• ~ Im Not Like you ~ [Mai 2006/Janvier 2007]

    ~ Im Not Like you ~ [IMLU]

    ~> Bazar IMLU

    • Résumé •

    Charlotte Baxter, extra-terrestre déposée provisoirement sur terre alors qu'elle n'était encore qu'un nourrisson, verra sa vie bouleversée lorsqu'elle réalisera ses origines.
    "Vous avez vu mes yeux? Je ne suis pas comme vous.. Et vous avez bien raison d'avoir peur."

  • ~ 001 ~

     Bienvenue dans mon histoire, humble visiteur.

    Et puisque tu sembles être un curieux, je vais te présenter la maison dans laquelle je vis, heureuse, car entourée des êtres qui me sont le plus chers.

     ~ 001 ~

    Voici l’intérieur de notre doux logis ; il a beau être meublé en EA, il n’y a pas plus chaleureux sur terre, si, si.

    Oh zut, j’ai oublié de me présenter avec tout ça. Je vais vite remédier à ça avant que tu ne croies que j’ai été élevée avec les ours!

    ~ 001 ~

    Je m’appelle donc Charlotte Baxter. Enfin, je porte ce nom, car j’ai été adoptée par la famille Baxter.

    Il y’a 16 ans, j’ai été déposée sur leur palier, devant cette maison même.

    Ils m’ont gardée, puis considérée comme leur propre enfant et aimée durant toutes ces années, je les aime plus que tout ; et j’ai de la chance, car ce sont des gens merveilleux. Nul ne pourrait espérer meilleurs parents.

    Mes yeux sont ma plus grande gêne au quotidien. Leur rouge totalement anormal intrigue ceux qui me croisent et l’aura que je dégage parfois lorsqu’ils deviennent gris, me terrifie au plus haut point.

    Je ne suis pas comme vous... Et je me fais peur.

    Je ne pense pas être humaine. Je ne suis pas comme eux ; et durant toute ma vie, j’ai régulièrement affronté de cruelles moqueries vis-à-vis de mes yeux rouges. Les enfants ne sont pas tendres, entre eux, je ne vous apprends rien...

    Je n’ai donc pas beaucoup d’amis. 

    Pour combler cette solitude, je me suis donc très vite mise à la guitare. Grâce à la musique, je peux enfin m’évader de ce monde parfois dégueulasse. Je ne suis pas comme eux, mais parfois, je me dis que cela n’est pas plus mal.

    ~ 001 ~

    Le petit truc blond surexcité qui joue avec sa voiture télécommandée, c’est Olivia Baxter, la benjamine de la famille.
     
    On partage la même chambre et on s’adore. Je la considère comme une petite sœur, et ce même si, à onze ans seulement, elle est déjà très éveillée, mature ; mais parfois épuisante tant elle regorge d’énergie. Elle est aussi un vrai moulin à paroles.
     
    J’espère pour vous qu’elle ne commencera pas à papoter au cours d’un article, ou je ne donne pas cher de votre peau.
     

    ~ 001 ~

    Mais en dehors de cela, il n’y a pas plus adorable qu’Olivia.

     


  •  

     

    Ah ! J’ai oublié de vous présenter Loic ! Le beau-gosse de la maison, comme on l’appelle, et ce même s’il boude en rougissant dès qu’on le qualifie ainsi ! 

    Il a 17 ans, fait du synthé (plus pour séduire les filles qu’autre chose, mais chut !), et actuellement, il tente d’éliminer les calories du big mac qu’il a avalé ce midi !

     

      
     

    Je me moque, je chambre, mais Loic n’est pas uniquement un garçon magnifique dans un corps de rêves, mais aussi un cœur d’or sur pattes.

    Il est comme mon frère et nous avons grandi ensemble, vu qu’il n’avait qu’un an lorsque ses parents m’ont adopté.

     Je dois vous avouer que j’ai parfois eu le béguin pour la perfection de son être (le premier qui me dit que mon Loic n’est pas parfait, je lui casse les genoux !), mais sachant qu’il ne m’a toujours considérée que comme une sœur, je n’ai jamais imaginé qu’on puisse être plus que ça.

    Et puis c’est pas plus mal, au fond. Parce qu’ainsi, notre famille est tout simplement merveilleuse, alors... !
     
    De toute manière et à cause de ces pouvoirs étranges qui surgissent de temps en temps — et qui pourraient aisément blesser un innocent — je ne m’autorise pas à avoir un petit ami.

    Je suis un danger public.
     
    Il y a quelques années, j’ai été exclue de l’école, car j’ai envoyé l’un de mes petits camarades à l’hôpital, alors que le pauvre ne faisait rien de plus que de me surgir dans le dos pour m’enlacer affectueusement. Il m’avait surprise, faite sursauter, et en me retournant, mon aura s’est déclenché et lui a brûlé les avant-bras.
     
    Je n’avais que 7 ans. C’est un peu jeune, vous ne trouvez pas, pour commencer à se détester ?
     
     

     

     

    Il est temps de vous présenter mes parents adoptifs, Erwan et Suzanne ! Ils viennent de prendre leur retraite, mais sont toujours pleins de vie et d’énergie — parfois même trop ! Surtout lorsque l’on va se balader en forêt, ces deux piles électriques peuvent marcher pendant des heures durant ! —

     C’est Erwan qui m’a trouvé en premier devant l’entrée de la maison, mais dixit lui-même, mes yeux rouges ne l’avaient pas plus effrayé que cela et c’est sans la moindre hésitation qu’il a décidé que je deviendrais leur deuxième enfant.
     
    J’ai vraiment eu de la chance d’être abandonnée ici, car je ne sais pas si une autre famille aurait eu autant de cœur que les Baxters.
     

     

    Evy <entrant dans la pièce> : YOUPLABOUM la compagnie !

    Charlotte : Salut !

    Olivia : Bonjour Evyyyyy !! Tu veux jouer avec moi ?!? Je prend la voiture de poliiiice et toi tu prends le camion, on va dire que toi tu deales de la drogue et moi je t’ai choppé et je m’apprête à foutre au trou !

    Evy <éclate de rire> : Cet enfant à quel âge déjà ???
     
     
     
     
    Je vous présente désormais Evy, ma meilleure et seule amie depuis le primaire. La seule enfant à ne pas avoir pris peur lorsque j’ai cramé le bras de notre camarade de classe ; elle avait tout simplement haussé les épaules en prétendant que désormais, à cause de moi, la cour de l’école allait sentir le poulet grillé ; oui je sais, elle est complètement tarée.

  •  
     
     
    Charlotte : Arrête de danser Evy, ma guitare pleure, j’ai entendu une corde se suicider, aie pitié !!!
     
    Evy : Ah ? Bon ben attend je vais twerker alors.

    Charlotte <rire> : Non, pitié, ne ruine pas l’enfance d’Olivia !

    Olivia : Merci de sauver mes yeux Cachou, je te revaudrais ça !

    Evy : Moi ce que j’en dis, c’est que c’est un truc de faible de se liguer contre meilleur que nous ! Méditez bien bande de sorcières ! Loic est là ? Je vous ai assez vu, j’ai besoin d’aller voir quelqu’un qui a un cerveau ! Et Nathan est passé à la maison tout à l’heure...

    Charlotte <éclate de rire> : Il lâchera décidément jamais l’affaire lui ! Faudrait peut-être que tu tentes le coup...

    Evy : Plutôt être unijambiste et manger des vers par le cul !

    Oui Evy a beaucoup de succès auprès des garçons, mais elle est difficile et est très loin de choisir le premier clampin qui lui fait la cour ! Comprendre par là qu’elle les rejette presque tous, râlant souvent qu’ils sont tous aussi cons les uns que les autres.
     
    Et je sais très bien qu’elle ne dit ça que vis-à-vis de ce que certains disent de moi lorsqu’ils se moquent de mes yeux. Parce qu’Evy m’a toujours protégée des critiques et médisances ; tout comme Loic, d’ailleurs.
     

     
    Mais parfois je me sens mal d’être ainsi protégée, choyée, par ces proches merveilleux ; j’aimerais qu’ils n’aient plus à passer leurs vies à défendre le vilain petit canard que je suis, parce que je ne suis en rien inoffensive, bien au contraire et j’en ai conscience...
     
    Je suis dangereuse. Je peux blesser sévèrement ; et peut-être tuer.

    Si un jour je leur faisais du mal, je crois que je ne me le pardonnerai jamais.

    Evy : HEY, Cachou, tu es avec nous ou tu dors debout ?! 

    Charlotte <sors de ses pensées en riant> : C’est l’effet que tu me fais quand tu danses !

    Evy : Je vois, ça trolle. Si tu as des Chinois armés devant la porte de ta chambre demain, faudra pas t’étonner ma belle. Sinon, on va voir Loic ???

    Olivia : 50 euros, ou je dis à Loic que tu es amoureuse de lui.

    Evy : Ok, im done. Viens Cachou on va l’enterrer derrière les Pétunias.
     

     
    Olivia : Venez jouer avec moi ! Je crée un nouveau scénario avec les poupées, alors c’est une famille, ils ont trois enfants, un génie, une hermaphrodite, ainsi qu’un trisomique, et...
     
     


     
    Evy : Je vais chercher la pelle.
     
    Charlotte : On entend Loic jouer du synthé, mais je suppose que tu l’as déjà remarqué.
     
    Evy : Pourquoi est-ce que tu crois que je cours en talons aiguilles sinon ?
     

     
    Evy <entrant en trombe dans la chambre de Loic> Hey Loic, lève-toi, vite, y a une invasion de zombies dehors !!!

    Loïc <ris en voyant les deux filles arriver l’une après l’autre> Salut Evy ! Bon je suppose que c’est pas la peine que j’espère un peu de tranquillité... !!!
     
    Evy : Tu insinues qu’on est bruyantes ??? Si jeune, et déjà si proche de la mort...