• 006

     

    *      *

    *

     

    Musique

     

    A la fin de la journée, et après avoir fais un détour a la bibliothèque royale, je rentre enfin a la maison pour y rejoindre, évidemment, ma mère, mais aussi Hideki. En effet, celui-ci va passer quelques temps chez nous, puisqu'il a brusquement quitté les siens sans vraiment les prévenir.

    Je ne commencerai a lui poser des questions sur cette fugue étrange que lorsque l'on se sera isolés en haut, dans ma chambre. Pas la peine de mêler ma mère a nos conversations. Elle ne comprendrait rien. Déjà qu'à table elle ne semblait pas apprécier le comportement qu'a eu mon meilleur ami envers sa famille...

    - C'est sympa de m'héberger, me remercie t-il tout a coup, une fois que l'on se retrouve enfin seuls a seuls dans mes quartiers. Lui avachi sur mon lit, et moi cognant sur mon sac de sable.

    - Demain, rappèle moi de t'acheter une niche, je lui fais alors en réponse avec ironie, pour le pousser à me gronder amicalement,

    - Sale bâtard!!

    - Une belle niche, c'est quand même mieux qu'un vieux pieu mité dans une caserne de bons a rien, je lui rappèle ensuite avec un sérieux difficile a conserver, au vu des anneries sans noms que je sors en riant a moitié.

    - Daï, tu cherchais quoi a la bibliothèque ce soir?

    Ah. Enfin! Il s'intéresse a ce que j'ai bien pû fouiller durant ces longues heures! Bien. Bien. Brâve petit.. Il ira loin, c'est sûr!

    - Un moyen de donner des pouvoirs aux boulets qui n'en ont pas.

    - Hey!

    - Bah quoi? Ose dire que tu n'es pas un boulet sans pouvoirs..

    - Hey! Heeey!!!

    - ♫ Hey, qu'il est beau! Qu'il est beau le lavabo! Hey, qu'il est laid! Qu'il est laid le bidet! ♫

    - Quand on dit que les militaires c'est 2 de QI, tu vois qu'on a pas torts! C'est grâve le nombre de neurones que tu as perdus depuis que tu es général des armées!!

    - Les humains maîtrisaient des sortes de petits pouvoirs appelés invocations, je me décide alors a lui apprendre en retrouvant mon sérieux, - Et même que la femme d'Aaron, et bien c'était une invocatrice. La dernière même, il me semble.

    - Des invocations? Comment ça? Anne? Tu parles d'Anne?

    - Ouais, Anne! Et justement, Anne, elle était invocatrice. Elle et pleins de gens ont appris et utilisés ces types de pouvoirs durant les grandes guerres d'Eternia.

    - Ouais, la bataille du Chojin, qui a ravagé la moitié d'Eternia! C'était l'un des rares cours d'histoire pendant lequel j'ai pas pioncé comme un loir!

    - Donc le truc, c'est que nous aussi, on va former des « invocateurs ». J'ai retrouvé les invocations exactes a la bibliothèque et en fait, l'apprentissage est surtout personnel je crois. En gros, n'importe qui peut les maîtriser.

    - Ca va faire bizarre au peuple de devoir apprendre désormais des pouvoirs, alors qu'il y'a pas si longtemps de ça, ils en avaient des « gratuits » grâce a la déesse mère.

    - On s'en fout que ça leur fasse bizarre ou pas!

    - Et tu crois que ces invocations sont vraiment puissantes toi? Enfin, je veux dire, comparé aux anciens pouvoirs qu'avait notre armée a l'époque...

    - D'après ce que j'ai lû, il y'a différents types d'invocateurs, et tous n'ont pas les mêmes fonctions sur un champ de batailles.

    - Faudrai que t'ailles discuter avec Anne, non? Elle t'en dirai énormément, je pense.

    - J'y ai pensé, oui. Mais tu vois, entre son mari et moi, c'est pas la fête en ce moment... Alors on va attendre un peu! Ou alors... je la choppe a part et je lui fais cracher tout ce qu'elle sait et qui serait succeptible de nous intéresser.

    - C'est une très bonne idée, me confirme t-il sur un ton qui m'intrigue aussitôt. Sans attendre, je lui fais alors savoir que je penses avoir compris ce qui le tracasse désormais,

    - Denzel se doute bien que tu es ici, mais il n'est pas venu hurler a notre porte pour te faire revenir... C'est donc qu'il y'a eu des mots? Peut-être durs...

    Il ne me répond pas, préfèrant siffloter a la place notre air fétiche d'enfance.

    Parce-que je crois que j'ai touché la corde sensible.

     

     

    *

     

     

    Le lendemain, vers le milieu de la matinée, je me téléporte chez mon oncle Aaron - tout en sachant très bien qu'il n'est pas sur les lieux. Oui, il est rare qu'avec son statut de souverian d'Eternia, il se permette de rentrer déjeuner le midi. Sa femme, par contre, sera certainement sur place.

    Enfin, c'est ce dont j'étais vraiment certain lorsque je me suis avachi sur leur canapé. Dans leur grand salon.

    ...Parce-que cela va maintenant faire plus de trente minutes que je poiraute.

    Et je commence a trouver le temps long.

    En même temps, je n'ai pas a me plaindre - car sans ma téléportation, j'aurai sans doutes dû attendre dehors.

    «  Fais comme chez toi, Daï », m'avaient-ils dis a l'époque, je me souviens encore. C'est donc pour cette raison que je leur obéis en profitant pleinement de leur intèrieur confortable et bien chauffé. Tiens, a ce sujet là, il semblerait qu'Aaron ne paie pas l'electricité, vu qu'il laisse sa maison chauffer pendant son absence!

    « Quand y'a d'la gêne, y'a pas d'plaisir ».

    Un autre petit proverbe qui m'amuse.

    Et me fais passer le temps... En attendant que je finisse par soupirer d'ennui en observant attentivement chaque meuble et bibelot de la pièce.

    Une occupation! Vite. Une occupation!

    Ah! Enfin! J'ai entendu des pas au premier. Quelqu'un vient de rentrer.

    Sûrement Anne ; puisque Aaron se serait téléporté a l'intèrieur, je suppose.

    Le nouvel arrivant emprunte maintenant l'escalier de colimaçon pour rejoindre le salon ou j'attend patiemment. Je me lève alors du canapé pour ne pas paraître trop impoli aux yeux de...

    - Oh, bonjour Daï, me fait rapidement... Anne.

    J'en était sûr! Et j'en suis d'ailleurs soulagé.

    - Bonjour Anne! Je lui répond sans attendre en m'avançant pour lui faire la bise.

    - C'est dingue ce que tu peux lui ressembler, s'émeut-elle ensuite en me détaillant de haut en bas, les yeux brillants.

    Evidemment, elle me compare a mon défunt père, qu'elle a élevé jusqu'à l'adolescence ; euh.. jusqu'à ce qu'il rencontre ma mère, en fait.

    - C'est vrai? Je la questionne en retour avec un intérêt qui sonne faux ; vu que je ne suis pas ici pour qu'on me rappèle, pour la - au moins - énième fois, que j'ai hérité des yeux et cheveux de mon paternel.

    - Tu étais venu pour quelque chose sinon? Me demande t-elle finalement, comme si elle avait comprit que le sujet héritage père/fils n'était pas vraiment ma tasse de thé.

    - Euh, ouais.. En fait, Anne, je m'intéresse aux invocations en ce moment.

    - Aux invocations? Tiens donc, me sourit-elle a nouveau avec suspicion, - Tes pouvoirs d'Eterniens ne te suffisent déjà plus que tu cherches a en maîtriser de nouveaux?

    - Ce n'est pas pour moi Anne, mais surtout pour notre armée. J'aimerai leur donner des armes, des vraies, pour se battre sur un champs de bataille.

    - Se battre? Parce-que Octavia n'est plus en paix désormais?

    Je ne peux prendre le risque de lui apprendre mon projet d'annexer Minusia, en sachant qu'elle est l'épouse d'Aaron et qu'Eternia pourrait très bien convoiter, a son tour, la planète des ressources.

    L'ignorance de l'ennemi restant la plus efficace des armes!

     

     


    Entracte - Arbre généalogique

    006

    « 005007 »