• 013

    La chanson se termine dans un fou rire partagé, puis, les deux amis se précipitent au bar pour s’y désaltérer, avant d’aller se jeter dans l’un des canapés de la salle pour continuer de discuter tranquillement. 

     

    ~ Musique ~ 

     

    — Merci Jo.. Sourit timidement Claire. — J’ai du mal à croire que tu débarques de Forty là... Comment tu fais ? Après une journée de boulot, tu trouves la force de grimper dans un train pour une amie ingrate..

    013

     — Y’a pas de mal, pour moi c’est naturel de faire ça, et je suis persuadé que tu en auras fait autant pour moi, n’est-ce pas ?  

    Oui, évidemment.. Sauf qu’elle aurait été arrêtée par Sacha.

     — Il te saoule ? ajoute-t-il soudain, comme s’il perçait sans difficulté les non-dits de son amie. 

    013

     — Non, je n’irai pas jusque là... Disons qu’on n’est pas vraiment sur la même longueur d’onde... Mais on dit bien que les contraires s’attirent...

     — Ca dépend, l’interrompt-il vivement, y’a « contraire » et « contraire »... Quand on trop opposés, on ne s’attire plus du tout. 

    013

     — Ce que j’aime chez toi c’est que tu sais remonter le moral des gens, marmonne Claire, blasée par la vérité que révèle son ami.

    013

     — Tu me connais, sourit-il soudain d’une étrange façon, tu sais très bien que je ne suis pas qu’un ami qui va te consoler et que si je peux t’arracher a lui, je le ferai sans aucun scrupule ! À la guerre comme à la guerre ! Yataaa !  

    Il dit ça avec un grand sourire et en mimant le V de la victoire avec sa main droite.

     — C’est bien que tu sois aussi franc.. Tu mets des claques mentales mais ça permet d’ouvrir les yeux... soupire tristement Claire

    013

     — Hey, je t’ai déjà dit, pas de petites mines avec moi !! sourit-il en rapprochant d’un coup son bras pour enlacer une proie hésitante ; une proie qu’il a toujours désiré et qu’il convoite encore. 

    013

     Immédiatement, Claire a un mouvement de recul et se met à le dévisager avec suspicion ;

    — Fais pas le con, le gronde-t-elle en riant, — c’est pas drôle !  

    013

     Mais il glisse quand même sa main habilement jusqu’à ses épaules, en lui caressant sensuellement le dos du bout des doigts au passage.

     — Arrête de te voiler la face, lui murmure-t-il avec un clin d’œil charmeur et provocant. 

     

    D’un mouvement vif mais tendre, il la rapproche de lui pour forcer à se coller contre lui.

     

     — C’est bien ce que je disais, marmonne Claire — tu es la réincarnation du diable !

     Il ne répond rien et rapproche son visage pour chercher ses lèvres, qu’il trouve rapidement ; malheureusement, celles-ci semblent solidement fermées et pas du tout prêtes à accepter le baiser qu’il souhaitait lui voler.. 

    013

     — Arrête Jo, gémit Claire en reculant son visage et cette main intruse qui commençait à s’aventurer entre ses cuisses. 

     — Malgré les lumières colorées, je te vois rougir Clio.. Pourquoi est-ce que tu te voiles la face comme ça dis moi ? Pourquoi ?

     — Mais parce qu’on a trois enfants ! lâche-t-elle soudain sans réfléchir. — Qu’est-ce que je fous là.. Je sors seule avec le diable en personne... 

    — Tu trembles comme une feuille... Tu meurs d’envie que je te prenne dans mes bras... 

    — Mon portable sonne !!!! lance-t-elle soudain en se levant précipitamment du canapé pour sortir l’objet de sa poche, les mains plus tremblantes que jamais..

    013

     — Réponds pas, ordonne Jonathan en voyant son amie trembler en tenant son téléphone. — T’es pas censée être au Karaoké, alors réponds pas. On va trouver un mytho, t’en fais pas. 

      C’est bien la première fois qu’elle se sent si mal en voyant le surnom « Chou » s’afficher sur l’écran de son portable...

    013

     Ca y’est. C’est la fin du monde. Et elle le savait... Sacha a le sommeil lourd, mais il revient régulièrement vers elle pendant la nuit, et c’était forcé qu’il sursaute en remarquant son absence...

     Pourquoi n’a-t-elle pas éteint son maudit téléphone... Parce que ça n’aurait rien changé de toute manière. 

     Voyant qu’elle commence à pleurer en silence, Jonathan se lève d’un bond pour venir la prendre dans ses bras, en luimurmurant tout bas

    — On va trouver un bon mytho, t’en fais pas. Ce boulet ne se doutera de rien. Tu peux avoir confiance en ton Jo ! L’être le plus roublard de la galaxie !

    « 012014 »