• 069

     069 

    — Bande de traîtres ! hurle la déesse mère en fusillant du retard la troupe qui vient de débarquer, — qu’étiez-vous sans moi ? HEIN ??

    — QU’ÉTIEZ-VOUS SANS MOI BANDE DE LARVES ? RIEN !!

    — VOUS N’ÊTES RIEN SANS MOI ET MON POUVOIR ! 

    069 

    — Et vous ne serez plus jamais rien, finit-elle par conclure le plus calmement possible, — c’est décidé, je reprends tout.

     

     « les huit branches de l’infini se meurent »

     

    Ses pouvoirs. Sa force. Sa puissance.

    Elle leur reprend tout.

     

    « les huit branches de l’infini se meurent »

     

    Sans elle, ils ne sont rien.

    Sans eux, elle n’est rien.  

    069 

    Alors ils mourront tous. 

    069 

    Dans un ultime et dernier combat. 

    Brusquement, tous les octaviens découvrent, en même temps et en poussant des cris d’effroi, qu’ils n’ont plus de pouvoirs.

    Ils ont beau essayer d’invoquer tout ce qu’ils peuvent, aucun d’entre eux n’arrive à déployer la moindre aura.

     — Nous, nous sommes encore là ! Crie brutalement Anne à la déesse mère qui se préparait à fondre sur Aaron.

     — Oui, nous, Eternia, nous sommes encore là pour te vaincre, espèce de folle ! ajoute alors le souverain éternien pour compléter la phrase de son épouse qui vient de le rejoindre pour se battre a ses côtés.

     C’est vrai. La déesse noire n’a pas oublié que les éterniens ont des pouvoirs innés dès la naissance et qu’Anne est une humaine qui maîtrise de nombreuses invocations offensives.

     Mais ils ont beau dire et se vanter, elle sait bien que tous leurs tours de passe-passe ne suffiront pas à la vaincre, elle et son guerrier noir.

     Daï.

    Que fait-il en ce moment ?

    Elle réalise que cela fait maintenant un long moment que celui-ci s’est laissé entrainer à l’extérieur.

    Il doit être en train de vaincre, forcément.

    Elle ne se fait pas de soucis.

    Daï est puissant, mais surtout vil.

    Il ne peut pas perdre.

     

     

    *

     

     

     

    069

    Pourtant, à quelques mètres de la salle mystique, c’est bien Daï qui est au sol.

    Il a mal partout et ne sent presque plus ses membres.

    Son père et adversaire est bien trop fort pour lui.

    Il doit à tout prix ruser s’il veut l’emporter. 

    069

     — Debout, Daï, l’encourage froidement Jun en se remettant en position de combat — allez, debout ! Tu vas pas t’écrouler comme ça, oh que non !

     069

     Mais c’est qu’il le nargue en plus... L’adolescent est fou de rage, mais trop intelligent pour se laisser emporter par la colère.

     069

     — Debout Daï ! Reprends Jun en le cinglant d’une voix emplie de colère et déception. Cet enfant l’a tellement déçu. Comment a-t-il pu se laisser entrainer de la sorte par cette sorcière maléfique ? Il n’en revient toujours pas et ne pourra sans doute jamais lui pardonner.

     069

     — Je me rends, se décide à lancer Daï sans bouger d’un millimètre, — vous avez gagné. Je me rends.

     Cet homme est noble et il ne frappera pas un enfant à terre qui vient de se rendre. Daï le sait car il peut lire dans son cœur comme dans un livre ouvert.

     — Quoi ? Semble s’étonner Jun — alors tu serais donc lâche, en plus d’être idiot ? Malheur...

     L’adolescent ne réagit pas à cette provocation gratuite.

    Il est loin d’être stupide, contrairement à ce que lui dit son père..

     069

     — Allez, je te laisse, lui soupire finalement Jun d’une voix lasse, en commençant à se retourner.

     069

     Il s’en va sûrement rejoindre les autres, se dit rapidement Daï, satisfait de voir son ennemi tomber dans son piège. 

    069  

    Ca y’est, il est assez loin... Go ! s’encourage-t-il ensuite en se relevant discrètement du sol, avec un sourire glacé et diabolique dessiné sur le visage.

     

    « 068♥ Vidéo par Pimkid & Lyypony ♥ »