• 079

    Hope - Michiko Naruke ♫

     

    - Daï? Regarde là-haut! M'indique soudain mon meilleur ami en levant la tête vers le ciel.

    Je l'imite sans attendre et lui balbutie d'emblée ma surprise lorsque je constate que ce n'est qu'Aïko, sous sa forme de dragon, qui est en train de voler en cercle, juste au-dessus de nous.

    - Elle nous a entendus, me sourit Hideki en enfonçant ses mains dans les poches de son pantalon, avant de me suggérer amicalement que, - je pense que je vais vous laisser seuls et rendre une petite visite nocturne à ma chérie, moi! Car elle adore que je vienne discrètement toquer à la fenêtre de sa chambre pour l'emmener faire l'amour dans les bois!

    - M.. Merci Hide. C'est cool, je ne trouve rien d'autre à lui commenter, les yeux toujours rivés sur Aïko qui est en train de descendre doucement à notre niveau, tout en s'incrustant dans mes pensées,

    Tu grimpes?


    « Et comment!! »

    Je lui réponds sans hésiter en lui sautant sur le dos pour m'agripper solidement à son cou.

    Hideki me regarde faire en redescendant tranquillement le long escalier du temple. Il nous fait ensuite un signe de main, en nous souriant un chaleureux, - faites pas trop les fous, bande de malades!, tandis que nous nous enfonçons déjà dans l'obscurité de la nuit.

     

    « Tu m'as manqué » j'avoue sans difficulté, maintenant que je me retrouve complètement seul avec mon interlocutrice.

    Toi aussi.

    « Pose-toi dans un endroit discret, Aï »

    Pour?

    « Parce que je préfère te parler lorsque tu incarnes ta vraie forme. »

    Tu es actuellement assis sur.. ma vraie forme. Daï

    « Alors pose-toi, et reprends ta forme 'humaine', si tu préfères! »

    Pourquoi?

    « Parce que je t'ai dit que j'ai envie de te voir, de te parler, lorsque tu es sous ta forme habituelle! »

    Et à ce moment-là, je crois qu'elle a compris ce à quoi je faisais allusion. Parce que dès la fin de ma phrase... un silence des plus gênants s'est lourdement installé entre nous.

    Je ne reprendrai plus jamais cette forme-là.

    Qu'elle finit par me faire. Avant de se compléter elle-même pour terminer de m'achever le moral,

    Je suis partie rejoindre les miens et j'ai ainsi pu comprendre ce que je suis réellement... Et..

    « Je comprends. »

    Non! Mensonge. Je ne la comprends pas!

    Parce que mon coeur saigne désormais lorsque je réalise qu'elle n'est plus un simple "dragon" à mes yeux, mais beaucoup plus. Tellement.. plus.

    Et tu es mon Jiseï. Rien de plus.

    Pourquoi me rappelle-t-elle cela? J'en souffre. Mais elle n'en saura rien.

    « Je suis content que tu sois revenue. Tu m'as manqué, Aï »


    Mais moi aussi, je me décide alors a mentir. A jouer. Pour enfouir au plus profond de moi ces sentiments nouveaux et honteux.

    Mon retour n'était pas prévu. Parce que j'aurai réellement aimé te sortir définitivement de ma vie. T'oublier... Complètement.

    « Sympa.. »

    Mais je ne peux pas.. Alors me revoilà. Moi... Sous ma vraie forme, et plus jamais sous la précédente. Parce que c'est mieux ainsi.. Pour tout le monde.

    Evidemment, que son message est passé comme une lettre à la poste. Aussi douloureux et sincère soit-il. Car empli de bon sens et conscient de la cruelle réalité qui nous entoure aujourd'hui : Je suis déjà.. fiancé. Et ne peux envisager une quelconque vie polygame ou un éventuel choix entre les deux femmes de mon coeur.

    Le plus important, c'est que l'on soit ensemble.

    J'acquiesce en déglutissant.

    « Et tu sais, je pense que Sayuri était amoureuse de mon ancien "moi".

    « Co.. comment?! Elle.. elle te l'a dit?! »

    Non. Car elle ignore toujours que je suis au courant pour sa bisexualité.

    « Tant mieux, alors. »

    Je te dépose au palais et rentre chez moi. Il se fait tard.

    « Chez toi? »

    Chez les miens.

    « Oh.. sur ta planète, alors? »

    Lorsque tu voudras m'appeler désormais, tu siffleras simplement ta mélodie en pensant à moi. Puis, tu scruteras le ciel... Et je serai là.

    « Ca me va. »

    On est arrivés. Je descends! Accroche-toi.

     

     

    *      *
    *

     



    - C'est une blague ? Réagit très mal Shika lorsque sa mère lui présente son nouveau compagnon, ce matin.

    - Et pourquoi serai-ce, une blague? Se dépite nerveusement celle-ci en la fusillant du regard avec suspicion, - tu peux me l'expliquer, jeune fille?

    - Tu m'as demandé de venir à ton entraînement aujourd'hui, pour me présenter ton gigolo?poursuit la jeune fille avec une impolitesse qui fait aussitôt bafouiller, puis rougir de honte, celle qui l'a mise au monde,

    - Excuse-toi immédiatement Shika. IMMEDIATEMENT!!

    - Jamais de la vie!


    Et sur ce, l'adolescente disparaît sur-le-champ.

    Maudite téléportation éternienne, n'a plus alors qu'à songer Tenma en se retournant timidement vers son petit ami du moment.

    - Je.. Je suis désolée Tetsumo. Tellement.. désolée..

    - Il n'y a pas de quoi. Parce que cela doit être dur, pour elle. De te voir refaire ta vie sans son père.

    - Oui, c'est sûr.. mais..

    - Laisse-lui un peu de temps pour réaliser, ma belle. Hummm.. Un café, ça te dit?

    - Avec plaisir!

     

     

    *

     

     

    - PAPA!! n'a pas attendu Shika pour venir hurler dans ce couloir du palais d'Eternia, où le concerné se traînait d'une salle de réunions a une autre.

    - Euh, oui, ma chérie ? Quelque chose ne va pas ?

    - Je veux que tu ailles voir maman, TOUT DE SUITE! Pour arranger la situation entre vous!! Parce qu'il sera bientôt trop tard!!

    - Shika.. Non. Je ne peux pas..

    - Lâche!

    - Hey! Je ne te permets pas!

    - Tu l'aimes encore, et tu n'oses pas le lui dire!! C'est donc que tu es le pire des lâches!!! Et à cause de ça, elle est maintenant en train de refaire sa vie avec l'une de ses tarlouzes de danseurs!!

    - Shika... Tout n'est pas aussi simple...

    - QUOI ? Qui n'est pas simple ?! D'arrêter de vous comporter comme des débiles immatures ?! C'est ça, qui n'est pas simple ?!

    - Putain, Shika ! Mais qu'est-ce que tu veux que je fasse, moi, MERDE ?!

    - A ton avis ?!

     

     

    *

     

     

    - Tu es vraiment adorable de te montrer aussi compréhensif avec ma fille, avoue Tenma avec émotivité à son nouveau compagnon, peu après qu'ils aient tous deux avalé deux succulents cafés devant un distributeur.

    - C''est normal! Mais tu as le droit de remercier mon côté adorable en m'embrassant avec passion! Lui souffle affectueusement son interlocuteur en se frottant avec sensualité contre elle. Un mouvement de bassin plutôt provocant qui en dit long sur ses pensées du moment.

    Hmmm.. Oh que oui, qu'il lui ferait bien l'amour immédiatement! Oh que oui...

    - Est-ce que le Casanova de service peut nous laisser cinq minutes, Tenma? Fait soudain Arkan en apparaissant subitement derrière les tourtereaux -qui en surtautent ensemble de surprise.

    - A.. Arkan? Laisse échapper en premier l'ex-femme du concerné, en le dévisageant avec méfiance, - qu'est-ce que.. tu veux?

    - Cinq minutes de conversation.

    - Je vous laisse. A tout à l'heure, Ten', fait sans hésiter le petit ami de la convoitée, en sortant tranquillement de la salle d'entraînement. Comme s'il n'avait peur de rien. Comme s'il ne craignait rien. Comme s'il ne se doutait pas du but réel de la visite du général des armées du royaume...

    Arkan Daemon. L'ex-mari de la femme qu'il a enfin réussi à séduire puis conquérir.

    Le nouveau compagnon de Tenma Daemon ne se fait pas d'illusions sur les raisons réelles de la présence d'Arkan en ces lieux. Le général des armées va tous simplement essayer de reconquérir sa belle mais à cela, le jeune danseur n'a rien à dire ; car si sa nouvelle moitié doit le quitter pour revenir avec son ex, autant que cela se fasse maintenant plutôt que dans de nombreux mois où il en sera devenu fou amoureux.

    - Alors, quoi de neuf Arkan? amorce timidement Tenma en direction de son ex-mari.

    - Rien, se contente de lui offrir celui-ci pour unique réponse, tout en s'avançant silencieusement dans sa direction.

    Elle en fait un pas en arrière de surprise, avant de lui balbutier de gêne, lorsqu'il se met à la prendre doucement par la taille,

    - Arkan? Que fais-tu là?

    - Repousse-moi, si tu en as vraiment la volonté.

    - Que.. ? Non... Bien sûr que non! Que je je vais pas te repousser! le rassure-t-elle aussitôt et avec une malice bien méditée, tout en lui enroulant sensuellement les bras autour du cou.

    - Je t'aime, Tenma. Et je ne peux plus vivre sans toi. Alors s'il-te-plait, arrêtons de jouer...

    - Je t'aime aussi, Arkan. Et je m'en veux tellement de... de t'avoir tenu responsable pour..

    - Chut, mon ange.. Je t'en prie. Chut.. Je voudrai qu'on tourne la page. Vraiment. Une nouvelle... page.

    -A.. Avec plaisir. Mais.. Mais dans ce cas... Voulez-vous m'épouser, Arkan Daemon?

    - Oui. Je le veux! Mademoiselle Tenma... Daemon! Tsss... Comme si ce nom t'avait déjà quitté, rien qu'une seule seconde, depuis que je suis entré dans ta vie, tsss!

    - J'avoue... Que je crois bien n'être décidément qu'à toi.. Pour l'éternité.

    079

    Et sur ces tendres paroles, le couple échange un long baiser de réconciliation qui en dira long sur le sentiments respectifs.

     

     

     

    *     *

    *

     

     

    Le grand jour approche. Celui de l'attaque d'Enkelisia.

    Dans quarante-huit heures... exactement.

    Et pour cette raison, aujourd'hui j'ai décidé de passer toute la journée avec Nanami. Rien qu'avec elle.

    Au cas où...

    Oui, je m'attends toujours au pire. Lorsque je me lance dans une nouvelle guerre.

    Il vaut mieux. Y être toujours préparé. Surtout lorsqu'on a déjà réchappé deux fois à la mort.

    La troisième peut être la bonne.

    Ma rouquine me fusille soudain du regard, puisque je la taquine soudain en lui rappelant qu'elle ne devrait pas arrêter de m'embrasser -parce que je pourrais éventuellement ne jamais revenir.

    - Daï.. Cette fois, je veux venir avec toi.

    Et voilà qu'elle recommence avec ça... J'ai encore perdu une belle occasion de fermer ma gueule.

    - Nanami.. On en a déjà discuté.

    - Je suis sérieuse, Daï. Et si tu as le moindre sentiment pour moi, tu n'as pas à me refuser cette requête.

    - C'est justement parce que je t'aime que je ne veux pas te voir sur les fronts. Parce que ta place est devant un micro! Sous les projecteurs.

    - Non. Car je te rappelle que je suis aussi invocatrice que tous tes petits guerriers. Avec, en plus, une aisance pour le combat rapproché qui ferait pâlir d'envie n'importe lequel d'entre eux!

    - Si je t'emmenais, cela serait pour te mettre sur le dos d'Aïko, avec moi. Et penses-tu avoir ta place à un tel endroit?

    - Aïko est autant mon amie que la tienne.. Mais tu as raison, je n'ai pas à poser mes fesses sur elle pour me laisser traîner de front en front. Ma place à moi devrait être au sol. Avec tous les autres.

    - Jamais de la vie!

    - Avec Hideki. Le meilleur guérisseur du royaume. Hideki, et Shika. Que pourrait-il m'arriver de mal à leurs côtés?

    - Jamais de la vie, j'ai dit!

    - Ce n'est plus une requête, mon chéri, mais une affirmation. Voir un ordre! Car si cette fois encore tu rejettes ma présence, il faudra qu'on rompe! Vu que continuer d'aimer quelqu'un qui me sous-estime ne me sera plus possible.

    - Du chantage?

    - Je crois bien que oui.

    - Hide ne te quittera pas des yeux une seule seconde. Tu peux en être certaine. Il aura des consignes!

    - Hmmmmm... Je t'aime tant.

     

     

    *     *

    *

     

     

    079

    - Comment cela se fait que tu aies cette nouvelle forme?! Je m'étonne en moins de deux, le lendemain, peu après qu'Aï soit venue me chercher au palais pour une virée dans les airs : en effet, elle n'est désormais plus un dragon bleu, mais un rouge!

    J'ai évolué et gagné en puissance, oui. Grâce a toi, Jiseï.

    - Ah! Et il y'en a beaucoup d'autres, des dragons qui ont trouvé leurs élus?


    Non. Vraiment très peu. Et je crois même qu'on est les seuls de notre époque.

    079

     - Génial! On pète la classe alors!

    Evidemment. On n'est pas n'importe qui, après tout!

    - Daïïïkoooo!

    Tu as une éventuelle stratégie pour nous, demain? Où l'on se contentera de faire comme d'habitude? Tout brûler et raser ?

    - Oui, j'en ai une! Les troupes, au sol! Et nous, sur la forteresse!

    La forteresse? Est-ce un Q.G?

    079

    - Voilà! Le point fort de nos ennemis. Mais aussi leur point faible! Car si l'on arrive à détruire son coeur, tous les Enkelisiens perdront aussitôt tout leurs pouvoirs. Dans la seconde!

    Et bien les pauvres.. Je les plains d'avance!

    079

    - Mais clair!!

     

     

    *     *

    *

     

     

    079

    Le jour suivant.

    Ca y'est. Nous avons enfin débarqué sur cette affreuse et puissante planète qu'est Enkelisia, pour y semer le chaos et faire plier le peuple qui y vit.

    Et comme convenu, je suis avec Aïko.

    Tandis qu'au sol, Nanami se bat aux côtés de Shika et Hideki. Parmi le gros de mes troupes.

    Je suis anxieux, évidemment. Mais m'efforce cependant de croire en elle.

    Même lorsque la situation ne tourne plus à notre avantage, quelques jours à peine de combats plus tard. Parce que nous l'avons sous-estimé, ce peuple de monstres visqueux et hideux.

    079

    Tu devrais aller aider en bas. Tandis que moi, je fonce directement sur la forteresse.

    Me fait soudain Aiko tandis que l'on évite les tirs de canons de la ville en contrebas.

    - Jamais de la vie! Car sans moi pour tout t'indiquer, tu es morte!

    Je ne me sens pas fier de me montrer aussi prétentieux, mais c'est ma façon a moi de lui faire comprendre que je refuse de me séparer d'elle.

    Je suis beaucoup moins en danger que Nanami, Daï. Alors s'il te plaît, descends et va la protéger.

    Nanami...? Oh mon dieu! C'est vrai, elle a raison! Où peut bien être Nanami en ce moment précis? Je ne la vois déjà plus au sol. Ni elle, ni Hide. Merde!

    - Oui, mais et.. et toi? Qu'est-ce que tu...

    079

    Je viens d'appeler les miens à la rescousse. Ils vous aideront au sol, tandis que moi, je m'occuperai de détruire leur forteresse.

    Je ne sais que lui répondre. J'aimerai refuser en bloc le fait de la laisser partir prendre des risques sans moi. Mais en même temps, je suis désespérément inquièt pour Nanami que je n'arrive vraiment plus a apercevoir.

    Un choix.. Vite. Il me faut faire un choix. Maintenant...

    - Fais demi-tour si tu ne te sens pas à la hauteur, Aï. Car tu sais bien que tu es plus puissante à mes côtés que loin de moi...

    Oui, bien sûr. Ne t'inquiète pas pour moi!

    M'affirme-t-elle sereinement en piquant vers le sol,

    079

    Allez! Vas-y! Descends!

    J'obtempère le coeur serré.

    - Prends soin de toi. On se retrouve plus tard.

    Toi aussi.

    Qu'elle me fait simplement en remontant haut dans le ciel.

    Je me sens mal. Terriblement mal. Mais ne préfère pas y penser pour le moment, car je dois retrouver Nanami. Le plus vite possible.

     

     

    *

     

     

    079

    Moins de vingt minutes de combats au sol plus tard, je finis enfin par tomber nez à nez avec ma fiancée. Qui est toujours aux côtés de mon meilleur ami.

    J'en souffle de soulagement, tandis qu'elle m'arrive déjà dessus pour me sourire affectueusement quelques mots tendres.

    Elle est surprise de me voir là, évidemment.

    Alors je lui raconte en bref la décision qu'on a prise avec Aïko, quand tout à coup, le ciel se couvre soudain d'une nuée d'animaux volants qui se précipitent dans notre direction.

    079

    L'arrivée des dragons.

    Aïko ne m'avait donc pas menti et j'en souris aussitôt de satisfaction. Même si je m'inquiète désormais de son sort...

    Où est-elle maintenant et que fait-elle?

    Je respire un grand coup pour ne pas me laisser submerger par mes émotions.

    Le combat est loin d'être fini.


  • 080

     

     

    *       *

    *

     

    The magic of the Wizard's dreams - Rhapsody  ♫

     

    080

    Cette guerre restera à jamais gravée dans ma mémoire.

    080

    Parce que sans elle, nous ne l'aurions jamais emporté.

    080

    Sans l'arrivée inespérée des dragons, nous n'aurions jamais triomphé ainsi sur tous les fronts Enkelisiens, avant de nous ruer ensuite sur cette puissante et impitoyable forteresse.

    080

    Déjà affaiblie par le travail prématuré d'un certain être d'exception.

    Aïko.

    Mon.. Aïko.

    080

    Non... Je n'oublierai jamais ce jour.

    Celui où j'étais si pressé de la retrouver. Parce que rongé par un horrible et vil pressentiment.

    080

    Celui où j'ai couru à perdre haleine, sautant de cadavre en cadavre tout le long de la forteresse. La cherchant désespérément. La hurlant. Tout en scruptant le ciel  obscurcit ainsi que les alentours.

    080

    Où était-elle. Où était-elle.

    Mon coeur battait à tout rompre et j'avais peur. Si peur...

    Et de nombreuses minutes plus tard, je réalisais que mon état de panique était justifié.

    080

    Parce que je la retrouvais enfin.

    080

    Effondrée sur le sol. Ensanglantée. Et gémissante de douleur.

    080

    Jusqu'à ce qu'elle m'aperçoive enfin... Pour me faire passer un affectueux message,

    J'ai réussi! Tu vois! Aussi puissante était-elle... cette forteresse ne m'a pas ralentie!

    080

    - IDIOTE!!

    Je craquais nerveusement à ses côtés, laissant dévaler des larmes le long de mes joues. Ma carapace volait en éclats. S'en était trop.

    Je ne regrette rien. Car vous seriez tous morts si vous aviez été sur place avec moi... alors cesse de pleurer, Daï.

    - NON! NON! NON!

    J'hurlais encore face à tout ce gâchis. Face à ce que j'étais en train de perdre.

    C'était mon rôle de te protéger, Jiseï... Jusqu'au bout. Et...

    080

    - PARDONNE-MOI, AI! PARDONNE-MOI!!!

    Pour cette guerre insensée. Pour ma folie des grandeurs qui lui coûtait désormais la vie. Je la suppliais de m'accorder son pardon.

    Il y'a pas de quoi... car les plus beaux jours de ma vie ont été ceux où j'ai pu sauver la tienne...

    080

    On été les dernières paroles qu'elle a réussit à m'adresser.

    080

    Avant de retomber lourdement devant moi, mais sans le moindre souffle de vie, cette fois...

    080

     N..Non... je balbutiais en tremblant de tous mes membres devant le spectacle de sa dépouille qui commençait à s'embraser.

    080

     Mon... Mon Aïko...

    080

    « I cry... when angels deserve to die.. »

    080

     [ La haine tue toujours. L'amour lui, ne meurt jamais - Gandhi ]