• 036

     

     

    *     *

    *

     

    036

    Le lendemain midi, je rejoins Hide au fast-food où il travaille - pendant sa pause – pour pouffer vivement de rire lorsqu'il m'apprend de sa voix dépitée qu'il s'est prit le râteau de sa vie la veille.

    036

    - C'est vraiment pas drôle! Boulet, gros naze, moisissure sur pattes, m'enchaine t-il en retour, la tête posée comme un sac sur la table et entourée de ses petits bras de femmelettes, - La honte quoi, la honte Daï.. c'est trop la honte!! J'veux mourir! Achevez-moi!!

    036

    - Je me suis fais envoyer bouler par Nanami hier soir Hide, je le console en riant encore de nos misérables tentatives de séduction, - Et moi, ça fait deux fois. Alors je crois que je suis encore plus pathétique que toi! Je ris encore, au bord du fou rire.

    - Sérieux? Nanami t'as envoyer balader comme une vieille merde? retrouve soudain le sourire mon fourbe d'ami, - c'est vrai de vrai? Alors tu sers autant a rien que moi?

    - Peut-être, mais moi j'ai le mode « Skyzo » qui s'enclenche de temps en temps et là, je peux te dire qu'elle est chauuude!!

    - Enfoiré!!!

    - Alors on joue pas dans la même cours, ah ah!

    - Hier soir, sur le chemin du retour, j'ai essayé de gratter des informations sur le fait qu'elle vive seule dans la maison. Aiko, hein, évidemment, change t-il subitement de conversation – sûrement trop honteux de réaliser que moi, a la différence de lui, j'ai déjà eu les lèvres que je convoitais.

    - Ah? Et elle t'as répondu? Je m'intéresse alors.

    - Non, mais son visage s'est assombrit et elle avait l'air perdue. Comme si elle ne savait pas me répondre en fait. C'était étrange...

    - C'est Nanami qu'il faudrait faire parler la-dessus. Mais vu qu'à elle, il est presque impossible de lui tirer les vers du nez..

    - Bah quand elle sera enfin dans ton lit, tu t'en occuperas! Elle sera alors raide dingue de toi et tu en tireras ce que tu veux!

    - Ca, j'en sais rien franchement.. car la vraie Nanami, elle aime vraiment Shiro.

    - Tu crois que ça pourrait être deux personnes qui se partageraient le même corps?

    - Non, car la Purple me dit toujours qu'elle est Nanami.

    - Et si on demandait a Aiko a ce sujet? C'est son amie, alors elle doit être au courant pour cette double personnalité. Qu'est-ce que t'en penses?

    - Non, je préfère pas. Car si ça arrive aux oreilles de Nanami, que je sais pour la Purple, je pense que je peux dire au revoir a mes couilles. Vu qu'elle a déjà du mal a assumer d'avoir manqué de m'embrasser dans son étât normal, je te laisses imaginer sa réaction si elle réalise ce qu'elle a fait en mode « Purple »!

    - Oui, mais je te parlais d'Aiko, moi.

    - Et moi je te parles de Nanami, la meilleure amie d'Aiko, qui ne pourra s'empêcher de courir voir sa copine en lui criant que les gaaaarçons savent qu'elle se réveille la nuit pour devenir quelqu'un d'autre!

    - Mouais, tu as peut-être pas tort. Gardons ça pour nous alors.


  • 037

     

     

    *

     

     

    037

    A la nuit tombée - alors qu'Hide est en train de commencer son service du soir - moi je suis censé rentrer a la cabane.

    Pourtant, aujourd'hui je préfère rester seul dans la forêt de sapins. Notre... forêt de sapins. La forêt qui nous a vu nous écraser ici, et qui m'a fait découvrir – pour la première fois – la Purple.

    037

    Et pourquoi suis-je ici en fait? Assis comme un clodo sur une pierre recouverte de mousse verte et soyeuse. Pourquoi?

    Parce-que je suis certain qu'une certaine jeune femme aux cheveux violets ne va maintenant plus tarder a arriver a la maison. Pour me chercher. Me chauffer. Puis me faire craquer.

    Bien sûr, tout homme normalement constitué se ravierai d'un tel programme et je dois vraiment être là l'exception qui confirme la règle. Et pour cette raison je me sidère moi-même, vu qu'une telle réaction ne colle absolument pas avec ma personnalité.

    Et pourtant..

    037

    Oui. Je fuis la Purple.

    Parce-que chacun de ses baisers me font désirer un peu plus Nanami - cette fille que je dois vraiment cesser d'imaginer dans mes fantasmes les plus fous.

    037

    - Tiens, qu'est-ce que tu fais là? Me surprend soudain dans ma rêverie celle que justement je n'espérais surtout pas voir ce soir!

    J'hallucine! Et m'agace donc en conséquence,

    - C'est plutôt a moi de te poser cette question, non?

    037

    - Je te cherchais.

    - Ne t'approches pas de moi, ou ce soir on va devoir se battre. Visage de Nanami, ou pas!

    037

    - Tu ne pourrais pas. Tu ne saurais pas.

    - Tu me mets au défi?

    037

    - Abimer ce corps.. Que tu désires tant..

    - Ce n'est pas toi que je désire.

    - Mais si.. Parce-que c'est moi Daï.. sans barrière ni interdictions. Sans rien pour me freiner.. C'est m..

    037

    - RHABILLE TOI TOUT DE SUITE!! je lui gronde avec désarroi lorsque je la vois jeter son top sur le sol pour libérer ses deux seins nus.

    "Désarroi" parce-que je ne veux m'autoriser le moindre écart. Parce-qu'elle n'est, et ne sera jamais, a moi – et qu'il est hors de question que je sois l'amant de l'ombre!

    037

    - Daï... me gémit-elle maintenant dans un souffle, tout en commençant a se caresser elle-même les seins pour que je ne puisse plus détacher mon regard de sa personne. Mon dieu.. Qu'elle est vile. Oh, mon dieu! J'en déglutis de désir et tente de détourner le regard.

    En vain.

    037

    - J'ai chaud.. Tellement chaud.. poursuit-elle ensuite en dirigeant sa main gauche vers la braguette de son jean, tandis que la droite titille habilement ses tétons.

    Et là... C'est le drame.

    037

    Je craque.

    037

    Je m'étais pourtant persuadé et j'avais la meilleure volonté du monde.

    037

    Mais malgrès tout... Là.

    037

    Je craque. J'ai trop envie d'elle pour faire usage de ma raison.

    Et elle me gémit de continuer. De l'embrasser. De la caresser. De la toucher.

    Alors j'obtempère. M'exécute. Glisse sans hésiter mes doigts dans sa culotte, pour aller enfoncer délicatement mon index dans son sexe déjà complètement humidifié de désir.

    Elle gémit de plaisir. Gémit, et gémit encore. Tandis que je l'embrasse.

    Encore et encore.

    Jusqu'à ce qu...

    037

    ...qu'elle me repousse brusquement en arrière en poussant un cri strident.

    Et voilà.

    Ce que je craignais le plus vient de se produire.

     

     

     


    Entracte

    037

    037

    037


  • 038

    038

    038

    - Dégage de là! Mais dégage de là! Me crache t-elle avec haine et en m'envoyant de violents coups de pieds dans les tibias. Surpris – et un peu perdu aussi – je fais aussitôt quelques pas en arrière.

    038

    - Tu.. Tu n'es qu'un fumier! Un fumier!

    Qu'elle continue de me lancer avec ce même regard qu'avait la Purple-garce le soir de notre première rencontre. Ces yeux emplis d'une haine profonde.

    - Je.. Je..., j'essaie tout de même de me justifier – pour je ne sais qu'elle raison d'ailleurs, puisque les torts ne sont pas que de mon côté : rappelez-vous, messieurs les jurés, que c'est elle qui m'a chauffé!

    038

    - Et depuis quand sais-tu pour mon problème? Et depuis quand en profites-tu ainsi?? m'accuse t-elle ensuite avec une douleur palpable, avant de se cacher derrière le plus proche arbre.

    038

    - Ton problème..? j'arrive a peine a lui répéter bêtement, touché par sa détresse que je ressens grandissante.

    - DEPUIS QUAND?? me demande t-elle a nouveau dans un hurlement, tandis que je ne quitte pas du regard l'arbre derrière lequel elle a trouvé refuge, pour lui répondre enfin – et le plus honnêtement possible,

    - Tu es venue me voir hier soir pour me chauffer, et on s'est embrassés.. Mais rien de plus. Je te le pro...

    038

    - Lance moi mes vêtements! M'ordonne t-elle brusquement et en m'interromptant dans mes aveux, - Et.. Et.. Et je ne veux plus que tu t'approches a moins d'un mètre de moi!! C'est compris?? Est-ce c'est compris??  Espèce de porc !!

    Alors là, je suis choqué.

    Et je ne vais pas me gêner pour lui faire part de mon opinion – après lui avoir lancé son jean et son minuscule petit top en soie,

    038

    - Hey mais tu as tes torts aussi!! C'est toi qui me poursuit toutes les nuits, c'est toi et rien que toi!! Même que la nuit de mon arrivée tu m'as agressé ici même, pour qu'on se batte! Et les nuits suivantes, tu es revenue mais pour une toute autre raison!! Pour me chauffer, jusqu'à ce que je craque et me décide a te sau...

    038

    - La ferme! La ferme! Je connais mon handicap, connard! Mais ce que je ne te pardonnerai jamais, mais alors là, jamais! C'est d'en avoir profité!

    - C'est de ta faute! A garder pour toi tout ces petits secrets! Comme cet étrange « handicap », plutôt embarass...

    038

    - Je te hai daï!! Je te haï!! Ce soir, je te haï tellement!! TU AS COMPRIS??? JE TE HAIS!!!!

    - Je note, pas de problèmes.

    038

    - Gun-Ro-Zis!

    038

    Et encore une fois - comme a son habitude finalement - elle se téléporte sous mon nez, pour me laisser seul derrière elle.

    Seul comme un con.

    038

    Seul comme un con qui ressent soudain une étrange douleur entre les côtes.

    Seul comme un con qui n'avait encore jamais éprouvé une telle sensation de déchirement.

    Seul comme un con.. qui prend finalement peur en se réalisant si faible face a une femme. Une simple femme. Qu'il ne connait pas depuis si longtemps que ça en fait... Voilà pourquoi je n'ai jamais de petite copine!!! Vous avez compris?!? Les filles, ça fait CHIER!

     

     

    *

     

     

    038

    - Oh mon dieu! Il est amoureux! En déduit rapidement Hideki, peu après que je sois rentré a la maison et qu'on se soit isolés pour discuter un peu entre hommes.

    038

    - Eeeuhhh!! Mais non! Mais non! Mais non! Je me défend sans attendre pour le contredire dans ses accusations sans fondements – non mais comment ose t-il lancer de tels inepties comme ça dans l'air, lui?! Il est pas bien dans sa tête des fois?! Il a besoin d'un bon coup de boule pour lui remettre les neurones en place?!

    038

    - Si si si Daï! Tu es complètement accro a Nanami! Complètement! Et c'est magnifique!!! Mon dieu! Daïchounet amoureux! Qui aurait pû croire ça possible?! Qui?!

    038

    - Arrêêêête! Tu délires complètement là! Je ne suis pas amoureux d'elle!

    - Si si si!

    - Non non non! Attends je suis quand même mieux placé que toi pour le savoir, c'est mon corps quand même! Alors je sais ce qu'il ressens!

    - De l'amouuuuur!

    - Non! De.. de l'attirance, peut-être! Et encore! Mais ça, c'est comme tout le monde! Elle est belle nanami, non? Toi aussi tu la trouves belle! Non?!

    - Moi je la trouve banale et je n'éprouve pas la moindre attirance pour elle! A la différence de toi, qui n'a que sa petite personne pour sujet de conversation depuis quelques temps! Eh eh eh!

    - Mais c'est pas vrai! J'ai un tas de sujets de conversations! Tous aussi variés les uns que les autres!

    - Mais ne t'offusques pas mon roudoudou! Je trouve ça magnifique moi que tu sois finalement capable de sentiments! Vraiment!

    038

    - Arrête de raconter des salades ou je t'énucle pour me faire des boucles d'oreilles de tes yeux!