• 016

     

    *

     

    — Bravoooo ! C’était géniiial ! crient joyeusement les deux jeunes filles au petit groupe, dès la fin de leur dernière chanson.

    — Vraiment ? Leur demande Erwan, avec un clin d’œil, avant de se lever de son piano pour rejoindre ses compagnons : ils doivent maintenant aller saluer leur petit public !

     — Même toi Bulbizar, t’as arraché le sol avec ta guitare en mousse ! Taquine joyeusement Tania avec le plus d’ironie possible.

    — Vanessa ? Appelle soudain une voix dans le dos de la concernée — ça va ?

    016

    — Hein ? Fait immédiatement celle-ci en se retournant pour chercher son interlocuteur....

    Son cœur s’arrête brusquement de battre, en même temps que sa respiration se coupe.

    Que fait-il ici ?

    Et pourquoi... ?



  • 017

     017

    — Tu es toujours aussi jolie à ce que je vois.. Se dépêche de lui sourire cet homme qui a déjà tant fait brûler son cœur par le passé.

    Ulrich Zarbi. Son ancien petit ami... et presque fiancé. Après presque deux ans de couple, ils allaient sceller leur union par une promesse de mariage... mais Vanessa avait décidé de mettre fin à tous leurs projets en hurlant brusquement une rupture définitive.

    Elle l’avait trop aimé.

    Trop cru.

    Trop désiré et trop adulé.

    Il fallait que cela cesse, car l’on ne peut vivre éternellement les yeux embués de larmes.

    — Je peux te retourner le compliment, lui sourit-elle timidement.

    Son visage... Son sourire... Ils sont restés les mêmes. Elle fond comme au premier jour.

    Alors qu’elle devrait le haïr et tourner définitivement la page.

    Cela fait pourtant trois mois, mais elle réalise qu’elle est toujours autant sous son charme.

    Comment pourrait-elle réussir à tirer un trait sur son passé, quand celui-ci ne cesse de s’accrocher a ses chevilles tel un boulet d’un millier de tonnes ?

    — Viens t’asseoir à côté de moi, non ? Je ne vais pas te manger... Parle-moi de toi un peu ! Qu’est-ce que tu as fais depuis tout ce temps ? Tu m’as manqué ! Tu chantes toujours ?

    — Oui... Comme d’habitude... Pas grand-chose de nouveau, disons..

    — Pourquoi tu tires une tête pareille ? Viens près de moi !! À moins que je me sois enlaidi en trois mois, au point que tu ne veuilles plus m’approcher ?

    Oh que non, il ne s’est pas enlaidit.

    Bien au contraire...

    Toujours ce visage d’ange, à la fois vil et tendre...

    Toujours ces yeux bleus, charmeurs et envoutants...

    — Tiens, une raclure ! Remarque enfin Tania en se retournant vivement vers cet indésirable qu’elle n’a jamais pû supporter.

    — Tiens, un pou hystérique ! N’hésite pas à lui répondre froidement son interlocuteur.

    — Retourne dans ta grotte, tocard ! Enchaine avec vivacité l’insultée — qu’est-ce que tu fous ici ? Tu trouves pas que tu es de trop ? Que tu gênes.. Que tu pollues ?!

    — Tania... l’interrompt Vanessa en déglutissant, — s’il te plaît.. Il serait peut-être temps d’enterrer la hache de guerre, non ? Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis et...

    — Vous avez pas changé les filles, reprend Ulrich avec un clin d’œil en direction de son ex-petite amie — le duo explosif, l’intelligente et la conne !

    — Ulrich... le fusille du regard Vanessa — j’ai dit qu’on enterre la hache de guerre... T’es aussi bouché qu’elle ou quoi ?

    En prononçant sa phrase, elle s’avance vers ce démon qui détient encore, et malheureusement, une grande partie de son pauvre cœur.

    — OK, OK, se décide enfin à soupirer Ulrich, les yeux rivés sur le seul être qu’il ait jamais aimé en ce monde — j’enterre la hache de guerre avec cette chose... Mais je le fais pour toi, Ness ! Et uniquement pour toi...

    — Merci... lui sourit timidement l’objet de ses désirs, avant de reprendre plus joyeusement, — et sinon toi, tu as du nouveau à me raconter ? 

    — Kylian est en train de descendre de l’estrade, annonce brutalement Tania en dévisageant avec mépris cet homme qu’elle déteste profondément. 

    Cette information lui fera comprendre que désormais, elle n’est plus seule.

    Cette information lui fera comprendre que désormais, elle n’attend plus rien de lui.

    Il est fourbe, violent, faux et sans vergogne.

    Cet homme est un des pires spécimens que la confrérie des salauds a pu engendrer à ce jour.

    Et depuis le début elle l’avait cerné...

    Et depuis le début, son amie elle avait tenté, de sermonner.

    En vain.

    En vain.

    Toujours en vain...

    Car l’amour est aveugle.

    — Vanessa ? Appelle Kylian une fois arrivé près de la concernée, — tu viens ?

    Il accompagne sa proposition d’un doux sourire, avec cependant quelques non-dits dissimulés en lui : « qui est ce type ? Que fais-tu avec lui ? »

    017

     — Kyl ! Se dépêche de répondre l’appelée en se retournant vers son interlocuteur — je.. Je te présente Ulrich ! Ulrich, je te présente Kylian.

    — Enchanté... marmonnent en chœur les deux hommes en se jetant des regards froids et pleins d’indifférence. 

    — Tu descends ? Reprends rapidement Kylian en plongeant d’un air anxieux, dans le regard de sa petite amie. 

    Le doute. La crainte. La terreur.

    Ce sol béant qui ne cesse de s’ouvrir sous ses pieds.

    Cette angoisse grandissante qui le tenaille et lui tord l’estomac.

    Qui est cet homme et que représente-t-il pour elle ?

    La solitude.

    La sensation de n’être finalement rien.

    La peur de n’être qu’un jouet de substitution. 

    — A plus tard Ulrich, sourit amicalement Vanessa en regardant en direction du concerné.

    Elle termine sa phrase en rejoignant son petit ami à la mine atterrée.

    Que lui arrive-t-il ? songe-t-elle aussitôt.

    On pourrait croire qu’il vient de voir un fantôme !

    — Je t’appelle... sont les derniers mots qu’Urich va souffler tout bas, dans un murmure à peine audible, afin qu’elle soit la seule à pouvoir le percevoir.