• 021

    021

     

    Impossible de trouver le sommeil en cette froide nuit d’automne. Et pourtant, elle a essayé, allant même jusqu’à compter ces maudits moutons !  

    D’ailleurs, il faudrait enfermer les grand-mères qui osent dire a leurs petits-enfants que cette méthode permet l’endormissement ! car il n’y a rien de plus mensonger ! Ces maudits moutons vous énervent, vous agacent, tellement que vous en arrivez à les imaginer dans une boucherie… !

     — Un mouton égorgé.. Deux moutons égorgés… Tu ne trouves pas Teddy ? demande l’adolescente en pyjama à sa peluche rose. 

     

    021

     

    — Oui je sais.. Tu me trouves pitoyable hein ?.. Allez avoues le ! Pas la peine de faire ta petite tête rose des beaux jours hein… 

    — Je sais que c’est moi qui ai tort, oui oui ! Arrête de me le rabâcher… Qu’est-ce qui m’a prit seigneur, mais qu’est-ce qui m’a prit ? Je suis sûre qu’il pense même plus à moi à l’heure qu’il est !! …

     

    Elle laisse échapper un long soupir avant de reprendre, l’air inquiet 

    — Tu penses qu’il m’a oublié ?

     

    Elle attend quelques secondes, puis poursuit,

    — Mais pourquoi est-ce qu’il ne vient pas ?? Il en a les moyens !! Je suis sûre qu’il peut demander a quelqu’un de lui apprendre le truc des voyages bleus. Donc s’il le voulait, il pourrait venir.

     

    Elle soupire à nouveau.

     — Oui je sais. Il est fier et il préférerait crever plutôt que de revenir vers moi. 

     

    021

     

    — Je vais devenir dingue… Je n’arrête pas de me demander ce qu’il fait en ce moment même, avec qui, et pourquoi… D’ailleurs, là il fait jour sur Eternia non ? Alors il s’entraîne.. Avec qui tu penses ? Cloud ? L’autre crétin de Ryo ? Ou le petit Naruto ? Voir peut-être Seto !

     

    Elle soupire à nouveau en réalisant qu’elle n’arrête pas de penser à la caserne, a eux, a lui, et plus du tout n’a sa vie ici....

     

    — Est-ce que ça serait une bonne idée que je fasse ce que m’a proposé mamie... Mais j’ai terriblement peur de l’accueil qu’il pourrait me faire…

     

    Encore une fois, elle soupire, lève les yeux au ciel, regarde autour d’elle, analyse cette chambre qu’elle connait par cœur, maugrée dans sa barbe, elle a beau tourner la tête a droite à gauche, observer chaque centimètre qui l’entoure, il n’y a plus aucun renouveau ici..

     

    Tandis que là-bas, tout était découverte, frissons ; et amour....

     

    « Amour »…

     

    021

     

    Le lendemain, et après une journée difficile, parce qu’elle n’a pas fermé l’œil de la nuit, et parce qu’elle a eu des cours pénibles, Caroline traine sa carcasse chez les Daemon… 

     

    — Bonjour Evy !! s’exclame-t-elle en voyant la jeune femme s’occuper de son jardin, ou plutôt de son pommier.. Non, oranger. Non, citronnier ! Oh zut !

     Elle n’a jamais été douée pour reconnaître ces fichus arbres tant qu’ils n’affichent pas leurs fièrement leurs fruits..

     

    — Salut Caroline !! Répond aussitôt Evy. — Tu as vu sa tête ? Il vit mal l’arrivée de l’hiver, il est tout malade !

      — Tu veux un coup de main ? propose l’adolescente en se rapprochant. 

    — Non merci, j’ai presque fini ! Là je le taille pour qu’il se la pète auprès de ses amis en disant que c’est lui le plus beau !

     — C’est Maxime réincarné en arbre alors !! Pouffe Caroline.

     — Oui !! rit Evy à son tour.

     

    021

     

    — On est méchantes quand même ! Constate Evy. — S’il nous entendait, il râlerait comme un vieux pou ! 

     —  Il dirait « pfffft » « n’importe nawak », sourit la jeune fille, attendrie. Rien que le fait de parler de lui la fait rougir et sourire bêtement… 

      —  Aaron, il est revenu poser son sac après les cours, mais il est reparti aussi sec, si c’est lui que tu venais voir ! Annonce soudain Evy. 

     — Non c’est pas lui que je venais voir… En fait c’est toi que je cherchai.. Dit timidement l’adolescente, un peu gênée.

     —Ah, je crois savoir pourquoi alors. répond Evy avec un clin d’œil.

     

    021

     

    — Comment ça ? demande la jeune fille, un peu surprise.

     — Moi aussi à l’époque j’aurais pu remuer ciel et terre pour le rejoindre !! Alors c’est tout naturel que tu viennes me voir aujourd’hui pour me demander de t’apprendre GunRoZis. Répond-elle les yeux brillants, qui laissent refléter les souvenirs d’une femme amoureuse...

     

    L’adolescente se gratte la tête, embêtée d’avoir été si facilement percée à jour.

     Embêtée, mais tout de même satisfaite, car le fait qu’Evy ait tout découvert toute seule est un gain de temps précieux !

     

    — Alors tu veux bien m’apprendre ? demande enfin la jeune fille, en plongeant son regard sur pelouse pour cacher sa gêne.

     — Évidemment ! Par contre il faut que tu saches que les invocations c’est assez délicat à maîtriser, et ça ne s’apprend pas en claquant des doigts, comme leur téléportation ! Je suis verte de voir avec quelle facilité Aaron a appris a se téléporter ! Quand je sais que moi, j’ai mis des jours et des jours à apprendre GunRoZis… C’est injuste ! se plaint-elle en riant.

     

    021

     

    — D’abord, poursuit Evy en faisant volte-face sur elle-même pour se tourner vers la jeune fille, il faut que tu saches que GunRoZis est très pratique, mais tu n’en abuseras pas.

     — Oui, promis !

     — Tu n’ouvriras pas les portes avec par flemme par exemple ! Ni n’éteindra le micro-ondes avec ! OK ? Préviens Evy.

     — On peut faire tout ça avec ce truc ? s’étonne Caroline.

     — Oui ! GunRoZis est une invocation de maîtrise de pensées. Donc logiquement, tu pourrais presque tout faire avec… Ta seule limite est ta capacité a maîtriser tes pensées, c’est tout.

     — Mais c’est géééééénial !!! s’exclame la jeune fille.

     — Tutututu..  Qu’est-ce que je t’ai dit il y a deux minutes ? sermonne Evy

     —Je n’en abuserai pas ! Promis ! Promis ! se reprend l’adolescente. Apprends moi ! Apprends moi !! S’il-te plaît Evy !!

     

    021

     

    — Mais je te l’ai déjà appris.... Répond Evy avec un sourire.

     — Pardon ? s’étonne l’adolescente en essayant de comprendre ce qu’elle débite.

     — Je t’ai dit que GunRoZis est une invocation de maîtrise de pensées… Maintenant c’est à toi de travailler cette maîtrise, c’est tout.

     — M.. Mais comment ? Balbutie Caroline, complètement perdue.  

    — Nous a l’époque, on fixait une porte, et on se concentrait, en essayant de maîtriser nos pensées, pour la faire s’ouvrir seule, sachant qu’elle était cadenassée !! Poursuit Evy. Ensuite, on s’est entraînés a essayer de faire bouger des tasses, des verres.. Puis ensuite on a cherché à allumer et éteindre les lumières…

     — M.. Mais c’est long alors ? Soupire Caroline, l’air abattu par ces révélations…

     

    Elle ne s’attendait pas à ce que cet apprentissage lui prenne des jours et des jours…

     

    021

     

    — C’est plus ou moins long selon la persévérance et le temps investi…

     — Emmène-moi s’il te plaît !!!! Lâche brusquement Caroline. 

    — P.. Pardon ? Non Caro. Non. On ne peut pas passer sa vie a demander aux gens.. Ne deviens pas une assistée et débrouille-toi par toi même. On a tous réussi à maîtriser GunRoZis, et même les plus nuls y sont parvenus.. Evy a une affectueuse pensée pour son ami Logan en esquissant un sourire amusé.

     

    L’adolescente soupire, l’air abattu. Elle n’y arrivera jamais, c’est sûr…

     

     — Oui c’est sûr, avec un comportement pareil, tu ne la maîtriseras jamais cette incantation, lance Evy avec sérieux. — Les cartes sont entre tes mains, soit tu te réveilles et te sors les doigts des fesses, soit tu ne fais rien et passe ta vie à demander des services aux uns et aux autres. 

     

    021

     

    — À méditer. Termine Evy en s’éloignant pour rentrer chez elle. — Il va grêler, j’ai senti un truc me tomber sur la tête ! Maudit temps de chien… Et dire que ce n’est que le début !

     

    Et en effet, à croire qu’elle est devin, car peu après son départ, il se met à grêler sur l’adolescente, toujours immobile devant son oranger.. 

    Elle est interloquée par les dernières paroles d’Evy à son égard.

    « elle passe sa vie à demander des services aux uns et aux autres… »

     

     — AIIIIIIIIIIIEEE !! Crie-t-elle soudain, après qu’un méchant grêlon soit venu s’écraser sur sa petite tête...

     

     Décidément, même la nature est contre elle !! songe-t-elle furieuse, en se protégeant le crâne et en s’élançant au triple galop pour rentrer chez elle.

     Elle va leur montrer à tous qu’elle n’est pas assistée !! Elle la maîtrisera cette invocation de pacotille !! Elle se le jure !!  

    Et après, elle le retrouvera… À cette idée, elle se sent soudain forte et motivée pour apprendre le plus vite possible cette ridicule petite incantation !!!

     

    021

     

    Le lendemain, après ses cours, la jeune Caroline met tout en œuvre pour que l’humiliation qu’elle a subie la veille ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

     Pour cela, elle s’entraîne intensément afin de maîtriser GunRoZis.

     

    021

     

    — Bouge maudit portable !!! s’énerve la jeune fille en tapant furieusement du pied. — BOUGE !! Puréééééé MAMIE je te l’avais dit que NOKIA c’était de la MEEEEEERDE !!!

    — Oh jeune fille, on se calme tout de suite. Lance Sally, de sa chambre, où elle est en train de relire pour la énième fois son roman favori.. Chose difficile avec sa petite fille qui beugle juste derrière la cloison…

     — Je veux qu’il bouge !! GunRoZis !! Je veux qu’il bouge !! Bouge !! Aller bouge !!!

     

    Mais vu que ce maudit téléphone portable ne semble pas très coopératif, elle se tourne brusquement vers un autre objet…

     — TOI !! Lampe de bureau !! GUNROZIIIIIIIIIIIIIIIIS !!!!!! 

     

    021

     

    Puis, au bout de quelques minutes d’efforts vains, elle s’assoit à même le sol en marmonnant que les invocations, ce ne sont que des foutaises…

     

    — Heeeey toi !! Lance soudain une voix qu’elle reconnait.

     — Salut Aaron. Répond aussitôt la jeune fille sans se retourner.

     — Qu’est-ce que tu fais assise par terre ? Tu astiques le sol avec tes fesses ? pouffe celui-ci.

     — Arrête ! Ce n’est pas le moment… Je ne suis pas d’humeur !!! 

     — Ah.. Et pourquoi ça ? s’étonne l’adolescent en se rapprochant de son amie.

     

    021

     

    — La magie ça n’existe pas Aaron..

     — Comment tu peux oser dire une chose pareille devant moi ? Demande celui-ci. 

    — Pour les humains, je veux dire… Toi tu es un gars de là-bas… Alors oui, tu es né avec de la magie et tu claques des doigts pour te téléporter d’un endroit à un autre… 

     — Ma mère est humaine et invocatrice, hein… rappelle l’adolescent.

      — Bah c’est moi qui suis nulle alors…  

    — Ne t’es pas nulle, mais tu es trop pressée non ? Ma mère m’a dit que ce truc, ça s’apprend en plusieurs jours d’entraînement.. Lui fait-il en s’allongeant derrière elle.

     — Certes.. souffle l’adolescente

     

    021

     

    — Tu veux que je t’emmène ? propose-t-il gentiment.

     — Pour que vous pensiez que je ne suis bonne qu’a demander aux uns et aux autres, non merci..

     — Euh.. Pardon ? s’étonne Aaron.

     — C’est Evy qui l’a dit ! Et c’est vrai....

     — Bah non.. Enfin si.. Mais avoir des amis ça sert à ça non ? Rassure l’adolescent. Allez, lève-toi et je t’emmène sur Eternia, d’ac' ?

     — Non ! je veux apprendre tout seule. S’entête la jeune fille. 

    — Maman elle dit que cette invocation peut prendre de nombreux jours avant d’être maîtrisée, donc si ça se trouve dans plus d’un mois tu y es encore, et d’ici là… Max t’aura peut-être déjà remplacée....

     

    Un silence glacial tombe soudain dans la pièce…

     

    Il a raison…

     — Alors ? Redemande Aaron, après avoir laissé quelques minutes de vide.. 

     

    021

     

    — Je ne sais pas !! Rétorque la jeune fille en croisant ses jambes, puis en les triturant de stress. Je ne sais pas !! Ça m’énerve !! Je ne sais pas !!! J’ai envie, mais je ne sais pas !! 

    — C’est ballot ça.. Se moque-t-il. 

    — Chut toi !! Déjà, ce n’est pas à moi d’aller vers lui !! 

    — Mais tu en meurs d’envie ! complète Aaron. 

    — Oui !! Mais ce n’est pas à moi.. Enfin si, parce que j’ai été dégueulasse.. Mais ce n’est pas à moi.. Enfin si.. Elle s’interrompt pour chercher ses mots et se demander si elle n’est pas en train de devenir complètement folle. 

    — On y va alors ? Relance Aaron. Je te jette devant la caserne et je me casse, ça roule ? 

    — Le meilleur moyen de résister à la tentation, c’est d’y céder… Soupire la jeune fille en relevant sa carcasse blasée..

     — Je te dépose et reviens te chercher dans deux heures, ça te va ? Propose gentiment Aaron.

     — D’accord… merci encore. Pfiouuu, qu’est-ce que je ferai sans toi...

     — Pas grand-chose !!! se moque immédiatement celui-ci.

    — Gnagnagna !!! rétorque-t-elle en souriant et en le tapotant du pied, vu qu’il est toujours allongé comme une vieille loque.. Allez, debout pépé !!!

     

    Il rit et se lève en s’époussetant les fesses.

     

    021

     

    Peu après, les deux jeunes adolescents sont sur Eternia, devant la petite caserne jaune…

     

    — Regarde !! Regarde Aaron !! s’exclame soudain Caroline, apparemment tout heureuse et enjouée. Là-bas sur le lit tu vois Naruto !!! Il dort apparemment !! Il est quelle heure ici ?? Purée il doit être tard !! Oh la la, tu crois qu’il dort lui ?? 

    — Je n’en sais rien. Sourit Aaron, surprit de voir à quelle vitesse elle a pu retrouver le sourire… — Je reviens dans deux heures alors.. Sois sage. Poursuit-il avec un clin d’œil, avant de se retéléporter à nouveau.

     

    Elle lui balbutie un rapide merci, accompagné d’un large sourire affectueux, car sans lui, elle ne serait certainement pas ici ce soir… 

     

    021

     

    Désormais seule dans la nuit noire, elle se hâte vers l’entrée de la maisonnée.

     

    Elle ne sait pas comment elle va être accueillie ; avec un sourire ou un mépris profond ?

    Mais une chose est sûre, elle veut le revoir, lui, son visage, ses yeux…

    Lui… Lui tout simplement..

     

    Maintenant arrivée devant la porte vitrée, elle sent cœur s’arrêter net et le cherche timidement du regard… 

     

    Il est là !! Il est là !!

    Toujours aussi beau, toujours aussi roux, toujours aussi..

     

    Toujours aussi lui !!

     

    N’osant pas entrer, elle place ses mains, paumes ouvertes, sur la porte vitrée, en le fixant avec des yeux plus amoureux que jamais..

    Il va la remarquer… Oui, qu’il la remarque, vite..

     

    Et qu’il lui pardonne…

     

    Envisageant la possibilité qu’il la rejette totalement, ce qui serait compréhensible après sa « fuite », elle sent soudain sa gorge se nouer et ses jambes se dérober…

     

    Et si elle avait fait tout ça pour rien ?...

     Et si elle l’avait définitivement perdu ?

     

    021

     

    Soudain, la tête de maxime pivote sur sa gauche et se fixe devant le spectacle que lui offrent ses yeux…

     

    Elle voudrait lui hurler pardon. 

    Lui hurler qu’elle l’aime plus que tout au monde.. 

     

    Mais aucun son n’arrive à sortir de ses entrailles tourmentées…

     

    Il se lève, vient vers elle.

     

    Son cœur va exploser… Est-ce qu’il va l’insulter ? Hurler ? La rejeter?.. 

     

     Il pose la main sur la poignée de la porte et l’ouvre…


  • 022

     

     

    Musique

     

    Il s’avance dans sa direction, en silence.

     

    Caroline sent ses jambes se dérober sous ses pieds, mitigée entre l’envie de lui sauter dans les bras pour l’embrasser et celle de fondre en larmes…

    – M.. Max... réussit-elle a murmurer, en bafouillant à moitié.

     

    Il s’avance encore… un pas de plus.. Puis encore un autre..

    Lentement, il tend un bras dans sa direction…

     

    022

    – M...Max...J.. Je t’aime.... P.. Pardon… Murmure-t-elle à nouveau, les yeux humides et emplis de détresse.

     

    Il ne répond rien et rapproche simplement son visage du sien pour s’emparer doucement de ses lèvres..

    Surprise et émue, elle lui passe délicatement les mains dans le dos pour le ramener encore plus vers elle..

     

    022

     

    Les baisers s’intensifient au fil des secondes, des minutes…

    Intenses et doux… Ce qui étonne la jeune fille, car Maxime est d’habitude tout sauf délicat et tendre…

    Aurait-il changé ?

     

    — Ne me laisse plus jamais… Plus jamais. Murmure-t-il en se décollant légèrement de la jeune fille.

    — Aaron revient me chercher dans deux heures… C'est grâce a lui que je suis là.. Je voulais apprendre la téléportation tu sais, mais je n’ai pas réussi..  

    — Non, ne repars pas avec Aaron. Reste ici avec moi !!! Rétorque Maxime, apparemment très sûr de lui.

    — M...Max... Mamie va s’inquiéter… Ensuite elle va appeler ton père, qui va venir me chercher de force…

    — Je sais me téléporter. Je peux te ramener quand je le désire.

    — C’est vrai ? s’étonne l’adolescente.

     

    Il sait se téléporter, mais il n’est pas venu la voir sur terre ! songe-t-elle un peu déçue..

     — Oui c’est vrai. Se contente-t-il de répondre. — Et sinon, qu’as-tu fait sur terre entre temps ? demande-t-il ensuite en souriant.

     

    — Pas grand-chose… répond Caroline en laissant échapper un long soupir qui en dit long. — J’ai pensé à toi.. Et j’ai encore pensé à toi… j’ai aussi un peu pleuré Natasha… 

    — Hein ? souffle-t-il en esquissant une étrange grimace. 

    — On l’a enterrée il y a deux jours Max... Elle s’est suicidée…

     

    Il se raidit et écarquille les yeux ; il semble surprit.

    — Je ne savais pas… C’est bête pour ses proches.. Se contente-t-il de souffler en souriant.

    — Elle a été violée..Un salaud lui a fait ça Max... Y’a vraiment des…

    — Des salauds ! la coupe-t-il brusquement, — mais on s’en fout, Natasha c’est Natasha, et nous c’est nous.  

    — O.. Oui c’est sûr… bafouille-t-elle, un peu perturbée par son attitude désinvolte alors que la défunte Natasha était tout de même une amie a lui…

    — On rentre ? demande-t-il tranquillement. Il fait un peu froid et moi je suis presque à poils ! 

    — M...Mais Aaron…

    — On s’en fout d’Aaron !! Tu restes avec moi, c’est tout !! Personne ne pourra venir t’enlever à moi, sinon je le bute. Rétorque-t-il d’une voix calme et glaciale. — Que ce soit Aaron, mon père, ou Seto… personne ne pourra aller contre ma volonté… personne…

     

    Il lui prend la main et l’attire doucement à l’intérieur, avec lui.

    Elle est heureuse, émue par toutes ces démonstrations d’affection…

    Mais ce bonheur est tout de même diminué par une sorte de crainte…

    Une sorte de mauvais pressentiment… sa possessivité ne semble-t-elle pas avoir décuplé ?

     

    022

     

    Quelques minutes plus tard, Maxime a « recollé » les deux lits voisins pour en refaire un lit double.. Pour lui et sa petite amie. Il est cependant étonné de la voir immobile, plantée devant la porte vitrée…

     

    — Viens te coucher, demain on se lève tôt.. Murmure-t-il en se rapprochant d’elle.

    — J’attendais Aaron.. lui renvoie Caroline, en se tournant vers lui.

     

    Elle a l’air inquiète et elle se soucie beaucoup de son petit frère.. Pense Maxime vexé. 

     

    — Mais on s’en fout d’Aaron.. Tu es ici avec moi maintenant, alors tout le reste n’a plus d’importance.. Affirme t-il doucement.

    — Moui Max, mais quand même.. Quand on dit, rendez-vous dans deux heures à quelqu’un.. Le moindre des choses, et bien c’est d’être ponctuel.. Répond-elle en haussant les épaules.

    — On va se coucher, Aaron te verra dormir et il repartira en comprenant que tu restes ici.. Ce n’est pas plus compliqué que ça.. Sourit-il en se rapprochant pour lui déposer un baiser sur le front.

     

    Après tout… c’est vrai qu’il a raison.. Ils sont ensemble, heureux, et amoureux.. Alors pourquoi se prendraient-ils la tête pour des futilités ?...Songe la jeune fille en le suivant vers le lit, où ils se glissent, pour rejoindre, ensemble, les doux bras de morphée..

     

    022

     

    Deux heures plus tard, et comme c’était a prévoir, Aaron se téléporte devant l’enceinte de la petite caserne, pour revenir chercher la demoiselle…

    Elle n’est pas là, dehors a l’attendre, et ça l’agace un petit peu : la moindre des choses quand quelqu’un vient vous chercher, c’est de venir l’attendre, au moins.

     

    Soit, ce n’est pas grave, il va aller la chercher à l’intérieur....

    … Mais elle n’a pas l’air prête à rentrer avec lui, vu qu’il la voit couchée, peut-être endormie, dans les bras de son frère, a l’intérieur…

     

    Que doit-il faire maintenant ? La laisser ici et repartir ? 

    Ou toquer a la porte pour l’appeler ?

     

     

    Oh, les filles, que c’est compliqué décidément… Après s’être gratté la tête en réfléchissant a ce qu’il devrait faire maintenant, il décide de prendre l’initiative de toquer a la porte, mais il n’a pas le temps de mettre à exécution son idée :

     

    Maxime lève la tête, le remarque, et se lève pour se rapprocher de lui.

     

    Aaron est gêné d’être là et surtout, l’air imposant de son ainé qui se rapproche soudain lui donne la chair de poule…

     

    022

     

    Oh zut, pourquoi aurait-il peur après tout ?

     

    C’est ridicule !! Se dit le jeune garçon, ce n’est que son grand frère!

     

    — Qu’est-ce que tu fous là ? Souffle doucement Maxime en rejoignant son cadet à l’extérieur.

    — S.. Salut Max.. Elle ne t’a pas dit que je venais la rechercher ?

    — Si. 

     

    Sa voix est glaciale… 

    Aaron n’est pas censé avoir peur de son propre frère, et pourtant, il se sent soudain tout petit.. Minuscule et faible…

     

    — Dégage Aaron. Ordonne tout bas Maxime en le poussant vivement en arrière.

     — Heeey !! Comment tu m’parles!!  s’étonne l’adolescent, un peu vexé. Et puis d’abord, je ne suis pas venu pour te parler, alors appelle-moi Caro ! Et toi, va te faire voir !!

     

    022

     

    Musique

     

    — Aaron.. Poursuit froidement Maxime, tout bas pour ne pas réveiller le reste de la maisonnée… — si tu ne dégages pas immédiatement, je vais te faire mal… très mal. 

    — C’est ça, c’est ça… soupire Aaron. — Allez lâches-moi maintenant. Je t’ai dit que je ne suis pas venu pour toi, mais pour Caro, alors pousse-toi et laisse-moi aller la réveiller !! À moins que tu lui aies filé des somnifères pour la garder et l’empêcher de repartir… Tu serais bien assez fourbe pour…

     

    Mais il n’a pas le temps de finir sa phrase qu’il se fait interrompre par un violent coup de pied qui vient le frapper de plein fouet pour l’expédier violemment à quelques mètres…

     

    — Purée !! Espèce de malade… tu m’as frappé !!... Constate-t-il avec effroi et colère… sidéré et furieux… blessé et humilié… — Bouffon… marmonne-t-il en serrant les poings.. — Mais qu’est-ce qu’elle te trouve, sérieux ?

     

    Il entend ses pas se rapprocher… Il veut se battre ? Parfait....

    On va bien voir s’il est aussi fort que pourri… 

     

    022

     

    — Allez debout petit merdeux… souffle Maxime en se rapprochant encore..—  Je vais t’apprendre qui c’est le maître ici… car on dirait que tu n’as pas encore saisi certains trucs…

    — Je t’emmerde connard !!! Lance sèchement Aaron, plus qu’agacé par cet air supérieur qu’il ne supporte plus. — Viens puisque tu es si fort !! Viens !! Je t’attends !! Bouffon !!!

     

    022

     

    — La ferme abrutie ! Rétorque Maxime en lui assénant un nouveau coup de pied qui l’envoie valser comme une vulgaire marionnette…

    — OK… Tu veux jouer.. OK… OK… Marmonne froidement Aaron en se relevant..

    — Ou tu vas ? Restes ici ! ordonne Maxime en voyant son frère se téléporter…

     

    022

     

    — Que.. Que.. Se demande Maxime en  faisant un bond en arrière et en réalisant que son frère se téléporte en fait sous son nez..

    .. et qu’il profite de sa surprise pour lui asséner à son tour un coup de pied qui le propulse en arrière…

     

    — Pas mal.. Pas mal.. Fait Maxime en se rattrapant au vol.

     

    022

     

    — Mais il te faudra plus que des techniques de fourbes pour me battre ! ajoute immédiatement Maxime en préparant une sorte d’attaque dans le creux de sa main.

     

    Comment fait-il ceci ? se demande rapidement Aaron, éberlué. Lui, à part la téléportation, il ne sait rien faire…

     

    Voyant une sorte de rayon lumineux lui foncer dessus, il tente de se téléporter pour l’esquiver, mais c’est un coup dans l’eau, car ledit rayon disparait aussi pour reapparaitre en plein sur sa cible… 

    Surpris, Aaron laisse échapper un petit cri de douleur et part s’effondrer quelques mètres en arrière.

    Décidément, son frère est vraiment fort et il a eu bien tort de l’énerver… 

     

    022

     

    — Tu en veux encore ? dit calmement Maxime en préparant une nouvelle attaque. — Celle-ci, tu devrais aimer.... et si tu te relèves, alors je te tire mon chapeau !

     

    Bien sûr, Aaron peut se téléporter pour rentrer en quatrième vitesse sur terre..

    Mais ça serait lâche, et il ne fera pas penser à son frère qu’il a peur de lui…

    Ça lui ferait trop plaisir..

     

    022

     

    — Maxiiiiiiime !! hurle soudain Caroline en se jetant à l’extérieur de la caserne, réveillée par ces bruits de combats. 

     

    Sans réfléchir, elle saute immédiatement sur l’ainé des deux frères et tente de le maintenir..

     

    — M.. Max.. Qu’est-ce que tu fais.. C’est Aaron.. C’est Aaron, Max... Aaron… réussi elle a lui bafouiller a l’oreille.

    — Et alors ? Que ce soit Aaron ou n’importe qui, il doit me respecter.. répond simplement Maxime d’une voix glaciale. 

     

    022

     

    — Aaron te respecte Max ! Beaucoup même !!! Tente de le convaincre Caroline. — Il t’adore, tu es son idole… 

     

    Agacé, Maxime se retourne brusquement vers elle pour la dévisager d’un air impitoyable..

    — C’est ton petit chouchou oui Aaron !! Aaron par ci, Aaron par là, oooh pauvre petit Aaron chéri, hihihihi c’est moi Caro la gentille fifille qui protège le gros bébé Aaron !! 

    — N’importe quoi max !! N’importe quoi !! Se défend immédiatement la jeune fille de ces propos ridicules.

    — Allez, je te laisse. Va retrouver « ton chéri, Aaron ». Et cassez-vous tout les deux tiens !! dit-il froidement en la bousculant pour retourner dans la caserne..

     

    022

     

    Dès que Maxime est rentré, la jeune fille se précipite auprès de l’adolescent en face d’elle, inquiète au cas où il lui aurait fait mal.

    Arrivée à destination, elle l’attrape vivement et constate avec effroi quelques plaies sur son visage..

     

    — Pfft quel nul !! Mais qu’est-ce qui vous a pris tous les deux ? Hein ?? redemande-t-elle, furieuse.

    — Ce n’est pas moi c’est lui, te jures !! Je venais juste te chercher moi !! Il est malade !! Viens on rentre a la maison. Faut pas que tu restes avec ce malade !! Rétorque aussitôt Aaron.

     

    022

     

    — Oh mon dieu, il t’a pas loupé !! Lance Caroline en ses blessures à la joue gauche… Je vais l’engueuler, fais-moi confiance, moi aussi je vais pas le louper !! Mais je pense qu’il n’a pas fait exprès… Non, il n’a sûrement pas fait exprès.. J’en suis sure… Max ne te ferait jamais de mal en le voulant réellement..Termine-t-elle en soupirant et en laissant tomber sa tête sur le torse du jeune homme.. Comme si elle ne croyait pas elle-même à ses propres paroles…

    — Il est trop con.. Viens on rentre Caro.. Tu perds ton temps avec lui… soupire-t-il à son tour..

    — Non Aaron.. Non. Je ne l’abandonnerai pas..  

    — Mais pourquoi ? s’agace le jeune homme. Ça t’amuse de rester auprès d’un abruti doublé d’un psychopathe ??

    — Il a besoin de moi.. Je le sens. Et j’ai promis de ne jamais l’abandonner..

    — Pffffffft, souffle Aaron, l’air dépité. Mais tu devais rentrer ce soir en plus !! On avait convenu quelque chose tous les deux !!

    — Oui, mais.. Désolée encore.. Il me ramènera lui-même quand je le voudrai..J’en suis sûre. J’ai confiance en lui…

     

    022

     

    Résigné, Aaron attrape sa jeune amie pour la serrer fort contre lui et lui murmurer doucement,

    — D’accord je m’en vais, mais si jamais il te fait du mal, je.. Je..

    — Ne dis rien a ton père surtout Aaron hein… tu peux garder tout ça secret ? Je n’ose pas imaginer ce que Hikague ferait s’il savait..

    — Oué je vais garder tout ça pour moi.. C’est clair que si mon père apprend ce qui s’est passé ici, Max il est foutu ! Par contre, je n’hésiterai pas a lui pourrir sa petite vie de merde s’il te fait du mal....

    — Tu es vraiment le garçon le plus gentil qui puisse exister.. Lui répond la jeune fille avec un sourire. 

    — Ouais… rit-il en levant les yeux au ciel, avant de se décoller de son amie pour se préparer a s’en aller.. — Au revoir !! Reviens demain quand même, sinon Sally elle va râler… 

    — Oui, oui, promis.. Sourit-elle en le lâchant pour qu’il disparaisse dans la nuit noire..

     

    022

     

    Aussitôt que le jeune adolescent a complètement disparu, la jeune fille revient sur ses pas et retourne à l’intérieur de caserne…

     

    À peine est-elle entrée à l’intérieur qu’elle aperçoit Maxime, confortablement allongé sur le lit qu’il occupe avec elle.. Il semble serein et tranquille. 

    Sans un mot, elle le rejoint et s’installe a ses côtés, comme si de rien n’était…

     

    — Tu peux aller te préparer, dans 20 minutes tout le monde va se lever et ça sera le début de la journée. Murmure-t-il sur un ton des plus calme.

    — Vas-y toi, te préparer… lui répond-elle froidement.

    — Quoi ? Tu fais la gueule ? 

    — Comment tu peux oser me le demander... Crétin va !!! rétorque-t-elle en lui jetant un regard furieux.

     

    022

     

    Il ne répond rien et se contente d’afficher sa tête des mauvais jours ; celle qui lui dit qu’il s’en fiche de ce qu’elle lui baragouine, car de toute manière, il est Max et rien ne l’importe.

     

    — Aaron.. Tu as frappé Aaron !! J’espère que tu n’es pas fier de toi. Reprend Caroline pour le faire culpabiliser, car elle sait qu’il va se sentir mal et regretter.

    — M’en fiche ! rétorque-t-il en boudant. — Il m’a cherché, il m’a trouvé !

    — Tu es pire qu’un gosse… Tu le sais ça au moins ? 

    — Pfffffft !! si c’est être un gosse que faire la loi et imposer le respect, bah OK

     

    Cette dernière phrase entraîne aussitôt un silence glacial… Un silence pendant lequel Caroline se met a réfléchir sur le fond réel de ce garçon.. Elle ne veut pas le croire réellement mauvais, car elle croit en lui… elle l’aime plus que tout…

    Cependant, il dégage quand même quelque chose d’effrayant, et elle ne saurait pas encore dire quoi...  il est sombre…

     

    022

     

    — Bon, tu as fini de faire la tête oui ?? demande soudain Maxime en se retournant vers elle, faisant la grimace. 

    — Nan. Tu es méchant et je n’aime pas ça. 

    — J.. Je m’excuse. Voilà ! Tu es contente ?? marmonne-t-il, esquivant son regard.

    — Nan !

    — Maaais euuh… bon… bon… OK… OK.... OK !!! Je demanderai pardon à Aaron quand il reviendra… promis !

    — Vraiment ? Tu… tu ferais ça ?

    — Oui, si c’est la solution pour que tu recommences à me sourire tendrement comme d’habitude.... murmure-t-il en se préparant à l’enlacer de son bras droit.

     

    022

     

    Sans attendre de réponse, il glisse ensuite tendrement ses doigts entre ceux de la jeune fille, en murmurant encore

    — Je t’aime Caro.. Je ne sais pas pourquoi, mais je sais que je t’aime.. Et j’ai besoin de toi… Pourtant, tu sers à rien, mais j’ai tellement besoin de toi… 

     

    … Cette déclaration sera rapidement interrompue par Cloud, qui vient de se lever et qui arrive rapidement vers eux, le sourire aux lèvres,

     

    — Heeeey Caro ! Welcome back ! 

    — Salut Cloud ! réussit a bafouiller la jeune fille, encore écarlate à cause de la déclaration qui lui a été faite il y a moins d’une minute..

    — Dégages gros nul ! ordonnes Maxime en riant, un peu agacé par la présence de ce trouble-fête.

    — ouais, je vous laisse !! Vous avez l’air bien occupés mes loulous ! répond Cloud, avant de prendre le chemin de la salle de bain, 

    — Je vais faire ma toilette en premier, comme ça je vous laisse encore quelques minutes pour vous baver dessus !

    — Allez dégages !! Répète Maxime en accompagnant son ordre d’un geste de main cette fois. 

     

    Avant de refermer la porte de la salle de bain derrière lui, il lance un clin d’œil à ses deux amis ; il n’est vraiment pas mécontent du retour de cette gamine, car même s’il l’envie terriblement de posséder ce qu’il n’aura jamais, il est tout de même heureux, car elle est sa stabilité, et ça, il l’a bien ressenti pendant le peu de jours où elle était absente…

     

    022

     

    Quelques heures plus tard, l’entraînement reprend tranquillement, et malgré que certaines têtes tirent la grimace en constatant le retour de Caroline, tout le monde a retrouvé le chemin de son sac de sable, sans poser de problèmes…

     

    022

     

    — Tu devrais quand même essayer de les maîtriser ces invocations. Si tu pouvais apprendre toutes celles que les guerriers humains de l’époque maîtrisaient, tu deviendrais alors une vraie alliée à nos côtés. Conseille Seto à la jeune fille. 

    — D.. D’accord… marmonne l’adolescente. 

    — Oui parce que pour l’instant, excuse-moi de te l’avouer, mais tu ne sers a rien. On va bientôt aller annexer une planète, et tu ne viendras pas. Car à part nous ralentir euh.... ajoute le chef des soldats.

    — M.. Mais si j’apprends GunRoZis avant ce jour-là, je pourrai venir ??? Rétorque immédiatement la jeune fille, vexée à l’idée d’être laissée de côté. 

    — Euh… Non. Je parlais d’invocations d’attaques… Tu demanderas a la reine, elle sait de quoi je parle ! soupire Seto.

     


  • 023

     

    — Rompez ! annonce Séto en se préparant à retourner dans ses quartiers.

     

    Tous poussent un soupir et lâchent leurs sacs de sable avec précipitation : la pause n’est pas longue, ne gaspillons donc pas ces précieuses minutes !

     — Quoi ? Déjà ? Marmonne Maxime plutôt surprit, car il n’a pas vu le temps passer.

     

    Plus il s’entraîne, mieux c’est, plus il devient fort, mieux c’est… !

    Il n’aime pas les pauses, qui ne sont qu’une perte de temps ridicule selon lui !

     

    023

     

    — Il pleut ! Tous à l’intérieur ! ordonne Ryo en constatant les gouttes de pluie qui commencent à le tremper.

     

    — Hey mademoiselle !! appèle Maxime en arrivant vers sa compagne. — Qu’est-ce que vous faites encore devant votre sac rouge ?? Vous le draguez ?!

     

    Elle rit et se retourne en lui souriant.

    — Je regarde ces peureux se téléporter à l’intérieur à cause de trois gouttes de pluie !

     

    Ryo disparaît dans son aura bleuté, en jetant un œil aigri en direction du couple.

    Il est furieux du retour de cette petite trainée.

    Elle est coriace.. Il va falloir qu’il fasse quelque chose…

     

    023

     

    Maxime attrape et embrasse sa petite amie, puis se décolle doucement de ses lèvres en lui murmurant tendrement,

    — Il pleut de plus en plus fort.. Tu vas bientôt ressembler à un chien mouillé…

     — Ta tignasse rousse en fera aussi les frais.

    — Non désolé je suis beau en toute circonstance..

     

    La jeune fille rit, puis reprend, l’air sérieux 

    — Tu me ramènes à la maison ce soir ? Mamie sera furieuse sinon…

     

    Maxime aimerait lui dire non, car elle n’a rien à faire loin de lui, là-bas, avec eux ; mais devant ce regard implorant, comment résister... 

     

    Comment lui résister... Il se sent tellement impuissant devant elle, qu’il en trouve cela étrange.. Lui qui n’a peur de personne, qui pourrait assassiner froidement n’importe qui… devant elle, il n’est plut qu’un géant de papier

     — OK… lui murmure-t-il en souriant. 

     

    023

     

    Quelques heures plus tard, la nuit tombe…

     

    — Alors, ça avance ? demande Séto en se rapprochant de Caroline, qui doit s’entraîner a ses invocations désormais.  

     — Non ! Rien de rien.... je n’y arrive pas !!  

    — Ce n’est pourtant pas difficile ! Tous les guerriers humains le maitrisaient, GunRoZis ! Fais un effort ! Tu n’es pas censé être plus nulle qu’eux ! Concentre-toi et essaie de déplacer la poubelle, là ! 

    — Mais je n’arrête pas d’essayer !! Se défend l’adolescente en esquissant une grimace boudeuse lorsque Séto lève la main pour pointer la poubelle du bout de son index, la faisant s’élever à quelques mètres au-dessus du sol..

     — Tu vois ! Ce n’est pas dur ! taquine-t-il en faisant redescendre délicatement l’objet. 

    — Ça ne compte pas ! Moi je n’ai pas des pouvoirs innés a la naissance ! boude la jeune fille en tirant la langue a son chef. 

     — Gamine va ! rit celui-ci, avant de se retourner vers le reste des troupes pour ordonner d’une voix ferme,

    — La journée est finie ! On arrête tout pour ce soir ! Tout le monde en caserne, allez ! 

     

    023

     

    — Déjà ?? Beugle Maxime, frustré d’arrêter l’entraînement et de voir ses compagnons se téléporter les uns après les autres…

     

    Quelle bande de nazes !! pense-t-il, agacé. Ils ne sont bons qu’à se carapater dès que Séto annonce la fin de l’entraînement.

     Décidément, il ne les supporte plus…

     Trop faibles… Trop nazes..

     Trop pitoyables… 

     

    023

     

    — Heeeeeeeeeey le plus beau ! lance Caroline en s’élançant vers son petit ami. — Qu’est-ce que tu fais encore ?? La journée est finie !! 

    — Ouais elle est finie, alors casse-toi comme les autres, allez !!! Qu’est-ce que tu attends ?? Téléporte-toi en quatrième vitesse et fuis te prélasser !! Oh non, pardon !! Pars en courant, toi !! C’est vrai que tu ne sais pas te téléporter !!! Envoie sèchement Maxime. 

     

    023

     

    — Toujours aussi agréable, toi, lance l’adolescente, furieuse.  

    — Rentre avec les autres et lâche-moi… renchérit Maxime d’une voix glaciale, tout en continuant de donner des coups dans le vent, pour ne pas interrompre son entraînement, même si Cloud, son partenaire, s’est enfui comme un faible ! 

    — Ouais tu as raison ! Je me casse à l’intérieur et je te laisse seul ! râle la jeune fille, en colère. — Amuse-toi bien !! Et je te signale que tu devais m’emmener chez mamie ce soir !! Mais je suppose que tu as oublié !!! Car tu t’en fous de tout le monde, et surtout de moi !! termine-t-elle en tournant les talons pour s’éloigner rapidement.

     

     Imperturbable, Maxime ne fait pas attention à la colère de la jeune fille.

     Si elle veut rester faible et inutile toute sa vie, c’est son problème, après tout.

     

    023

     

    En colère, l’adolescente pénètre à l’intérieur de la caserne en trainant les pieds. 

    Agacée par Maxime et dépitée par la présence de cet idiot, Ryo, qu’elle ne supporte pas, elle décide d’aller se faire un mug de café.

     Le meilleur des mépris restant l’indifférence.  

    C’est pour cette raison que l’adolescente passe tranquillement à côté de ce sale type, sans lui jeter le moindre regard, et cela malgré le « sale pute » qu’il ne manque de lui lancer lorsqu’elle arrive a son niveau.

     

    023

     

    — Bouffon, lui répond-elle, alors qu’elle s’était juré de l’ignorer. 

    — Pardon ? Demande soudain Ryo en faisant volte-face pour se tourner vers l’adolescente qui remplit tranquillement le réservoir de la machine a café. 

    — Quoi ? demande-t-elle innocemment en haussant les épaules. — Tu veux un mug aussi ? Dommage, car tu n’en auras pas.

     

    Ryo serre les poings et fait un pas de plus vers cette impertinente, un sourire glacial dessiné sur les lèvres.

     Enfin.. 

    Elle lui a enfin donné une raison de l’exterminer !

     

    023

     

    — Répète que je suis un bouffon !! Ordonne violemment Ryo en poussant la jeune fille en arrière, la faisant se cogner contre la fenêtre derrière elle. 

    — Ne me touche pas !! Rétorque aussitôt Caroline, le regard haineux. — Espèce de malade !! Tu me touches encore une fois et je monte chercher Séto !! Espèce de psychopathe de merde !!!  

    — Petite merdeuse !! T’es bonne qu’a chialer chez Séto ou ton abruti de mec !!! 

    — Ouais… Peut-être bien… confirme la jeune fille.. Mais moi au moins, j’ai des gens chez qui chialer… alors que toi, tu es tellement pitoyable que tu n’as personne !!! 

     

    Ne pouvant plus contrôler sa rage et sa haine, le soldat métissé se jette violemment sur l’adolescente, plaquant fortement sa main droite sur ses lèvres pour l’empêcher de hurler, le tout en la maintenant de toutes ses forces contre le mur fenêtré derrière…

     

    023

     

    Musique

     

    — Hey Naruto… demande froidement Ryo, tout en maintenant fermement la jeune fille contre le mur, — ça fait combien de temps que t’as pas vu une gonzesse a poils ? Ça fait combien de temps que tu n’as pas niqué ?

     — Arr... arrêtes !!! Demande Naruto en bafouillant à moitié — il va te tuer… il va te tuer !!!  

      — Qui va me tuer ? se moque Ryo, en assénant un violent coup de tête a sa victime, puis en lui arrachant sa brassière de sport pour se saisir d’un de ses seins, qu’il se met ensuite a manipuler en se léchant les lèvres sans retenues pour exprimer son désir croissant.. 

     — J.. Je ne veux pas voir ça… arrête Ryo.. Arrête !! Ordonne à nouveau Naruto, la voix tremblante et hésitante, j..J’appelle Séto… Je te jure que j’appelle Séto si tu n’arrêtes pas !!! 

     

    023

     

    Furieux, Ryo jette violemment sa marionnette sur le sol, tremblante, nue et ensanglantée, pour se retourner vers le blond…

     

    — Tu.. Tu quoi.. ? Tu peux me redire ce que tu veux faire ? demande-t-il d’une voix calme. 

    — J… je… Je.... bafouille à nouveau Naruto, maintenant terrorisé par la main de Ryo refermé sur son cou — arrête… Arrête..Je t’en prie… R... Ryo…

     

    Il ne tente pas de se débattre… À quoi bon de toute manière... Face a lui, il ne fait vraiment pas le poids.. Sa seule chance serait de voir débarquer Cloud.. Voir Maxime.. Voir encore mieux, Séto… 

    Mais aucun de ces prénoms n’arrivera pour le sauver ce soir là, et d’un coup, d’une pression puissante, plutôt, Ryo lui broie le cou. Le coup du lapin. Sa tête retombe en arrière, inerte et sans vie.

     

    — Tu… tu… tu l’as tué… tu l’as tué… bégaie Caroline, tétanisée devant la vision du cadavre ensanglanté de son ex-compagnon de caserne… – comment as-tu pu… tu es un monstre..

     

    Ryo s’avance, un sourire fier et imposant dessiné sur le visage : il aime être craint de la sorte, être si puissant que quiconque pourrait s’agenouiller a ses pieds ! La puissance… En ce moment, c’est lui qui la détient !

     C’est lui le meilleur… Lui, et lui seul… 

     

    — Il… il te tuera… il te tuera !! Il te tuera… tente de menacer l’adolescente pour essayer d’impressionner ces pas qui s’avancent vers elle…  

    023

     — Séto ? Tu rigoles ? se moque Ryo. Il est si faible… À moins que tu parles de ton mec… Lui oui il va peut-être me buter… mais avant ça… Il aura souffert comme jamais… parce qu’il te verra crevée et pleine de sperme… termine-t-il en attrapant violemment sa victime pour la soulever du sol...

     

    023

     

    Cloud sort de la salle de bain où il a vomi tout ce qu’il a pu : ce soir il se sent terriblement mal. Il est patraque et sait qu’il couve quelque chose. Sans doute une vilaine grippe. 

    Son état affaibli ne l’empêche pas de remarquer la scène qui se déroule ici. Il s’arrête net, sidéré par ce que Ryo est en train d’essayer de faire : violer la jeune Caroline ! 

    Au moment même où il a mis le pied dans la pièce, la jeune fille en détresse a remarqué sa présence, ce qui n’est pas le cas de son agresseur, trop occupé à profiter de ses formes généreuses…

     Désespérément, elle tente de le supplier du regard, il est son seul espoir…

     Il va faire quelque chose, elle le connait, Cloud est gentil… 

     Il va l’aider… 

    Mais  sa grande surprise et au lieu de courir à son secours, le voilà qui s’élance à l’extérieur de la caserne… 

    L’adolescente est désormais seule… abandonnée et à la merci de ces bras puissants qui la tiennent fermement, impuissante contre cette horrible langue qui lui lèche le bout des seins…