• 054

    — Tu m’expliques ? reprend-elle ensuite en venant se placer derrière le canapé où est avachi son frère jumeau — pourquoi est-ce que tu fais ta loque aujourd’hui ?

     054

     — Bah je sombre, se contente de lui répondre Keichi dans un soupir, — c’est pas ce que vous voulez tous ? Que je sombre... Alors je me rends et je sombre. De toutes y’a plus que ça que je puisse faire maintenant, non ?... Et puis y’a que ça que je mérite en plus alors...

     Isis a bien cru percevoir un sanglot dans la voix du jeune roi, mais elle ne le lui fera pas remarquer pour ne pas heurter sa grande fierté.

     — Kei, tu es le roi d’Octavia et tu as des obligations, décide-t-elle de lui rappeler en restant le plus calme possible — tu as fait des choix et tu dois maintenant les assumer... Fièrement ! Comme toujours...

    054

     — À ton avis, quel sera le prochain à me quitter ? Lui demander-il en haussant les épaules, comme si plus rien n’avait d’importance.

     — J’en sais rien, lui soupire Isis — mais en tout cas, cela ne sera certainement pas moi.

    054

     — Bah pourquoi... ? Commence a sangloter le jeune roi abattu par une situation qu’il ne peut plus gérer, moralement parlant, — je n’ai plus été là pour toi depuis très longtemps et je n'ai même pas pu te sauver de ses griffes quand...

     Il n’arrive pas à terminer sa phrase à cause d’une vague de larmes qui décide brusquement de se déverser le long de ses joues.

     En silence, Isis s’avance pour se planter devant la chaine hi-fi. 

      D’un geste vif, elle attrape la télécommande de l’objet, en restant dos a son frère, qui est toujours en larmes sur son canapé.

     — Ecoutes ça Kei... C’est Jun qui me l’a fait découvrir.

     — Je m’en fous de Jun !! explose Keichi en se frottant les yeux pour essuyer ces larmes qui veulent lui faire honte devant sa sœur !

     — Et maintenant, c’est moi qui te la fais découvrir...

     

    Crash and burn - Savage garden ♪

     

    054

    054 

    054

     

     

    *

     

     

     

    Après un long moment ensemble, où les jumeaux Dakémo n’ont pas vu le temps passer, Keichi a finalement décidé, après beaucoup de larmes versées, de tenir bon, de s'accrocher à sa soeur quand sent le sol se dérober sous ses pieds. D'être fort. 

    Puis Isis réalise brusquement qu’elle a laissé son fils sans surveillance bien trop longtemps : elle laisse donc son frère pour se presser vers sa chambre, pour se rassurer en allant constater qu’il n’est rien arrivé entre temps à son rejeton.

     Mais une surprise de taille va brusquement la dévisager avec de grands yeux bleus, dès qu’elle va pousser la porte de la pièce.

     

     

    Une surprise vêtue du pyjama que portait son frère a l’époque.

    Une surprise qui fait la taille d’un enfant d’une dizaine d’années.

    054

    Une surprise qui tente d’esquisser un sourire timide, tout en se triturant les doigts. 

     Une surprise qui lui se décide a lui chuchoter, en se grattant la tête,

    — Pardon... pardon.. Je voulais pas grandir. Pardon... 

    054

     — Daï... ? Réussis à peine à souffler Isis en écarquillant les yeux pour s’assurer qu’elle n’est pas en train de dormir debout.

    — Pardon.. Pardon... continue de supplier le petit — tu es fâchée ? Je... Je.. Je voulais pas... maintenant... maintenant vous m’aimez pu, c’est ça ? Hein ? 

    — Daï... sourit affectueusement la jeune mère en se rapprochant de ce qui semble être... son enfant — je... Je... Waouh ! Dis donc, tu sais t’habiller tout seul ! Je suis... Je suis très fière de toi !

     054

    — Je... Je.. J’ai trouvé ça dans le coffre là... derrière... pardon... Tu... Tu es pas fâchée dis...? Tu.. Tu penses pas que je suis un monstre ? Un démon ? Un méchant...?

    054 

    — Daï !! le fait brusquement sursauter Isis en tendant les bras pour l’enlacer, — pourquoi est-ce que je serai fâchée ?? Alors que tu es devenu un très beau petit garçon et que tu sais EN PLUS t’habiller tout seul ??

     — M.. Mais.. Mais je suis un...

     — Un petit amour !! l’interrompt sa mère en le serrant fort contre elle, — et on ne te considère pas comme un monstre... Loin de là mon bébé...

     

     Rassuré, mais encore en larmes, Daï se blottit fort contre celle qui lui a donné la vie en s’agrippant fermement à son cou comme si sa vie en dépendait.

     Dans un tel moment, les mots n’ont plus leur place, puisque les gestes savent très bien, à eux seuls, exprimer tout l’amour que ces deux êtres se portent.

     Pourtant, Isis a terriblement peur.

     Peur de ce que pourrait devenir cet enfant si adorable.

     Peur de constater qu’il a réussi à poursuivre sa croissance exceptionnelle, sans être en présence de la déesse mère.

     Peur de réaliser qu’elle et Jun n’ont peut-être pas les moyens de sauver un enfant innocent et, pour l’instant, si pur... 

    « 053055 »