et pourquoi est-ce qu'au début tu avais l'air de lui gueuler dessus, en fait? Oui, on a tout vu, hin hin hiiiiiiiiin! Alors, raconte-nous, raconte-nous, raconte-nouuuus! Il est sympa, lourd, chiant, drôle? Et puis il a quel âge, d'abord?

    377

    - Aucune idée, pour son âge, je dirais comme nous, à peu près. Se décide à informer Eva après trois secondes de réflexion, - quant au fait qu'il soit « sympa », ma foi, oui, ça va, comme une rencontre de boîte de nuit, quoi!

    377

    - Pourquoi vous vous êtes pris le chou au début? reviens Paula, curieuse.

    - Je sais même plus, en fait, en hausse les épaules Eva, - Je l'ai trouvé un peu lourd au début et après c'est allé mieux, rien de plus. Mais c'est pas bientôt fini cet interrogatoire? Étouffez-vous avec vos tartines un peu, finit par rire la jeune fille en recherchant dans sa mémoire quelques souvenirs sympathiques de son nouvel ami.

    - Il ne t'intéresse pas, rien qu'un tout petit peu? Met joyeusement les pieds dans le plat Silvia, l'air enjoué, - réfléchis-y, il à l'air plutôt cool et vous aviez l'air de bien vous enten...

    - Du tout, il ne m'intéresse pas du tout, la coupe Eva avec sérieux et gêne, - c'est une rencontre de boîte de nuit, hein, remember! Il est marrant, dans l'ambiance d'une soirée, mais ça s'arrête là. Et puis sans doute que je le reverrais sans doute jamais, et puis.. Et puis c'est pas plus mal. Ce genre de rencontre faite à l'arrache ça n'est sympa que pour meubler quelques heures d'une nuit, pas plus.

    Les propos de la brunette semblent des plus sincères et assurés et ils tromperaient presque ses deux amies, quand tout à coup, et pile quelques secondes après ces derniers mots échangés, son téléphone portable de la chanteuse, posé la veille sur la commode du salon, vibre soudain... Pour faire sourire discrètement la concernée à la lecture de quelques mots inscrits sur un message instantané.

    377

    - C'est luiiiii? Se presse aussitôt de faire Paula en sautillant sur sa chaise et en se retournant vivement vers son amie qui a couru vers la commode pour aller récupérer son téléphone,

    377

    - Eva fait pas ta crevarde pour une fois, sois généreuse envers l'humanité!!!! Dit nouuuuus!!! Est-ce que c'est LUUuuuiiiiiiiiiiiiiiii? 

    377

    « Salut toi! Bien remise? Je me demandais si ça te disait qu'on se voit aujourd'hui? » se décide alors à montrer Eva à ses comparses, tendant son téléphone portable dans leur direction pour qu'elles lisent par eux-mêmes le message qu'elle vient de recevoir.

    Les joues rougies de la jeune fille trahissent très vite son émoi et son embarras et elle cherche aussitôt dans le regard de ses colocataires un éventuel conseil, une quelconque suggestion...

    377

    Puis, car très timide, elle repose très vite et d'une main nerveuse, son téléphone sur le meuble derrière elle, tout en fuyant les regards taquins de ses amies. Elle est anxieuse... ; elle ne sait pas, elle ne sait plus, elle hésite, qu'elle réalise... ; elle se sent si gênée, en fait, d'en avoir peut-être envie...

    377

    - Répond lui que ça te tentes aussi, ça n'engage à rien, fait en premier Silvia, affectueuse, - Tu l'apprécies et trouve sa présence agréable? Alors, fonce!

    - Oui, ça n'engage à rien, après tout, reconnaît Eva en revenant poser son regard sur le cadran de son téléphone portable, mais en ne répondant toujours pas au message reçu ; faire patienter les hommes étant une règle d'or, la jeune fille ne répondra pas en une seconde pour donner l'impression au jeune Gabriel qu'elle attendait désespérément de ses nouvelles après leur sympathique petite soirée de la veille.

    - Bon, bon, bon, je vais me changer, moi, qu'elle reprend alors en direction de ses amies en reprenant son téléphone pour se presser vers la chambre qu'elle partage avec son amie Paula, l'air anxieux et une culpabilité palpable dans le regard.

    Des réactions qui ne s'expliquent plus aux yeux de ses colocataires qui jugent que leur amie n'a plus à avoir peur de faire de nouvelles rencontres masculines. Les deux jeunes filles se dépitent même en constatant les comportements idiots, naïfs, et dévoués de leur comparse ; comme si le fait d'attendre son ex-amour, en se privant de toute rencontre, le ferait revenir... Silvia et Paula haussent une nouvelle fois les épaules. En espérant que leur amie finisse enfin par réaliser qu'un nouveau jour s'est réellement levé pour elles toutes, elle y comprit... 


  • 378

    378

    Quelques pas plus tard et enfin arrivée dans la chambre, Eva se jette de tout son long, sur le ventre, sur le grand lit moelleux de la pièce, boudant toute seule et sans raison, rougissant bêtement devant le message instantané qu'elle a reçu il y a peu et qu'elle est en train de relire en boucle...

    378

    ... Avant de tendre soudain le bras vers sa chaine hifi pour l'allumer d'un coup afin de lancer son tout dernier titre. Petite chanson qui lui a été inspirée par son Roméo il y a de cela quelque temps. Petite chanson qui est sortie dans les bacs il y a peu et qui commence d'ailleurs à bien se vendre. Petite chanson, intitulée « knock knock » dans laquelle, Et de façon terriblement explicite, la jeune chanteuse supplie son éternel amour. Lui demande de se souvenir d'elle...

    378

    Tout en espérant que celui-ci suive toujours avec attention ses sorties musicales, où qu'il soit... à Wilmington, selon certains dires. Une information que la jeune femme ignore volontairement. Wilmington ou autre, peu importe, cela ne change rien à un seul et évident fait : il n'est plus là, à ses côtés, et ne la rappelle toujours pas, ne réagit pas vraiment à leur séparation, ne souffre décidément pas assez pour lui hurler de le rejoindre?!

    Elle prendrait le premier avion pour courir à ses côtés, s'il le lui demandait...

    378

    « Alors pourquoi?! Pourquoi ne le fait-il pas, à la fin?! » Qu'elle s'énerve une nouvelle fois en se mordant les lèvres.

    378

    Puisqu'elle sait bien qu'il l'aime encore et a encore besoin d'elle.
    À moins que...?

     

     

    Hope - Who am I to say ♪

     

    Une larme roule lentement le long de sa joue et c'est d'un geste vif qu'elle éteint brusquement sa chaine hifi pour préférer se mettre à chantonner quelques paroles de circonstances... tout en ressortant encore, et d'une main plus que fébrile, ce petit écrin dans sa table de nuit.

    378

    Petit boitier qui renferme ces deux magnifiques boucles d'oreilles gravées qu'il lui avait offertes lors de ce réveillon de Noël des plus magiques ; l'un des plus beaux que la jeune femme n'ait jamais passé, d'ailleurs.

    378

    378

    378

    378

    Quelques instants plus tard, et après que la jeune chanteuse ait ravalé un nouveau sanglot en se mordant les lèvres et en éloignant son précieux boitier de sa vue, elle récupère d'une main tremblante son téléphone sur sa table de nuit pour se décider à pianoter dessus, enfin, un petit message instantané, afin d'accepter de reprendre contact avec un garçon, avec qui elle avait pourtant étrangement l'impression de commettre une infidélité...  


  • 379

     

    *

     

    Au même moment, Jeffrey rentre enfin chez lui après un agaçant entretien avec le chef d'un gang qui pourrait bien rejoindre, dans les semaines à venir, son Cartel. C'est le but du jeune Beckers. Aussi appelé « Ackers » désormais, dans le milieu où il exerce. Pour d'évidentes raisons de sécurité, le jeune homme s'offre régulièrement de nouvelles identités afin de brouiller les pistes si éventuellement, certaines personnes mal intentionnées cherchaient à retrouver ses origines et ceux qui y sont liés. Depuis le kidnapping de sa soeur jumelle, Jeffrey est devenu extrêmement paranoïaque et prudent avec tout ce qui concerne ses « activités ». Il ne se pardonnerait plus aujourd'hui de mettre de nouveau les siens en danger de mort...

    Ainsi, Jeffrey est donc exténué lorsqu'il passe enfin la porte d'entrée de sa petite maison. Il a terriblement hâte de retrouver sa petite fiancée, avant d'embrasser affectueusement son fils. Plein d'entrain, il se rue alors dans sa chambre à coucher, où se trouve habituellement le berceau de son petit Noah. Le coeur battant, il ouvre la porte de cette petite chambre coquette et décorée de façon très sobre, pour découvrir très vite, et assise sur le lit conjugal, les jambes tendues, croisées, sa douce Ana.

    379

    Le jeune homme a bien entendu un mouvement de recul, sur le coup. À cause de la surprise, et peut-être aussi, d'une certaine inquiétude..

    379

    Le visage de sa fiancée ne lui dit rien qui vaille. Elle semble éteinte. Le visage figé et le regard planté dans sa direction, elle semble complètement vide de toute émotion. Ses yeux grands ouverts d'un bleu moins pâles que d'habitude arriveraient presque à effrayer Jeffrey s'il ne la savait pas aveugle. Parce que de la voir, ainsi, postée de cette manière et affichant un tel air, il pourrait presque s'imaginer qu'elle l'observe, le juge, l'accuse.... Le maudit de tout son être. Le méprise...

    Mais il est sans doute paranoïaque.

    379

    - Cou.. Cou, qu'il marmonne alors d'une voix hésitante en se rapprochant du berceau de son fils, esquivant la vision de sa fiancée silencieuse ; jeune femme qui lui fait soudain d'une voix glaciale et impassible, pile quand lui remarque brusquement l'absence de son fils dans son petit lit de bois,

    379

    - Oui, Noah a été enlevé. J'ai déjà prévenu la police. Ensuite, la tache de sang, là, sur la moquette, eh bien c'était sa baby-sitter. Tu sais, cette petite si mignonne qui ne demandait rien à personne et qui était si pleine de vie !

    379

    Jeffrey sursaute brusquement sur ces dires Et tel un automate, revient fixer la moquette en question, sur laquelle il avait pourtant marché, il y a quelques minutes, sans rien remarquer du tout.

    379

    Son coeur ne fait qu'un bond dans sa poitrine lorsqu'il constate enfin l'immense tâche de sang encore humide et une peur panique le gagne en moins de deux, tandis que son visage devient blême.

    379

    Une fois de plus, il réalise qu'il a mis en danger les personnes qu'il aime le plus au monde...

    - De, de quoi? Je ne comprends pas, je, je... Noah?!! Ana?!? où, où.. qu'il balbutie avec détresse, l'air perdu, n'osant même pas croiser le regard de son interlocutrice.

    379

    - Ne me dis pas que tu ne te doutais pas que cela arriverait un jour? Reste froide, voire carrément glaciale, la jeune femme.

    379

    - Je, je...en tremble d'effroi et désespoir Jeffrey, ne sachant que dire, titubant désormais et à moitié, au milieu de la pièce, se décidant enfin à fixer sa fiancée, comme s'il pouvait trouver des réponses dans ses yeux éteints...
    Éteins?

    379

    - J'ai tellement cru en toi, Jeffrey... lui fait-elle avec détachement et lassitude, tout en plongeant son regard dans le sien. Un regard qui est tout sauf aveugle Et c'est brusquement, et seulement à ce moment-là, que Jeffrey le réalise réellement.

    379

    Le coeur du jeune Beckers se brise une nouvelle fois à cette découverte. Désespéré, il se retourne vivement pour s'appuyer sur la table à langer de son fils afin de se maintenir debout, tant sa surprise et en désarroi sont grands.

    379

    « Sa femme aurait retrouvé la vue? Par qui? Avec qui? Sans lui...? Quand? Comment?! » Il ne comprend plus.. en déglutit de désespoir. Réalisant très vite qu'un trou béant et infini vient soudainement de s'ouvrir sous ses pieds...

    379

    Il est en train de tout perdre.

    379

    Il aurait peut-être déjà.. Tout perdu?
    ~ This is my redemption... Time for redemption.. ~

     

     

    Dear Lie - TLC ♪

     

     

    379

    - J'ai cru en toi, MOI, espèce de connard! Hurle brusquement Ana en se relevant d'un bond du lit conjugal pour fondre sur son fiancé tel une fusée diabolique et haineuse afin de lui cogner la poitrine avec rage, colère, et de toutes ses forces.

    379

    Des coups que Jeffrey n'arrête même pas. Les encaissant avec surprise, mais sans broncher, sans riposter, sans protester...

    379

    Ses yeux s'humidifient cependant, tandis que la femme de sa vie, la seule qu'il a toujours aimé plus que tout au monde, continue de lui déverser une haine infinie sur le torse.

    379

    Et tout y passe, dans plusieurs tirades sèches et brutales....

    379

    Son incompétence, sa lâcheté, sa méchanceté, finalement, son inaptitude à rendre les gens heureux, son inutilité flagrante! Le fait qu'il ne sache rien faire d'autre que décevoir et mettre les autres en danger! Le fait que son existence même ne soit qu'une succession de découragements pour tous ceux qui ont tenté un jour de croire en lui. Le fait qu'il ne soit qu'un sale minable de menteur qui ne saura décidément jamais rien faire de bien dans sa misérable existence! Le fait qu'il ne soit aujourd'hui qu'un pathétique camé qui ne mérite même plus que l'on s'attarde sur son cas! Le fait qu'il ne soit finalement que le responsable de tout... Du fait que celle qui l'aimait pourtant à la folie n'éprouve désormais plus rien pour lui à part un profond mépris!

    379

    Le téléphone du pathétique accusé sonne soudain pour forcer la jeune Ana à avoir un mouvement de recul, tandis que son affreux fiancé le décroche, la gorge nouée et l'air sombre,

    379

    - A.. Allo?

    - Salut Ackers. Si tu veux revoir ton fils en vie, rends-toi demain, à 20h précise, sur le quai 18 de l'ancien métro Nordbahnhof. Et vient seul, c'est un conseil...

    379

    - Hein? Qui êtes-vous? Réagis brusquement Jeffrey et en retrouvant enfin son énergie, - si vous touchez un seul de ses cheveux, je....qu'il commence à menacer, hagard,

    - Sa vie ne tient qu'à un fil, Ackers, alors viens seul.. Car si jamais l'on aperçoit un Shining avec toi, ou n'importe qui d'autre, je décapite ton môme et t'envoies sa tête par colis postal, tu es prévenu. 20 Heures, demain, quai 18, gare désaffectée de Nordbahnhof. J'espère que tu as bien imprégné.

    - Allo?! Allo?! Allo?! Vocifère dans la seconde Jeffrey tandis que son interlocuteur lui raccroche au nez. Sans se démonter, le jeune Beckers remet alors son portable dans sa poche avant de se tourner vers sa fiancée -qui lui tourne désormais le dos pour se tenir face au berceau de son fils kidnappé-, pour lui faire de façon très posée, avec énormément d'assurance,

    379

    - Je le ramènerai, Ana... Je te le jure... Sur ma vie... Je te le ramènerai...

    379

    Et ce n'est qu'un silence glacial que son interlocutrice lui offrira en réponse. Comme si elle ne se souciait plus de ses dires et promesses, désormais. Comme si le moindre mot s'extirpant de ses lèvres aujourd'hui n'avait plus la moindre signification à ses yeux...

    379

    Comme s'il l'avait déçu une fois de trop.

    379

    Comme si elle ne pouvait plus...

    379