• 007

    007

    - L'un n'empêche pas l'autre Anne! Je tente de l'induire en erreure, pour qu'elle me réponde avec un air encore plus sceptique que tout a l'heure.

    007

    - Quand même..

    - On a besoin d'une défense correcte. Pour notre simple protection!

    007

    - Mais votre défense a toujours été assurée par notre armée, à nous, il me semble... Non?

    007

    - Oui, mais désormais c'est moi qui prend les décisions militaires du royaume, et je ne supporte pas d'être protégé par d'autres.

    - Oh oh oh... Alors là je reconnais bien l'esprit Daemon. Fièr et impétueux!

    - Alors? Tu vas donc m'aider?

    - Si je le peux, oui, mais à quoi?

    - En me disant comment est-ce qu'il faudrait que je fasse pour former une armée d'invocateurs.

    007

    - Maîtriser les invocations est un travail de longue haleine Daï, et ce n'est pas tout le monde qui y arrive. De plus, il est nécessaire d'avoir un maître compétent ou sinon l'entrainement ne pourra être que voué a l'échec.

    - Et ça serait abusé de te demander de...?

    - Oui! Et je refuserai, évidemment.

    007

    - Mais pourquoi? Je me mord la lèvre de rage, en déglutissant avec rancoeur.

    - Par respect envers mon serment d'invocateurs, me soupire t-elle de dépit, en m'observant d'une manière que je n'apprécie pas du tout ; parce-qu'elle est en train de me juger. Négativement, j'en suis certain. Et paranoïaque, je n'ai jamais été.

    - Anne, je te promets que je ne veux pas renforcer une armées pour faire quoi que ce soit de nuisible... Je tente en esquissant ma bouille de caliméro. Celle qui est censée attendrir n'importe qui, tant j'ai l'air angélique avec.

    007

    - Les invocations ne doivent pas servir a faire le mal Daï, c'est une promesse qu'on a tous fait.. Et...

    - Mais je ne veux pas faire le mal!

    - Je ne vais rien te dire de plus sur le sujet, mais t'écrire l'adresse exacte, sur terre, de la petite caserne où je me suis entrainée pendant longtemps. La-bas, tu devrais en apprendre énormément. Par toi-même.

    - Mais est-ce que cela suffira? Je m'inquiète tout de même en la regardant chercher une feuille de papier blanc - où elle va inscrire dessus ce dont elle m'a parlé.

    - En théorie, tu sauras tout ce qu'il faut savoir. Beaucoup plus que tout ce que tu as pû lire dans votre bibliothèque... Par contre, pour ce qui est de la pratique...

    Démerde toi. Qu'elle essaie sans doutes de me faire comprendre, tout en me mettant dans la main le bout de papier maintenant remplit et soigneusement plié en quatre.

    007

    - Je le fais pour ton regard Daï.. Parce-que j'arrive encore a voir un peu de Jun en toi, me sourit-elle tristement, les yeux humides.

    Je me sens gêné et un peu aigri. Oui, il faut bien le dire. Car elle ne l'a fait que pour le souvenir de Jun. Le grand et gentil héros, JUN.

    - Merci beaucoup Anne, je finis tout de même avec politesse, en ravalant cette jalousie dévorante que j'ai toujours eu pour l'homme parfait qu'a été mon père.

    - Au revoir petite tête. Et surtout, fais pas de bêtises sur terre, hein?

    - Eh eh, c'est promis, je conclue enfin en me téléportant pour rejoindre ma planète. Octavia. Et plus précisément, la caserne où doit être en train de s'entrainer mon meilleur ami.

    Il faut que je lui raconte tout ce que je viens d'apprendre.

    Il faut qu'on se rende sur terre. Tout les deux. Et vite.

     

     

    *     *

    *

     

     

    007

    Sitôt mon meilleur ami coincé dans un recoin isolé de la caserne, je lui explique sans attendre tout ce que j'ai pû soutirer comme nouvelles informations - Puis il me questionne a son tour, dès la fin de mon discours.

    007

    - Alors, on va sur terre, si j'ai bien compris?

    - Bingo! C'est que tu sais être intelligent toi, parfois!

    007

    - Mais dans ma grande intelligence, j'ai toujours du mal a saisir, pourquoi?

    - De quoi, pourquoi? Je lui demande alors, pas vraiment certain de comprendre ses doutes et interrogations.

    007

    - Les invocations, ce sont des formules a apprendre, de simples formules toutes connes, a apprendre... bêtement..! Alors pourquoi est-ce que tu te prends autant la tête avec elles? Quand tu sais qu'il suffit juste de s'entrainer durement pour les maîtriser?

    007

    - Raaah, et moi qui te pensais réellement intelligent Hide.. je me met a soupirer de dépit, - Là tu m'as blasé mec..

    007

    - Très drôle!

    007

    - Parce-que tu n'as pas pensé cinq secondes que si être invocateur était si facile, et bien il y'en aurait déjà des milliards partout dans l'univers?? Pourtant ça coule de source, face de crabe! Que c'est certain que ce n'est pas le premier villageois du coin qui peut les maîtriser, ces putains invocs!

    007

    - Et c'est en allant chercher cette caserne, sur terre, qu'on aura enfin l'illumination divine?Commence t-il a m'ironiser au nez en pouffant ensuite de rire comme une vieille hyène. Ce qui a le don de m'agacer prodigieusement. Je fulmine. Le fusille du regard. Puis lui écrase le pieds a l'aide de mon talon gauche. Bien fort. Pour le faire grogner de douleur,

    - Heeeey, boulet! Mais t'es malade ou quoi??

    - Prend ma main, pour que je nous téléporte sur terre, je lui ordonne simplement avec sévérité.

    - T'es chiant putain, se contente t-il de bouder en m'obéissant quand même.

    Je ferme les yeux. Pour nous téléporter. Mon aura bleue Eternienne va bientôt nous envelopper tout les deux, pour nous faire disparaître. Puis re-apparaitre. Sur terre.

    Dans quelques secondes a peine.

    Cela ne devrait plus tarder.

    - Ca ne marche pas? Me déconcentre soudain Hideki, sans doutes intrigué par le fait qu'on ai pas encore bougé d'un millimètre.

    Il y'a quelque chose qui cloche. Je ne comprend pas. La terre, je sais la visualiser. Certes je n'y suis encore jamais allé de ma vie, mais je sais où est-ce qu'elle se trouve dans l'univers. Alors, sachant la localiser, je suis censé pouvoir m'y téléporter! Quand je veux! Bordel de merde!

    - Daï? Reprend a nouveau Hideki en se la jouant homosexuel pour me taquiner – avec des mimiques féminines et bien trop prononcées pour être crédibles, - ♫ Youhouuh, mon poussinnnn!! ♫

    007

    - Arrête ça, boulet, je le gronde en récupérant ma main d'un geste vif, - J'y arrive pas. J'arrive pas a nous téléporter.

    007

    - Sérieux? D'oh, c'est pas normal ça, il s'intrigue en se grattant la tête pour, sans doutes, réfléchir a ma triste incompétence.

    - Ok, on va trouver un autre moyen, je propose alors, en me creusant les méninges pour trouver une solution a notre futur voyage sur terre, - La téléportation étant « out », que nous reste t-il, pour voyager dans l'espace?

    007

    - Un vaisseau spacial? Me fait-il machinalement, sans se rendre compte qu'il vient là de me donner la clef !

    Immédiatement, je l'en félicite,

    - En fait avec toi, l'intelligence, c'est un coup sur deux! Voilà que tu redeviens Einstein!

    007

    - Gnurf? Me gromelle t-il sans comprendre, en me donnant un coup de pieds dans le tibia. Je grogne de douleur, et l'enguirlande aussitôt,

    - Arrête ça, vieille truie! Et prend ma main, on va se téléporter au centre spacial et prendre une navette pour la terre, tout simplement!

    - Cherche pas, tu sais plus de téléporter, espèce de faible! Me provoque t-il avec ironie en me tirant la langue. Je le fusille du regard et lui prend la main de force, pour lancer ma téléportation.

    On disparaît alors.

    Pour re-apparaitre devant l'enceinte de l'unique centre spacial Octavien.

    Hideki est impressioné. C'est la première fois que l'on se rend ici et il ne perd pas une miette du spectacle. Tout ici est si.. si classe, selon lui. Mouais. J'acquieçe et ne fait pas vraiment attentions aux décors futuristes qui m'entourent.

    Quelques enjambées plus tard, on arrive devant ce qui semble être l'accueil du bâtiment principal. Le type derrière le comptoir me reconnaît immédiatement. Me salue. Puis m'offre son respect. Sans attendre, je l'informe donc de notre besoin de navette.

    Pour nous rentre sur terre.

    Les locations de chasseurs personnels sont chères, me rappèle t-il en faisant la moue, avant de me questionner sur ma capacité a conduire un tel vaisseau.

    J'évoque alors la possibilité que la conduite automatique soit déjà implantée dans leurs engins. Il acquieçe et gromelle, en semblant reconnaître que je sais de quoi je parle. Non mais oh. On ne me la fait pas, a moi, qui sait très bien que de nos jours, il ne suffit plus d'avoir apprit le pilotage de vaisseaux pour conduire ces engins ; mais surtout, il faut posséder des finances – de grandes, finances. Un soucis qui n'a jamais été le mien, étant prince royal et général des armées.

    Un statut décidément de plus en plus appréciable au fil des jours!

    007

    Ainsi, quelques heures de rébarbatives instructions plus tard, l'on se retrouve, Hideki et moi, a bord d'un chasseur – que la conduite automatique fera voyager en direction de la terre. Arrivés sur place, je n'aurai plus qu'a enclencher une dizaines de boutons, les uns après les autres, pour amorcer une descente des plus douces. Les instructions étant si claires et concises que même un enfant de huit ans les assimileraient sans difficultées.

    - Kawabungaaaa!! hurle Hideki une fois que notre petit vaisseau a quitté le sol, - Tu crois qu'il fait la vitesse du son celui-là??

    - C'est l'un des meilleurs, alors ouais, je pense, je lui affirme, sans certitudes cependant. Enfin.. En l'espèrant tout de même. Pour l'autre, qui nous l'a loué... Parce-que s'il m'a pas refilé une vieille carne... Je peux vous dire qu'il va m'entendre.


  • 008

    Le voyage étant censé durer trois bonnes heures, au minimum, nous décidons rapidement de piquer un petit somme pour passer le temps.

    008

    Comme a son habitude, Hideki ronfle comme c'est pas permis et cela m'empêche de fermer l'oeil. Alors je me sens obligé de me mettre a lui titiller le bout du nez ; pour le chatouiller et le faire éternuer. J'éclate de rire. Il gromelle et me traite de boulet. Se retourne contre sa fenêtre et se rendort presque aussitôt. Je soupire devant son manque d'humour flagrant.

    008

    Puis me met a observer l'espace étoilé. Le panorama vu d'ici est magnifique et beaucoup tueraient pour être a ma place - J'en suis conscient et savoure donc avec délice cette chance qui m'est offerte.

    008

    Les minutes s'écoulent. Je commence doucement a m'assoupir. Jusqu'à ce qu'une secousse me tire doucement de mon sommeil.

    Combien de temps ai-je dormi? Sommes-nous déjà arrivés?

    008

    Le vaisseau est désormais a l'arrêt - mais il n'y a pas de planètes a l'horizon pour autant.

    D'une tape sur l'épaule, je réveille Hideki, qui grogne, bave, puis ouvre péniblement les yeux,

    - Z'on n'est arrivés? Za yé?

    - Non, je ne pense pas, je lui répond d'un air inquièt, en attrapant le manuel qu'on m'a confié et qui est censé contenir tout ce qu'il y'a a savoir sur le chasseur qui nous a conduit ici, - La navigation auto a dû se planter quelque part car d'après le vaisseau, on est sois-disant devant la terre.

    - Genre, le gars qui nous l'a loué nous a bien dit que la navigation automatique ne se trompait jamais ! Me contredit-il avec certitude en observant attentivement les différents radars du tableau de bord, - Il l'a peut-être mal réglé, si ça se trouve on est pas allés vers la terre.

    - Objectif, terre, atteint! Je lis et lui montre du doigt un petit message lumineux qui est maintenant affiché en vert - alors qu'a notre départ, il n'était pas encore allumé.

    008

    - Ok, bon... Ton plan a foiré Daï, me conclue t-il en s'enfonçant confortablement dans son fauteuil, - alors maintenant tu entres Octavia comme nouvelle destination et on rentre chez nous.. Ok? Parce-que je me sens pas bien moi... Je crois que j'ai le mal de l'espace!

    008

    - Comment tu fais pour transpirer dans un vaisseau ou je me les pèle, moi? Je lui demande soudain avec suspicion, en observant son front où commencent a perler quelques gouttes de sueur.

    008

    - Ouais, moi aussi, j'ai froid, me grelotte t-il en réponse, les yeux a demi-ouverts. Je prend peur. Qu'est-il en train de me faire? Sans attendre, je lui pose une main sur le front, pour découvrir avec effroi qu'il est brûlant de fièvre et qu'il est en train de pâlir a vue d'oeil.

    - Hey, Hide, debout, réveil ! Je le secoue vivement pour l'empêcher de se rendormir.

    - Je veux.. rentrer.. me marmonne t-il a peine avec difficultée, dans ce qui semble être un effort suroctavien.

    - Ok, vas-y, dors. Je te réveilles a l'arrivée, je finis par lui proposer, avant de me mettre a rechercher les instructions pour le voyage du retour.

    Une secousse.

    008

    Je sursaute et scrute l'espace attentivement, en m'inquiétant du fait qu'il n'y ai strictement rien dans les environs - a part de nombreux astéroides éparpillés un peu partout.

    Bref. Nous devons rentrer. Et vite.

    Je commence a pianoter sur les touches du moniteur pour y inscrire notre planète natale.

    O.. C.. T..

    008

    Une autre secousse.

    A.. V...

    008

    Puis une troisième.

    I..

    008

    La quatrième et dernière est encore plus violente, puisque c'est en me faisant projeter contre une paroi que je réussis a inscrire, difficilement, la dernière lettre.

    A..

    Puis c'est le trou noir. Je perd connaissance.

    008

    Je ne suis pas sûr, mais je crois que le vaisseau est devenu fou.

    ...