• 011

     

     

    *

     

     

    011

    Non loin de là, au Reflex, l'ambiance est tout autre.

    En effet, Kurt Cobain accompagné de sa bande d'amis de faculté, s'ennuit à mourir, lors de cette soirée étudiante où l'alcool coule pourtant à flot ; Kurt n'a pas eu la motivation de boire la moindre goutte. Comme s'il avait perdu son esprit festif, ce soir...

    - On rejoint les autres ? lui propose soudain le rouquin du groupe, Anton Basketon, vu qu'ils sont tous les deux encore assis à leur table, - faut qu'on se bouge, ou on va prendre racine !

    011

    - Je ne te retiens pas. Amuses toi bien, renvoie Kurt avec désintérêt.

    - Tu ne t'amuses pas? questionne Anton d'un air dépité, - Tu verrais dans un miroir que tu prendrais peur...Tu tires une de ces tronche.

    - Je me fais chier comme un rat, oui, lui avoue très honnêtement Kurt, - en plus j'ai presque déclenché un incident diplomatique a la maison quand j'ai annoncé que je sortais avec vous alors....

    - Tu sais ce que c'est ton problème Kurt ?

    - J'ai pas de problèmes, mais si tu continues de me les briser, toi, tu vas en avoir. Commence à s'échauffer le concerné.

    - Ta femme... C'est elle ton problème ! Enfin pas elle... Vous ! je veux dire vous ! Votre façon d'être !

    - Pardon ?

    - A long terme, c'est très mauvais les couples fusionnels, c'est ça que je veux dire !

    - Mon couple fusionnel il t'emmerdes ! s'agace désormais et clairement, Kurt, furieux de l'audace de ce type qu'il connait a peine, au fond.

    Non mais de quel droit se mèlait-t-il de sa vie privée, cet empaffé ? Ils n'avaient après tout pas élevé les cochons ensemble !

     - Un couple doit savoir faire des choses séparément Kurt, persiste tout de même Anton en haussant les épaules, - Et vous, j'ai l'impression que vous ne pouvez pas décrocher pour avoir des activités bien à vous. Les couples comme ça vont toujours droit dans le mur, tu sais. 

    - Ecoutes Anton, lorsque j'aurai besoin de tes conseils, je te ferai signe, d'accord ? Tente de déstresser Kurt en se laissant tomber lourdement sur le dossier du canapé, avant de reprendre, les yeux rivés sur la piste de danse, 

    011

    - c'est pas de ma faute si vous me faites tous chier, sauf elle... 

    011

    - Heeeeeeeeey Kurt ! l'appèle vivement Dirk en bondissant devant la table où sont encore assis ses deux amis. - tu ramènes tes fesses sur la piste où tu restes a pioncer là comme une petite mémé ?

    - J"arrive... abdique Kurt, l'air bougon et en ronchonnant.

    011

    Il n'a vraiment aucune envie de rejoindre ces danseurs transpirants, mais il fera un effort, ce soir, afin de prouver à tous ses amis ici présent que lui aussi, sait faire preuve d'indépendance, sans sa moitié, la femme de sa vie, son grand amour... 

    Il lui en veut cependant terriblement de ne pas être ici avec lui, ce soir, tout en commençant à se demander ce qu'elle pouvait bien faire, elle, de son côté.

    011

    Kurt a bien tort de croire que sa douce épouse est en train de s'amuser en son absence, puisque cela va bientôt faire une demi-heure que celle-ci est rentrée chez elle pour enfiler son pyjama et ses chaussons en forme de lapin, afin d'aller croupir devant des revues insipides en attendant son retour.

    011

    Elle s'ennuie comme un rat mort.

    011

    L'appartement, habituellement animé de discussions et rires, est désormais envahi d'un silence des plus morbides que seul un film ridicule essaie, en vain, de combler.

    Il est déjà une heure du matin et Tiphanie commence a s'inquiéter des faits et gestes de son époux. Non par manque de confiance, loin de là, mais plutôt par prudence : il ne doit pas abuser de l'alcool, vu qu'il se déplace en deux roues...

    Il est maintenant une heure et demi.

    Tiphanie commence a feuilleter ses revues d'une main nerveuse.

    Que fait-il ?! Où est-il ?!

    Si elle ne se retenait pas, elle irait courir toutes les boîtes de la ville pour le rejoindre.

    011

    Soudain, le téléphone fixe se met a sonner a pleine puissance.

    011

    C'est forcément lui ! Se rassure aussitôt Tiphanie en bondissant de sa chaise pour courir vers l'objet.

    Toujours nerveuse, et surtout impatiente de reconnaître cette voix qu'elle a tant besoin d'entendre, elle décroche d'une main fébrile.

    - Oui, allo ?

    - Allo, bonsoir, commence une voix diffèrente de celle de Kurt, - Tif ?

    Peter Foster. L'infirmier de la crèche où elle travaille.

    Un ami. Un très bon ami même...

    - Oh, bonsoir Peter ! Se dépêche t-elle de saluer, avant de reprendre d'une voix taquine, - dis donc, tu sais que ce n'est pas vraiment une heure pour appeler chez les gens ?

    - Pas faux, reconnaît immédiatement son interlocuteur, - Je te déranges?

    - Non, non. C'est pour quoi sinon ? Je te manques déjà, alors que tu me vois toute la semaine ?!

    - On peut dire ça ! Rit aussitôt le jeune homme, avant de reprendre, - sans rire, je me fais chier comme un rat là chez moi et je me demandais ce que tu faisais toi...

    - Hummm, là tout de suite ? Rien ! J'attend simplement le retour de Kurt.

    - Bah si tu fais rien, ça te dis de venir boire un verre avec moi ?

    - Hummm, non, je ne pense pas. Kurt ne va sûrement pas tarder et il serait surpris de pas me trouver a la maison, sachant que je lui ai dis que je n'allais qu'au cinéma !

    - Bah, appèles le pour lui dire que tu t'es rajouté un projet ! Non ?

    011

    - Non, en plus j'ai une flemme monstre. Je me suis déjà changée et démaquillée... Alors je suis désolée, mais ça sera pour une prochaine fois mon gros ! Tu penses que tu survivras ?

    - Arrêtes de te moquer de moi ou lundi tu vas souffrir, vilaine !

    - Eh eh eh ! J'en tremble ! Et malheureusement je vais devoir te laisser ! Je vais aller me faire les ongles tiens ! Ca va m'occuper !

    - Oué, oué, c'est ça, lâcheuse ! Allez... A lundi poulette ! Moi je vais aller noyer mon chagrin dans l'actimel périmé puisque c'est ça !

     

     

    *

     

    011

    Etant accompagnés d'une adolescente qui ne doit pas veiller trop tard le soir, Kylian se voit obligé d'écourter sa merveilleuse soirée en ramenant sa dulcinée chez elle.

    Il n'est pas idiot : la déposer devant son palier lui assure qu'elle ira se coucher sagement, au lieu d'aller faire la fête sans lui.

    Il préfère prévenir que guérir... Il ne manquerait plus qu'elle tombe sous le charme d'un autre homme en son absence !

    011

    Les baisers s'enchaînant.

    Aucun des deux partenaires ne veut lâcher l'autre.

    Vanessa est aux anges, sur un petit nuage de bonheur qu'elle aimerait éternel.

    011

    Depuis « lui », elle n'avait plus ressenti cette merveilleuse sensation : celle de se sentir revivre dans des bras étrangers.

    Elle était certaine de ne plus jamais pouvoir apprécier et dévorer d'autres baisers que « les siens ».

    Elle se trompait donc.

    011

    - Je t'appèles vers qu'elle heure demain? Lui murmure soudain son doux compagnon, qui n'a pas oublié de lui demander son numéro de téléphone sur le chemin du retour.

    - Comme tu veux... se dépêche t-elle de lui sourire affectueusement, ravie d'avoir entendue cette douce question : il l'intention de la rappeler ! Leur petit aventure peut donc devenir plus qu'un simple échange de baisers nocturnes !

    - Grmblblblbl, j'ai pas envie de te laisser, lui marmonne t-il en plongeant son regard dans le sien, - mais il va falloir qu'Ophé se couche..! Raah la la, vie ingrate !

     011

    - Elle va dormir avec toi, a la cité U ? Ta chambre doit être grande alors !

    - Pas trop non, mais elle va squatter mon lit et moi je prendrai mon sac de couchage, pas de problèmes ! J'me la jouerai Koh-Lanta !

    011

    - Bon alors je te libères, parce-que la pauvre doit commencer a nous mépriser bien fort de la laisser toute seule comme ça !

    Les mépriser ? Non. Ophélia ne sait pas, et ne sauras jamais, mépriser.

    Même lorsqu'elle les regarde s'embrasser une dernière fois, avant de se séparer en se faisant des sourires affectueux.

    L'ange ne sait pas être jaloux, puisque tout ce qu'il désire, c'est le bonheur des siens et de leur entourage.

     

    *

     

    L'ami n'est pas celui qui fera tes choix a ta place, mais plutôt celui qui te  guideras lorsque tu feras les mauvais.

    L'ami n'est pas non plus celui qui t'empêcheras de tomber, mais plutôt celui qui seras là pour t'aider a te relever.


  • 012

     

     

    *

     

     

    Quatre heures et demi du matin.

    Kurt rentre enfin chez lui.

    A son retour, il a trouvé sa douce épouse endormie sur le canapé.

    Elle l'attendait sûrement..

    012

    Ravi par cette petite attention des plus touchantes, il s'est précipité sur elle pour la réveiller, la relever, et la couvrir de baisers.

    012

    Il faut dire aussi qu'il n'est plus très sobre, car encore sous les effets des nombreux verres d'alcool qu'il a ingurgité ce soir.

    012

    Tiphanie s'en rend rapidement compte et décide de mettre fin a ces baisers maladroits.

    012

    - Kurt ? Tu.. Tu es complètement saoûl ma parole !

    012

    - Un petit peu mon coeur, réussit-il a balbutier entre deux hoquets, - mais c'est pas grâve ! Je suis encore maître de mes mouuuveeements pour finir dignement la nuiiit !

    Evidemment, sa phrase est pleine de sous-entendus sexuels.

    - Va prendre ta douche oui plutôt ! Tu pues la clope en plus ! Le cingle sévèrement Tiphanie pour le ramener a la réalité.

    Elle est furieuse qu'il ai bu comme un trou, sans elle.

    Il lui avait promit de ne jamais boire en son absence, lorsqu'il doit rentrer seul en pleine nuit, avec sa moto...

    - Haaan, méchante, continues joyeusement Kurt en commençant a la caresser avec sensualité.

    - Va prendre ta douche, j'ai dis ! Reprend alors Tiphanie en le repoussant franchement et en esquissant une grimace qui exprime toute la lassitude qu'elle éprouve ce soir face a ce comportement des plus puérils.

    - Je vais prendre ma douche et toi tu m'attends sagement ici!!! continue t-il fièrement, sans se laisser démotiver par ce mauvais caractère, - tu m'attends hein ?? Heeeinn que tu m'attends ??

    - Oui oui, c'est ça, je t'attends...

    - Okaaay ! Alors admires en combien de temps j'arrive dans la salle de bain ! Tu chronomètreuuuh ? R'gardes ! R'gardes !

    Il sautille sur place, chantonne et esquisse un sourire des plus niais et ridicules.

    - Kurt.. J'ai pas envie de rire ! Alors traces sous la douche et revient quand tu auras cuvé un peu toute cette merde ! Merci !

    A peine sa phrase est-elle terminée que le concerné est déjà en train de lui obéir en courant et en chantonnant un hymne bien connu des plus grands fêtards :

    - Caaaapitaaaiine Flaaammeee, tu n'eees paaaas, deeee noooootre gaalaaaaaxiiiie !!!

    012

    Jamais ils ne feront un enfant, se met maintenant a réaliser Tiphanie, maintenant seule dans son salon.

    012

    Jamais... Puisque l'enfant... C'est lui ! 

    Lasse, elle décide ensuite d'aller récupérer ses habits, qu'il a certainement dû jeter sur le sol de la salle de bain avant de s'élancer dans la douche.

    Ils doivent sûrement sentir la cigarette a quinze kilomètres ; elle va aller les enfouir tout au fond de la machine a laver, vu que monsieur ne pensera sûrement pas a le faire.

    012

    - Ma chéééééééériiie d'amour que j'aimeeeuuuh, lui chantonne t-il amoureusement lorsqu'il la voit pénétrer dans la salle d'eau, - tu viennns avec moi diiis ??

    En temps normal, elle se serait précipitée a ses côtés, pour prendre avec lui, une douche des plus érotiques.

    Mais ce soir.. elle va le laisser pourrir seul sous son jet d'eau, ce gamin irresponsable !

    012

    - Je t'attennnnd, reprend t-il alors sur le même ton, vu qu'elle ne semble pas vouloir lui répondre, - tuuuu viennns ma puuuceeeuuuh ?

    - Non. Je ramasse juste tes fringues que t'as jeté partout ! Comme d'hab' !

    - Maaaaiiis euuuh ! On s'en fouuut des fringuuueeuuuh !!!

    - Moi, je m'en fous pas.

    012

    - Raaah, t'es chianteeeeuuuh !

    - Maja ? 06.35.45.87.96 ? C'est qui ça ?

    - Hein ? Semble s'étonner Kurt en redevenant soudain très sérieux, - De quoi ?

    - Maja ! 06.35.45.87.96 ! reprend alors Tiphanie d'une voix où se mélange un début de colère et quelques sanglots, - Maja ? Maja ? C'est qui ça, Maja ?

    Elle agite dans sa main droite un bout de papier plié et griffoné d'une écriture féminine.

    Le coeur de Kurt commence a battre a cent a l'heure.

    - Attend... C'est pas ce que tu crois ! Je vais t'expliquer !!

    012

    - Tu ne vas rien m'expliquer du tout ! L'interrompt violemment Tiphanie dans un hurlement qui trahit un désespoir évident, - tu m'as trompée ! C'est ça ? Tu m'as trompé !!! Et ça fait combien de temps avec Majaaaaaaaaa ??? Heeeeinnn ?? Avec Majaaaaaaaa !!!!

    - Arrête, tu dis n'imp', attends.. tente Kurt d'une voix tremblante, - tu te fais des films.. je..je..

    012

    - Dis moi qui c'est !!! Dis moi qui c'est !! Continue Tiphanie en hurlant de plus belles, - dis moi qui c'est !!! Et depuis combien de temps est-ce que tu... Depuis combien de temps est-ce que tu...

    012

    - Mais depuis... depuis... depuis jamais !! Eeeeuh.. l'informe Kurt d'une voix hésitante, en se jettant la tête sous le jet d'eau, afin de s'aider a reprendre plus vite ses esprits, encore embrumés par la dure soirée qu'il a passé.

    -Tu te fous de ma gueule, Kurt ! Continue Tiphanie en laissant retomber sa colère, - mais ce n'est pas grâve mon coco, car je finirai par tout savoir ! Même si tu ne veux pas parler !

    Elle termine sa phrase en se baissant pour attraper vivement ce pantalon roulé en boule contre l'armoire de la pièce ; elle va extraire son téléphone portable de sa poche droite.

    Dirk.

    012

    Dirk saura la renseigner lui, vu qu'ils ont passés la soirée ensemble !

    012

    Sans un mot de plus, elle s'élance hors de la salle de bain, le téléphone en main.

    012

    - Tif attends ! Tente de l'appeler son époux en manquant de se vautrer par terre ; il a essayé de sortir trop vite de la baignoire et le sol glissant de celle-ci a voulu lui jouer un mauvais tour.


  • 013

    013

    — Oui Dirk, c’est moi ! Commence-t-elle à brailler dans le combiné du téléphone portable, une fois que le concerné a décroché. Elle est maintenant en plein milieu du salon, a plusieurs mètres de cet horrible personnage qui a, peut-être, entaillé fourbement le contrat sacré !

    — Tu as vu l’heure ? lui marmonne son interlocuteur a l’autre bout du fil, — ça va pas la tête de me réveiller a...

    — J’en ai rien à foutre de l’heure Dirk ! Tu vas me dire qui est Maja, ou je débarque chez toi pour te castrer !

    — Maja ?

    013

    — Oui ! Maja ! La nana qui laisse son numéro dans la poche de MON MARI en entourant son prénom de petits cœurs !!!!

    — D’un, tu vas te calmer et me parler sur un autre ton, et de deux, je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler et...

    — DIRK !! JE VAIS TE TUER !!!

    — Ok, ok !! Maja c’est une fille qui nous a allumés ce soir, voilà ! T’es contente ?

    — Pardon ? PARDON ?? Tu es en train de me confirmer que... que..?!?

    — Qu’on s’est fait allumer par une bande de petites poufs, oui ! Mais juste « allumer » ! Kurt n’a rien fait ! Si c’est ça qui te tracasse...

    013

    — Comment est-ce que ce numéro a pu arriver dans sa poche ?

    — Il est aussi dans la mienne si tu veux savoir, Maja c’était la pire du lot et elle nous a refilé a tous, son numéro et son adresse.

    — Donc tu veux dire que...

    — Que Kurt n’a rien fait, à part le cadavre toute la soirée.

    — Jure-le-moi.

    — Je te le jure.... Putain, mais tu sais que t’es chiante quand même ?

    — Je sais... Bon... Sur ce, je vais te laisser.

    — C’est ça, et moi je vais retourner dormir ! Espèce de folasse qui réveille les braves hommes en pleine nuit va !

    — Bonne nuit Dirk... .

    Elle raccroche aussitôt après qu’il lui ait rendu son « bonne nuit ».

    013

    Kurt est planté juste derrière elle, adossé contre le mur du couloir.

    — Excuse-moi... Voilà.... réussit-elle a lui soupirer, malgré sa gorge nouée et ses lèvres encore tremblantes.

    013

    — Excuse-moi aussi, ajoute à son tour Kurt en essayant de coincer son regard qui semble le fuir — Je suis désolé d’avoir bu comme un trou... Cela ne se reproduira plus.

    — Je suis désolée d’avoir douté de toi... Je suis désolée... Je sais pas ce qui m’a pris... On peut dire que j’ai pété un gros câble...

    013

    — Oui. Mais c’était justifié, ne t’en fais pas... la rassure-t-il en revenant près d’elle, — j’aurai dû venir avec vous ce soir, j’ai vraiment chié ma soirée....

    — Et la mienne aussi...

    013

    — Ah bon ?

    — Bah oui... Comme si je savais m’amuser sans toi !

    — Alors demain, on va se faire un truc, ce que tu veux, en amoureux, rien que tous les deux, propose-t-il alors de sa voix la plus tendre, en lui déposant un doux baiser sur le bout des lèvres, — et puis ensuite on ira... où tu voudras, ce que tu veux, c'est toi le chef ! Avec Hanz et Elo, même, si ça te fais plaisir !

    013

    — Ca marche... se contente de lui sourire Tiphanie, les yeux a nouveau embués de larmes.... de joie cette fois.

    Ils ne sont pas encore prêts à être parents, c’est certain... songe-t-elle ensuite en se laissant tomber doucement dans ces bras protecteurs et amoureux... mais une chose est sûre, ils s’aiment profondément et réciproquement.

    C’est tout de même le plus important...

     

     

    *

     

     

    013

    Ce matin, Kylian a rendez-vous avec sa belle, au parc de leur première rencontre.

    Il l’a appelé, il y’a moins d’une heure, pour lui proposer de le rejoindre ici même.

    Elle avait l’air emballée et très enthousiaste au téléphone, alors il ne craint pas de se prendre un lapin... même si cela va bientôt faire quinze minutes qu’il est en train d’attendre sagement sur son banc.

    013

    — Coucou Kyl ! Le fait-elle soudain sursauter en arrivant rapidement vers lui avec un grand sourire dessiné sur le visage : un sourire penaud cependant...

    — Enfin ! Se dépêche-t-il de lui répondre en lui rendant sa bonne humeur, — ça va toi ?

    013

    — Désolée pour le retard... Je me suis un peu engueulée avec mon père avant de quitter la maison.

    013

    — C’est pas grave ! Ce sont des choses qui arrivent malheureusement ! lui sourit-il à nouveau en oubliant pas de la détailler de la tête aux pieds : elle est vraiment magnifique aujourd’hui, dans ce petit top a moitié transparent...

    Il se lève en plongeant dans son regard avec une passion non dissimulée. Vanessa est ravie de l'effet qu'elle lui fait.

    Il lui prend les mains pour la ramener contre lui, en lui demandant de façon très sérieuse

    — Tu as quelque chose de prévu pour aujourd’hui ?

    013

    — D’abord... T’embrasser ! Se contente-t-elle de lui répondre en le dévorant du regard, avant de agripper à lui amoureusement pour s’exécuter.

    013

    Sans hésiter, il répond à ce baiser et le prolonge avec sensualité... Tout en profitant du fait qu’elle se love contre lui pour lui caresser le dos du bout des doigts.

    — Cet après-midi, reprend-elle dans un soupir, après une longue série de baisers passionnés — je dois aller au studio...

    — Alors ce matin, tu es à moi, si je comprends bien ?

    — Hummmm... lui sourit-elle avec un regard coquin qui en dit long. On peut dire ça comme ça...

    — Tu veux que je t’emmène à la cité pour te présenter au groupe ? Lui propose-t-il alors en lui déposant un léger baiser sur le bout des lèvres. Elle frémit à ce délicieux contact avant de hocher positivement la tête, ravie qu’il veuille lui faire découvrir son petit monde.

     

     

     

    *

     

     

    Pendant que Kylian roucoule, on s’impatiente a la sois-disant Cité universitaire.

    Ou plutôt, dans la petite salle de musique de la cité universitaire...

    — Qu’est-ce qu’il branle, merde ! Ronchonne Gérald à ses compagnons : Kylian devrait être parmi eux pour s’entraîner, mais ils ne l’ont pas trouvé dans sa chambre aujourd’hui.

    013

    — Il est sûrement avec sa blonde, informe Erwan comme s’il connaissait par cœur l’emploi du temps de son camarade absent.

    — On a aucune preuve qu’il l’a retrouvé hier soir, non ? Commence a s’intéresser Gérald en regardant du côté de Romuald, pour que celui-ci, qui semble ailleurs, vienne participer a la conversation.

    — Il ne nous a pas rejoints, alors moi j’en déduis qu’il prend du bon temps, si vous voyez ce que je veux dire, ajoute Erwan le nez toujours sur son piano, — et c’est pas avec un chanteur pareil qu’on ira loin, c’est moi qui vous le dit.

    — La ferme, le cingle fermement Yann — juger sans savoir c’est toujours délicat, on te l’a jamais dit ?

    013

    — Oh oh oh, le protecteur du Kylian se réveille ! Rétorque Erwan le plus ironiquement possible, — tu lui changes ses couches aussi, dis ?

    — Ça suffit, intervient brusquement Gérald en frappant sur sa batterie — on est un groupe, alors on ne s’engueule pas ! Merci.

    — Bien dit, l’approuve Yann en soufflant un grand coup, avant de revenir s’adresser à son ami pianiste — désolé...

    — De même... lui répond celui-ci sur le même ton honteux.

    — Il ne va sûrement pas tarder, vient ajouter tranquillement Romuald en prenant enfin part à la conversation — il sait où on est de toute façon...

    Tous hochent la tête. Il a raison. Kylian ne tardera sûrement pas et ils n’ont pas à se disputer pour si peu... S’ils veulent aller loin ensemble, ils devront toujours rester unis et solidaires...

    Toujours.