• 115

    You raise me up — Secret Garden ♪

     

    115

    Ne sachant plus vers qui se tourner, au fond du trou et ne voyant plus d'issues à sa misérable existence, Kylian revient presque par automatisme vers ceux qui l'aimeront toujours de façon inconditionnel et ce, peut importe ce qu'il fera ou commettra.

    115

    Les seuls qui ont toujours été et seront toujours là.

    Les siens. Son clan.

    115

    Il a honte cependant de revenir ainsi, la queue entre les jambes et la bouille trempées de larmes, parce qu'il les a souvent négligés, parce qu'il n'est pas le fils idéal et qu'il les a souvent déçus.

    115

    Mais malgré cela, ces gens-là, ce soir et comme d'habitude, ils l'accueillent à bras ouvert et lui sautent chaleureusement dessus.

    115

    Les siens. Son clan.

     

     

     

     

    *

     

     

     

     

    115

     

    Ainsi, dans les jours qui vont suivre, Kylian va se permettre un « break » salvateur pour rester auprès de sa famille.

    Sa manière à lui d’envoyer « chier le monde », comme il le dit lui-même.

     

    115

     

    Un jour, lui et Tiphanie seront prêts à ressortir de ce havre de paix.

    Un jour, oui... un jour.

    Mais pas aujourd’hui.

    Pas encore...

      

     

     

    *

     

     

     

    Cette nuit, au petit camping qu’ils occupent, Erwan se décide enfin a profiter de l’absence de Ness ; partie faire sa toilettes quelques minutes a la salle d’eau ; pour tenter d’avoir une discussion seul a seul avec la deuxième jeune femme du trio. Tania.

     

    — Tu m’en veux, n’hésite t-il pas a soupirer, tout en continuant son activité : il fait griller quelques saucisses pour le repas du soir. Cela sera un vrai délice qu’ils accompagneront de pommes frites, fraîchement achetée chez le petit vendeur ambulant qui exerce a quelques mètres de là.

    — De quoi ? Feint d’ignorer Tania avec un mépris et une indifférence non dissimulée. Elle ne l’apprécie pas et souhaite bien le lui faire comprendre. 

    — Ok, si je comprend bien, on ne sera donc jamais « amis », finit par comprendre Erwan a haute voix, comme pour faire culpabiliser son interlocutrice.

    — Kylian est mon ami.

    — Et ? C’est pour cette raison que ta meilleure amie est obligée de finir ses jours avec lui ?

     

    Une provocation gratuite et peut-être inutile ? Il en a bien conscience. Cependant, ils ont besoin de cette conversation.

     

    — Peut-être pas avec lui.. Mais peut-être pas avec toi non plus.

    — Et pourquoi ça ? Parce -que que je suis le pianiste du groupe de ton « pote » ? Même si j’aime Vanessa ?

    — Genre tu l’aimes..

    — Ouais, je l’aime. Et ça te poses un problème ?

    — Non. C’est une fille bien.. Y’a beaucoup de boulets qui tombent amoureux d’elle. 

    — Le boulet, il t’emmerde. Surtout que tu es mal placée pour faire la maligne. Tu veux que je te rappèles tes histoires avec Romu et Yann ?

    — C’est pas pareil, alors ne mélange pas tout !

    — C’est presque pareil. 

    — Non ! Parce-que moi... Et bien je l’ai pas détruis... Romu ! Alors que toi... Tu lui a fais mal ! Très mal !

    — Il n’est pas encore au courant...

     

    Oh mais si.. Bien sûr que si, qu’il est au courant.. mais cela évidemment, elle doit absolument s’interdir de le lui révéler.

     

    — Quand il le saura...

    — Je prendrai des gants... Et puis merde ! C’est lui qui a fait le con avec Avril Lavigne ! Moi j’ai franchement rien fait pour ruiner son histoire, je te le promets !

    — Je sais... Je sais qu’au fond je ne devrai pas t’en vouloir. T’es ptèt un type bien Erwan... Mais je sais pas, y’a quelque chose qui coince...

    — Je ne suis pas Kylian-Le-Grand. Son excellence Kylian...

    — Il n’est en rien une « excellence » Kylian... Mais disons que... qu’on lit quelque chose dans son regard. Tandis que toi... Rien ! Tu es vide. Noir. Broullon et insondable.

    — Ok.

     

    Et c’est ainsi que cette conversation s’achève, pour laisser place au crépitement des flammes qui s’excitent avec frénésie sous les saucisses déjà presque cuites.