• 064

    064 

    Il est là... Elle en est certaine.

     Il est là.

     Derrière cette porte. 

    064

     Elle le sait.

     064

     Il est là et il souffre. 

    064

     Il est là et il est mourant.

     064

     Pourquoi ?

     Pourquoi est-elle en train de tuer son plus fidèle serviteur ? 

    064

     Pour les exterminer. 

    064

     Jusqu’au dernier. 

    — Libère mon frère espèce de pute !!! hurle Isis en déchainant toute son énergie pour repousser cette attaque maléfique.

    064

     J’un arrive a ce moment là, en hurlant a nouveau le nom de sa compagne.

     Arrivé près d’elle, il l’entoure de son aura protectrice pour la protéger d’une nouvelle attaque plus puissante, — On doit s’en aller !! Ici, c’est mort Isis ! 

    — Non ! Lui hurle la concernée — Kei est là-dedans ! Avec Daï ! 

    — Mais Daï est devenu maléfique Isis ! L’interrompt brusquement Jun pour qu’elle réalise, enfin, qu’elle n’a plus rien ici.

     — Que... quoi ? Tu mens ! Daï doit être prisonnier avec Keï !

     — Daï est mon fils et je sais ressentir sa présence ! Reprends brutalement Jun en lui attrapant le bras — il est là avec ton esprit bidule et Kei doit être déjà mort ! On a plus rien qui nous retient ici alors cassons-nous maintenant ! Tu n’as pas a donner ta vie dans...

     — Lâche-moi espèce de lâche ! lui hurle une Isis folle de rage — mon frère n’est pas mort et je ne le laisserai pas crever comme un chien ici !

     « Espèce de lâche »... cette insulte surprend et blesse le jeune éternien.

     « Il n’y a que la vérité qui blesse... »

     Oui, il a été lâche. Oui, il a voulu fuir loin d’ici avec sa belle.

     Comme le plus pitoyable des lâches...

     Il a honte. Terriblement honte.

     Alors il va tenter de se racheter, en passant devant sa princesse pour repousser, seul, et d’une seule main, le rayon qui les titillait.

    — Attention, ça va péter... murmure t-il ensuite a sa compagne plus que surprise par le fait qu’il soit resté près d’elle au lieu de fuir.

     Il va faire exploser cette porte blindée pour pénétrer dans cette salle morbide.

     Parce qu’il n’est pas lâche.


  • 065

    065 

    Pendant ce temps, la nuit est noire et étoilée sur Stehn, la capitale d’Eternia. 

    065 

    Comme la plupart des nuits depuis que son neveu les a quittés, Aaron termine la soirée, seul, sur sa grande terrasse. 

    La solitude aide à la réflexion. Elle est le miroir fourbe qui nous reflète ce que l’on tente lâchement d’oublier. Elle est celle qui nous fait pleurer sans honte, puisque personne n’est censé nous apercevoir.

     Aaron inspire profondément pour retenir ses larmes, même s’il sait qu’elles ne tarderont pas à franchir la frontière de ses fières paupières.

     065 

    Il vit très mal le fait de devoir bientôt l’affronter.

     Il sait qu’il ne pourra jamais lever la main sur cet enfant qu’il a adopté puis élevé comme son propre fils.

      Le cœur gros, il se demande ce que Jun peut bien faire en ce moment, là-bas, sur cette planète de sauvages.

     Comment a-t-il plus changé de la sorte ? Pour une femme ? Pour une Octavienne ? Il ne comprend pas... Lui qui était portant fou amoureux de la belle Evaï...

     Evaï... À la mémoire de ce prénom, il laisse échapper une larme qui roule lentement le long de sa joue gauche. 

    065 

    Cela fait tellement longtemps qu’ils n’ont plus de nouvelles de cette petite rouquine... Aujourd’hui, tout le monde la considère morte et on lui a même fait un faux enterrement, sans corps, pour marquer les mémoires. Pour se souvenir de cette gentille éternienne qui avait marqué les cœurs.

     — Debout, espèce de larve ! ordonne soudain une voix au jeune roi d’Eternia, qui lève aussitôt la tête pour chercher son interlocuteur.

     065 

    Il croit rêver. Son frère ? Non. C’est l’esprit de son frère, car il est translucide et entouré d’une aura pure et lumineuse.

     065 

    — Jun a besoin de toi, alors fonce et dépêche-toi ! Il est en danger. L’informe son défunt frère aîné, — je compte sur toi... N’oublie pas que je te l’ai confié ! Alors, ne le laisse pas seul là-bas.

     065 

    — Maax ! Ne peut s’empêcher de crier Aaron en réalisant enfin qu’il n’est pas en train de rêver. 

    065 

    Il se lève brusquement sous la surprise, mais cet être qu’il chérit tant disparait aussitôt, de la même façon qu’il est apparu. 

    065 

    De nouveau seul, mais désormais heureux et apaisé, Aaron fixe alors l’horizon en remerciant son ange gardien de savoir rester présent pour le guider et le conseiller dans ses choix.

     065 

    Maintenant, et surtout grâce à son grand frère, il sait ce qu’il doit faire : courir chercher les siens pour les prévenir qu’ils doivent aller chercher et soutenir celui qui devrait être parmi eux.


  • 066

     

     

    *

     

     

    Warrior of Ice ~ Rhapsody ♪

     

     

    *

     

     

    Pendant ce temps, le combat continue et fait rage au palais d’Octavia. 

    Daï s’est précipité sur son paternel, dès que celui-ci a mis un pied dans la salle mystique après avoir explosé la porte blindée, et sois-disant indestructible.

    066

    — Il va falloir faire mieux que ça si tu veux me battre ! se moque ironiquement Jun en arrêtant sans difficulté une attaque de son prétentieux petit garçon.

     066

     Prétentieux ? Oui. Comme tous les éterniens, Daï a hérité de cette caractéristique. Il ne supporte pas qu’on se moque et doute de sa grande puissance !

    Il s’énerve, jure, fronce les sourcils, avant de lancer une nouvelle attaque. 

    066

     À nouveau, Jun s’entoure de son aura protectrice pour atténuer et absorber cette nouvelle menace.

      Puis il se moque encore. Il lui dit qu’il n’a pas dû retirer ses Pampers et que c’est sans doute pour cela qu’il est aussi mou.

     066

     Daï est fou de rage et s’en mord la lèvre inférieure jusqu’à se faire saigner.

    Puis il s’élance sur son ennemi à vive allure.

    Il a bien l’intention de lui faire payer cet affront.

    Il va lui montrer qu’elle est la punition que l’on réserve à ceux qui osent ironiser bêtement devant les « guerriers noirs » de la grande déesse Octavia ! 

    066

     À quelques mètres, Isis ne fait pas attention au combat de son amant et de son rejeton : elle a confiance en Jun, elle sait qu’il saura très bien corriger, seul, ce sale gosse irrespectueux.

    Elle préfère se préoccuper de son frère, assis et attaché au fond de la salle, devant la fameuse statue maléfique d’Octavia.

     066

     — Tu as cinq minutes pour le libérer... commence-t-elle à menacer en faisant naître une boule lumineuse dans le creux de sa main droite.

    Cette ordure grisâtre se tient fièrement devant son frère. Elle sourit d’un air machiavélique et cela rend folle Isis de voir cette créature debout comme ça, devant celui qui a toujours été sa moitié.  

    066

     — Isis... pauvre petite Isis... commence à soupirer Octavia en fixant la blondinette qui continue d’amplifier sa boule d’énergie, — peux-tu me rappeler d’où est-ce que tu puises l’énergie qui est en train de grandir dans ta paume ?

     D’elle. Évidemment. Isis le reconnaît, mais elle ne veut rien lui répondre.

    Parce qu’elle ne mérite même pas qu’on lui adresse la parole, cette chienne !

     066

     — Pauvre, pauvre petite Isis... continue quand même de se moquer Octavia, — je ne comprends pas, comment peux-tu être aussi irrespectueuse envers celle qui a donné une vraie puissance a ton peuple ? Tu me déçois... Sans moi, vous n’êtes rien.

    — Et c’est peut-être bien ce que l’on veut ?? Laisse échapper Isis dans un hurlement — un peuple faible peut être heureux ! Nous n’avons pas besoin de puissance pour être épanouis !

    — Ce n’était pourtant pas ce que recherchait Keichi.

    — Je sais ! L’interrompt a nouvelle Isis en la cinglant de sa voix la plus amère, — mais Keichi regrette aujourd’hui ! Je le sais ! J’en suis sûre ! Et c’est pour ça que vous l’avez attaqué !

     066

     — Petite idiote ! Éclate finalement de rire la déesse mère — ton frère ne s’est jamais repenti ! Jamais ! Même quand il m’a ordonné d’aller te violer pour que tu accouches d’un guerrier noir !

    066

     Une larme perle sur la joue ensanglantée du souverain d’Octavia.

    Il regrette de ne pas être encore mort.

    Il aurait voulu ne jamais assister à cette scène.

     — Tu mens, espèce de chienne ! Tente désespérément Isis en essayant de ne pas se laisser impressionner — c’est toi qui l’as manipulé ! Depuis le début, c’est toi qui le manipules ! Mon frère n’est que ta marionnette et c’est tout simplement parce qu’il a commencé à avoir des doutes sur tes agissements que tu as brusquement décidé de l’exterminer !

     066

     Keichi sent son cœur partir en lambeaux.

    Elle le protège encore.

    Elle ne le méprise même pas.

    Elle l’aime encore...

    Il veut laisser échapper des mots de sa bouche inondée de sang. En vain.

    Il aimerait lui parler. Lui souffler quelques paroles... mais malheureusement, cet état larvesque et semi-comateux, dans lequel il est plongé, ne lui donne pas la force de dire ni faire quoi que ce soit.

    Et c’est bien cela le pire...
    Tout voir et tout entendre, sans jamais pouvoir réagir ni épauler.

     066

     — Tu es aussi ridicule que ton idiot de frère finit par constater Octavia en dévisageant avec mépris la jeune princesse — ridicule et si faible...

     066

     — Que.. Que... crie brusquement Isis en sentant tout à coup ses muscles brûler en elle.

     Une vive douleur des plus horribles. Que lui arrive-t-il ? Elle ne sait plus bouger un seul membre... à part ses lèvres, qui savent encore laisser échapper un faible, — espèce de...

     Une violente attaque la frappe au visage, la faisant tomber en arrière.

     Maintenant agenouillée sur le sol, elle continue de se tordre de douleur, en réalisant qu’elle a sans doute déjà perdu.

     Que pourrait-elle faire contre une puissance qui a réussi à la mettre à terre sans avoir besoin de bouger d’un seul millimètre ?

    J’un a assisté a la scène et il tente de revenir vers sa dulcinée pour la protéger, mais Daï n’est pas d’avis a le laisser faire. Il lui offre immédiatement une pluie de coups que le jeune prince d’Eternia doit esquiver habilement s’il ne veut pas avoir très mal.