• 014

    — Tiens, Shiryu ! Tu viens prendre l’air avec nous, c’est cool ! envoie cloud sans attendre. 

    — Ouaip, il fait bon ce soir. Répond froidement celui-ci. 

    – Oui. Sourit Cloud, apparemment tranquille, mais un peu perturbé par la présence de son camarade de caserne. 

     

    S’il est là, c’est pour tenter de provoquer Maxime. Il en est certain.

     

     014

     

    — Tu sais que l’entraînement est fini gamin ? Dit tranquillement Shiryu, en fixant Maxime, qui est maintenant assis en tailleur.  

    — Ouais, mais là je suis assis peinard, où est-ce que tu vois que je m’entraine ? Tu es un peu aveugle non ? Tu as besoin de nouveaux yeux ? lui répond l’adolescent sur un ton des plus ironiques.

    — Tu peux répéter s’il te plaît ? Demande poliment Shiryu. 

    — C’est un gamin !! Intervient rapidement Cloud en se retournant vers son camarade. Laisses tomber mec. Il n’en vaut pas la peine.

     — La ferme toi, je ne t’ai pas sonné.  

    — Arrête Shiryu, ne fais pas le con. Répond Cloud en se tournant pour lui bloquer le chemin.

     — Pousse-toi.

     — Non. Ne fais pas le con merde !!! 

    — Vous flippez tous devant cette larve ? demande ironiquement Maxime, en s’époussetant les fesses.

    — Décidément, si on s’assoit par terre au clair de lune ici, on en ressort dégueulasse ! Vive l’hygiène sur Eternia !

     

    014

     

    — Arrête !! Hurle Cloud en voyant Shiryu préparer une attaque. 

     

    Il place la paume de sa main sur le torse de son camarade et tente de le pousser en arrière. Lui faire comprendre que c’est une erreur, mais celui-ci, furieux, lui assène un violent coup de poing, suivi d’un coup de coude sur la nuque..

     Cloud s’effondre sur le sol, dans un bruit sourd. Il ne hurle pas de douleur, même s’il en a vie.

    Il est fier, et Shiryu aime trop les cris de souffrance pour qu’il lui fasse ce plaisir…

     

    014

     

    — Connard !!! Hurle Shiryu, avant de se retourner vers sa victime, pour lui donner de violents coups de pied dans l’estomac.

     — Pas très glorieux de frapper un gars à terre ! Lance Maxime, debout, les bras croisés.

     

    Les yeux pleins de haine, Shiryu se retourne vers ce gamin qu’il ne supporte désormais plus ;

    — Toi.. Toi… Je vais te buter !!!!! 

     

    014

     

    — Putain non !! NON !! RYO !! NARUTO !! SORTEZ !!! Hurle Cloud, en se relevant péniblement.

     

    Il va le tuer, c’est sûr. Et il ne doit pas ! C’est le fils du roi…

     Ils doivent tout mettre en œuvre pour calmer la rage qui l’anime et qui va le pousser a assassiner ce gamin.

     À l’intérieur, et dès qu’il entend son ami hurler, Naruto se précipite pour l’aider, sans réfléchir.. 

     Ryo, lui, il réfléchit. Il n’est pas fou, lui. Il ne bouge pas d’un centimètre.

     

    — Arrête le Naruto !!! Arrête-le !!! Hurle Cloud en voyant son ami s’arrêter net devant le spectacle terrifiant qui s’offre a ses yeux.

     

    014

     

    Naruto se met à hurler, hurler, de toutes ses forces, et pas pour Maxime, contrairement à ce qu’il aurait pu penser, quelques minutes auparavant…

     Cloud lui, une fois relevé, n’a pas la force de hurler, il reste immobile, les yeux grands ouverts, la bouche a semi-ouverte, incapable d’émettre le moindre son..

     

    014

     

    — Oh oh on se calme ici ! Fait enfin Ryo en débarquant tranquillement, avant de s’arrêter net derrière ses camarades, sidéré lui aussi par ce que ses yeux lui révèlent…

     — Qu… Que… Shi..Shiryu...? bégaie-t-il, sans vraiment y croire.  — Shiryuuuuuuuu !! Il faut l’aider !! Il faut l’aider !! poursuit-il ensuite, en voulant se lancer à sa rescousse.

     

    Mais Cloud lui bloque le chemin et le retient fermement,

    — Arrête !!! Si Shiryu s’est fait descendre, ça veut dire que toi aussi tu vas y passer !!  

    — Lâche-moi !! Lâche-moi !! SHIRYUUUUUUUU !! se débat désespérément Ryo, fermement maintenu par Cloud, et ensuite Naruto.  

     

    014

     

     — À qui le tour ? Lance Maxime, en faisant craquer les doigts. 

     

    014

     

    Attiré par tous ces hurlements, Seto se précipite vers les soldats, avec l’air apparemment anxieux… Shiryu a sûrement encore fait des siennes, pense-t-il, avant de s’arrêter brusquement pour constater son erreur, et la situation réelle.

     

    — Shi..Shiryu...? 

    — Au secours Seto !! Au secours !!! Il a tué Shiryu !! Le prince a tué Shiryu !! Il l’a abattu froidement !! Hurle Naruto, avant de se précipiter à l’intérieur de la caserne. 

    — Il a réussi à buter Shiryu…  

    — Ouais… Répond Cloud, toujours sur place. 

    — Qui a commencé Cloud ? Demande Seto. 

    — Shiryu. Comme d’habitude chef. 

     — Alors on peut dire que pour une fois, Shiryu est tombé sur un os… Ironise Seto

    — Où vous allez chef ? Demande Cloud, anxieux de voir son maître aller à la rencontre de Maxime. 

    — Tu occupes ! Et touches à ton cul, tu auras des verrues ! rétorque-t-il en se rapprochant de l’adolescent tueur. — qu’est-ce que tu as fait à mon meilleur soldat Petit con ! Fait-il en direction de Maxime qui se rapproche de lui. 

    — C’est ça votre meilleur soldat ? se moque l’adolescent. Eh beh, vous êtes bien faibles alors sur clones-land !  

    — Je l’ai pourtant dit à ton père, que tu es malsain ! Mais il ne m’a pas écouté ! 

     — Moi, malsain ? Se défend Maxime, feignant d’être outré.

     

    014

     

    — C’est de la légitime défense, poursuit Maxime. Il s’est jeté sur moi, je me suis alors défendu ! C’est tout. 

     — Quelle légitime défense ! ironise Seto.

     — Il voulait me tuer. C’était lui ou moi.

     

    Ça, Seto le sait. Shiryu l’aurait tué s’il avait pu. Celui en tort c’est Shiryu. 

    Mais ce qui lui fait le plus peur, cette la puissance de cet adolescent.. La manière dont il a pulvérisé son meilleur combattant.... 

    Une telle puissance est tout de même une belle aubaine dans le camp eternien, pense-t-il ensuite. Cependant, il ne faut pas oublier le côté sombre que ce gamin possède… Et s’il se retournait contre eux un jour ?

     — Qu’est-ce tu as a me mater comme ça ? Demande froidement Maxime. Si tu penses à ce que tu pourrais dire à mon père… Ben je te le dis direct : RIEN ! Car entre ta parole et la mienne, il n’hésitera pas une seconde. Tu pourrais même finir au cachot… 

     

    014

     

    Le pire, c’est qu’il a raison… Se dit Seto. Et connaissant le passé de Shiryu, la version de Maxime sera très plausible… Il faudra qu’il trouve un autre moyen de prouver que ce gamin est nuisible. 

     — Je te garde. On va mettre tout ça sur le compte de la légitime défense. Seulement, attention, Shiyu était certes fort, mais il n’était rien à côté de moi. Tu es donc prévenu…

     

    En réponse, Maxime hausse les épaules pour lui exprimer son désintérêt.

     

    — NOOOOOOOON !! Hurle soudain Ryo, qui a tout entendu. — NE LE GARDEZ PAS CHEF !!

     

    Cloud lui tapote amicalement sur l’épaule, avant de rentrer dans la caserne.

     

    — Il va tous nous buter !!! IL VA TOUS NOUS BUTER !!! CHEF !!! IL VEUT TOUS NOUS BUTER CE CONNARD !! C’EST POUR ÇA QU’IL EST LÀ !! 

     — La ferme Ryo. Se contente de répondre froidement Seto en revenant vers la caserne. Bonne nuit, moi je monte. À demain. 

     

    014

     

    Quelques minutes plus tard, Seto a donc rejoint ses appartements, qui se trouvent au premier étage, laissant ses soldats, au rez-de-chaussée, discuter de leurs craintes entre eux…

     

    — Légitime défense, dit tranquillement Cloud. — Tu sais aussi bien que moi que Shiryu l’aurai buté. 

     — Il va nous buter !! J’en suis certain. Persiste Ryo. 

     — Hey, les mecs, qui prend le pieu de Shiryu maintenant ? Demande Naruto en débarquant vers ses amis. On le joue à pile ou face ?? Moi j’ai toujours rêvé de l’avoir le coin mur ! C’est cool pour lire tranquillou ! 

     

    014

    Dans la petite salle de bain, Maxime se nettoie le visage ; mine de rien, ce naze a réussi à l’égratigner. 

     

    Mais viendra un jour où plus personne ne saura le blesser....

    Et ça, il s’en fait la promesse.

    Un jour où ils seront tous a ses pieds.

    Tous.

    Et ce jour-là, ça sera lui le meilleur… Le plus fort.

     

    014

     

    Revenons sur terre, deux jours plus tard, devant la maison Daemon, où Caroline semble marcher d’un pas pressé…

     Il lui a tant manqué… Mais aujourd’hui, c’est le grand jour !

     Elle va le revoir, enfin…

     

    014

     

    — Saluuut ! s’exclame Caroline en pénétrant dans la maison, avec la douceur d’un éléphant d’Asie.

     — Aaaah, enfin ! J’ai failli attendre ! lui répond Aaron en se levant pour la rejoindre et la prendre dans ses bras.

    — Tu es prête ? Murmure tendrement Aaron. 

     

    014

     

    — Oui oui !!! s’exclame l’adolescente en trépignant d’impatience. Je n’ai jamais été aussi prête de toute ma vie !!

     — OK, alors c’est parti… Souffle-t-il avant de les téléporter, tous les deux...

     

    014

     

    Et ainsi, quelques minutes plus tard, les deux adolescents arrivent sans encombre devant la petite caserne, sur Eternia…

    — Voilà… Les Taxis « Aaron » vous remercient de votre confiance… Souffle l’adolescent en étouffant un petit rire.

     — Il est.. Là ? Demande timidement Caroline. 

    — Logiquement oui.. Répond Aaron. On entend des bruits de baston, donc je suppose qu’ils doivent s’entraîner…

     

    014

     

    — Allez on y va !!! lance soudain Caroline en se détachant de son jeune ami, pour s’avancer vers la provenance des bruits de combats.

     — M...Mais.... marmonne Aaron, un peu vexé de voir avec quelle facilité la jeune fille s’éloigne de lui… 

     

    Il a un peu l’impression de n’avoir été qu’une roue de secours…

     Elle s’est servie de lui pour arriver à ses fins, voilà tout..

    Pense l’adolescent en la suivant à quelques mètres de distance.

     

    014

     

    Après quelques pas, la jeune fille aperçoit enfin les coupables de ces bruits de combats : des combattants qui semblent s’entraîner…

     Un peu intimidée, elle stoppe sa trajectoire et cherche du regard Maxime..

     

    Mais vu qu’elle est tout sauf discrète, plantée là, immobile, Ryo la remarque rapidement et s’étonne de cette visite imprévue ;

     — Chef ? Il y a quelqu’un à l’accueil ! lance-t-il en tournant la tête vers Seto, qui est planté derrière lui, à surveiller le reste des guerriers.

     

    014

     

    — Hmmm ? marmonne immédiatement Seto en se préparant à accueillir l’invité surprise..  

    — Que… ? s’étonne-t-il tout de suite après, réalisant que cette personne est tout d’abord une fille, et ensuite… une humaine.

     

    Et il n’a eu besoin que d’une dizaine de secondes pour faire son analyse ;

    Et allez ! Il me bute Shiryu, me fait casse les couilles, a un égo surdimensionné, et en plus il me ramène ses copines ! Décidément, il n’a pas fini de me pourrir la vie cet abruti ! 

     

    014

     

    — Vous désirez, mademoiselle ? Questionne poliment Seto en s’avançant vers la jeune fille, qui est en train de virer cramoisie, de honte.

     — Euh… J.. Je… Bafouille-t-elle en cherchant désespérément ses mots. 

    — Ce n’est pas un camp de vacances ici mademoiselle, poursuit Seto sur un ton assez froid. Il a reconnu Aaron derrière l’adolescente, et il ne lui en faut pas plus pour faire le lien direct avec Maxime.

     —  J… je… Désolée… désolée… bafouille encore Caroline. 

     

    014

     

    — Maxime ! appelle brusquement Seto en se retournant vivement vers ses soldats.

    — M...Merci… Bégaie désormais Caroline, plus honteuse que jamais.

    — Tu as cinq minutes, alors magne-toi ! Poursuit le soldat de première classe, en arrivant vers Maxime, qui est en train de s’entraîner avec Cloud.

     — De quoi ? s’étonne le rouquin. 

     — Ta petite copine est là. C’est la première et dernière fois où tu fais venir du monde pour rigoler, on est dans une caserne ici, j’espère que je me suis bien fait comprendre.

     

    014

     

    Maxime meurt de honte. 

    Il se sent terriblement vexé et honteux, mais vu qu’il a déjà été assez ridicule comme ça, avec cette insinuation devant tous les soldats, il va éviter de faire de nouveaux commentaires ; il se contente donc d’aller simplement vérifier les dires de son chef.

     — Cloud ! Au sac de sable en attendant Maxime ! Ordonne Seto. — Et plus vite que ça !

     

    014

     

     — Oh my god... Soupire-t-il en apercevant l’instrument de son humiliation.

     — Pardon… Pardon Max... Pardon… Supplie Caroline.

     

    014

     

    Le pire, c’est qu’elle s’y attendait à cette réaction. Comment aurait-il pu être heureux de la voir ? Lui… Lui… Lui qui se fiche totalement d’elle… Pense-t-elle, le cœur serré.

     

    — Bordel de merde, qu’est-ce que tu fous là ?? Comment ? Marmonne Maxime, apparemment furieux.

     — C’est moi. Annonce soudain Aaron sur un ton calme. 

     

    014

     

    — Toi… Tu sais te téléporter maintenant ?? Peste Maxime en s’avançant vers son frère. 

    — Bah ouais, et puis ce n’est franchement pas dur ! Tu ne sais pas le faire toi ?? se moque-t-il. 

    — Je t’emmerde ! Se défend Maxime, de plus en plus vexé. Mais pourquoi ?? Pourquoi tu l’as ramené, elle ?? 

    — Elle, c’est ta… Souffle Aaron… Finir sa phrase lui ferait vraiment trop mal au cœur. 

    — Ma quoi ?? Ma rien du tout ouais !! Tous les deux, vous êtes ma honte oui !! Alors, dégagez !! Bande de nazes !! Vous vous êtes crus à la fête foraine ici ou quoi ?? Pffff !!   

    — Crétin !!! Lance Caroline, les larmes aux yeux. — Je suis… je suis rien du tout, moi ??? Moi ???? 

    — Et allez… Elle chiale l’autre maintenant… Soupire Maxime en se disant qu’il n’est décidément entouré que d’incapables… 

     — Alors la promesse sous la pluie… C’était donc du vent… Tout en toi c’est du vent… Tu es vide Max... Vide… Murmure la jeune fille, en pleurant à moitié, le regarde rivé sur le sol.

     

    014

     

    — Moi ?? Moi je suis vide ?? Râle Maxime.

     — Ouais tu es vide. Ajoute Aaron.

    — Oh toi, la ferme ! Retourne dans ton bananier, parce que personne t’a sonné ici !

     — Vide !!!! Répète Caroline en faisant rapidement deux pas en avant....

     … pour se rapprocher de son rouquin préféré.

     — Qu..Que… bafouille Maxime, plus que gêné de cette démonstration d’affection de la jeune fille. 

     

    014

     

    — J… je sais que tu es folle de mon corps, mais un peu de tenue !! Poursuit t-il ironiquement pour montrer qu’il se fiche totalement de l’adolescente rougissante. 

     — M’en fous. Répond Caroline, les bras croisés, les dents serrées, et la gorge nouée.  

     

    Il est infect. C’est dingue comme il est immonde. Mais c’est dingue comme elle peut l’aimer…  

     

    014

     

    — Je ne t’abandonnerai pas… Ignoble personnage… Même si tu le mérites… Murmure-t-elle en le fixant droit dans les yeux, un air désormais sévère dans le regard.

     

    Perturbé, Maxime ne sait plus trop quoi ajouter à ça ; il cherche donc rapidement une réplique sanglante qui pourrait l’anéantir....

     

    — Chut… Arrête de chercher un truc pour me casser… Je ne t’abandonnerai pas… Murmure à nouveau la jeune fille. Je lis en toi comme dans un livre ouvert Max.. 

    — Idiote… Crétine… Débile.... Petite conne.. Murmure-t-il en approchant doucement sa main pour la serrer dans ses bras.

     

    Elle est insupportable… Pire qu’un pot de glue extra-forte… Infernale…

     Et le pire, ce qu’il ne voudra jamais admettre, c’est qu’il n’est pas mécontent qu’elle se soit pointée ici… Mais ça, elle ne le saura jamais !  

     

    014

     

    — Heeey, tu es encore là toi ??? Piaille Maxime sur un ton détaché, en se retournant vers son frère. 

     

    Une occasion de se décoller un peu de Caroline, qui l’ensorcèle…

     

    — Au revoir. Fait Aaron en se téléportant.

     

    Cette fois, s’en est trop pour lui. Il ne pourra pas en supporter plus…

     Il se maudit juste d’avoir été trop bon, trop con....

    Pourquoi l’a-t-il emmenée ici ?

    Pourquoi... 

     

    Immédiatement après la disparition de l’adolescent, Caroline attrape  tendrement Maxime par la taille, en se rapprochant encore plus de lui…

    — Bwaaah… Au viol… Murmure le jeune homme en se retournant à nouveau vers elle. 

    « 013 015 »