• 369

     

    *      *
    *

     

    Un soir comme un tant d'autres pendant lequel Jeffrey n'est comme à son habitude pas chez lui, au sein de sa petite famille pourtant des plus aimantes et attentionnée, un autre grignote une nouvelle fois, et de plus en plus chaque jour, sa place...

    369

    Stefan, bien entendu. Puisque lui apprécie de rester de longues heures auprès de cette femme, de son bébé, et de son jeune fils adopté. Puisque lui sait être présent quand Jeffrey lui, ne sait plus l'être.

    369

    Et ce soir, et peu après que le petit Pierre ait été mis au lit, parce que dans quelques heures il devra se rendre à l'école publique, comme tous les jours de la semaine, la conversation entre une ex-prostituée et son ex-protecteur invétérée dévie lentement d'un sujet de conversation classique a un plus intime...

    369

    Tout d'abord, Stefan osera demander avec timidité à sa vieille comparse de lui expliquer ce qu'il a bien pu lui arriver à ses yeux : une information que la blondinette n'avait jamais révélée, il lui semblait bien.

    369

    Une information que la jeune femme aurait préféré emporter dans la tombe, ou alors avouer à son fiancé, qui le lui aurait demandé, pourquoi pas...oui, Ana l'aurait tant apprécié, que son Jeffrey finisse par lui en demander plus. Qu'il s'intéresse suffisamment à elle pour vouloir être mis au courant de ce qui lui était arrivé pour qu'elle se retrouve, du jour au lendemain, aveugle.

    - Tu sais que Jeffrey ne me l'a jamais demandé..? Qu'elle laissait soudain échapper dans un sanglot, à son ami assis à ses côtés, une main tendrement posée sur son épaule - toi, toi, Stefan, tu me le demandes, mais lui...qu'elle continue, amère.

    - Ah...? Eh bien... Il a sans doute peur de l'entendre, tente de consoler Stefan, réalisant bien la douleur palpable de son amie, - peut-être qu'il préfèrerait que vous tourniez la page sur le passé, tout simplement... Et je suis désolé de t'avoir posé la question, moi. C'était peut-être trop. Excuse-moi, Ana..

    - Ne t'excuse pas! Je te remercie plutôt de t'intéresser tant à moi, à Pierre, je ne sais pas ce que l'on deviendrait sans toi.. Ça me fait du bien de te parler... merci d'être là, Stefan.. Soupire la jeune femme en frémissant aux caresses du pouce de son ami sur son épaule.

    - Raconte-moi alors.. Pour tes yeux... même s'il est un peu tard pour te demander ça,. J'aurais dû avoir plus de couilles à l'époque pour te protéger encore mieux du gang... Je suis tellement désolé, Ana...

    - Ne le sois pas, tu ne pouvais rien faire, tu le sais bien.. Dès que tu tentais quoique ce soit dans mon sens, tu manquais de te faire assassiner.

    - Certes, mais... enfin bref, si tu veux me raconter...

    - Oh, il n'y a rien d'exceptionnel à raconter. Disons que je les ai provoqués une fois de trop.. tente de le prendre avec ironie la jeune femme.

    - Hein....? Comment ça ?

    - Ils voulaient que je regarde. Tu sais bien que les parties à plusieurs était monnaie courante, Et....

    La blondinette s'interrompt pour déglutir péniblement. Ses yeux s'humidifient et ses lèvres esquissent une grimace.

    - Ana, ça va...? Si ça te fait trop mal de me raconter ça, c'est pas grave, hein..

    - Les parties à plusieurs étaient monnaie courante, reprend la jeune femme en inspirant un grand coup, - mais là je ne t'apprends rien. Seulement, tu sais aussi qu'il y avait Eva avec moi, et... enfin, tu vois quoi, je, je n'avais pas la force morale pour garder les yeux ouverts, alors..

    - Ne me dis pas que...

    - Je ne voulais pas voir, alors je n'avais pas besoin de mes yeux, si, apprend Ana dans un soupir semi-ironique, mais en serrant toutefois le drap du lit à l'aide de ses petites mains.

    - Mais Ana, je... s'horrifie brusquement Stefan avec désespoir et horreur, - putain de!!!

    - C'est le passé tout ça maintenant, et c'était un petit peu ma faute, ajoute Ana pour ne pas que son ami la plaigne ou se sente terriblement honteux, - je les avais provoqués, Stefan, et ils étaient en position de fo..

    - NON! Et je me hais, raaah, se relève d'un bond le jeune homme, reprenant très vite avec un douloureux sentiment couplant une profonde fureur et une infinie tristesse, tout en serrant les poings avec rage,

    369

    - Et moi je n'ai rien fait, j'ai joué les aveugles et j'ai laissé courir, alors que je m'en doutais, au fond! Mais merde, il fallait que tu me bottes un peu plus le cul!! J'aurais tenté le tout pour le tout, j'aurais pu, je me serais démerdé! J'aurai pu!

    - C'est le passé, Stefan! Rappelle vivement Ana dans un cri de colère, implorante, - et on ne revient pas sur le passé! Alors s'il te plait, rassies toi avec moi et oublions tout ça. JE VEUX OUBLIER LE PASSE! CETTE ANCIENNE VIE! JE NE VEUX QUE DU NEUF! qu'elle finit par crier d'une voix plus forte, moralement à bout. Nerveusement, à bout.

    369

    - Mais.. Mais... J'aurais pu tant faire, si... à l'air de persister Stefan dans son entêtement.

    369

    - Non, tu n'aurais pas pu l'empêcher, tu n'étais même pas sur Paris ce soir-là, Stef ! s'énerve de plus en plus la jeune femme, grommelant ensuite, - à la limite, tout ce que tu aurais pu faire c'est tenter de me venger, pour te faire ensuite abattre comme un vulgaire chien errant. Et ça, tu sais bien que je ne l'aurais pas supporté, alors je t'en prie, ne regrette rien!

    369

    - Pa-pardonne moi... revient alors s'asseoir Stefan aux côtés de son amie pour la supplier ensuite avec tristesse, l'air honteux, désespéré, - pardonne-moi.. Ana...

    369

    - Quelle bonne blague, toi, toi tu me demandes de te pardonner ? Toi.. Toi... Stefan...? Toi le seul qui a toujours été là pour moi, le seul à.. À t'être réellement soucié réellement de moi... Tss...

    - Je peux me débrouiller pour te faire opérer, Ana. Je suis certain que tu peux récupérer la vue. J'y mettrais le prix, mais je me débrouillerais pour...

    - Jeffrey me l'a déjà promis, ça... Mais merci encore Stefan.. J'en attendais pas moins de toi.. Mon ami, mon grand ami..

    369

    - Jeffrey? Tu parles bien de celui qu'on pourrait nommer le « poisson rouge des promesses »...?

    - Stefan...

    - Cela fait combien de temps qu'il t'a sorti des griffes du gang, Ana...? Cela fait combien de temps que cette promesse attend encore..? Tu comptes encore sur lui après qu'il t'ait prouvé à de nombreuses reprises qu'il était incapable de s'occuper d'une femme et de deux enfants...?

    - Je... Ce n'est pas très gentil ce que tu me dis là, Stefan...

    - Mais tellement réaliste... Alors, je t'en prie, laisse moi m'occuper de toi, laisse moi te faire opérer, laisse moi me racheter pour toutes ces fois où je n'ai pas été suffisamment présent et courageux pour te protéger... Laisse-moi être là pour toi... 

     

     

    *    *

    *

     

     

    369

    Quelques semaines plus tard Et sans que personne de son entourage ne soit mis au courant, Vanessa Beckers est à l'aéroport de Berlin pour embarquer à bord d'un jet privé pour une destination inconnue de tous, sauf de son agent.

    369

    Serait-ce la mode, en ce moment, de s'enfuir sans laisser d'adresse? Il semblerait bien, en effet... que de nombreux protagonistes de l'histoire choisissent la fuite définitive et fourbe comme moteur de départ pour commencer de nouvelles vies, tout en arrachant brutalement des pages noircies de leurs passés.

    Vanessa Beckers est plus sure d'elle que jamais. Elle n'a après tout plus rien qui pourrait éventuellement la retenir sur Berlin puisqu'aux dernières nouvelles, sa fille même, peut-être la dernière pour qui elle aurait pu rester dans cette sombre ville, semble avoir emménagé quelque part avec sa meilleure amie, la petite Paula.

    369

    Vanessa n'est même plus blessée du fait que sa fille ne se soit même plus tournée vers elle en perdant définitivement l'amour de sa vie. À croire qu'elle s'y attendait peut-être... son fils l'ayant renié à tout jamais, il était logique que sa fille finisse elle aussi, tôt ou tard, par le suivre aveuglément. Les jumeaux ne font rien l'un sans l'autre, après tout...

    Et c'est aussi pour cela que la mère de famille s'en va aujourd'hui de façon plutôt sereine. Elle abandonne ses enfants, certes, mais elle les sait malgré tout ensemble, tous les deux.

    Alors, elle s'autorise enfin à tout plaquer, pour commencer une nouvelle vie.

    369

    Vanessa Beckers meurt aujourd'hui.
    Ness, la chanteuse à succès, disparaît en ce jour.

    Dans cet aéroport Et par le décollage rapide d'un jet privé sera signée la fin d'une histoire.
    Le début d'une nouvelle.
    Helen Jones sera née... 


  • 370

     

    *     *
    *



    Les bonnes résolutions se prennent vite, mais ne se respectent malheureusement pas toujours. En effet, Paula qui s'était juré de ne jamais chercher à savoir ce que faisais désormais son ex-petit ami aux États-Unis, s'est retrouvé, un soir et alors que ses deux colocataires dormaient à poings fermés, à fouiller le net désespérément à la recherche de la moindre petite information sur la vie que menait son Wilfrid là-bas, de l'autre côté de l'océan..

    370

    Une recherche dont elle aurait dû s'abstenir, pour éviter de se faire une nouvelle fois briser le coeur, puisque dans les archives des sites de quelques magazines people elle pouvait découvrir que son guitariste avait aujourd'hui quelqu'un dans sa vie, et ce, depuis quelques semaines déjà...

    370

    Elle a l'air de s'appeler Shirley Malson.

    370

    Mais peu d'articles semblent traiter de leur histoire. Paula comprend pourquoi, après tout. Les TroubleMaker ne sont pas encore Lady Gaga et donc n'intéresse encore que très légèrement les médias. Elle devra donc se contenter de cette maigre information pour pleurer longuement, cette nuit...

    Les troublemaker donnait ce jour-là une représentation surprise dans un centre commercial pour se donner un coup de pouce, se faire un peu plus connaître de la population du coin, et après une après-midi à jouer gratuitement et discuter avec leurs « nouveaux fans », certains liens s'étaient créés...

    370

    De loin, et dans quelques people, qui s'intéressaient à toutes sortes de stars, les très célèbres ou les montantes sur lesquelles on replace difficilement des prénoms ou nom de groupe, l'on pouvait lire qu'au centre commercial « food-court » de Wilmington, un jeune groupe de musique avait donné une représentation gratuite, avant de discuter longuement « et plus si affinités? » avec les quelques personnes qui s'étaient arrêté les écouter. Des informations de plus maigres, n'est-ce pas, mais pour Paula, largement suffisantes. Rien que ces photos ; prises par un paparazzi curieux et voyeur ; où elle pouvait constater son ex-amour sur une moto en compagnie de la fameuse jeune fille, Shirley, lui en révélait plus qu'elle n'aurait jamais espéré.

    Elle le reconnaissait bien là, en plus. Et le fait que le sacripant se soit payé « ou loué ? », une moto, juste après son arrivée sur les terres américaines, ne la surprenait même pas. « Du Wilfrid tout craché.... »

    De loin, Paula n'en a pas donc appris tant que ça, et c'est peut-être mieux ainsi, finalement.

    Mais de près... la rencontre et l'instant séduction entre le musicien et sa « nouvelle fan », était tout ce qu'il y a de plus.. Original.

    En effet, la jeune femme s'était elle aussi arrêtée pour écouter quelques instants ce petit groupe amateur jouer dans son centre commercial fétiche, pour ensuite s'intéresser à leur petit stand où les jeunes TroubleMaker proposaient leurs albums à la vente.

    370

    Mais lorsque Wilfrid s'était décidé à se rapprocher d'elle avec son petit sourire de « branleur » et son « futal moule-bite plus vraiment à la mode », dixit ses propres mots, elle avait vite déchanté, envoyant radicalement bouler le guitariste, musicien, choqué, outré, de se faire ainsi traiter par une jeune femme.

    370

    Lui, lui, lui, Wilfrid, et pour la presque première fois de sa vie, on le repoussait ! On le critiquait ! On osait se moquer.. De sa tenue vestimentaire ! Qui était parfaite, en plus !

    Le musicien rageait et postillonnait à moitié sur son interlocutrice tandis qu'il lui rappelait que lorsqu'une blonde se teint en rousse, généralement, elle n'oublie pas de faire suivre ses sourcils, aussi ! Sinon cela pouvait avoir un rendu pathétique... Comme sur sa face!

    Raphaël avait du venir s'interposer entre son ami et leur propable nouvelle groupie. Il était mort de honte de l'attitude de son comparse et celui-ci l'envoyait aller se faire cuire un oeuf, soudainement aidé par sa « putasse-blodasse-rousse-délavée ».

    370

    « T'es mignon, mais tu sers un peu à rien », que la jeune femme osait devant le jeune Bauer, brusquement réduit au silence. « Mais qu'est-ce que c'est que cette meuf?! » songeait évidemment tous les TroubleMaker tout bas, assistant l'air perplexe à la bataille Wilfrid/Shirley, qui se transformait peu à peu en parade nuptiale.

    370

    Moins de dix minutes plus tard, le musicien et sa « groupie » s'éclipsaient du centre commercial pour s'installer sur la moto du guitariste. Les autres TroubleMaker n'en revenaient pas. Leur comparse les plantait là pour aller batifoler avec une folle, au lieu de les aider à ranger leurs instruments?! Du Wilfrid tout craché... 

    370

     

     

    *    *
    *

     

     

    370

    Ce soir, Silvia rentre à l'appartement qu'elle occupe depuis peu avec ses deux amies, Eva et Paula, en compagnie de son petit ami qu'elle tient absolument à présenter à ses comparses.

    370

    Folle amoureuse, elle se cramponne à son homme comme si ça vie en dépendait et pénètre ainsi dans le salon, devant ses deux « bests », en leurs piaillant un vif et enthousiaste,

    370

    - Youhou les filles, j'ai quelqu'un à vous présenter!

    370

    Une annonce qui fait soudainement l'effet d'une bombe dans la pièce tout entière... : en effet, la jeune Beckers n'a pas été frappée d'amnésie totale récemment et donc... elle se souvient parfaitement de la bouille de son jeune cousin de sang, Gustav Foster, dès que celui-ci a enfin tourné la tête dans sa direction,

    370

    - GUS?! Qu'elle sursaute donc immédiatement, plus que choquée.

    - Uhuh... Gustav! se contente de faire Paula sur son fauteuil, levant toutefois un sourcil suspicieux, voire amusé, ironique. Elle aussi a bien recon

    370

    - Haha, coucou Eva, salut Paula, fait simplement la seule présence masculine de la pièce, l'air honteux, gêné.

    370

    - Euh, vous vous connaissez? S'interloque immédiatement la pauvre Silvia en tombant des nues, - Gné, gné, gnéééé?

    370

    - C'est juste mon petit cousin de QUATORZE ans que tu tripotes là, boude Eva en fusillant son amie du regard, n'appréciant pas du tout qu'on touche à son petit Gus, un enfant, à ses yeux protecteurs,

    - Seize ans, Eva, seize... la corrige très vite le jeune châtain clair en haussant les épaules.

    - Gné, déjà seize?! Se reprend la brunette, surprise.

    - C'est moi où il a vachement poussé depuis la dernière fois où on l'a vu? Intervient Paula dans la conversation avec amusement, - putain, j'ai l'impression que c'était hier qu'il faisait le crapaud sur la balançoire de ton ex-résidence!

    - Gus..? Fait d'un air sceptique Silvia en direction de son petit ami, - je, je.. Je ne comprends pas tout, là...! Tu as seize ans maintenant?!

    - Eh bah...

    370

    Oui, c'est bien un long moment de solitude qui va dégringoler soudain dans la pièce, oui.

    - C'est trois ans de moins que ce que tu m'avais dis...

    - Tu vas nous chier une pendule pour ça ? 

    - Non, mais bon...

    370

    - Et sinon, vous vous êtes rencontrés comment? Fais de nouveau Paula pour s'incruster, - le monde est petit, je trouve!

    - Trop... fulmine dans son coin Eva en envoyant rôtir en enfer son jeune cousin.

    - Allez Gustinou et Si-Sil, racontez-nous votre première rencontre! Reprend Paula avec amusement, plus joyeuse et taquine que jamais.

    - He ben c'est à dire que... commence alors timidement Silvia. 


  • 371

     *    *

    *

     

     

    371

    Ce soir, c'est en petit comité que les jumeaux Beckers célèbrent l'anniversaire de leurs vingt ans.

    371

    Ils sont en compagnie de leur vieille comparse Paula Et du couple improbable -comme ils le désignent tous maintenant-, Silvia et Gustav.

    371

    Il s'en est passé des choses, pour ces jeunes gens, au cours de cette longue et tumultueuse année, oh que oui... et tous ici le réalisent, chacun à leur façon, et avec beaucoup d'émotion, cette nuit.

    371

    Qui de ces jeunes gens n'a pas vécu le pire et le meilleur au cours de ces derniers mois..?

    371

    Jeffrey tout d'abord, qui semblerait à première vue avoir eu un lot d'aventures plus important que ses camarades. Quoique...

    Souvenons-nous aussi de Paula et de son idylle avec Wilfrid ; jolie idylle devenue ensuite enfer suite à une malencontreuse bévue.

    Ou encore d'Eva et de son histoire irréprochable au début, perturbée ensuite, puis totalement éradiquée sur la fin... L'histoire indestructible qui a volé en éclats Et surprit tout le monde. La fin des « Roméo et Juliette », le couple fusionnel et envié de tous.

    Gustav, pour qui la vie souriait et qui ne se souciait que des dernières sorties de jeux vidéo a finalement fini par assister à la fuite de sa mère avec son premier amour, laissant derrière un ex-époux qui plonge dans une profonde dépression. Le jeune adolescent a grandi plus vite que la normale, en effet. Lorsqu'à quinze ans on doit ramasser tout les soirs que dieu fait, en sortant de l'école, la gerbe et les excréments d'un père devenu alcoolique, dépressif, et violent, ça fait mûrir, croyez-le..

    371

    Alors, Gustav s'est forgé une carapace avec le temps. Refusant de faire comprendre à sa mère l'horreur qu'était devenu la vie des deux hommes qu'elle avait abandonné, pour la préserver, surtout, il s'est décidé à tout encaisser et devenir un adulte plus vite que prévu... L'adolescent n'a jamais été du genre à larmoyer auprès des grands pour obtenir une quelconque aide dès que quelque chose allait mal dans sa vie, non, bien au contraire...

     

    There is a place for us - Carrie Underwood ♪

     

    371

    Ce soir c'est donc l'anniversaire des jumeaux que ces jeunes gens souvent brisés par la vie fêtent, mais aussi leur propre célébration du fait qu'ils soient tous encore là... Encore vivants. Que malgré tout ce qu'ils peuvent être, faire, doivent endurer et devront encore subir, ils n'oublieront jamais qu'il existe encore un endroit pour eux.. Qu'ils ne seront jamais seuls Et abandonnés. Qu'ils ne baisseront jamais les bras, peu importe les difficultés de la vie! Parce que quelque part, il existera toujours quelqu'un qui leur tendra la main... toujours.

    371

    371

    371

    371

    371

    371

    371

    371