• 015

     

    *      *

    *

     

    015

     

    015

    - Arrête de te tracasser pour tout ça chéri, et fais lui confiance.. réconforte affectueusement l'épouse du jeune Arkan Daemon ; général des armées de la grande et prospère Eternia.

    015

    - Elle m'inquiète... soupire pour expliquations le concerné en s'enfonçant un peu plus dans le grand canapé du salon ; où sa douce est assise a ses côtés.

    015

    - Il n'y a vraiment pas de quoi s'inquièter pourtant... car Isis est, et a toujours été, une femme forte.

    - Je sais, mais j'ai peur que la disparition de Daï ai été la goutte d'eau dans le vase de sa stabilité.

    - « Disparition », « disparition », c'est vite dis chéri.. Ca ne fait qu'un mois quand même !

    015

    - Un mois, Tenma! Un ado de dix-sept ans qui disparaît brutalement de la circulation, en même temps que son meilleur ami, pendant un mois entier!

    - Daï n'est pas un ado comme les autres...

    - Il est puissant, oui, mais pas sa mère. Et a elle, il peut lui arriver n'importe quoi. C'était vraiment de la folie de...

    015

    - Elle a agit au mieux Arkan. Elle fait ce que n'importe quelle mère au monde ferait a sa place...

    - Mais avant d'être mère, elle est avant tout souveraine d'Octavia! Merde Tenma! Elle a des responsabilités! Qu'elle délègue sans reflexion sur ce pauvre Denzel.

    - Pauvre? Penses-tu! Le petit Denzel, il est bien content de ces responsabilités, si tu veux mon avis!

    015

    - C'est justement ce qui m'embête Ten'...

    - Denzel est aussi pacifiste qu'Isis, alors je vois vraiment pas ce qui te déranges? A moins que tu ne sâches avouer que tu t'inquiètes terriblement pour le petit Daï? Ce jeune Eternien qui a bien hérité de la puissance de Jun, voir plus encore?

    015

    - Je ne m'inquiète pas pour Daï!

    - C'est ça! Papa poule va!

    - Hey! Mais Daï n'est pas mon...

    - Mais c'est celui de Jun... Alors tu te sens impliqué par tout ce qui le concerne, même si tu n'aimes pas l'avouer.

    015

    - Tu crois qu'ils vont bientôt aller se coucher? Demande une jeune adolescente a son frère jumeau, en écoutant a la porte de leur chambre pour essayer d'entendre la conversation de leurs parents qui semble avoir lieu dans le salon a quelques mètres d'eux.

    015

    - Recule!! Si papa te vois, il va débarquer et nous demander pourquoi est-ce qu'on est pas encore en pyjamas et au lit!! gronde en réponse le concerné, sans lâcher son pinceau et sa toile ; en effet l'adolescent peint a ses heures perdues – portraits où paysages, scènes dramatiques ou humoristique – peut lui importe.

    015

    - Qu'est-ce que tu peins cette fois Sato' ? Obéis sagement la jeune fille en se reculant pour revenir observer les coups de pinceaux que son frère inflige a sa toile.

    - Touche a ton cul, et t'auras des verrues, lui rappèle avec ironie celui-ci en haussant les épaules – une expression des plus vulgaires qui a pour but d'expliquer a son interlocutrice qu'il préfère qu'elle s'occuper de ses affaires plutôt que de ses sujets de peinture.

    015

    - Satoshi il va peindre Ishtar, Satoshi il va peindre Ishtar!! se met alors a chantonner la jeune fille en sanction – parce-qu'elle sait bien que son frère en pince pour la jolie Ishtar – une fille de leur classe.

    - Va mourir au paradis, le cul plein de fourmis! Reprend alors le moqué en restant fièr face a ce pronostic des plus foireux : non, il n'allait pas peindre Ishtar. Non... même pas...

    015

    - Je viens de les voir monter Sato'!

    Evidemment, la jeune fille fait ici allusion au fait qu'elle vient d'apercevoir leurs parents rejoindre leur chambre – et qu'ainsi, elle et son frère jumeau, vont enfin pouvoir se glisser discrètement hors de la maison pour rejoindre ; le plus rapidement possible ; la fête organisée chez Keito – un camarade de classe.


  • 016

     

     

    *

     

     

    016

    Une soirée qui bat son plein. De jeunes adolescents qui abusent de divers mélangent d'alcools – en l'absence des parents de l'initiateur de la fête.

    016

    Ils sont jeunes - et ils profitent. C'est ce que n'importe qui saurait dire d'eux, en souriant d'un air amusé.

    016

    Parce-qu'à cet âge là, l'on est pas méchant, ni pervers. Alors les petites « boum » entre camarades de collège ne sont toujours que des « boum ».

    016

    Des petites soirées simples où l'on n'est censés boire que du champomy et du coca-cola – alors que discrètement, on s'est débrouillés pour ramener discrètement de nombreux packs de bière – pour faire la fête comme les grands.

     

    *Qui a pas encore reconnu ces deux figurants qui se tapent l'incruste? x'D

     

    016

    Et c'est toujours pendant ces soirées, censés être prudes et enfantines, que les pires drames d'adolescence ont lieu. Un verre en trop. Un mélange exagéré. Une drogue ajoutée discrètement dans un verre. Et paf. Une innocence perdue.

    016

    - Satoooo, t'es troooop beauuuu ce soiiiir!!!

    Cette rouquine, prénommée Ishtar, n'a habituellement pas pour habitude de remarquer l'existence de ce garçon - dont elle vient de crier le prénom de façon hystérique.

    Encore un exemple des méfaits de l'alcool.

    Et encore une chance qu'a cette jeune fille, de pouvoir échapper a un viol certain. Parce-que cet adolescent contre lequel elle se trémousse maintenant sans retenues est – et heureusement pour elle d'ailleurs – tout ce qu'il y'a de plus correct.

    016

    - Sato!! viens brusquement crier dans les oreilles du concerné l'un des jeunes adolescents, environ deux heures de fête endiablée plus tard – Je sais pas si tu es au courant, mais j'ai vu Shika monter avec Keito tout a l'heure!!

    - Oui, et? Ne semble pas s'inquiéter le jeune Daemon en haussant les épaules, pas vraiment certain de comprendre le message que semble souhaiter lui faire passer son ami.

    - C'est Keito qui lui a servi son dernier verre, lui révèle alors son informateur en se rapprochant de son oreille - pour éviter que les autres filles de la pièce n'aient vent de cette petite conversation masculine... - Si tu vois ce que je veux dire...

    016

    Si Satoshi « voit » ce que son ami veut dire? Evidemment que oui. Et ces soudaines gouttelettes de sueur qui se mettent maintenant a lui perler sur le front en sont bien la preuve. Keito Makimura. Ce fils de chien de Keito Makimura. Serait-il possible qu'il ai osé? Droguer sa soeur jumelle afin de la monter dans une chambre pour abuser d'elle?

    Rien qu'a imaginer cette possibilité, il se sent soudain l'âme d'un tueur. Là. Tout de suite. Maintenant. Oui. Il sent bien qu'il pourrait ôter une vie.

    Car si jamais... Si jamais...

    Alors il part en courant. Pour grimper quatre a quatre les marches de ce grand escalier.

    Il sait où se trouve la chambre de l'adolescent qui vit habituellement ici.

    Et si jamais... Vraiment...

    Si jamais...

    Cette maison sera alors repeinte de rouge.

    De rouge...

    De rouge sang.


  • 017

    017

    017

    - Shika! Shikaaa!!! hurle t-il en arrivant enfin au premier, en plein milieu du long couloir qui rejoint toutes les chambres des habitants de cette maison.

    Sa soeur est là. Devant lui. Tout au fond du couloir. A quelques mètres a peine.

    017

    Alors évidemment, elle l'a entendu. Hurler son nom. Lui faire honte devant ce qui semble être devenu son petit ami officiel au cours de cette petite soirée de collégiens.

    017

    Keito Makimura. La coqueluche de la classe. Le beau brun que toutes les jeunes filles convoitent et appèlent en rougissant.

    - Sato? Est-ce qu'il y'a un soucis? Lui fait-il sur un ton des plus naturels – ton qui va rapidement l'agacer et commencer a le faire sortir de ses gonds.

    017

    - Eloigne-toi d'elle, tout de suite, où.. où...

    017

    - On allait redescendre Sato. Hein? Pas vrai, Shika?

    Quoi? Est-il vraiment en train de s'éloigner d'elle? Comme ça? Tranquillement? Avec cette démarche de petit rebelle fièr et sans peur? Le jeune Daemon n'en revient pas – et cherche rapidement une réponse dans un éventuel regard discrèt de sa soeur jumelle. En vain, car celle-ci semble préférer garder le silence. Comme si on venait de lui voler sa langue.

    017

    - On se voit en bas les jumeaux!

    Finit cette voix que le jeune Daemon a désormais beaucoup de mal a supporter, tant il imagine déjà son propriétaire brûler dans les flammes de l'enfer ; pour il ne sait encore quelle raison d'ailleurs ; – un pressentiment? Peut-être. Ce genre de sensations désagréables qui ne vous lâchent plus, quand elles décident de vous délivrer discrètement un bien cruel message.

    017

    - Tu m'espionnes maintenant? Marmonne timidement la jeune adolescente en baissant les yeux, une fois que son probable petit ami s'est enfin éloigné d'elle et son frère.

    017

    - Est-ce qu'il.. tente de commencer a grogner Satoshi en se rapprochant a grandes enjambées pour venir se poster furieusement devant sa soeur jumelle, - Réponds-moi!!! Qu'est-ce que vous faisi...

    - Mais rien!!! Et puis, et puis.. ça ne te regardes pas!

    - Genre! Bien sûr que si, que ça me regarde! Alors dis moi juste s'il a mit ses gros doigts sur toi, s'il t'as touché, parce-que si.. si...

    017

    - Les gens amoureux se touchent Sato.. Enfin, je..je..enfin, je veux dire que.. enfin.. y'a rien d'anormal la-dedans.. non? .. Enfin.. je..je..

    - Vous avez.. vous avez...? Tout les deux?

    017

    - Mais c'est pas grâve Sato.. parce-que.. parce-que.. parce-que tout les amoureux le font, et.. et...

    « C'est ce qu'il lui a dit. Pour abuser d'elle. » Se met a songer Satoshi avec douleur et rage, devant l'air terrorisé et perdu de son double au féminin.

    - Et toi, avec Ishtar, ça.. ça a été? Lui fait-elle a nouveau avec une innocence malheureusement trompeuse.

    Il va le tuer. Vraiment. Il va le tuer. Si jamais.. Si jamais, il s'est servit de sa soeur pour, « se les vider », et uniquement, « se les vider » - comme on le dit si bien dans le jargon masculin - alors là.. vraiment.. il va le tuer.

    - Non. C'est a peine si on a dansés ensemble, lui répond t-il tout de même, en lui faisant signe de le suivre pour qu'ils redescendent – ensemble – au rez-de-chaussée. Lieu de la fête endiablée. Lieu où ils sont censés retrouver Keito Makimura...

    017

    ...qui est censé attendre la-bas, et impatiemment, une jeune fille qui lui a tout donné ce soir ; son corps, son âme, ainsi que tout son amour.

    Pourtant, une fois les marches de l'escaliers dévalés, c'est avec effroi que les jeunes Daemon vont découvrir la petite coqueluche adolescente, dans les bras de la plus jolie rouquine du collège, Ishtar.

    017

    Il est en train de danser un slow avec elle – avec une sensualité qui en dit long sur ses intentions future.

    017

    Satoshi n'en revient pas et s'en fige sur place, fusillant du regard celui qui n'a décidément pas le moindre once de respect pour une autre jeune fille - déjà séduite - déjà oubliée.

    017

    Un meurtre. Un meurtre. Il va faire un meurtre!!!

    017

    - Sato.. J'aimerai rentrer.. le supplie avec douleur cette petite voix qu'il ne supporte pas d'entendre entrecoupée de sanglots, - elle est nulle sa soirée en plus.. les musiques choisies sont nazes... Tu ne trouves pas?

    - Ok.. On rentre..

    Non. Il n'abdique pas. Non..

    Ce fils de chien a peut-être gagné une bataille – mais certainement pas la guerre.

    Parce-qu'il paiera pour ça... Foi de Daemon.

    017

    - Hey, vous deux! Les arrête soudain Keito en accourant vers eux - alors qu'ils se préparaient a quitter sa maison, main dans la main.

    017

    - La soirée est finie pour nous, lui grogne alors froidement et simplement Satoshi, sans prendre la peine de se retourner pour lui faire face.

    - Rentre, toi, si tu veux, mais Shika.. Je voulais te proposer de rester pour la nuit.

    Mon dieu. Qu'a t-il osé dire là? Ce pauvre enfant... Ce pauvre, pauvre, petit Keito...

    Parce-que sitôt sa phrase terminée, qu'il se fait brutalement attraper a la gorge, puis plaquer contre le mur le plus proche par un frère maintenant mué en fou furieux.

    - Sato!! Lâche-le!! Sato!!! Nooon!! lui crie de terreur la soeur de son agresseur, tétanisée a la vue de son sang qui commence doucement a s'écouler de sa bouche.

    La faute a cette pression que ce camarade de classe inflige avec violence a sa gorge. - Sato, arrête, arrête..pitié... tente t-il alors pour sa survie, avec un malheureux et maigre espoir que son agresseur redevienne le petit adolescent pacifiste.

    Les cris et hurlements fusent dans la pièce. Tous se sont évidemment arrêtés de danser et arrivent en courant – les filles pour tenir leurs rôles d'hystériques apeurés – et les garçons pour endosser ceux des vaillants défenseurs, en se préparant a se jeter sur le jeune Daemon – agresseur de leur petite star.

    017

    Et de nouveaux hurlements retentissent, pour accompagner une giclée de sang. Ainsi qu'une tête qui vole a l'autre bout de la pièce.

    017

    Satoshi Daemon vient de décapiter Keito Makimura.

    017