• 274

    274

    — Je, je... Tu es un cas! commence à lui bafouiller de timidité et gêne la jeune fille, avant de se laisser finalement aller en lui caressant délicatement le visage de sa main libre -l'autre lui servant a l'agripper par le cou-, avant de l'embrasser le plus tendrement du monde.

    274

    Un baiser qui se verra long, tendre, et terriblement langoureux. Unissant à nouveau ces deux âmes qui s'aiment désespérément et à la folie.

    274

    Un doux moment qui certes semble magique, mais aussi tout d'un coup très surveillé....

     

     

    *

     

     

    274

    Par un jeune blond, accompagné d'une jeune fille, qui s'est pressé ici pour venir chercher sa petite amie le plus vite possible. Il a bien deux heures d'avance et pensait que cela ferait terriblement plaisir à sa compagne. Qu'il ait fui comme un malfrat de son studio d'enregistrement, pour ses beaux yeux, faisant pour cette raison râler tous ses comparses musiciens.

    274

    Quelle ironie. Pour elle, il plante tout.... Alors qu'elle, alors qu' elle... Voilà qu'il la surprend aujourd'hui en train d'embrasser son éternel rival, à travers la fenêtre de celui-ci.

    Assistant elle aussi à la scène d'un air gêné, Paula lui tapote amicalement sur l'épaule,

    — Je, je.. Je suis sure qu'il y a là une explication. Peut-être qu'il la soulève simplement pour l'asseoir sur une chaise hein!! Alors, ne t'en fais pas, qu'elle termine dans un balbutiement gêné, — tu sais qu'elle t'aime énormément, Terry...

    — Je retourne en studio avec les gars, fait simplement le blond avec désinvolture, je reviendrai la chercher comme prévu, en fin de matinée. Je te laisse Paula. Bye! Et si tu vas la voir toute seule, ne lui dis surtout pas ce qu'on a vu! On s'en fout, ce n'est pas important, alors ne fais pas de vagues! Merci!

    274

    Et sur ce, il tourne étrangement vite les talons et cela étonne terriblement, voire perturbe affreusement, son interlocutrice et amie. Comment un homme peut-il réagir de façon si saine au fait que sa petite amie le trompe?! La jeune fille en reste perplexe. Il y a anguille sous roche ...

    274

    Et en effet ! Parce que le jeune bassiste de nouveau trompé, humilié, par sa compagne, n'a pas vraiment l'intention de prendre tout cela à la rigolade. Seulement, il est bien trop intelligent pour se ruer chez son rival afin de hurler, voire se battre tel un primate sans éducation avec lui. Il est au dessus de ça. 

    274

    La vengeance est un plat qui se mange froid... Et pour qu'elle soit délicieusement dégustée, il faut surprendre son traitre avec intelligence, avant de le mettre plus bas que terre. 

     

     

    *

     

     

    274

    Il va bientôt être midi et Jeffrey est encore et une nouvelle fois, au Blue's.

    Dans ce nightclub désormais ouvert 24h/24 et dont il a souvent été, en début d'année, un grand habitué, avec sa soeur jumelle.

    Le bon vieux temps... qu'il songe très vite, l'esprit ailleurs, avalant d'une traite une bière. À cette époque, tout était si simple... Lui et sa soeur n'étaient que de simples adolescents comme l'on en croise tous les jours. Des jeunes. De simples ados insousciants et heureux qui faisaient la fête toute la nuit, profitant de la tournée musicale -et donc de la constante absence- de leurs parents, avant de filer en cours, la tête enfarinée.

    274

    Eh oui, tout cela était en effet, le bon vieux temps... Et il semble si loin aujourd'hui. Car il s'est déroulé trop d'évènements marquants durant tous ces mois. Trop. Jeffrey se sent désormais tellement un autre.. Avec douleur. Parce qu'il donnerait aujourd'hui tout pour redevenir le lycéen passionné de basket qui filait a son entrainement tout les jours après les cours. Fricotant au passage avec de jolies jeunes filles de son âge.

    274

    — Hey!!! le fait brusquement sursauter une voix rauque, mais féminine, pour le sortir soudain de ses rêveries. Il grogne très vite, et en retour, un simple et évasif "- Humpf?! Grmblblblblbl...." , tout en se retournant vers celle qui semble être son interlocutrice



  • 275

    275

    — Je te connais, toi ! Tu es, Jeffrey, n'est-ce pas ?! qu'elle lui fait de nouveau , l'air sceptique, mais cependant plutôt convaincu.

    275

    — Euh, oui, mais toi...? réagit avec honneteté Jeffrey devant ce visage que lui ne reconnait absolument pas. Une camarade de lycée?! Un minois qu'il a pourtant l'impression de ne jamais avoir vu de sa vie...

     

    — Tu ne me connais pas, ne cherche pas ! Je suis, enfin j'étais, une collègue à... Ana, reprend la femme d'une voix plus discrète, comme si elle venait de révéler là un grand mystère, mais moi je te connais ! qu'elle poursuit, souriante, on se connait toutes, dans le métier, et aucune d'entre nous n'ignore la jolie histoire des Bonny & Clyde des Temps modernes ! Votre aventure fait rêver, tu sais !!! Et moi je t'ai vu de loin un soir ou tu venais la chercher héroiquement dans sa rue, ahhhh ! Rien que d'y repenser, j'en ai des frissons dans tout le corps !!

    275

    — De toute manière, c'est fini entre nous... balance Jeffrey avec désintérêt, — mais c'est cool qu'on ait animé vos conversations de filles, qu'il ajoute, presque blasé. voire moqueur. — les Bonny & Clyde des Temps modernes ? quelle bonne blague... quand l'on voit aujourd'hui où est-ce que tout cela nous a menés...

    — Ana n'est plus avec toi ? Mais où est-elle en ce moment, alors ? ne se laisse pas démonter la prostituée blonde, sceptique.

    — J'en sais rien ! s'agace jeffrey en se relevant de son tabouret pour tituber une fois debout ; il a apparemment bu plus qu'il ne le pensait !

    — En tout cas, elle n'est pas revenue sur Berlin.. Ça, j'en suis certaine. On est quelques-unes a avoir gardé discrètement contact avec elle, et ..

    275

    — Gné, vous lui avez parlé récemment ? s'intéresse soudain jeffrey : viendrait-il de trouver brusquement le moyen de remonter jusqu'a son Ana ? L'espoir renait lentement ...

    — Moi, il y a quelques jours, oui ! Mais elle ne m'a rien dit à votre sujet, si c'est ce que tu veux me demander ... Je suis désolée.

    275

    — Ok, lâche brutalement Jeffrey avec colère ; il en a assez entendu ... Il en a marre de réaliser, comprendre. Son ex-fiancée l'ignore totalement, lui, tandis qu'elle garde contact avec ses vieilles collègues. Il en déglutit de dépit et douleur.

    Il ne pouvait décidément pas avoir plus mal qu'après une telle révélation, finalement.. Un nouveau coup au coeur. Il en peut plus, décidément. Cette femme l'use à petit feu et il commence à hésiter. Douter. Douter de ses sentiments...

    — Hey, mais attends ! l'arrête la prostituée blonde tandis qu'il titube vers la sortie, s'appuyant contre le mur le plus proche pour se maintenir debout, — donne-moi tes contacts. Je lui parlerai de toi et je te ferais signe pour te donner de ses nouvelles.

    — Non merci, c'est bon, reste borné jeffrey, le coeur gros et une boule dans la gorge, — je ne veux plus la voir. Qu'elle crève.

    275

    — Donne-moi tes contacts quand même, ça mange pas de pain, est apparemment aussi têtue que lui son interlocutrice, — et ne lui en veux pas, surtout. Je pense qu'elle est mal en ce moment et qu'elle erre quelque part là où vous avez fui, de la même façon que toi tu erres dans ce bar.

    — 06.12.85.64.98, balance d'une traite Jeffrey avec nonchalance, désormais tellement agacé de partager une telle conversation. Il accélère le pas vers la sortie et ne prononce rien d'autre à celle qui ne cherche pourtant qu'à l'aider. Parce qu'il n'y croit plus... Parce que l'espoir, après avoir refait surface un bref instant, vient de s'éteindre à nouveau...

    Désormais il le sait. Désormais il en est persuadé.

    Il n'y a pas, il n'y a plus, de Jeff & Ana ...

     

     

    *

      

     

    275

    Ce jour-là, Paula a fait un choix.

    Peut-être pas le meilleur... Mais à ce moment-là son plus réfléchi.

    275

    Constatant ce flagrant manque de respect envers ce pauvre Terry, elle se sentait bien évidemment obligée de choisir le camp du concerné. Décider de retrousser chemin. Au lieu de s'en aller retrouver son ex-meilleure amie pour prendre le risque de lui révéler qu'elle avait été surprise en train de fricoter, pour la énième fois au moins, avec son Raphaël.

    275

    Un choix. C'était un choix très simple, qu'elle avait fait là, cette pauvre jeune fille. Un choix très simple, pas bien méchant, et qui ne devait finalement porter préjudice à personne...

    275

    Si seulement elle avait su...

    275