• 025

    025

     

    Les cuisses resserrées contre lui pour l’emprisonner, elle l’embrasse encore et encore, jouant de sa langue le plus sensuellement possible…

     

    — Hmmmm petite coquine… murmure Maxime, encore collé a ses lèvres pulpeuses et humides.... on va te soigner ton petit minois avant de faire des bêtises, car c’est insupportable de te voir abîmée comme ça… 

    — Je n’ai pas mal.. Ce ne sont que des égratignures.. Lui sourit-elle tendrement. 

    — On va quand même te nettoyer ça, annonce-t-il d’une voix ferme pour montrer que ce n’est pas négociable — je ne veux pas te voir pleine de sang séché comme ça… termine le jeune roi en lui effleurant sa joue blessée. 

    — Emmène-moi dans une salle de bains alors ! demande Caroline en se relevant des genoux de son amant. 

    — Terrible ! s’exclame Maxime en la regardant se lever, — dans cette position, tu me donnes envie de.... 

    — Tututu, ne finis pas ta phrase, petit pervers, rit aussitôt celle-ci.  

    — Tu peux parler toi !! Parce que dans le genre coquine.... il s’interrompt pour rire et lui faire un clin d’œil.

     — Allez debout !! Rétorque la jeune fille en rougissant comme une pivoine et en le tirant par la main pour le faire se lever plus vite de son siège de jardin.

     

    025

    — Tu connais un peu ce palais ? demande Caroline, en regardant autour d’elle pour constater que c’est vraiment une immense demeure… 

    — Ouais un peu, je suis venu de temps en temps quand j’étais petit, c’est grand, mais ça se répète, en fait, y’a que des salons et des salles de bains partout !

     

    La jeune fille rit et fixe désormais la belle piscine où se reflète une lune magnifique…

     

     — Ouais, et il y’a aussi une piscine cool ! ajoute immédiatement Maxime en ayant remarqué ce qui à attiré l’attention de sa jeune amie.  

     — Il recevait peut-être beaucoup de gens ton père, pour avoir tant de salons et salles de bain ? demande désormais l’adolescente.

     — Peut-être, sans doute, j’en sais rien ! se contente de répondre Maxime, je te dis que je suis pas venu souvent… Par contre, je sais qu’à notre gauche, après ce porche, il y’a une petite salle d’eau !

     

    025

     

    — Tada !! s’exclame Maxime en ouvrant la porte de la pièce.  

    — Bonne mémoire dis donc ! sourit Caroline en le suivant pour aller se placer devant un petit miroir orné de pierres précieuses…

     — Oh my god !! Piaille la jeune fille en remarquant son visage ensanglanté. — Purée, je fais peur ! 

     — J’avoue ! lui confirme Maxime en riant. 

    — Hey ! Tu n’as pas le droit de rire toi ! Sinon..... ceinture !!! Menace la jeune fille, en essayant de ne pas rire. 

    — Dit celle qui était prête à me violer dans le jardin. 

    En réponse, elle lui tire la langue avant de se jeter de l’eau sur le visage pour se nettoyer.

     

    025

     

    Dix minutes plus tard, l’adolescente a fini de nettoyer ses plaies et sent soudain une vague de chaleur monter en elle lorsqu’une certaine main vient se poser sensuellement sur ses hanches… 

    — M...Maxime.. Murmure-t-elle en frissonnant, lorsque sa main vient se rapprocher de son visage… elle s’imagine déjà la scène et ferme les yeux en rougissant ; il va l’attraper vivement et l’embrasser fougueusement…

      — Ça fait mamie cette coiffure… murmure soudain Maxime en lui détachant d’un coup sec son petit chignon à moitié défait..

     — Mais… euuuh… demande la jeune fille en sursautant. 

    Elle s’attendait à tout, mais vraiment pas à ce qu’il la décoiffe et l’ébouriffe d’un coup sec comme ça !!

     

    025

     

    — Tu es terrible… soupire Caroline en se retenant de rire.

     

    Il est terrible ! Il est unique !!!

    Se répète-t-elle en boucle en réalisant qu’elle l’aime de plus en plus au fil des minutes...

     

    — Bah quoi ?! Ça faisait mamie cette coiffure toute moche !! Affirme Maxime en levant les yeux au ciel. 

    — Unique.. Unique… murmure sensuellement la jeune fille en se retournant vers lui pour plonger sensuellement dans ses yeux bleus… 

    … avant de passer furtivement ses mains dans son dos afin de l’attirer vivement contre elle et s’emparer de ses lèvres. 

    Affamée ses lèvres, affamée de son corps, affamé de ses caresses, elle se colle et s’enroule à lui le plus sensuellement possible afin de l’exciter suffisamment pour assouvir cet appétit soudain… 

    Maxime la prendrait bien ici, directement sur ce lavabo, mais le souvenir d’une certaine soirée lui revient rapidement à l’esprit…

    — En haut il y a des chambres… lui murmure-t-il en se détachant avec difficulté de ses baisers passionnés.

     — Vite alors.. Se contente de répondre Caroline, les yeux encore embués de désir. 

    Main dans la main, presque en courant, les deux amoureux filent donc au premier étage, où il est censé y avoir plusieurs chambres d’invités… 

     

    025

     

    Presque en courant, le mot est faible, car à peine finissent-ils de grimper quatre a quatre les marches d’un grand escalier, en riant de bon cœur, qu’ils se mettent à accélérer la cadence pour traverser le long et dernier couloir qui les sépare d’une grande chambre spacieuse…

     Des enfants..

     Ce soir, ils ne sont que des enfants amoureux et insouciants…

     

    025

     

    N’en pouvant plus de ce corps musclé et délicieux, caché derrière une sorte de pull-over, Caroline prend l’initiative de vouloir déshabiller son homme : elle glisse ses deux mains sur ses fesses, remontant ensuite vers sa ceinture pour essayer de lui ôter son maudit Jean qui camoufle ce qu’elle désire tant actuellement.. 

    De son côté, Maxime a maintenant le sexe dressé contre le bassin de sa jeune amie et il entreprend de lui arracher sauvagement son petit top avant de lui dégrafer habilement l’unique bouton de pantalon…

     — Prends-moi… gémis Caroline en commençant à transpirer de désir sous ces caresses qu’il lui fait subir incessamment…

     

    025

     

    Mais Maxime n’est apparemment pas disposé à obéir a sa petite amie, du moins pas dans l’immédiat : il se baisse le long de ce corps si frêle qui tremble de désir et il se met a caresser sensuellement ces cuisses si douces qu'il aime tant…

     

    025

     

    … et le fait de l’entendre gémir, transpirer de plus belle, lui assure qu’elle apprécie que ses doigts remontent délicatement vers son entre-jambes… 

     

     — M...Maxime.... aaaah… gémit à nouveau la jeune fille en remarquant que sa culotte rose est en train de se faire arracher par la bouche de son petit ami… 

     

    025

     

    Elle en frémit et s’en mord les lèvres de désir… 

    … tout en glissant ses doigts dans les cheveux de son partenaire pour les lui caresser...

     

    — Tu n’es pas humide.... mais carrément trempée là.. Murmure Maxime en remontant doucement le long du corps de la jeune fille, qui est ravie de revoir ce visage qu’elle aime tant pour l’attraper vivement et l’embrasser avec passion, en murmurant entre chaque baiser ;

    — je te veux !! Vite !!! Je te veux !!! Tout de suite !!!!  

    Il la veut aussi terriblement, plus que tout actuellement…

    Une envie pressante de lui faire l’amour comme une bête, de la faire crier de plaisir, de la faire vibrer… ; et apparemment ce désir animal est totalement réciproque puisque c’est elle qui l’attire soudain vers ce grand lit rouge, derrière eux, tout en continuant de l’embrasser avec une passion dévorante…

     

    025

     

    — Je t’aime toi tu sais… murmure tendrement Maxime, une fois tombé sur le lit avec sa compagne et après s’être fait emprisonner entre ses cuisses musclées et fermes…

    — Je t’aime à la folie.. Lui répond Caroline en souriant et en lui appuyant sur le cou pour le rapprocher encore plus afin de l’embrasser à nouveau…

     

    … Vu qu’elle écarte les cuisses, pour apparemment l’inciter à agir, Maxime décide de ne pas attendre une seconde de plus ; tout en continuant de l’embrasser avec fougue, il prend appui sur ce matelas moelleux pour se surélever légèrement afin de pouvoir commencer à la pénétrer délicatement… 

     

    025

     

    Pendant ce temps, sur terre…

     

    — Comment est-ce que c’est possible ??? Hurle Hikague, furieux d’avoir dû fuir devant son propre fils. 

     — Chéri.. Calme-toi.. Je t’en prie… dit calmement Evy pour tenter de l’apaiser.

     — Comment est-ce que tu veux que je me calme BORDEL DE MERDE ??? Demande Hikague en hurlant. — COMMENT ??? 

     

    025

     

    — C’est ma planète !! Ma planète !! PUTAIN !!!

     — Oui chéri… calme-toi, je t’en prie, on va trouver un moyen.. 

    — MAIS QUEL MOYEN ?? Se remet à hurler Hikague, au bord de l’explosion. — QUEL MOYEN ?? Je t’ai dit qu’il est surpuissant !! Pire qu’un démon… pire qu’un démon.... 

    — On a connu un démon millénaire qui a été vaincu chéri.. Et Maxime ce n’est qu’un enfant.. Tente de rappeler Evy pour rassurer son époux. 

    — Je ne comprends pas Evy… laisse soudain tomber Hikague d’une voix lasse — il s’est entraîné quoi.. Allez.. Une semaine à tout casser ? comment a-t-il pu décupler ses forces si vite…

     — Il est si puissant que ça ? Vraiment..? 

    — Evy… J’ai l’impression qu’il est encore plus puissant que le Chojin.. Et il vole.. c’est incroyable non ? Il lévite comme bon lui semble, il est effrayant…  

    — Mais c’est Maxime.. Ce n’est pas un démon… tente de se rassurer la jeune mère pour s’empêcher de paniquer.

     — C’est Maxime.. ? Et Maxime c’est quoi Evy...? soupire Hikague. — Maxime c’est quoi..? Un démon violeur et assoiffé de pouvoir… 

     

    025

     

    Au même moment, sur Eternia, deux amoureux se reposent après vingt minutes d’ébats épuisants…

     

    — M.. Max..? Demande timidement Caroline.

      — Oui ?  

    —  Mamie me manque… Tu.. Tu m’avais dit que tu me ramènerais à la maison aujourd’hui… bafouille-t-elle d’une voix hésitante. 

    — Mais c’est ici notre maison désormais mon ange.. Murmure tendrement Maxime. 

    — Co...Comment...? Mais.. Mais maxime.. Nos vies c’est avec nos familles...  je… je ne te comprends pas… 

    — Arrête de penser comme une gamine merde ! réplique le rouquin d’une voix ferme.  Nous ne sommes plus des ados boutonneux qui vont au lycée Caro !! Ouvre les yeux sur ce que nous sommes devenus !!

     

    Et que sont-ils devenus ? se demande l’adolescente, sans oser le dire à haute voix. Des bêtes de sexe insouciantes, des monstres qui prennent de force un royaume… ? 

     

    — Demain je ferai venir Sally, je te le promets. Propose tendrement Maxime en la serrant fort contre lui.  

     — C’est.. c’est vrai ? s’étonne Caroline.

     — Si je te le dis ! se vexe Maxime. — Tu me fais plus confiance ???

     — Je t’aime !!! Merci mon cœur !!! se contente-t-elle s’exclamer en lui déposant un baiser sur le bout des lèvres. 

     

    025

     

    Pendant ce temps, chez les Daemon…

     — NON !!!! N’y pense même pas !! Hurle soudain Evy. — J’ai dit NON !!! 

     — Aaaaaaaaron !! Appèle Hikague en contournant l’escalier de bois.

     — Oui ? demande innocemment l’adolescent 

     — Laisse mon bébé en dehors de ça, s’énerve Evy en arrivant rapidement sur les pas de son époux.

     

    025

     

    — Tu n’es qu’une égoïste !! Crie Hikague en se tournant vers sa femme, — oui, une égoïste !!!!

    — Va te faire voir !! Rétorque Evy en explosant en sanglots — tu ne feras pas d’Aaron un monstre comme son frère !! Ou alors il faudra que tu me passes sur le corps !!  

     — Mais réfléchis un peu MERDE !! Aaron c’est quoi ?? C’est un Maxime miniature !!! 

    — Monte une armée pour l’affronter si ça te chante, mais laisse mon bébé tranquille !! Piaille Evy, avant d’ajouter d’une voix plus faible, — Aaron ce n’est pas Maxime !! Alors je t’en prie, ne le mêle pas à ça !! Pas lui !!!

     — Pffffffffft !!! S’agace Hikague en serrant les bras et les dents. 

    — Excuse-moi mon amour, mais… pas Aaron.. Pas Aaron… supplie la jeune femme en s’essuyant les yeux d’un revers de main. 

    — Et toi Aaron, tu en penses quoi ? demande Hikague en levant les yeux au ciel. 

    — Je.. Je.. Bafouille l’adolescent. — Je ne sais pas… enfin si.. Je sais juste une chose.. C’est que je ne veux pas vous voir vous gueuler dessus ni voir maman pleurer… 

     

    S’en est trop pour Evy qui se précipite enlacer son fils en éclatant en sanglots ;

    — Comment veux-tu transformer ça en monstre Hikague ??? Comment as-tu osé penser une chose pareille... 

     

    Hikague soupire et se masse les tempes.— Oué c’est bon je n’ai rien dit ! Pfffft… Aaron restera le bébé de la maison, pas de problèmes. Désolé d’avoir pensé, à raison, qu’il pourrait battre son idiot de frère !

     

    025

     

    Quelques heures plus tard, c’est un soleil chaud qui vient caresser la belle planète Eternia, pour rappeler a ses habitants qu’une nouvelle journée est sur le point de commencer… 

     

    Au palais, la vie a déjà repris depuis plus d’une heure pour certaines personnes qui sont directement hébergées sur place ; les domestiques.

      — P'tain, grommelle une jeune fille a l’allure fatiguée, — je me paie une de ces gueules de bois ce matin… 

     

    025

     

    — Et dire qu'il y’a la piscine a nettoyer aujourd’hui… grommelle-t-elle à nouveau, en poussant un long soupir qui en dit long, — nan, mais je ne suis vraiment pas faite pour ce boulot moi…

     — ÉLODIE !! Appelle soudain une voix stridente — bouge ton fion un peu !!

    025

     

    — Oh non… marmonne la jeune pêcheuse — Manae est déjà réveillée… 

     —Oué !! MANAE est déjà réveillée ! Piaille la concernée dans sa cuisine — et Manae elle veut que tu viennes balayer sa cuisine, parce que c’est dégueulasse ici, et ce n’est pas mon boulot à moi !!

    — Nan, mais sérieux, râle Manae, — viens ici et écoute-moi, c’est important !

     — Mais laisse-moi pêcher, casse couille !!. 

    — Tu n’as pas entendu des bruits de combats hier soir ? poursuit la cuisinière — je suis sûre qu’il y’a eu un bain d’sang ! 

      — Entre qui et qui ? demande Élodie en pouffant de rire. — Personne ne se bat jamais au palais, tu le sais bien, c’est calme, toujours si caaaaalme… fredonne-t-elle en chantonnant presque. Et arrête avec tes « bain d’sang » tout le temps, on dirait une psychopathe ! 

     — Bain d’saaaaang !! Bain d’saaaaaaang !! Se met à répéter en boucle Manae. 

     


  • 026

    026

     

    Pendant ce temps, Maxime et Caroline terminent leur nuit, tendrement enlacés… quand tout à coup la jeune fille sursaute en poussant un cri vif et strident, qui réveille immédiatement son compagnon.. 

    – P'tain.. T’es pas bien !! Marmonne Maxime, — tu veux me faire faire une attaque, c’est ça ?? 

    — Désolée, j’ai fait un cauchemar…

     – Mouais.. Ben merci pour le réveil ! boude son petit ami en essayant de garder les yeux ouverts.

     

    026

     

    — Et t’as vu quoi, dans ce « cauchemar » ? demande le rouquin en se levant.

    — Des morts, du sang, des enfants qui crient… répond Caroline en se frottant les yeux, des gens qui tuent, des gens qui meurent....  

     – Eh bien ça te fais de l’effet les nuits coquines à ce que je vois ! se moque gentiment Maxime.

     

    026

     

    — Je prends la salle de bain en premier !!! Annonce Maxime en se pressant rapidement vers l’endroit, sans attendre que la jeune file rétorque quoi que ce soit.

     Mais la concernée n’est pas d’humeur à faire la « course à la salle de bain » ; son mauvais rêve était si réel, si vrai, si horrible… 

    Elle n’en est pas vraiment sûre, car les images se floutent et s’effacent rapidement au fil des secondes, mais elle a bien l’impression de l’avoir vu.. Lui..

     Ou alors si ce n’était pas son roux, il s’agissait d’un démon.. D’une sorte de monstre… 

     

    026

     

    Musique

     

    Mais elle ne va pas se laisser abattre à cause d’un vulgaire cauchemar, aussi horrible soit-il.

     Elle secoue la tête en bordant la couverture du lit.

     

    — Hey ! Appèle vivement maxime en sortant de la salle de bain. — j’ai fini ! Tu peux y aller ! 

     

    Entendre sa voix est toujours le plus grand des réconforts pour l’adolescente, tout comme l’avoir près d’elle..

     Vivement, elle se tourne alors et se rapproche de lui en souriant…

    — Heeey, on devait faire quelque chose aujourd’hui, non ??

     — Quoi ? L’amour comme des bêtes ? Encore ?? Taquine Maxime.

     — Idiot !! Rétorque Caroline en riant. — Hier, tu m’as promis…

     – Oui je sais. L’interrompt-il brusquement — va faire ta toilette et ça sera fait, je te le jure. 

     

    026

     

    — T’es un amour !! S’exclame Caroline, folle de joie, en se jetant dans ses bras — je t’aime, tu sais ?!

     — Je sais !! Se vante Maxime en bombant le torse, fier. 

    — Alors je vais me préparer, poursuit l’adolescente en se décollant de son amant, — et quand je reviens on va voir mamie, c’est ça ?

     — Exact.  

    — Alors je me dépêche !! lance immédiatement la jeune fille en se précipitant dans la salle de bain..

     

    Si innocente, si pure et naïve..

    Pense alors Maxime, une fois seul, en cherchant ses vêtements, qui ont été jetés par terre la veille… 

     

    026

     

    Moins de dix minutes plus tard, la jeune fille revient dans la chambre rouge, après avoir fait une rapide toilette.

     

     Immédiatement, elle cherche du regard son petit ami, mais il semble introuvable..

     — Max ?  

     

    Il doit être dehors, sûrement pas loin. Se dit-elle, décidée à le chercher.

     — Max ? appèle t-elle à nouveau en traversant le grand couloir blanc qui rejoint le reste du palais..

     – Max ! Tu n’es pas drôle ! Le palais est grand et je ne veux pas te chercher pendant une heure !! Boude désormais l’adolescente.

     

    026

     

    — Hein ?? Maxime ?? Crie soudain une voix à quelques mètres, à l’autre bout du couloir…

     

    Caroline la reconnaitrait entre mille. Elle se précipite donc dans sa direction, appelant vivement

     – Mamie ?!?

     

    Arrivée à destination, elle arrête soudain ses pas, dans un petit salon blanc, décoré assez sobrement… ; oui c’est une histoire indie à petit budget.

     – Caro ? Demande la vieille femme devant Maxime, — mais qu’est-ce que c’est que ce cirque ? J’étais dans ma cuisine y a deux minutes et tout d’un coup j’apparais ici, devant Maxime !

     

    Ravie de la revoir, jubilant de bonheur, les yeux humides d’émotion, car elle est sa seule famille, Caroline se jette dans ses bras.

     – Bon vous m’expliquez ce que je fais ici les enfants ? Reprend ensuite Sally, l’air sérieux.

     

    026

     

    — Elle voulait te voir, alors je t’ai fait apparaître devant elle. répond calmement Maxime.

     — De.. De quoi ? demande à nouveau Sally. — Mais où suis-je ?!  

    — Sur Eternia mamie, au palais d’Hi… la jeune fille s’interrompt toute seule, avant de poursuivre, — au palais d’Eternia.

     — Sur Eternia ? s’étonne la vieille femme. — Au palais d’Hikague ?? 

    — Au palais de Maxime. Souffle froidement celui-ci, sans bouger d’un millimètre. — C’est moi le roi d’Eternia désormais et tu es ici dans mon palais, sur ma planète.

     – Tu rigoles mon tout petit ? Rétorque Sally en manquant d’éclater de rire.

     

    026

     

    — J’ai l’air de plaisanter ? Lâche froidement Maxime — J’ai l’air d’un CLOWN quand je parle ? 

     

    Ce ton terriblement agressif paralyse immédiatement la vieille femme qui essaie de comprendre ce qui se passe réellement ici.

    Ou plutôt, ce qui a l’air de s’être passé…

     

    — Tu es ici chez toi Sally. Poursuit le jeune roi en commençant a s’éloigner, mais si tu essaies de me faire un seul, je dis bien un seul, coup fourré, tu risques de le payer très cher… 

     — Chez moi ? Mais je ne suis pas chez moi… bredouille Sally.

     – À partir d’aujourd’hui, tu es ici chez toi. Termine Maxime en quittant complètement la pièce. 

     

    026

     

    Quelques minutes plus tard, désormais seule avec sa petite fille, Sally demande,  

    — Euh… il a mangé un truc pas frais ?

     

    L’adolescente aurait presque envie de rire, mais son estomac, encore noué par les émotions, la fait malheureusement trop souffrir à l’heure actuelle.

     

    — Je… je suis désolée mamie… balbutie-t-elle au bord des larmes. — Tu es prisonnière ici maintenant.. C’est ma faute..

     — Moi ? Prisonnière de Maxime ? Mais tu vas m’expliquer à la fin ce qui se trame dans cette histoire de fous ?!?

     — Il a affronté Hikague, a gagné, puis pris le pouvoir de force… et moi.. Et bien je.. Euh… je suis avec lui.. 

     – C’est du délire ma chérie. Souffle Sally. — Maxime est dingue. C’est ça, dingue. Rentrons chez nous tout de suite, tu ne dois pas rester avec ce fou ma chérie !!!

     

    026

     

    Au même moment, le jeune roi d’Eternia arrive dans les jardins centraux du palais, où il constate que Cloud semble y faire… une sieste.

     – Hey toi ! Tu veux que je t’aide à pioncer comme une loque dans mon jardin ? vocifère-t-il en s’avançant vers le dormeur. 

     

    026

     

    — Même si je le voulais, bafouille Caroline, plus honteuse que jamais — je ne pourrai pas nous ramener mamie.. Je ne sais pas maîtriser l’invocation de téléportation d’Evy..  

    — Même si tu le voulais ? Répète Sally. — Ça veut dire que tu souhaites rester avec ce fou furieux ? 

    — Je… Je… me mets à hésiter l’adolescente, complètement perdue. — Je n’en sais rien… Mais tout ce que je sais, c’est que je l’aime ! Et je crois que c’est réciproque…

      — Tu es aussi folle que lui ma chérie !  

    — Pourquoi le traites-tu de fou ? Balbutie Caroline — Maxime, tu l’as toujours adoré.. 

    — Mais ce n’est pas le Maxime que l’on a connu qui s’est tenu devant moi il y a deux minutes, mais un psychopathe !

     – Insulte-le autant que ça te chante, l’interrompt l’adolescente — ça ne m’empêchera pas de l’aimer et de rester avec lui ! J’ai peut être tort de lui faire confiance, je ne le nie pas… Mais je ne veux pas le laisser dans sa folie, tout seul…

     — Tu l’admets… soupire Sally — qu’il est fou…

     — Si tu veux rentrer à la maison, l’interrompt à nouveau la jeune fille — je lui demanderai… Il te ramènera si je le lui demande, j’en suis sûre… 

     

    026

     

    — Pardonnez-moi majesté ! se défend rapidement Cloud en sursautant, – je n’ai pas dormi de la nuit alors… 

    — Pour toi, ça sera « Maxime », pas « majesté ».. Soupire le rouquin. — mais dis moi pourquoi tu n’as pas dormi de la nuit, boulet ? 

     — Et bien.. Où est-ce que je pourrai dormir ? Séto a une chambre ici, mais pas moi.. Je ne suis pas un soldat de première classe qui connaissait en personne le… il s’interrompt rapidement, — erm… Hikague. 

    — Choisis une chambre, n’importe laquelle, et ça sera désormais officiellement la tienne. se contente d’affirmer Maxime.

      — Je… Je.. Je ne veux pas abuser Maxime.. Bafouille Cloud.

     — Ne me casse pas les couilles ! Chui roi maintenant, alors si tu me gaves, tu finis au cachot !!

     — Y’a pas de cachot ici… rit Cloud.

     

    026

     

    — Tu es sûre mamie.. ? Demande timidement Caroline à sa grand-mère. 

    — Oui. Plus que jamais. Réponds fermement la vieille femme. — Je reste avec toi, et tant pis si pour cela je suis obligée de rester le gogole psychopathe. 

     — Ne parle pas de lui comme ça, s’il te plait....

     — Tu me fais visiter les lieux ? Si je dois vivre ici, il faudrait que je connaisse un peu ce beau… palais !

     

    026

     

    — Tu fous quoi Elo ?? Je t’ai demandé quelque chose tout à l’heure !!! Se met a piailler Manae, la cuisinière du palais, furieuse parce que la jeune balayeuse comate encore devant sa canne a pêche.

     — Arrête de crier, j’ai la pire gueule de bois de ma vie ! gémit la concernée.

     — Y’a un garçon roux dans les jardins, je suis persuadée que c’est le fils du roi. Je le reconnais ! Tu te souviens, le petit…

     — Maxime, la coupe vivement Élodie. — C’est Maxime. Et le deuxième fils, c’est Aaron !

     — Ouais soit, mais pourquoi est-ce qu’il est là ? demande la cuisinière.

     — Pourquoi tu me demandes ça ? Je n’en sais rien ! Je veux juste cuver en paix ! @_@ 


  • 027

    027

     

    — Je vais jeter un œil et tenter d’écouter un peu sa conversation avec le soldat blond, annonce Manae en filant discrètement guetter le fameux « Maxime ». 

     

    027

     

    — Qui c’est celle-là ? demande vivement Maxime a Cloud, dès qu’il aperçoit cette jeune intruse qui semble les espionner.

     — Sûrement une domestique, se contente de lui répondre le soldat blond, — j’y vais, je vais faire ce que tu as dit avec les journaux.. 

    — Contacte aussi les meilleurs architectes, ordonne le rouquin en s’éloignant de son ami, je veux les meilleurs de cette planète pour faire construire un nouveau palais. Celui-ci à une putain d’étiquette « Hikague » qui me fout la nausée…

     — Ça serait fait, répond Cloud.

     — Hey toi là ! Pourquoi est-ce que tu nous mates ? demande froidement Maxime en se dirigeant vers l’espionne..

     

    027

     

    — Je suis la cuisinière. Tente de répondre la jeune fille, un peu impressionnée par l’air imposant du jeune homme.

     — Qu’est-ce que tu fous là, à nous écouter ?  

     — Je.. J’ai entendu du bruit alors… 

    — ALORS dès que tu entends du bruit tu ramènes ton cul pour espionner, c’est ça ? Lance Maxime d’une voix cinglante.

     — N.. Non. Mais je me demandais qui vous étiez voilà tout.

     — Je suis ton roi, l’informe Maxime 

    — Pardon ? Vous devez faire erreur… Vous n’êtes pas… le fils du roi plutôt ? 

     — Écoutes moi bien petite conne ! lance violemment Maxime, j’ai battu mon père hier et il a fuit en me laissant le pouvoir. Je suis le roi désormais ! Que ça te plaise ou non ! 

     

    027

     

    — Et l’autre conne qui pêche là, tu me la bouges tout de suite, car je suppose que c’est aussi une bonne ! ordonne le jeune roi en s’éloignant. Non, mais c’est quoi ce palais de bouseux où les domestiques prennent du bon temps ! Y’a vraiment que mon naze de père pour accepter des choses pareilles !! 

     Une fois seule, Manae se met à réaliser ce qui s’est réellement passé, la veille, lors de cette nuit bruyante…  

    Leur roi a perdu son royaume… et maintenant, ils vont être gouvernés par son fils… qui a l’air d’un être odieux et insupportable.

     

    027

     

    Quelques minutes plus tard et après avoir visité brièvement ce beau palais, la jeune Caroline emmène sa grand-mère vers ce qui semble être une chambre inoccupée ; et assez spacieuse.

     — Ça te va mamie ?? Où on en cherche une autre ??

     — Oh ça me va très bien !! J’aime bien l’ambiance « princesse » avec le lit à baldaquin !!

     — Je suis désolée… marmonne l’adolescente, encore gênée d’avoir entraîné la vieille femme dans cette « galère »..

     

    027

     

    — Il fallait réfléchir avant de te jeter dans toutes cette merde, répond tranquillement Sally, — mais maintenant que c’est fait, on va vivre tranquillement avec et tu vas arrêter de t’excuser en permanence. Termine-t-elle en souriant l’air affectueux.

     — D’a..D’accord… balbutie la jeune fille. 

    — Désormais on avance et on pense à l’avenir, on ne regarde plus derrière nous. Et puis la vie de château, tout le monde en rêve non ? On est pas si mal loties finalement !!

     

    Comment peut-on posséder un tel optimisme ? se demande l’adolescente, complètement abasourdie par le courage et la volonté de sa grand-mère.

     — Je vais continuer de visiter les lieux, tu viens ? Où tu restes sur ton balcon ? Demande Caroline à sa grand-mère.

     

    — Je reste sur mon balcon ! affirme Sally. — La vue est superbe ! Je sens que je vais m’installer un transat et y faire bronzette ! 

     — Je te laisse alors ! rit Caroline en sortant de la pièce. 

     — C’est ça ! Allez ouste de ma chambre de princesse, taquine la vieille femme.

     

    027

     

    Après tout, sa grand-mère a raison. La vie continue.  

    « Lorsque ton passé t’appelle, ne réponds pas, il n’a rien de nouveau à te dire »

     

     Je n’ai pas été voir en haut de cet escalier, il me semble !

    Se demande soudain la petite curieuse en se baladant dans les jardins centraux.

     

    Il parait que je suis chez moi ici, alors il faut que je connaisse intégralement ma soi-disant maison !

     

    027

     

    — Ouh ouuuuuuuuh ! Il y a quelqu’un ? appelle-t-elle d’une voix forte.

     

    — Hey ! rétorque immédiatement une voix masculine. Ce sont des quartiers privés ici mademoiselle ! 

     

    La jeune fille tourne la tête sur la gauche pour chercher la provenance de cette voix.

     — Hey !! Séto !!  

    — Oui ! répond vivement celui-ci en continuant de tisonner sa cheminée, qu’est-ce qui me vaut l’honneur de ta visite, petite « reine » ?

     — Je visite le palais ! sourit-elle en continuant de grimper le petit escalier de bois. C’est donc ta chambre ici ? C’est joli !

     

    027

     

    — Tu rigoles ? pouffe celui-ci. C’est très moche oui ! Je n’ai jamais tenté de décorer cette vulgaire chambre, parce que je vivais à la caserne… 

     — Tu détestes Max hein...? 

    — Plus que tout. Je le haï. confirme Séto. Mais il le sait, je pense. 

    — Oui je pense aussi… 

    — Je vais annoncer ma démission, il est hors de question que je sois le sbire de cet enculé. 

    — Et tu vas rentrer chez toi alors ? demande Caroline la gorge nouée.

     — Je n’ai pas de chez-moi, je suis orphelin. Annonce le jeune homme. — Mon chez-moi c’était la caserne… Et ton connard de petit ami à… Il s’interrompt en donnant un violent coup de pied sur un des bords de la cheminée.

     

    027

     

    — Séto. J’ai peur que Max te mette des bâtons dans les roues si tu veux t’en aller… dis timidement la jeune fille.

     — Ouais, je sais qu’il va vouloir me buter si je le lâche. J’y ai déjà pensé figures toi… 

    — Alors...? Redemande l’adolescente. 

    — Alors je vais rejoindre son père, voilà tout. À nous deux je pense qu’on peut monter une résistance contre ce chacal. 

     — Une résistance ?? Répète Caroline, effrayée. 

     — Ouais. 

    — Et tu me dis ça à moi ?? Tu n’as pas peur ?? s’étonne la jeune fille. 

    — Peur ? Que tu caftes tout a ton abruti de mec ? soupire Séto en allant se jeter sur son petit canapé. Non j’ai pas peur, je te connais un peu et même si tu es une gamine naïve et candide, je pense que tu es quelqu’un d’intègre.  

     — Intègre, mais amoureuse.... rappelle Caroline. Tu complotes contre celui que j’aime et tu me le dis en face…

     — Pour que tu le lâches et nous rejoignes ! l’interrompt le soldat d’Eternia. — Tu es naïve, mais pas débile, j’espère que tu auras une lueur d’intelligence qui te fera réaliser que le seul vrai roi de cette planète, c’est Hikague Daemon ! 

     

    027

     

    — Question de point de vue mon cher. taquine Caroline en haussant les épaules. — Maxime n’a pas encore fait ses preuves en tant que souverain d’Eternia. Vous n’avez encore vu de lui que de mauvaises choses… 

     — Assis-toi, tu me stresses a camper devant moi ! ordonnes Séto en soupirant.

     — Tu donnes des ordres à ta reine ! rit la jeune fille en obéissant. — Non, mais tu veux finir au cachot ??

     — Maxime, sort du corps de ta meuf, pouffe Séto.

     — Baisse les yeux, mécréants ! rit l’adolescente.

     — Redevenons sérieux ! annonce le jeune soldat. — Ce matin, il m’a demandé de lui lister toutes les casernes de la planète, ainsi que leurs effectifs.

     — Oui, il s’intéresse sans doute à la puissance d’Eternia. Dit tranquillement Caroline. 

     — Il s’y intéresse pour nous faire redevenir ce qu’on était avant le règne de son père ! Des enfoirés qui annexent les plus faibles ! rétorque vivement Séto.

     

    027

     

    — Tu m’énerves ! s’agace Caroline. — Tu ne vois que le mal en lui et ça m’énerve. Il essaie sans doute de bien faire. Peut-être qu’il veut que votre planète soit forte, j’en sais rien moi…  

    — Son père s’est toujours battu pour qu’Eternia respecte les autres peuples et devienne une planète pacifiste. Et lui, à peine arrivé au pouvoir qu’il veut déjà connaître nos effectifs militaires ! Alors merde quoi ! Si tu crois que je l’ai pas cerné l’animal !  

    — Va-t’en alors. Soupire Caroline. — Va rejoindre Hikague et battez-vous… Faites couler le sang et régner la haine…  

    — Casse-toi aussi merde ! s’agace Séto. À 12 ans on tombe pas définitivement amoureux ! Tu en trouveras d’autres des mecs ! 

    — J’ai 15 ans ! se vexe la jeune fille. Et je resterai près de lui ! s’il doit tomber, je m’écroulerais avec lui…

     

    Séto soupire et se redresse sur son canapé, stressé.

     

    — Mais vas-y, va-t’en, toi… soupire Caroline.

     — Non. Je reste.

     — Pardon ?? 

     — Oué, je reste. Répète Seto. — Pour toi.

     — Hein ? Balbutie la jeune fille. 

     — Si je m’en vais, ça serait de la non-assistance à personne en danger, annonce Séto — car ce type est malade. 

     

    027

     

    — Séto.... en bégaie la jeune fille, la gorge nouée.

     — Quoi ? 

    — M...Merci… réussit a marmonné Caroline en se triturant les doigts de stress. — Tu… Tu es trop gentil.. 

    — Je vais lui donner une chance de me prouver qu’il peut diriger Eternia convenablement, annonce Séto avec un clin d’œil amical, — mais s’il se révèle trop pourri, est qu’il y’a une chance que tu ouvres enfin les yeux pour décider de fuir ? termine-t-il en reprenant son air sérieux.

     — Oui, répond Caroline en hochant la tête avec un sourire, mais uniquement s’il se révèle pourri… Ce qui n’arrivera sûrement pas.

     — On verra, sourit Séto. — On verra…  

     

    027

     

    — Merci encore, j’avoue que j’ai eu un peu peur que tu partes parce que je vous aime bien Cloud et toi… Et j’aimerais vraiment que tu changes d’avis sur Max un jour…  

    — On verra j’ai dit ! sourit Séto. — Tu devrais t’en aller maintenant, si jamais l’autre fou te voit ici, il risque de tuer quelqu’un…

     — Hey ! piaille la jeune fille. C’est « Max », et pas « l’autre fou » ! « Max » !  

     — Ouais… Maxime.. Se reprend Séto en soupirant, si tu veux… Maxime…

     — Allez je te laisse, vilain soldat, rit l’adolescente en se levant.

     — C’est ça, bye petite reine bien bête ! taquine le soldat.

     — Pfffffft ! rit celle-ci en empruntant l’escalier descendant pour rejoindre les jardins royaux. 

     

    027

     

    Quelques marches plus tard, la jeune reine est en bas de l’escalier où elle peut apercevoir un rouquin qu’elle aime beaucoup, a l’autre bout de la terrasse centrale…

     

     Sans réfléchir, elle se précipite à sa rencontre avec un large sourire dessiné sur le visage…

     — Maaaaaaaaaaaaax !!  

    — Qu’est-ce que tu foutais chez Séto ??? Rétorque froidement celui-ci. 

    — Je te cherchais ! s’exclame Caroline en se jetant dans les bras de son amant. Où est-ce que tu étais ?? Je t’ai cherché dans tout le palais !!

      — Qu’est-ce que tu foutais chez Séto ?? Répète violemment Maxime.

     

    — Rien mon cœur… bafouille Caroline, je te cherchai je t’ai dit.. J’ai découvert ses quartiers par hasard… 

    — Je ne veux pas que tu squattes avec ce fils de pute !!! Marmonne Maxime.

     — Tu es jaloux ? Taquine l’adolescente en souriant.  

     

    027

     

    — Non je ne suis pas jaloux d’un vulgaire soldat tout faible ! affirme Maxime en se préparant a attraper sensuellement sa petite amie. Mais il me haï, et je ne veux pas qu’il te monte contre moi, parce que je sais que c’est son but ! C’est une sale fouine de merde ! 

    — Non tu te trompes, sourit Caroline, il est très gentil et je l’aime bien, comme Cloud. Mais tu ne m’as pas répondu, où est-ce que tu étais ?? 

    — Je me suis renseigné un peu sur Eternia, j’ai rencontré les chefs militaires et les meilleurs architectes ! informe le rouquin.

     — Architectes ? Répète Caroline, surprise. 

    — Ouaip !! Il nous faut un palais rien qu’à nous ! annonce Maxime.

     — Et qu’est-ce qu’il va devenir celui-là ?! 

    — Je ne sais pas...  On peut en faire une caserne militaire, qu’est-ce que tu en penses ?? Demande le jeune roi. 

    — Hmmm.. Pourquoi pas un orphelinat plutôt ? Il est tellement joli avec sa piscine et ses beaux jardins que je vois bien ici des enfants courir partout et jouer !

     — Ah… Mouais.. Si tu veux.. Ma foi.. Termine tendrement Maxime en serrant son amie dans ses bras.

     

    027

     

    Quelques heures plus tard, sur terre, Hikague s’apprête a regarder le journal télévisé de 20 heures, accompagné de sa douce épouse…

     Depuis la dispute au sujet du futur d’Aaron, ils n’ont plus abordé le sujet « Maxime »…

     

    027

     

    Leurs visages se crispent soudain dès que la présentatrice du journal ouvre la bouche, l’air étrangement paniqué…

     

    « Mesdames et messieurs, nous allons commencer ce nouveau journal d’information par un fait aussi étrange qu’inconcevable… »

     « En effet mesdames et messieurs, Eternia nous attaque. »

     

    — QUOI ? Hurle soudain Hikague.

     

    Les autres mots de la présentatrice sont à peine écoutés, il n’y a que certains passages qui sont retenus par Evy et Hikague, qui pâlissent a vue d’œil devant leur petit écran. 

     

    027

     

    — Papa ?? Qu’est-ce qui se passe ici ?? crie Aaron en se précipitant dans la pièce, alerté par le hurlement de son paternel.

     

    Mais immédiatement, l’adolescent entend le journal télévisé, ce qui lui fait rapidement analyser la situation…

     

    [...]

    « nous ne comprenons plus rien, où est le roi d’Eternia ? Il nous avait certifié que désormais nous serions en paix avec eux ! »

     [...]

    « devons nous soumettre »

     [...]

    « chaque  pays devra leur verser 10 % de leur PIB »

    [...]