• 047

     

    *     *

    *

     

    La fin de soirée tourne donc rapidement au vinaigre et ses participants préférent l'écourter au plus vite en se disant au revoir – bonne nuit -, pour rentrer chez eux au plus vite.

    047

    - Enfin! Tu as passé une heure dans la salle de bain, s'étonne Shiro en voyant sa petite amie le rejoindre dans ce qui est désormais leur chambre – mais a la base celle de la jeune fille.

    047

    - J'ai mis un peu de temps a me laver les cheveux, c'est vrai. Lui répond son interlocutrice en refermant la porte derrière elle.

    - D'habitude tu gardes tes colorations plus longtemps que ça. Quelque chose te dérangeais avec celle-ci?

    047

    - Rose/violet.. J'étais pas vraiment fan. Pourquoi? Tu aimais, toi?

    - Hum, dans l'ordre de préfèrence je dirai violet, rose, blond, et roux!

    - Ma couleurs naturelle en dernier : Shiro, ou l'art de parler aux femmes!

    047

    - Et pourquoi es-tu autant habillé, mon petit poil de carotte? Lui susurre t-il amoureusement en s'avançant pour la prendre dans ses bras avec sensualité, - Je vais t'aider a te débarasser de tout ça, eh eh eh..

    047

    - Moui.. Bof. Non... J'ai un peu froid là en fait!

    - Tu plaisantes? Avec la chaleur qu'il fait dans ta chambre?

    047

    - C'était pour te faire comprendre que je suis fatiguée Shiro.. Et j'ai un peu mal a la tête..

    047

    - Mal a la tête.. Evidemment.. laisse échapper le jeune homme avec rancoeur, en ne pouvant s'empêcher ensuite de lancer une petite pique des plus amères, - mais si je m'appelais Daï, tu aurais sans doutes écarté plus vite les cuisses en hurlant « prends moi!! prends moi!! » N'est-ce pas?

    - Euh.. pardon?

    - Fais pas ton innocente Nanami.. Si tu crois que j'ai pas remarqué la façon dont tu l'as dévoré du regard ce soir...

    - Oh.. oh.. Tu t'es donc imaginé plein de choses dans ton coin, mais tu ne m'en a pas touché un mot de la soirée!

    047

    - Au cas où tu en douterais encore, tu sors avec quelqu'un de respectable et qui a la classe en société! Ce qui veut dire, quelqu'un qui ne fait pas d'esclandres en public! Après si tu veux savoir ce qu'intèrieurement je pensais, et bien je vais te le dire! Hummm.. Que tu te comportais en petite trainée irrespectueuse?

    - Juste parce-qu'on a parlé du costume de Daï avec Moira? Pendant quelques minutes a peine? Et beh...

    - Ne me prends pas pour un con Nanami! Parce-que dans tes yeux il y'avait tout sauf une envie de détailler un costume de bouffon!

    047

    - Tu me fatigues, je vais faire un tour.

    - Où ça?

    047

    - Bah dans les bras de Daï, pourquoi?

    - Très drôle...

    - Je souligne juste tes idioties! Je vais voir Aïko. Elle avait pas l'air bien tout a l'heure et je m'inquiète..

    047

    - D'accord. Mais reviens vite vite.. Je t'aime.

    047

    - Moi aussi.

     

     

    *

     

     

    047

    - Mais puisque je te dis que Sayuri est lesbienne Aiko!! je tente de me justifier auprès de la concernée, pour qu'elle se hâte de me bouder en retour,

    047

    - Bah dans ce cas... pourquoi t'as fais ça? C'est dégoûtant moi je dis!

    - C'était la fête, et tout le monde s'amusait.. je lui fais a nouveau en haussant les épaules. Evidemment, je ne vais pas lui dire que mon geste avait pour unique but de faire crever Nanami de jalousie.

    047

    - Salut Nanami! Fait soudain Hideki, toujours affalé sur son canapé, pour nous faire sursauter de surprise et nous retourner vers la concernée - qui semblait nous épier depuis je ne sais combien de minutes.

    Et... merde!

    J'espère qu'elle n'a pas entendu ce que je viens de révéler a propos de la sexualité de Sayuri!

    047

    - Salut vous deux, se contente t-elle de répondre en ignorant – encore une fois – mon existence.

    047

    - Daï est un chaud lapin Nanami, continue de gromeller notre barbie de compétition, tout en me dévisageant de haut en bas, - Il nous a avoué qu'il saute sur tout ce qu'il bouge! Comme ça, juste pour le fun!

    - Holà roukmout'! Je me glisse dans leur conversation pour me moquer d'une couleurs de cheveux que je ne soupçonnais pas - tout en essayant d'être le plus ironique et dédaigneux possible.

    - Oui, je sais, roukmout'. Poil de carotte, se vexe immédiatement la moquée en me jetant un bien étrange regard - où je lis presque de la peine. Intrigué, je lui lance alors, un peu honteux de l'avoir – peut-être – blessée réellement,

    - D'oh! Cosette! Y'a pas de mal a être roux.

    - Ouais, c'est vrai que y'a vraiment pas d'mal! Me complète immédiatement Hideki en sifflotant – évidemment! Pauvre petit père!

    - Y'a un soucis avec ses sourcils, non ? je ne peux m'empêcher de reprendre, a destination d'Aïko et Hide, – pour sans doutes me venger encore un petit peu, - Vous avez remarqués?

    Quoi? Non je ne suis pas méchant! Mais ses sourcils sont bruns! Ou chatains.. Bref, ils ne sont pas roux! Alors je suis désolé, mais moi ça me choque.

    - Je rentre, baisse étrangement vite les bras Nanami, avant de reprendre en direction dAïko, - Je passais juste voir si ça allait, toi..

    Et sur ce, elle nous disparaît a nouveau sous le nez.

     

    *    *

    *

     

    Deux heures plus tard – et au lieu de nous endomir profondément – nous voilà en train de jacasser entre mecs avec Hideki. Lui, tout en tisonnant le feu dans la cheminée, et moi, en mode « loque » sur mon nouveau futon, posé a même le sol, en plein milieu de la pièce.

    047

    - Ca meule, sérieux, ça meule, me râle Hideki pour la au moins dixième fois en cinq minutes.

    047

    - Ca se balade torse nu et ça se plains de la température, je me contente de lui soupirer dans le vague, blasé.

    - Avec un tee-shirt, j'ai chaud. Et sans, je me pèle le cul.

    - C'est moche la vie.

    - Vi! Et en plus, y'a du chômage!

    047

    - Re-bonsoir, nous fait soudain un Shiro en apparaissant en plein milieu de la pièce - grâce a cette bien pratique invocation de déplacement qu'ils semblent être nombreux a maîtriser dans ce vaisseau.

    - Quand y'a d'la gêne, y'a pas d'plaisir, je me presse alors de rappeler a cet odieux personnage qui se pointe comme ça chez les gens en pleine nuit!

    047

    - Est-ce que vous voulez rentrer chez vous, ce soir? Nous fait-il a nouveau, en dirigeant son regard vers Hideki qui vient de se tourner dans sa direction.

    - Nan, on veut danser la polka avec Dark Vador, je ramène rapidement mon grain de sel pour rire de ce mec que j'envoie rôtir en enfer par la pensée.

    047

    - Pourquoi? Questionne Hideki avec sérieux, pour provoquer une réponse rapide et concise de la part de notre interlocuteur commun,

    - Alors vous avez dix minutes. Habillez-vous, et on va a la base. Je peux vous ramener ce soir - si vous ne posez pas de questions.

    047

    - A d'autres, tocard, je me moque ouvertement de lui en réponse, - Tu me la feras pas, a moi ! Qui sais très bien que les chasseurs sont personnels et qu'il est strictement interdit - par vos lois de merde - de prendre des passagers ! Alors je ne vois pas comment tu..

    - Je te demandes ton avis, a toi?

    - Non, mais je te le donnes quand même!

    - Tu es vraiment sérieux Shiro? Reprend a nouveau Hideki pour sans doutes nous interrompre avant qu'on en vienne a la vulgarité.

    - Oui. Et je ne me répèterai pas une nouvelle fois, alors si vous voulez saisir immédiatement cette chance qui vous est offerte.. Vous savez quoi faire!

    - Debout Daï! Habille toi! Habille toi! Vite! Reprend avec frénésie un meilleur ami que je trouve bien naïf... de courir enfiler comme ça les premiers vêtements qu'il croise, pour revenir ensuite chercher un bout de papier et un stylo, - Aiko doit dormir et on ne peut s'en aller comme ça, comme des voleurs... Alors je vais lui laisser un mot.

    - Tu as pas trouvé plus lâche encore comme attitude? Je l'accuse discrètement en enfilant a mon tour le premier Jean qui passe sous mon regard, ainsi que le premier sweet que je peux chopper - la majorité étant malheureusement au sale.

    - Je n'aurai pas la force de lui dire « au revoir » en face, c'est tout.. se justifie t-il en écrivant avec soin quelques ligne que je vais me presser d'aller lire par-dessus son épaules.

    « Puce..

    Tu dors encore au moment où je t'écris ces mots, alors a l'heure où Shiro nous propose d'enfreindre vos lois pour nous ramener – avec Daï - ma lâcheté va l'emporter. Parce-que je ne supporterai pas de te serrer dans mes bras une dernière fois. Parce-que tu as été ce petit rayon de soleil qui a éclairé nos vies pendant notre court séjour chez vous, et je ne te remercierai jamais assez pour tout ce que tu as bien pû faire pour nous. »

    - Tu l'appèles « puce » maintenant?

    - T'occupes! Et rends moi mon stylo!

    - Non, c'est a mon tour d'écrire un truc!

    « Yop yop la chieuse!

    Bah ouais, comme tu l'as compris (je suppose) sur le message du moisi ci-haut, on part! YATAAA! Enfin... On va tenter de partir, hein. Passke moi c'que j'en pense... (c'est Shiro ka même!)

    Bon bref, euh.. Bah merci pour tout Aiko! Passke même si t'es une casse-couilles de compète et que tu t'y crois trop, t'es une fille classe! Bsx.»

    - T'as pas trouvé plus naze ?

    - Oh mais la ferme toi! Critique pas mon passage!

    - C'est bon? Vous avez fini? Commence a s'impatienter Shiro en trépignant sur place. J'avais dis dix minutes...

    - Go, on peut y aller, lui répond Hideki en repliant la lettre qu'on a écrite a deux – après avoir griffoné un petit coeur tatoué d'un « je t'aime », a la fin de son message a lui.


  • 048

     

     

    *

     

     

    Musique ♫

    048

    Au même moment, c'est le coeur en charpie – car désormais complètement divisé en deux – que Nanami campe comme une perdue devant le grand miroir de sa chambre.

    048

    Un petit mot de son Shiro, qu'elle a trouvé sur sa commode il y'a quelques minutes, lui a expliqué que celui-ci avait a faire en urgence - mais qu'elle n'avait pas a s'inquiéter, car il serait là le lendemain a son réveil.

    048

    Un petit mot, qui en temps normal l'aurait attristée – car l'absence de son homme a pour habitude de lui peser – mais qui ce soir, l'a étrangement soulagée.

    048

    Un ressentiment bien étrange donc, pour la jeune femme désormais des plus sceptiques face a ses sentiments pour celui qui partage son lit toutes les nuits.

    048

    Et des plus sceptiques aussi lorsqu'elle réalise a quelle vitesse son coeur se met a battre lorsqu'elle se trouve dans la même pièce qu'un certain jeune homme.

    048

    Un casse-pieds vraiment insupportable. Un gamin prétentieux et agaçant. Un idiot de compétition. Un abruti fini. Une enflure. Un.. Un..

    048

    Un Dai.

    048

    Un Daï!

    048

    Un Daï!!!

    048

    Et oui. Elle doit bien finir par se l'admettre.

    Que son coeur a bel et bien déjà fait son choix, lui.

    Peut-être depuis le premier jour, d'ailleurs...


  • 049

     

     

    *     *

    *

     

     

    Le voyage ne sera pas très long – mais des plus inconfortables. En effet, les chasseurs personnels n'étant pas prévus pour accueillir plus d'une personne a la fois, nous nous retrouvons Hideki et moi, assis l'un sur l'autre, a moitié recroquevillés sur nous-même, au fond de l'appareil.

    Mais heureusement pour nous, le fait de tomber de sommeil va nous aider a passer le temps, puisque l'on ferme rapidement les yeux, quelques minutes a peine après le décollage. Il faut dire que la carpe nommée Shiro – monsieur « je ne te parles pas si tu n'es pas mon ami », ne nous aide pas a tenir une conversation, qui pourrait nous maintenir éveillés - et ce n'est pas ma marmotte de meilleur ami qui saura prendre correctement la relève a ce poste.

    Alors on se contente de faire un somme. Un long – ou court – en fait, je n'en sais rien – somme.

    Jusqu'à ce que des mouvements plus brusques du vaisseau nous tirent de nos sommeils. Parce-que notre pilote est en train d'amorcer sa descente.

    Hideki jubile aussitôt. Me criant dans les oreilles qu'enfin, nous sommes de retour! Qu'il sent déjà d'ici les pierres d'Octavia! Car nous nous posons apparement dans une partie reculée de ce que je reconnais être notre immense désert de pierres.

    - Voilà, vous êtes chez vous, nous fait Shiro, une fois que l'on a tous sautés de son minuscule petit chasseur qui nous a offert ticket de retour et courbatures, - Je suppose que je n'ai pas besoin d'expliquer mon choix de ne pas m'être posé là où il y'a de la civilisation?

    Evidemment. Puisque les terriens du Neptania se cachent de tout - et de tout le monde. Shiro doit bien sûr craindre d'être repéré – et peut-être intercepté, voir arrêté. Et si ça se trouve, tué! Bouh, Shiro! Bouh! Nous sommes si méchants, nous, ici, sur Octavia!!

    - Merci pour tout Shiro, s'avance amicalement Hide en tendant sa main au concerné, pour que celui-ci la lui serre et lui réponde qu'il n'y a vraiment pas de quoi. Qu'il ne regrette pas de l'avoir fait.

    Alors, et avec un fair-play que je ne me croyais pas capable de posséder, je me décide a imiter mon meilleur ami en m'avancant amicalement – sans la moindre grimace dessinée sur le visage – pour tendre la main avec amitié, pour que cet espèce de décoloré se mette brusquement a me rire au nez avec ironie - en enfouissant rapidement ses mains dans ses poches,

    - Mais je ne l'ai pas fais pour toi, connard!

    Et c'est là que je commence a comprendre...

    Que cet abruti de Vivelle Dop, qui est en train de remonter tranquillement dans son chasseur, vient tout simplement d'éliminer la plus grande menace qui planait sur son couple.

    Parce-que Nanami avait dû commencer a douter...

    ...

    Et.. Et merde!

    Et moi qui pensais que c'était mort! Que c'était un râteau définitif! Qu'il valait mieux que je passe a autre chose!

    Et merde! Et merde!

    Et merde, et re-merde!

    ...

    - Daï ? Me tapotte doucement sur l'épaule mon meilleur ami, dès que l'enculé de sauveur hypocrite s'est envolé pour repartir chez lui, - On est chez nous, Daï! Souris, mec!

    049

    « Souris, mec? »

    C'est bien ce qu'il vient de me proposer de faire?

    ...

    049

    - Allez, téléporte-nous, Daî!! Vite, vite, allons revoir les nôtres!! Nos familles!! Tout le monde, Daï!! Nous sommes chez nous, YATAAA!!!

    - Ouais.. nous sommes chez nous, eh eh... Excuse mon manque d'enthousiasme, j'ai du mal a le réaliser, c'est tout.

    049

    - Aiko me manque déjà, a moi aussi, tu sais.. Mais le fait de savoir mes pieds posés sur nos terres me donne envie de hurler de joie, alors..

    - Accroche-toi, boulet. On décolle!

    - Yeaah! Ta téléportation qui me dégueulasse mes fringues de poussière bleue!! Elle commencait a me manquer!! Yeaahhhh!!!

    ...

    Eh eh.. Ouais.

    A moi aussi, elle commencait a me manquer...

    ...

    Et puis après tout.. C'est vrai que.. Octavia! Nous voici!

    Nous sommes de retour!!

     

    049